Résultats de votre recherche

LES ELEMENTS ET LA TRADITION aux Origines

Posté par othoharmonie le 19 mars 2015

 

ob_c97b05_2014-04-21colza-fleuri-yvelinesLes Eléments suivant les traditions, sont au nombre de quatre, de cinq ou de sept.

A aucun moment ces traditions ne se contredisent, elles mettent simplement l’accent sur une spécificité d’un même principe, ou insistent sur une partie d’un Tout plus vaste. Au nombre de Sept, au sein du Cercle Infranchissable dans lequel notre processus évolutif s’accomplit, c’est à dire le système solaire, les Eléments sont rarement utilisable sen totalité, car les Trois derniers,  touchent des Réalités et des Plans de Conscience qui nous sont encore difficilement accessibles ; mentalement, il nous est possible de les concevoir, mais concrètement ils ne nous sont pas utiles pour le moment, ils nous sont même relativement étrangers. Ils ne concernent pas encore l’Homme et son développement conscientiel actuel, mais des Entités Spirituelles dont nous avons encore aujourd’hui peu de choses. C’est la raison pour laquelle les Enseignements liés aux Quatre Eléments ou aux Cinq de la Tradition Taoïste nous sont plus familiers.

En dépassant les limites du Cercle Infranchissable Solaire et en accédant à des Plans de Conscience Cosmiques encore plus élevés, d’autres Eléments qui nous sont inconnus les animent et les vitalisent. Sur un plan pratique, cette information n’a pas le moindre intérêt pour nous maintenant, mais sur le plan des concepts, elle nous permet d’envisager la vie comme un processus sans fin au sien de laquelle des Courants d’Energie sou des Champs de Force multiples et variés se manifestent, se croisent, s’interpénètrent, se nourrissent et s’unissent dans la plus parfaite harmonie dans le seul objectif de permettre à toutes formes de « Conscience » de s’affiner, de croître et de grandir.

D’après les textes anciens retrouvés, ceux évoquant la théorie des Quatre Eléments d’une manière structurée, viennent de la Kabbale, dont les enseignements semblent provenir de l’Egypte ancienne et de la Chaldée, et du philosophe-médecin Grec Empédocle qui vivait au IVè siècle avant Jésus-Christ. A ma connaissance, l’on n’a pas identifié d’auteurs spécifiques développant de manière approfondie cette tradition avant Empédocle. Il n’est pourtant pas le premier auteur à s’en référer, d’autres l’on fait avant lui, la Kabbale que je viens d’évoquer en est l’exemple patient, mais nous n’en connaissons pas l’origine exacte. Il en va de même pour l’Enseignement Tibétain de la Kalachakra (qui évoque la genèse du cosmos et ses cycles de vie) et du Bouddhisme Esotérique en général, des Shâstra indiens (l’ensemble des textes sanskrits traitant de philosophie et de cosmologie), du Chaminisme Indien d’Amérique du nord et du centre et du Celtisme Druidique, qui évoquent, parfois avec insistance, cet enseignement.

Il a aussi été abordé en Occident dans la Gnose Chrétienne, principalement depuis la Renaissance, dans la Théosophie d’Héléna Blavatsky à la fin du siècle dernier et dans tout le vaste courant de l’ésotérisme moderne dont Madame Blavatsky peut être considérée, à juste titre, comme la source inspiratrice. La Communauté de Findhorn    située dans le nord de l’Ecosse, créée en 1962 par Peter et Eileen Caddy et Dorothy Mclean, l’un des bastions de la pensée « Nouvel Age », a effectué un travail de collaboration conscient avec les « entités élémentales » qui oeuvrent au service des Quatre éléments. Ce travail avait une valeur symbolique profonde, car de sa réussite dépendait la valeur symbolique profonde, car de sa réussite dépendait la possibilité pour l’Homme d’œuvrer, sur une grande échelle, avec les Forces de la Nature dépendant de ces Quatre Eléments. La coopération entre le règne humains et celui des Elémentaux était pratiquée par les anciens, principalement dans les sociétés animistes. Ce type de rapport avait été en partie rompu aux alentours du VIème siècle au moment où les prêtres Druides initiés avaient décidé, face à la montée du Christianisme, d e ne plus officier au sien de leur propre religion, pour intégrer la nouvelle et ainsi lui faire don de leurs connaissances ancestrales. Le grand initiateur de ce mouvement fut le Druide Saint Colomban qui se convertit au Christianisme afin d ‘enseigner aux moines de certaines abbayes situées principalement en pays Franc, la sagesse immémoriale dont il était le détenteur. Il fit bâtir, avent son départ d’Ecosse pour le continent, une croix celtique qui s’élève toujours à son emplacement initial. Devant la croix, il prédit à ses disciples druides que pendant plusieurs siècles la connaissance des Druides, en rapport avec les Forces des Quatre Eléments de la Nature, serait oubliée, puis resurgirait à cet endroit même ; C’est sur l’emplacement de ce lieu sacré que se créa la Communauté de Findhorn    en 1961

Je ne vais pas traiter de la nature spécifique du travail effectué à Findhorn, ni de la nature et du rôle des « entités élémentales ». Je vais simplement donner, à titre d’information, le nom des « élémentaux » les plus significatifs et surtout les plus familiers qi peuplent les mythes et les légendes de la littérature symbolique en relation avec les Quatre Eléments dont ils sont les ouvriers spécialisés. Ils oeuvrent au sein d’un Elément particulier, à transmettre, à véhiculer, l’énergie de cet Elément, là où elle est nécessaire. Pour ceux qui souhaiteraient connaître précisément la nature de la collaboration vécu par les membres de la communauté de Findhorn avec les esprits de la nature, et connaître l’univers des «  élémentaux », je leur conseille de lire le merveilleux ouvrage « Les Jardins de Findhorn«      paru aux Editions Nature et progrès ».

Dans le tableau ci-dessous, je donne les correspondances des Eléments avec les êtres élémentaires ou esprits de la nature les plus familiers à la culture occidentale.

TERRE

EAU

FEU

AIR

Gnomes

Ondines

Salamandres

Sylphes

 

Nous leur connaissons aussi d’autres noms, car à l’intérieur d’une même famille, nous pouvons dénombrer plusieurs branches suivant les lieux, les latitudes où ils se trouvent et le rôle spécifique qu’ils ont à jouer. Par exemple :

-          pour l’Elément Terre, nous avons les nains, les lutins, les faunes, les trolls, les gobelins, certains types de fées.

-          pour l’Elément Eau, les nymphes et les sirènes.

-          pour l’Elément Feu, les agnichaitans, les esprits animant le feu interne de la planète comme dans les volcans.

-          pour l’Elément Air, les elfes, d’autres types de fées, les petits devas de la nature.

Je pourrais aussi citer certains « esprits » d’un niveau d’évolution plus élevé que ceux évoqués ci-dessus, comme les Devas de la nature qui ont la charge d’un paysage, d’une forêt, d’une rivière, d’une catégorie de plantes, etc… Ce sont les Devas mineurs. Et aussi des grands Devas qui s’occupent de créer et maintenir en cohésion les formes archétypales sur lesquelles le monde manifesté et intangible repose.

Les Etres Elémentaires et les Devas mineurs sont les formes de vie énergétique des Quatre Eléments. Leurs corps ne sont pas constitués de matière dense comme les nôtres, mais de matière éthérique. Ils sont dépourvus de conscience individualisée, au sens ou nous l’entendons, sauf pour les Grands Devas qui sont des Entités Spirituelles, et ont pour mission de véhiculer le Prana, ou Energie de Vie, dans les Quatre mondes dont les Quatre Eléments ont la charge. Ces Entités peuplent les contes et légendes des traditions du monde, car les cultures archaïques les considéraient avec, soit du respect et de la vénération, soit da la crainte ; les textes sacrés ésotériques leur allouent une ancienneté plus grande que celle de l’Homme.

Les Quatre Eléments n’influent pars seulement sur les comportements humains, mais aussi sur toutes formes d’existences, à savoir : le règne animal, végétal, minéral, élémental et d’une certaine mesure, spirituel. Leur champ d’action et de manifestation, si je puis me permettre ces termes impropres, est illimité.

LES CINQ ET SEPT ELEMENTS TAOISTES : consultez ma PAGE ICI…. 

 

EXTRAIT DU LIVRE : L’interprétation des Arcanes Mineurs par Alain BRETHES aux Editions Oriane.

Publié dans Créativité, Nature insolite, UNE TERRE D'ALLIANCE | 6 Commentaires »

TESTAMENT : “L’Envol de la SerpenTerre. La Rédemption.”

Posté par othoharmonie le 20 novembre 2013

 

Propos de l’auteur :

images (6)Ce livre relate le processus d’activation génétique de l’auteur par intégration de l’Ombre dont l’unification des deux lignées Stellaires majeures en conflit à l’origine du génome humain. L’Ombre, reliée à nos aspects pulsionnels refoulés, s’articule en systèmes pervertis autour de bien des confusions relatives à l’utilisation-manipulation de l’énergie pulsionnelle fondamentale, dont l’énergie sexuelle et vitale, et nous garde captifs de l’Illusion de cet espace-temps. L’intégration du refoulé à l’échelle humaine, planétaire et galactique, passe nécessairement par l’intégration et la réhabilitation de la fréquence Reptilienne et de l’énergie pulsionnelle qui lui est liée. L’intégration des Dracos sous la Loi de l’Un, Peuple Reptilien pulsionnel de la galaxie dont l’origine est la constellation du Dragon, fait partie du plan de Rédemption tel que j’en ai retrouvé la Mémoire lors de mon processus d’éveil multidimensionnel ; en chacun de nous il s’agit d’intégrer la fréquence Reptilienne au Service de notre Unité. L’Ombre en chacun de nous est totalement imprégnée de nos origines Reptiliennes, des grandes guerres galactiques et traumas y relatifs fixés dans une partie de notre génétique. 

Ceci a sa résolution sur Terre-Uras, actuellement ; ceci est Accompli ! 

L’Ombre contient la Puissance de notre Radiance en notre corps-matière ; en cette dimension où le Vivant est perverti depuis des millénaires, la Puissance est devenue Toute-Puissance.  La société actuelle et ses lois établies par la Toute-Puissance perverse est le résultat de 400 000 années terrestres de manipulations et vampirisations énergétiques diverses dont l’origine est un conflit galactique bien plus ancien, déplacé sur la Terre-Uras par intention des Mères généticiennes au Service de la Source Mère en vue de l’utiliser comme terrain de la Rédemption.

La grande barrière à l’Éveil est la culpabilité et son corollaire, la peur ; ce qui est décrit par les physiciens quantique par le “Mur de Planck” , mur quasi infranchissable par le fonctionnement habituel de la matière en troisième dimension et au delà duquel les Lois de cet espace-temps changent de paradigme. L’au-delà du mur de Planck est un vécu de Conscience-Amour au Présent qui nous sort de la captivité de cet espace-temps.

Je souhaite L’Envol de la SerpenTerre, La Rédemption  activateur de fréquences facilitant le vécu du Cœur Conscient, de la Transparence et de l’Autonomie. Par la dissolution du mur de Planck que représente les culpabilités et peurs fixées dans notre propre diaphragme, nous changeons de paradigme et vivons selon la Loi de l’Un qui est Loi de l’Amour.

 images (5)

Le Processus, démarré en un point précis de cet espace-temps début 2010 à Rennes le Château où je me suis vécue Ancienne et Reptile au contact d’Uras, ma bien aimée planète… m’a permis de comprendre comment mon histoire depuis ma naissance à Bruxelles contient la trame exacte de “qui je suis” plus large que cette dimension et ce qui est nécessaire comme tremplin d’Envol pour me revivre ailes déployées et Libre. Et c’est le cas pour chacun de vous, lecteurs ; votre histoire et conditions actuelles de vie contiennent le ferment de votre Envol !

Ainsi, mon rapport bien particulier aux Églises Chrétiennes “officielles”, mon amour pour cette Sainte Terre de France et l’élaboration des Huiles d’Onction, ont pris sens lorsque la fresque holographique s’est montrée peu à peu ; remontant le fil de l’Huile et les mémoires du Peuple Oint, c’est la Source Mère et Son émanation au travers du principe Féminin en cette dimension que j’ai contacté. Nous sommes au Temps de l’Onction où la Déesse, retrouvant sa Puissance en cette dimension falsifiée, appelle en la Source Unifiée la Lumière Une supraconductrice fécondant et libérant cette Humanité.

Par une succession de visions, synchronicités et un vécu corporel, sensitif et émotionnel, le Processus est avant tout un vécu d’éveil du corps et non du channeling. Ma Matière en éveil rend ses Mémoires ; au travers des imprégnations de mort, de peur, de perversion, des manques et culpabilités, ce fut un processus de révélations au service de ma propre Révélation. 

Au fur et à mesure de son déroulement, j’ai re-contacté ma Lignée Rédemptrice Serpent-Dragon d’origine stellaire ; au Mexique Maya, sur les hauts plateaux des Andes, en Égypte, à Sumer, en France…  Ainsi, peu à peu, j’ai vécu plusieurs dimensions de mon être, et plus précisément celles en lien avec l’histoire Reptilienne de cette humanité et sa relation intime avec le Peuple Oint au Service de la Source Mère, dont Yeshoua, Myriam, les Esséniens, les Templiers, et bien d’autres… 

 

J’ai découvert que le Service de cet aspect de moi-même incarné en cet espace-temps d’aujourd’hui, par la réhabilitation de la fréquence Reptilienne, est également affranchissement des Dragons multidimensionnels. La fréquence Reptilienne, correspondant aux aspects pulsionnels, sexualité et violence fondamentale, en chaque humain, a été source de perversion et de manipulations diverses depuis des millénaires et ce bien avant l’arrivée des Peuples Reptiliens dans notre système solaire et sur Terre-Uras.

 
Tout comme notre énergie pulsionnelle et sexuelle a été pervertie et manipulée, l’énergie des Dragons a été dévoyée et captivée. Les Dragons existent en chaque dimension et sont Consciences des énergies primordiales les plus puissantes émises par la Source. Les contacter m’a fait vivre ma dimension archangélique Elfique proche du Monde Élémental ; en cette dimension-là nous trouvons le monde des Licornes, Elfes, Fées, Ondines, etc… Les Dragons qui en sont les Consciences les plus pulsionnelles, sont vécus méchants et dangereux uniquement si nous en avons peur et si nous les considérons comme tels ; c’est notre regard dissocié qui les rend dangereux car nous ne voyons d’eux que l’aspect perverti !

 

Ce que j’ai vécu par ce Processus, qui à bien des égards est chamanique, je l’ai vécu pour tous ; selon la Loi de l’Un, quantique, traquant la perversion et la falsification par ma propre Matière, j’ai traqué pour tous ; ce fut un Processus révélateur de Vérité et de Vie.Cela se vit au niveau humain, galactique et planétaire, ceci se vit en chacun de nous.

L’Ombre, devenue mon alliée,
m’a fait prendre conscience qu’en son sein,
notre Mère Divine s’est cachée…

Par ma Matière Révélée,
corps devenu Saint des Saints,
ISIS s’est dévoilée…

 

Du LIVRE / “L’Envol de la ŠerpenTerre, La Rédemption est un témoignage, un testament, et vous qui le lirez comprendrez qu’il est aussi un test-Amants…

 

Publié dans Nouvelle conscience, Nouvelle TERRE | Pas de Commentaires »

Fée Dame Verte

Posté par othoharmonie le 9 décembre 2011

Une fée se tient à la verticale en déployant ses ailes de papillon. Elle semble marcher sur les herbes qui l'entourent.L’apparence et la nature supposées des fées ont largement évolué au fil du temps, et présentent des différences en fonction des pays. L’écrivain C. S. Lewis a noté que celles-ci peuvent être perçues comme des revenantes, une forme de démon, une espèce totalement indépendante des humains, ou même des anges.

 Dans la littérature médiévale française, les fées sont des femmes parfaites qui ne présentent aucun attribut physique différent des humains : celles du XIIe siècle apparaissent grandes, blondes, et d’une beauté sans égale. Elles sont distinguées davantage par leurs habitudes et occupations que par leur physique. Les ailes et la baguette magique sont des ajouts des auteurs de l’époque classique. Le Dictionnaire Bouillet, au XIXe siècle dit qu’on les représente tantôt sous la figure d’une femme jeune, belle, couverte d’habits magnifiques, tantôt comme une vieille ridée et couverte de haillons, parfois armées d’une baguette magique, instrument de leur puissance surnaturelle. Enfin, sans être immortelles, elles ont une existence de plusieurs milliers d’années. La plupart du temps, les fées semblent porter des vêtements correspondant à leur époque, toutefois, les lais des XIIe et XIIIe siècles les présentent dévêtues, en relation avec l’érotisme de la fée amante. En Angleterre, les vêtements des fées sont verts, tout comme ceux des dames vertes en Franche-Comté.

 Dans les croyances germaniques, les fées peuvent être très laides et posséder des attributs monstrueux tels que des écailles et des cheveux en soies de porc, ou alors se révéler comme des femmes d’une beauté incomparable. Dans la culture populaire anglo-saxonne (notamment en Angleterre), les fées sont souvent dépeintes comme de jeunes femmes, parfois ailées et généralement de petite taille (un héritage du XVIe siècle et notamment du Songe d’une nuit d’été qui a popularisé cette idée). Elles étaient à l’origine représentées très différemment, de la grande créature lumineuse et angélique à la petite créature ratatinée à l’allure de troll. Leur taille va du minuscule, comme les pillywiggins qui mesureraient un centimètre, à celle d’un enfant humain. Toutefois, cette petite taille est le résultat de leur magie plutôt qu’une caractéristique naturelle. Les ailes, qui sont un élément si commun dans les représentations d’artistes à l’époque victorienne, et plus tard un attribut indissociable de la fée anglo-saxonne, sont très rares dans le folklore. Les fées, même de très petite taille, sont censées voler grâce à la magie, parfois sur des tiges de séneçon ou sur le dos des oiseaux. Au début du XXIe siècle, ces fées sont souvent représentées avec des ailes d’insecte ordinaire, comme le papillon.

 Fée Dame Verte dans Mythologie/Légende 220px-%C3%89pinal_-_L%E2%80%99Oiseau_bleu_06Les fées sont étroitement liées au concept de monde parallèle, tel qu’il est évoqué dans la mythologie celtique et à travers le mot irlandais sidh. Elles peuvent habiter de merveilleux palais, le plus souvent situés au fond des eaux ou sur une île, telle la mythique Avalon. Dans les récits à leur sujet, ces lieux merveilleux de l’Autre Monde peuvent être découverts par un homme lors d’un voyage ou d’une quête, mais les fées peuvent aussi enlever des humains pour les y conduire. Selon le folklore, personne n’est à l’abri d’un enlèvement féerique et celui-ci peut ne durer qu’un temps ou pour toujours, et se révéler plus ou moins dangereux pour le kidnappé. Une femme qui venait de donner naissance et ne s’était pas encore rendue à l’église était considérée comme particulièrement vulnérable. Les histoires divergent quant au sort des captifs : certains mènent une vie joyeuse, d’autres sont à l’inverse tourmentés, d’autres enfin désirent ardemment revoir leurs vieux amis. Au XIXe siècle, dans Lady Isabel and the Elf Knight, le chevalier-elfe est un avatar de Barbe-Bleue et Isabel doit le tuer afin de sauver sa vie. Tam Lin révèle que le personnage-titre, bien que vivant au milieu des fées et possédant leurs pouvoirs, est en fait un « chevalier terrestre » qui mène une vie agréable mais craint que les fées lui fassent payer la dîme de l’enfer. Sir Orfeo raconte comment la femme de ce dernier est enlevée par le roi de Faerie, et parvient à s’échapper par la ruse, grâce à son excellent jeu de harpe. Sir Degaré raconte l’histoire d’une femme qui vient à bout de son amant féerique, lequel est démasqué comme un mortel dans les versions ultérieures de l’histoire. Dans Thomas le Rimeur, Thomas s’échappe avec moins de difficulté mais passe sept ans au pays des elfes.

Une part considérable des légendes associées aux fées mentionne les histoires de changelings, leurre ou enfants de fées que ces dernières abandonnent à la place de bébés humains qu’elles enlèvent dans leur royaume.La peinture montre une petite fée aux ailes de libellules dont la tête cache en partie le Soleil. Elle se tient dans un décor brumeux.

Une croyance partagée dans bon nombre de folklores veut que consommer la nourriture des fées scelle l’impossibilité de quitter leur royaume, tout comme dans le mythe de Perséphone et Hadès. Cette consigne est souvent donnée aux captifs qui se libèrent du pouvoir des fées grâce à d’autres personnes venues les délivrer : s’ils ont consommé la nourriture des fées, ils ne peuvent pas être libérés. Dans le lai de Guingamor, ce dernier semble pouvoir quitter le royaume des fées bien qu’il y ait mangé, mais lorsqu’il mange une pomme après avoir franchi la rivière qui sépare les deux royaumes, les trois siècles qui se sont écoulés sur Terre le rattrapent.

 

Pour tout savoir se rendre ici ….

10 dans Mythologie/Légende

 

Publié dans Mythologie/Légende | Pas de Commentaires »

Les Peuples de l’Elément Air

Posté par othoharmonie le 19 décembre 2010

       ****Les Peuples de l’élément Air

            issu du livre : L’encyclopédie du merveilleux


 

Elfes, Fées, Lutins, Anges, Sirénes, Génies, Centaures, Nains, Gnomes… La terre fut-elle un jour peuplée de tous ces êtres, ou l’homme les a-t-il inventés? Notre siècle péremptoire possède déjà la réponse puisque rien de ce qui n’est avéré par la science ne peut avoir de réalité.

L’imaginaire est comme une peinture. Le paysage réel existe, mais c’est la palette du peintre qui va le sublimer et en faire une oeuvre d’art.

Contrairement au Fantastique qui suppose l’incursion d’éléments surnaturels dans un quotidien ordinaire, Le Merveilleux tient pour acquise l’existence d’éléments magiques qui constitue la trame de sa narration.

Si le Fantastique instille chez le lecteur ou le spectateur le doute et l’effroi, le Merveilleux lui procure le rêve et l’enchantement, même si le rêve peut à l’occasion tourner au cauchemar et l’enchantement au sortilège. 


Les peuples de l’air sont les plus évolués de tout les peuples invisibles. Aeriens par leurs demeures, quoique certains vivent dans le feu, ils le sont surtout par leur grâce éthérée. 


Ces peuples tendent vers la divinité, c’est pourquoi ils ont souvent été adorés et craints par les anciens, tels les ases des mythologies Scendinaves et Germaniques, mais aussi les Anges ou les Elfes. 

Généralement bienveillants et serviables, comme les Sylphes ou le génies familiers, ils peuvent parfois être extrêmement cruels ; c’est le cas des Harpies, des Erinyes ou des Djinns 

Le royaume du peuple de l’Air se trouve à mi-chemin entre le monde des hommes et celui des anges. Planète terre et planète des cieux sont indiciblement liés par cet élément vital. L’air que vous respirez forme un tout qui enveloppe chaque parcelle de vie sur la planète. Les Elfes et les Sylphes occupent tout ce auquel on n’a pas accès physiquement mais que l’esprit peut atteindre. Cet élément représente tous les côtés spirituels de votre questionnement. La nourriture de ce peuple est spirituelle. Dégagé de la matière physique l’esprit y gagne en clairvoyance et découvre ici sa vraie dimension. L’homme baigne dans le grandiose en permanence mais il n’en a que trop rarement conscience. Ça et là des anges, des esprits et des entités sont pourtant à votre écoute et ne demandent qu’à harmoniser leurs vies avec les vôtres. ou les vôtres avec les leurs, c’est selon. Voler est le plus vieux rêve de l’homme, mais la matière ne peut voler d’elle même, elle est limitée. Celle de l’esprit ne l’est pas. Laissez ce peuple vous porter peu à peu dans l’élément de l’air et il est certain que votre vie pourrait prendre un sens que vous n’imagineriez même pas.

 

  

Les Anges 


Les Peuples de l'Elément Air dans Mythologie/Légende anges

Ils apparaissent parfois sous la forme de créatures de feu, parfois comme des êtres d’aspect androgyne d’une exceptionnelle beauté, vêtus de robe d’une blancheur immaculée, les Anges sont en réalité de purs esprits, incorporels et immatériels. 


Leur noms vient du Grec Angelots « messager ». Ils sont donc des messagers divins, servant d’intermédiaires entre le Dieu créateur et ses créatures humaines. 


Selon la Cabales hébraïque, les anges sont des symbolisations des énergies divines, sans être eux-mêmes des Dieux. C’est pourquoi il est théologiquement blasphématoire d’adorer les Anges. Il est en revanche permis de les invoquer lors de prières, en leur demandant des intercessions auprès de la divinité. 


Il ne faut pas confondre invocation angélique et évocation démoniaque. La première s’identifie à la prière ou à la magie blanche, la seconde à la magie noire. 

Le pseudo-Denys l’Aéropagite à établie un ordre hiérarchique des anges dans sa Hiérarchie céleste, un classement des Anges organisé en neuf choeurs et trois triades. 

 

 

21dr577 dans Mythologie/Légende


La 1ere triade comporte les trois premiers ordres des Anges: 


- les Séraphins (ce qui signifie les « brûlants ») Anges de feu se tenant prés du trône de dieu 

 


- les Chérubins, qui dispensent la plénitude de leur science et de leur sagesse 


- les Trônes, fixés de façon immuable au pieds du trône Divin
La 2eme triade est composée des dominations, affranchies de toute entrave, des vertus et des puissances, pleines d’une calme autorité. 


La 3éme triade, enfin plus éloignée de la divinité mais plus proche des Hommes, et donc plus accessible, connaît les principautés, les Archanges et enfin les Anges. 

Enfin pour clore le chapitre des anges il reste les Anges Gardiens dont il n’est fait nulle mention dans la bible et dont le rôle s’apparente plutôt à celui des génies familiers. Ils accompagnent chaque humain de sa naissance à sa mort ou plus exactement de sa conception jusqu’à l’au-delà.

 

 

petite-encyclo-merveilleux

 

 

Publié dans Mythologie/Légende | Pas de Commentaires »

Lutins, Fées, Elfes

Posté par othoharmonie le 19 décembre 2010

****Les Peuples de l’élément Air

issu du livre : L’encyclopédie du merveilleux

 

Elfes
Elven, Tylwithes(Grande bretagne), Tylwyth teg(Apys de Galles) Elfen(Ecosse) Daoine Sdhe, siths(Irlande), Elfen, nis(Allemagne) Esprits follets (Fance) 

Lutins, Fées, Elfes dans Mythologie/Légende 70410

 


Esprits élémentaires de l’air, mais aussi des forêts et des collines, ils sont aussi bien mâles que femelles; dans ce dernier cas, on dit « une Elfe ».Les Elfes sont issus de la mythologie Scandinave (Alf, Alfen) où ils incarnent les esprits des morts, mais le terme Anglo-Saxon Elf les assimiles aux fées et autres membres du petit peuple en général. Le terme « Elfe » recouvre ainsi des créatures relativement différents, qu’il s’agit d’inventorier de manière plus précise.

Fées, Démons ou seigneur? 


Dans les légendes nordiques, les Elfes se divisent en Elfe clairs et Elfes noirs, les elfes clairs qui évoluent dans l’air vêtus à la façon des seigneurs du moyen âge. Ils ne s’apparentent aux Elfes des Forets que par leurs oreilles pointues, dites « oreilles d’Elfes ». Les Elfes de Tolkien font partis de cette catégorie. 

 

Les Fées 


Fata, Fades, Fadas, Fayes, Fays, Fairies, Bonnes Dames, gentes demoiselles, Féetauds. 

fee-20des-20bois-39415757c8 dans Mythologie/Légende


Créatures merveilleuses d’apparence féminine, dotées de pouvoirs surnaturels et généralement bienveillantes, les fées ont le pouvoir d’exaucer les voeux des mortel, de protéger, voire de combler les nouveau-nés de dons en se penchant sur leurs berceaux. Mais elles peuvent aussi se révéler maléfiques et destructrices, s’apparentant dans ce cas d’avantage aux sorcières. 


Le mot fée viens du mot latin « Fata » dérivé de « Fatum » destin, une autre étymologie fait dériver fée du latin « Fari », prophétiser qui à ensuite donné « Faer », enchanter, charmer. 


Les Fées vont généralement par trois, comme jadis les fileuses du destin (Moires grecques, Parques latines ou Normes nordiques) dont chacune avait une fonction précise : la première nouait le fil de la vie des mortels en présidant à leur naissance; la deuxième le dévidait en intervertissant dans le destin des hommes; la troisième, enfin, le rompait en annonçant aux hommes leur mort prochaine, avant de les accompagner dans l’au-delà, au séjour de l’éternelle jeunesse. 


La première fonction de la fée est de prévoir les événements futurs. Mais elle ne se contente pas d’annoncer l’avenir; elle le détermine, l’influence au gré de ses caprices ou besoins de ses protégés. Elle est alors la marraine qui se penche sur les berceaux des nouveaux nés pour les combler de dons, comme en attestent de nombreux contes merveilleux. L fée est également magicienne, elle s’intéresse au sort des hommes, en accomplissant à leur profit, et parfois à leur désavantage, milles prodiges et actions surnaturelles. 


LA fée, à enfin, pour rôle d’annoncer la mort des hommes et de les accompagner dans leur trépas. C’est la « mauvaise fée » ou la « fée oubliée » des contes merveilleux. 


L’une des manifestations les plus fameuses de la présence des fées dans les forets est le rond, cercle, ou anneaux des fées, qu’elles laissent dans l’herbe après y avoir dansé des heures durant. Pénétrer à l’intérieur d’un cercle de fées peut s’avérer périlleux, car celui qui s’y risque est emporté dans une danse qui l’obligera à tourner jusqu’à l’épuisement total, voire la mort. On dit aussi que l’écoulement du temps en féerie est diffèrent du temps humain; la danse aura semblé durer quelques minutes à peine, mais en réalité elle aura duré plusieurs jours, voire plusieurs années ou plusieurs siècles. 


Les fées se nourrissent avant tout des nourritures immatérielles, telles que parfum des mets, l’essence des choses, les filaments des nuages, l’étoffe des rêves, l’air du temps, les couleurs des saisons et la rosée du matin. Mais il est également dit qu’elle raffolent de certains aliments comme les baies rouges fraîchement cueillis, le pistil des fleurs, le lait de vache, le beurre, le miel et le safran. 

 

Les Lutins
Lubins, lupins, Ludions, luitons, luprons, letiens, folleti, prites, hobgobelins, Kwuelgeert, plageert

 

Les-lutins


« Lutin » désigne des créatures de petite taille infiniment plus petites que les nains, aux mœurs joyeuses et malicieuses. Le terme « lutin » apparu en 1564, dérive de l’ancien français « luitun ». 


Il faut distinguer les lutins, vivant en liberté dans la nature, des lutins domestiques, ou lutins du foyer. Parmi les lutins sauvages, il faut encore distinguer les lutins vivant de façon grégaire, qui logent dans les lutinières souterraines aux murs de torchis composé de glaise, de mousse et d’herbe parfumée, qui vont toujours par bandes nombreuses et animées, et son vêtus de vert, et des lutins solitaires, reconnaissables à leurs habits rouges. 


La plupart des lutins sauvages se sont progressivement sédentarisés dans les maisons des hommes, notamment en Bretagne et en Grande-Bretagne, leur contrées maternelles, devenant ainsi des lutins du foyer. Ces lutins domestiques affectionnent par-dessus tout la bonne chaleur qui se dégage d’un feu de bois dans la cheminée. En Grande-Bretagne on les appelle d’ailleurs hobgoblins « lutons du foyer » désignant la plaque qui se trouve à côté de la cheminée. 


Il est avéré que les lutins font de longues siestes durant le jour; ils se tiennes alors au grenier ou dans le fenil des étables. Mais la nuit venue, lorsque tout le monde est couché, ils sortent de leurs cachettes, accourent vers la pierre du foyer pour s’y réchauffer et y manger les restes des repas qu’on oublie jamais de leur abandonner, pelures de pommes de terre, fanes de carottes, jatte de lait, crêpes de sarrasin, parfois un peu de lard. Puis ils se mettent au travail, rangent les objets en désordre, lavent la vaisselle, balayent dans les coins, récurent les chaudrons, remplissent les brocs d’eau fraiche, en un mot prennes tout le soin possible de la maisonnée. 


Si les lutins familiers résident habituellement dans les fermes et les maisonnées, ils passent le plus clair de leurs temps à l’écurie, ou ils prennent grand soin des chevaux. Ils les soignent, les pansent, les étrillent et peignent soigneusement leurs crins, qu’il leur arrive de tresser comme des chevelures. 

 

petite-encyclo-merveilleux

Publié dans Mythologie/Légende | Pas de Commentaires »

Itinéraire prévu

Posté par othoharmonie le 15 mai 2010

 

 

D’après les informations recueillies auprès de notre interlocutrice du C.E, Géraldine nous a donné un petit Topos sur le déroulement de notre voyage en Inde. Je le partage avec vous :

 Itinéraire prévu dans VOYAGE EN INDE map2 L’Inde

Atterrissage à Delhi à 22 H 35 le vendredi 22 octobre. Namasté avec colliers de fleurs. Transfert à l’hôtel en autocar de grand tourisme….. 

De notre hôtel de Delhi, après un « petit déjeuner américain » …

En route pour 240 km en direction de Mandawa  ; et sur le chemin :

le-fort-rouge-dagra dans VOYAGE EN INDE Visite de Old Delhi et du Fort Rouge qui fut bâti par Shah Jahan qui est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

En face du Fort Rouge s’ouvre la principale rue Marchande Chandni Chowk. Elle grouille de monde jour et nuit. On y trouve un immense bazar rempli de magasins divers : bijoux en argent, artisanat, sucreries… puis découverte de New Delhi : India Gate, l’arc de triomphe de 42 m de haut, le Parlement et Rashtrapati Bhawn, le Palais de Président Lord Mountbatten, vice-roi des Indes, y fut le dernier occupant anglais.

2094675 Enfin, visite du Mausolée d’Humayun, le 2ème empereur moghol.

-          En partance pour la Vallée de Shikahwati où nous arriverons en fin d’après-midi, nous nous installeront dans la citadelle pour un dîner rajasthani musical sous les torches. Puis, au dodo !!

-          Le 3ème jour, il nous restera encore 190 km avant d’arriver à Mandawa ; donc destination première pour Bikaner

rtw-2006.1167738660.09_havelis_a_jaisalmer  Découverte des Havélis qui sont les anciennes maisons des marchands, leurs façades peintes de scènes de la vie racontent la vie de chaque jour et les grands événements, c’est un peu comme une bande dessinée à ce qu’il paraît !

-          Nous traverserons ensuite le désert pour Bikaner, l’ancienne capitale princière du XVème siècle. Elle s’élève sur un petit plateau qui lui donne un aire imposant que renforcent encore les merveilleux remparts crénelés qui l’entourent. Bikaner est le berceau du fameux Camel Corp qui a joué un grand rôle dans les guerres du désert.

India,_Bikaner_Palace_of_Winds  Nous resterons donc à Bikaner pour la nuit et une bonne partie de la matinée. L’après-midi, nous repartiront pour la visite de la ville, avec notamment le fort Junnagarh : édifié entre 1588 et 1593 par Raja Rai Singh, général de l’armée de l’empereur Moghol Akbar. Le fort possède un rempart de 968 m de long, doté de 37 bastions et de deux entrées. La Suraj Pol, ou porte du Soleil, en constitue l’entrée principale. Les palais situés à l’intérieur du fort, au sud, forment un pittoresque ensemble de cours, balcons, kiosques, tours et fenêtres.

-          Puis visite du musée Ganga Jublie, qui abrite des collections des Maharadjahs et découverte d’une ferme d’élevage de chameaux. Promenade dans le marché local pour goûter à l’ambiance de la soirée.

-          Nous retournerons dormir à l’hôtel de Bikaner ; et le 4ème jour, nous partirons pour la destination DeshnokJaisalmer (330 km).

jaisalmer-ind610  Donc : départ vers Jaisalmer, l’ancienne cité caravanière du désert de Thar.

Etrange cité de grès jaune, oubliée depuis le siècle dernier aux confins du désert, elle garde de très nombreux témoignages de sa splendeur passée. L’ensemble de la cité forme un contraste étonnant avec la rudesse du désert environnant.

rat_terre_deshnok  en chemin, nous nous arrêterons donc à Deshnok où nous visiterons le Temple des Rats (pas de crainte, ils sont considérés comme sacrés, donc bien nourris et les visiteurs ne les impressionnent guère !)

 

jaisalmer    Nous déjeunerons en cours de route pour se rendre à Jaisalmer, cité fascinante du RAJASTHAN qui semble sortie du néant, en plein désert, tel un mirage.

Son imposante citadelle, ses bastions et ses remparts, revêtus d’une douceur dorée au coucher du soleil, constituent un spectacle digne des « Milles et Une nuits ». A l’intérieur de ses murs, la magie persiste dans le dédale des ruelles et des bazars, même si on note ça et là quelques signes du temps (des siècles) qui passe. Idéalement placée sur l’itinéraire des caravaniers entre l’Inde et l’Asie centrale, son histoire et son essor passés sont liés au négoce qui enrichît commerçants et citadins. C’est de cette époque très prospère que datent les splendides demeures (Haveli) de grès, agrémentées de délicates sculptures de bois.

-          Nous nous arrêterons Aux Chatris Royaux d’où nous assisterons au coucher du soleil sur les remparts (si le temps le permet). C’est de là dit-on que nous pourrons comprendre pourquoi Jaisalmer et surnommée la « Cité Dorée« .

1_big installation donc à l’hôtel de Jaisalmer afin de mieux repartir en ce 5ème jour en direction du Désert du Thar ; en cours de route nous visiterons la forteresse : c’est par la First Fort Gate que l’on accède à l’imposante citadelle érigée à partir de 1156 par le roi rajpoute Jaisala. L’intérieur de la forteresse est un dense canevas jalonné de ruelles pavées, jalonnées d’échoppes et d’étals. Elle abrite également sept temples jaïns magnifiquement sculptés, construits entre le XIIème et le XVème siècle, et des palais dont celui de l’ancien souverain, le palais du maharaja, une imposante bâtisse s’élevant sur sept étages, au centre d’une vaste cour qui servait à la revue des troupes.

samode-haveli-3    Puis, découverte des Haveli : Patwon Ki Haveli, Salim Singh Ki Haveli, Nathmal Ki Haveli.. pour le déjeuner buffet.

World_India_Gadi_Sagar_Temple_007605_     L’après midi, visite de Gadi Sagar, un lac réservoir situé au Sud des remparts, qui assurait jadis l’alimentation en eau de la ville. On y accède par une splendide porte et il est entouré de petits temples et d’oratoires.

-          puis excursion dans le désert du Thar vers Khuri, l’ancien bourg nomade situé dans le cœur du Thar, sur la bordure des dunes de sable. Méharée à dos de chameaux au coucher du soleil.

Visoterra-au-lac-gadi-sagar-5242      Retour à l’Open bar avant le dîner à Jaisalmer, suivi d’un dîner avec chants et musique du désert. Et dodo à l’hôtel.

-          Le 6ème jour, après le petit dej. à Jaisalmer, en départ pour Jodhpur, ville en plein cœur du désert. Blottie au pied d’une énorme forteresse, la ville, appelée aussi « ville bleue », apparaît comme une réconfortante oasis au voyageur qui vient de traverser le désert du Thar. La vieille ville est entrée par un mur percé de sept portes, qui fut érigé vers le milieu du XVIème siècle sur un périmètre de 10 km, et qui la protège du sable.

     L’après-midi, visite du magnifique « Fort Mehrangarh« , véritable nid d’aigle construit au sommet d’une colline surplombant la ville. Le musée du Fort renferme des palanquins, des nacelles servant à se déplacer en éléphant, des armes, sabres, épées, poignards, petits canons. De nombreuses salles (Mahal) contiennent des collections de miniatures (Umaid Mahal). La salle Takhat Mahal est entièrement décorée de miroirs et peintures, avec des boules de verre coloré suspendues au plafond. Le « Jankhi Mahal » contient une étonnante collection de berceaux royaux. Du haut des remparts défendus par d’impressionnants canons, une vue splendide s’offre à nous sur « la cité bleue » à 120 m en contrebas, et dans le lointain sur le palais « Umaid Bhawan ».

 

 

epices      Retour à la ville avec promenade dans le bazar et le marché aux épices de la Tour d’Horloge. Dîner et dodo.

 

-          Au 7ème jour, départ par la route vers Pushkar.

C’est ici qu’a lieu le plus grand marché aux chameaux de l’Asie. Il se tient à l’occasion d’un des grands pèlerinages hindous. Pushkar est la seule ville où l’on vénère le dieu Brahmâ car c’est ici qu’il tua un démon qui terrorisait la région. L’on dit que le Seigneur Brahmâ laissa tomber une fleur de lotus, et le lac se forma. Chaque années au moment de la pleine lune , les pèlerins se dirigent vers le lac dont l’origine est considérée miraculeuse parles pèlerins.

pushkar      Promenade en ville afin de rencontrer un brahman autour d’une cérémonie au lac sacré.

Continuation vers Ajmer. Au cœur du Rajasthan hindou, c’est un haut lieu de l’islam en Inde. Ajmer renferme en effet, le tombeau d’un saint musulman au cœur de son Dargah, véritable petite ville religieuse qui attire les pèlerins de tout le pays.

554_8    Visite du Dargaha que nous atteindront en « tongas » (calèches). Dargaha, c’est le lieu où se trouve le mausolée de « Kaja-ud-Din-Shishti » qui s’installa à Ajmer en 1166. Il est entouré d’une grande ferveur populaire. « Kaja-ud-Din-Shishti » fut le fondateur de l’ordre musulman de Shishti. Akbar lui-même y fit un pèlerinage annuel. Le cénotaphe est en argent.

JaipurVegetableMarket   Nous serons transférés à la gare pour 15 H 30, partance du train pour Jaipur….

Balade en rickshaws dans le centre ville qui nous mènera du marché aux fleurs au palais du prince Albert. Dans les rues, les vaches, les éléphants ; les vélos et les taxis se croisent dans un grand bruit de klaxons, c’est un grand bain de foule fort sympathique !… puis installation à l’hôtel pour une nuit à Jaipur.

amber-fort-7199   Au 8ème jour, départ pour Amber : arrêt au célèbre « Hawa Mahal » ; façade derrière laquelle les femmes pouvaient voir, sans être vues. Continuation donc vers Amber, l’ancienne cité médiévale dominée par son fort. Autrefois il fut la résidence des Maharadjahs. En voyant les forts de défense qui entourent le lieu, nous pourrons imaginer la puissance du personnage.

pt14632     Montée vers les remparts à dos d’éléphants (2 personnes par éléphant). Visite du palais avec ses salles serties de miroirs et son ancien harem, véritable labyrinthe. Possibilité d’assister à la Puja au temple de Kali. La Puja est le temps des prières selon les rites hindous. On ne peut rentrer dans le temple que pieds nus et sans articles de cuir sur soi. Retour du site en Jeeps vers notre bus. Déjeuner en ville et thé servi autour d’un spectacle des marionnettes.

 

 

   Découverte du City Palace, du Palais du Maharadjad avec son musée de vêtements royaux, de baldaquins de cérémonies et également de belles miniatures. Enfin, l’artisanat de Jaipur nous réservera bien des surprises ; du coton peint au pochoir, des pierres précieuses aux émaux, notre temps libre nous paraîtra court pour le shopping. Les célèbres « Miniatures » célèbrent toujours la beauté des femmes rajpoutes : yeux rêveurs et longs cheveux noirs.

samode-tourism4     Départ pour Samode. Installation au SAMODE BAGH, ancien pavillon d’été de Raoji. Moment de détente dans les jardins à la Moghole qui sont un oasis de fraîcheur. Moment unique et magique ! Visite du château avec son palis ornés de peintures et de miroirs, véritable château de conte de fée. Cocktail privatif dans la salle du trône au Palais de Samode qui vous sera servi au Sultan Mahal. Dîner de spécialités dans le cadre prestigieux du Samode Palace. Nuit au Samode Bagh.

     Au 9ème jour, de Samode donc, petite marche vers la Sunehri Kothi (la maison Dorée). Visite de l’ancienne demeure princière dont la simplicité extérieure nous surprendra et la décoration intérieure nous émerveillera. Les murs sont entièrement recouverts de mosaïques de miroirs, de dorures et de fragments de verre peint.

 

 

Ranthambhore%25204%2520Small%2520Web%2520view    Continuation vers la Réserve de Ranthambore (160 km). Elle a été spécialement créée pour protéger les tigres, car les grandes chasses des Britanniques dans les principautés avaient mis en péril la survie de l’espèce. Installation à l’hôtel pour le déjeuner. Puis, l’après-midi, safari en véhicule forestier pour découvrir la réserve animalière de Ranthambore. Dans un somptueux décor forestier, nous irons à travers les pistes vallonnées, à la recherche du plus gros des félins, silencieux lorsqu’il se glisse parmi les ombres et les lumières de sous-bois, attendrissant lorsqu’il dodeline comme un gros chat pataud. Cette réserve est également habitée par des chinkaris, chithals, sambars, hyènes, chacals, ours lippus, sangliers et de nombreuses espèces d’oiseaux, comme les paons, anhingas, tantales, martin pêcheurs, perruches, chouettes, hérons…!

Nous passerons la nuit dans la Réserve.

porte%2520incrust%C3%A9e%2520Fort%2520Rouge%2520Agra     Au 10ème jour, au départ de Ranthambore nous nous dirigerons vers Fathepursikri afin de rejoindre Agra (280 km). Départ par la route à travers la belle campagne et l’arrière paysage du Rajasthan vers Agra. Arrêt dans la demeure familiale des Yuvraj.

Buffet déjeuner au Lakshim Villas dans un cadre champêtre. Visite de Fatehpur Sikri, l’ancienne capitale impériale figée dans le passé. Au temps où les Anglais vinrent y rencontrer Akbar, ils n’en croyaient pas leurs yeux, à l’époque la ville était plus importante que Londres. Maintenant, elle est déserte, reste la citadelle d’Akbar, avec les résidences des épouses, et une très grande mosquée.

pt41939      Continuation vers Agra, le pays des grands Moghols. Les belliqueux Moghols fondèrent Agra et en firent la capitale d’un empire florissant. Ils devinrent plus civilisés et respectueux de l’art, et d’une grande tolérance ; la religion fondée par Akbar en fait foi. Mais tout prit fin avec le règle de Shah Jahan dont le chef d’œuvre fut le Taj Mahal. Arrivée à l’hôtel, dans la soirée, cocktail de bienvenue en compagnie d’un souriant magicien sous la forme d’un open bar. Dîner de spécialités en restaurant à l’extérieur de l’hôtel. Puis dodo…

India_-_Taj_Mahal_sunrise_Hz_5x8-2      11ème jour, nous serons alors le lundi 1er novembre, sur la route du retour à Dehli, notre point de départ, nous nous rendrons au Taj en tonga (calèches). Visite du Taj Mahal (à savoir : fermé le vendredi). Il symbolise vraiment l’histoire d’un grand amour. Son charme est magique, le bassin rectangulaire bordé de cyprès, retient l’image du monument. Sous le dôme Shah Jahan et Muntaz reposent réunis dans l’éternité.

     Puis, visite du Fort Rouge dont la puissance militaire ne peut être mise en doute. Ce fut la résidence des Empereurs Moghols. Chacun y a laissé son empreinte, grès rouge d’Akbar et Jahangir, marbre blanc de Shah Jahan. Ce fort s’élève sur les bords de la Yamuna, il est entouré d’un mur de 20 à 33 m de haut et de 2500 m de périmètre. Temps libre pour admirer la belle marqueterie d’Agra.

new_delhi_02-11b773e    Dans l’après-midi, retour vers Delhi à travers le Uttar Pradesh rural. Bien sûr, il y a de nombreux kilomètres, mais les scènes de la vie agricole, ou tout simplement de la vie quotidienne, occuperont notre temps très agréablement. Dîner d’adieu de spécialités avec musique et danses.

 

 20070515_DNA014809

 

 

  

 image_hotel_exterior_outside_1  

     Transfert à l’aéroport, assistance aux formalités d’enregistrement et d’embarquement au comptoir d’enregistrement de la compagnie. Envol à 1 H 25 sur vol régulier à destination de Paris.

00020388

-          RETOUR arrivée à l’aéroport de Paris Roissy CDG à 5 H 55 le mardi 2 novembre ; rentrée par le bus qui nous ramènera à Dijon – heure arrivée prévue vers 9 h 30 .   

 barre-separation-1-54158898e0

  Maintenant reste à savoir qu’est-ce que je ramènerai moi-même de ce long périple …

ah ah !!

 bouddha

 

Publié dans VOYAGE EN INDE | Pas de Commentaires »

Terre – p.77 – 90

Posté par othoharmonie le 14 mai 2010

Terre - p.77 - 90 dans A et B L-univers-et-le-betise-humaine   Extrait de “TERRE” Clés pléiadiennes de la bibliothèque vivante  par Barbara Marciniak  : page 77.. 

CHAPITRE QUATRE

LA TERRE EST VOTRE CHEZ-VOUS

Pour comprendre la Terre et les secrets qu’elle recèle, il faut maîtriser les énigmes qui sont en vus, particulièrement les facettes cachées dans les racines de votre subconscient.

  

Au fil de votre voyage, vous découvrirez les racines de votre identité humaine, ici, sur Terre, le chez-soi que vous avez choisi. Vous réaliserez bientôt que vous partagez cette maison avec une myriade de curieuses formes de vie, autres que celles que vous connaissez déjà. Vous aurez la chance d’une croissance enrichie et une amélioration personnelle en explorant vos racines humaines et stellaires elles qu’elle sont conservées, enregistrées et ressenties ici sur Terre. En ce moment, nous vous parlons à vous, habitant de Terre, dont la lignée génétique est riche, vivante et intimement liées à bien d’autres réalités. Nous vous rappelons que votre maison recèle bien d’autres choses que celles qu’on vous a enseignées. Soyez ouvert à l’histoire de votre lignée – en tant qu’ensemble de races et de cultures, vous avez bien plus en commun que vous ne le supposez.

En tant qu’être ayant l’expérience du voyage, vous avez ressenti l’impulsion d’explorer la Terre comme un endroit, dans ce système solaire, qui met la vie en scène et qui est le foyer de codes ancestraux. Nous avons dit que la Terre était une Bibliothèque vivante, un centre biogénétique où de vestes quantités de données sont emmagasinées sous forme d’incomparables outils de compréhension de la création de la vie. Cette information existe sous forme de patterns qui dépassent ce que vous pouvez saisir présentement. La Terre est un lieu de naissance où la vie est créée et vécue. Traditionnellement, le fait d’élever des enfants sur votre planète est lié à un processus biologique dans lequel deux personnes de sexe opposé s’unissent pour créer la vie. Cependant, vous expérimentez maintenant avec la conception de la vie en laboratoire : vous êtes donc mis au défi de prendre de l’expansion et d’envisager qu’il y a peut-être des façon différentes d’être parents et de créer la vie.

Rappelez-vous un instant l’idée que les Maîtres du Jeu deviennent parents de civilisations au moyen de la conceptualisation. Ils créent et entretiennent des formes-pensées, puis distribuent des plans inédits pour attirer des formes de vie significatives dans leur création. Ils font l’expérience du réseau de l’existence en tant que force et champ de conscience illimitée doté d’intelligence et sachant réagir. Vous concevrez peut-être que ce réseau soit de l’essence du Créateur originel. Rappelez-vous que nous faisons de notre mieux pour créer des histoires à partir desquelles vous pouvez évoluer. Nous offrons des concepts pour vous libérer de prétendues racines difficilement perceptibles, héritées comme croyances et manifestées en tant que faits non prouvés. Veuillez élargir l’idée que vous vous faites de la Terre. Celle-ci est unique dans l’existence : on peut y produire de la vie, et c’est l’une des raisons de son attrait. Vous êtes peut-être conscient de ceux qui surveillent votre demeure et pour qui la Terre est un endroit à visiter et où on peut jouer avec la réalité. C’est de vous-même que vous prenez conscience, en tant que Maître du Jeu, et que vous faites l’expérience de la Terre comme un indigène au sein de sa propre création. Rappelez-vous le concept des Maîtres du Jeu créant des civilisations puis s’immergeant dans leur construction de la réalité – pour ensuite s’éveiller à cette connaissance.

minigifs_40 dans A et B

En termes temporels, la Terre est assez ancienne, et certains récits qui la concernent ont longtemps été ensevelis et cachés. La lignée ancestrale en train de se révéler implique des points de déclenchement et des événements datant de plus de 500 000 ans qui reviennent à travers diverses expériences dans le temps. Les documents sumériens contiennent de nombreuses clés pour mieux comprendre votre lignée ancestrale. Ces récits maintiennent que, depuis des éons, une caste de personnages célestes aux projets multiples, ont participé aux événements de la Terre. Ces documents anciens rappellent un temps, il y a des centaines de milliers d’années, où deux frères monarques, Enki et Enlil, étaient en charge du projet Terre.

Ces visiteurs, appelés les Anunnaki, sont venus des cieux sur la Terre et ont joué aux dieux. Ils ont créé ce qu’ils voulaient sur Terre, à partir de leurs intentions. Entre autres choses, ils sont venus à la recherche de l’or. Veuillez comprendre qu’il y a bien des choses ici sur Terre que l’on peut prendre et améliorer dans les autres réalités. La Terre est la maison de nombre de clés galactiques, et c’est bien davantage que votre seule demeure. Vous êtres les gardiens – ceux qui habitent la Terre.

Ces dieux visiteurs, les Anunnaki, sont venus sur Terre et ont commencé à emporter des produits de cet endroit vers le leur. Leur but était de faire des expériences avec la vie et de créer des êtres afin qu’ils puissent habiter sur la Terre. Ces dieux sont vos anciens parents, ayant ensemencé de leur influence une version de la lignée génétique des humains. Lorsque vous choisissez d’habiter sur Terre, vous savez qu’une partie du projet est de découvrir la souveraineté et le libre arbitre dans le cadre d’une expérience cosmique biogénétique.

Des nombreuses découvertes anthropologiques offrent des indices sur votre passé grâce à d’anciennes formes squelettiques. Ces formes dépeignent un album humain changeant au cours de quelques millions d’années. Ces découvertes archéologiques décrivent ce que vis scientifiques appellent des stades du développement ou de l’évolution de l’homme, en supposant que la vie humaine était la même partout. En fait, les dieux ont créé diverses expériences en utilisant le matériel génétique emmagasiné ici dans la bibliothèque. Une caractéristique première de cette zone particulière de l’existence est l’exploration du possible. Ce que vous devez considérer avec le plus d’importance, c’est le concept des dieux en tant que parents. Considérez qui ils sont et qui vous êtes, en relation avec les énergies stellaires qui demandent à être reconnues.

Comprendre la Terre et les secrets qu’elle recèle sous-entend la maîtrise des énigmes qui sont en vous, en particulier les portions cachées dans les racines de votre subconscient. Des éléments importants peuvent être enfouis dans le sol de la Terre, ou même dans les profondeurs de couches énergétiques à l’intérieur de votre être. Ressentez que la Terre est votre maison et faites quelque chose pour l’améliorer. Reconnaissez que vous, en tant qu’être biologique, ayant des émotions, des sentiments et de la connaissance intuitive, êtes relié à la Terre. Votre biologie développe des connexions révélant peu à peu qui vous êtes en vérité. A mesure que vous apprendrez à vous accorder à la Terre, vous ressentirez les changements qui transpirent. La Terre vous fournit une occasion d’étendre la connaissance de vos racines et de vous relier ainsi à l’essence même de la vie.

minigifs_40

D’où venez-vous ? Qui sont vos parents créateurs ? Qui vous a conçu ? Les Sumériens comprenaient les visiteurs venus des étoiles et qui, pendant des centaines de milliers d’années, ont fait des expériences et influencé la vie humaine sur chaque continent. L’interaction et le commerce entre les cultures représentatives étaient de nouveaux sons en passant d’un continent à un autre, modifiant la biogénétique de la vie pour voir ce qu’on pouvait faire. Les dieux surveillaient leurs créations sur Terre et y participaient, enrichissant leurs propres leçons à travers les lois de cause à effet.

La culture sumérienne, que la plupart des experts considèrent comme le berceau de la civilisation, s’est épanouie il y a environ 6 000 ans dans une région appelée Mésopotamie, située entre les eaux anciennes du Tigre et de l’Euphrate, dans l’Iraq et le Koweït actuels. Cette civilisation a été redécouverte au siècle dernier. La région où elle s’est développée est une zone politiquement active de la fin du XXè siècle, où persistent la guerre et bien des changements de pouvoir et d’appréciation de la vie. La culture sumérienne était dirigée par ceux qui sont venus des étoiles – les ancêtre stellaires reptiliens. Ils établissaient à nouveau une civilisation, créant une expérience de plus pour examiner ce qu’on pouvait faire avec les force biologiques de la Terre.

Dans les mythes et les légendes anciennes datant de centaines de milliers d’années, il est question de serpents, de dragons et de visiteurs reptiliens venus des cieux. Depuis des éons, ces récits de création étaient transmis oralement au fil de générations. Des événements importants furent ainsi racontés pour reconstituer les versions ancestrales. Beaucoup plus tard, des moments spéciaux furent captés par les Sumériens sur leurs fameux sceaux cylindriques. Ils ont ainsi enregistré des aspects choisis de la réalité sous forme picturale. Aujourd’hui, ces sceaux fournissent des indices sur des symboles importants. Ces symboles sont dépeints sous forme d’artefacts sur des sceaux cylindriques, bien qu’en réalité ce soient des clés révélant un autre langage d’intention.

Sur la planète entière, des cultures ont transmis des vérités intérieures qui ne se sont pas dépendues parmi les masses. Cela fut fait pour acquérir du pouvoir sur d’autres. Les dieux se maintenaient au pouvoir en autorisant un nombre restreint, plutôt qu’en donnant du pouvoir à tous. Cela a créé une hiérarchie de séparations faisant partie du grand malentendu qui vous accable encore aujourd’hui.

Sur votre planète, des gens – y compris les aborigènes, les Mayas, les Incas, les indigènes de l’Amérique du Nord et du Sud – embrassent l’idée que des dragons ou des serpents ont créé la vie. Les dragons pouvaient exhaler du feu, mais, bien que l’on en craignît certains, on attribuait à d’autres le pouvoir, la prospérité et la vie. Au fil du temps, des mythes et des récits furent changés et réécrits en fonction de la personne en charge et de l’effet désiré. On peut comprendre la nature de ces êtres mythiques en examinant ces récits en fonction de la personne en charge et de l’effet désiré. On peut comprendre la nature de ces êtres mythiques en examinant ces récits pour voir s’ils véhiculaient un sentiment de pouvoir chez les gens ou s’ils impliquaient que la minorité avait un pouvoir sur la majorité.

Imaginez que vus vivez dans une vaste étendue de temps dans laquelle les années ne sont pour vous que de courts instants. Que feriez-vous pour vous occuper ? Quel genre de réalités virtuelles créeriez-vous pour les examiner de temps à autre ? Si vous aviez la capacité d’accéder aux clés de la génétique et de fabriquer la vie, que feriez-vous en tant qu’humain, avec autant de liberté, de temps libre et de connaissance ?

La race reptilienne, ou les Lézies comme nous les appelons affectueusement, sont une partie intégrante de votre lignée ancestrale. Ils constituent un ensemble de conscience formidable, féroce et gracieuse, car ils sont bien des choses combinées en une seule. Il est important que vous compreniez ces reptiliens comme des aspects d’une existence qui vous relie à la profonde racine de votre héritage et de votre passé. Afin de croître davantage dans la compréhension de vous-même en tant qu’entité florissante sur la roue de la vie qui se déploie dans l’histoire du douze, il est essentiel pour vous de comprendre votre maison, vos racines et vos gênes.

minigifs_40

Comprenez que les énergies reptiliennes sont des dieux créateurs et des maîtres généticiens qui ont aidé des Planificateurs originels à concevoir la Bibliothèque vivante. Il s’agit d’une race ancienne très avancée dans la création de formes biologiques conscientes. Les reptiliens faisaient partie des instigateurs primordiaux qui ont rassemblé les pièces humaines sur cette planète. Ils ont appris leur art des anciens. En tant que maîtres généticiens, les Lézies connaissent leur métier ; ils sont fort compétents dans l’organisation et la manipulation génériques. Ils dépassent de loin bien des êtres brillants par leur capacité de manier la vie du point de vue génétique. Ainsi, dans la vaste étendue de l’existence, les familles reptiliennes sont réputées pour être les créateurs et les responsables dans la planification génétique des formes de vie.

Ces idées vous offrent quelque chose à ressentir, chers amis. En contemplant ce sujet, cherchez à découvrir les branches de votre arbre ancestral. Considérez le voyage à travers la famille reptilienne comme une clé vous permettant de plonger plus profondément dans vos racines. L’influence reptilienne repose au cœur de votre structure biologique et, aujourd’hui, ces créatures reviennent dans votre champ de conscience. Ils apparaissent sous la forme de jouets et de personnages au cinéma et à la télévision, sous forme d’images publicitaires, prêtant leur nom à tous ceux qui osent se rappeler. Ils surgissent du subconscient comme partie du soi qui a besoin d’être exprimé et compris, aimé, guéri, intégré et accepté. Votre soi spirituel est biologique détient la clé de ce processus.

A une époque très ancienne de son histoire, la famille reptilienne était une race très bienveillante et enthousiasmante. Des membres de cette famille sont venus sur la Terre et ont été profondément engagés dans la création de la Bibliothèque vivante. Cependant, ils ont fini par provoquer une guerre civile entre eux et parmi d’autres représentants de la collection des dieux créateurs. Ces guerres étaient fondées sur la séparation mutuelle en vue du pouvoir. Rappelez-vous qu’une partie de votre voyage en tant qu’humains en évolution consiste à comprendre que vous êtes des créatures humaines séparées, uniques et dotées de libre arbitre. Vous êtes en train de découvrir d’autres créatures séparées, uniques, dotées de livre arbitre, et de réaliser que vous ne faites qu’un. Il est temps de reconnaître la vaste unicité de l’intelligence à mesure que des créatures inédites se révéleront à votre monde, écartant les obstacles bloquant les vérités intérieures.

Les ancêtres reptiliens, lorsqu’ils seront reconnus en tant qu’êtres réels, pourront être libérés par vous du rôle qu’ils ont joué. Vous êtes des créatures multidimensionnelles, et une version de vous-mêmes est celle-ci, sur Terre, en tant qu’êtres humains. Simultanément, dans une autre version de la réalité, vous pouvez également être ces êtres mêmes qui vous ont influencés. Vous pouvez faire l’expérience d’une identité où vous êtes ces créatures et ressentir leur dilemme ainsi que leurs restrictions au sein de leur propre paradigme. A mesure que vos croyances sur vous-mêmes et votre chez-vous seront modifiées, ce qui vous mènera vers une souveraineté nouvelle, vous affecterez vos racines dans toutes les directions – le présent, le passé et le futur. Vous êtes intimement liés au vaste réseau de l’existence et, à mesure que vous changez, la signification de vos pensées envoie des impulsions nouvelles dans le réseau en tant que possibilités pur tous les aspects de l’existence.

 En tant que Pléiadiens, nous détenons une vision de la réalité plus vaste que celle que vous avez maintenant et nous sommes ici pour la partager avec vous. Nous avons un billet ouvert – une carte d’or dans une Foire de la Renaissance qui prend place dans le cosmos. Nous pouvons vous dire ce que nous voyons. Vous pensez souvent que ce que nous véhiculons, c’est la foire entière, alors que ce que nous partageons, c’est tout simplement les bizarreries et les coins d’un immense événement, en mettant l’accent sur des zones particulièrement curieuses et significatives. Vous ne comprenez pas que cela ne fait qu’un seul gros « maintenant ». Le chaos et le libre arbitre semblent régner, mais dans ce processus même, des énergies se brouillent et se reconnectent pour faire l’expérience de la valeur intrinsèque et de l’inévitable coopération de la vie. […] 

Les indices de votre ascendance reptilienne abondent. On peut les voir, sculptés dans la pierre, sous forme de symboles dans de nombreux sites sacrés et à des endroits le long des grandes lignes sacrées de la Terre. Le serpent, le dragon et les mythes et légendes reptiliens reposent au cœur des concepts intimes et des enseignements principaux de presque chaque religion indigène. Le serpent, le reptile et le dragon évoquent des influences puissantes sous forme de totems. Souvent mécompris, ils sont néanmoins vénérés en tant que symboles rituels révélant le pouvoir et l’origine des gens. Dans le monde moderne, votre profession médicale utilise le caducée, un symbole ancien montrant des serpents entrelacés autour d’un bâton, pour indiquer les racines de son héritage. 

minigifs_40

Parfois, les reptiles anciens que vos mythes appellent dragons ont thésaurisé des cristaux. Les cristaux servent à envoyer et à recevoir de l’information. Nombre de civilisations parmi les plus élevées étaient ancrées par des énergies reptiliennes qui avait accès au plan humain et qui ont transporté ce plan humain d’un autre système à celui-ci. Les reptiliens ont fait cela en apportant une immense quantité d’énergie cristalline, en la thésaurisant, en la recueillant et en l’accumulant dans des repaires ou cavernes qui leur servaient de bases d’opération souterraines. Ils ont ensuite envoyé des versions d’eux-mêmes pour les représenter dans le monde extérieur, très souvent sous la forme de serpents. C’étaient leur seule façon d’entrer dans le monde extérieur sans se faire blesser. S’ils étaient venus sous leur nature de dragon, la conscience des humains existant à l’époque n’aurait pu supporter la rencontre. 

[…] 

Imaginez la Terre revenue à sa beauté royale. Des arbres majestueux semblent frôler le ciel bleu foncé, et des nuages s’élèvent pour former des pics majestueux. Le chant des oiseaux remplit l’air créant des couches de symphonie, chacune orchestrée en fonction de l’instant. Apprenez à vous sentir vivant. Découvrez un sens à votre vie en explorant l’aspect de vous qui est préservé sous la forme de votre subconscient. Envoyez votre racine prendre contact, comme un serpent, dans les registres de la Terre et rappelez à votre esprit une Terre majestueuse, la maison dont vous êtes l’occupant légitime. 

 barre-separation-1-54158898e0

Exercice énergétique  

Respirez profondément et envoyez une onde de vitalité et de relaxation dans tout votre corps, créant un espace spécial. Utilisez la respiration pour créer un véhicule grâce auquel vous pourrez voyager par l’imagination. Trouvez cet endroit en vous où vous exercerez le pouvoir de l’imagination. Voyez votre monde suspendu dans l’espace, joyau magnifique réfléchissant et irradiant la lumière. Sentez votre lien à l’espace à partir de votre cœur, de l’essence même de votre être. Sentez que cet endroit est chez vous. Si vous étiez en train de voyager le long des parsecs d’espace, vous auriez la joie immense de reconnaître que vous êtes dans votre quartier. 

De votre cœur, envoyez un grand rayon d’amour radieux et lumineux. Envoyez-le à la Terre. Puis laissez-vous attirer vers la Terre, comme si vous étiez en train de planer depuis les profondeurs de l’espace, dérivant de plus en plus près de la Terre. A mesure qu’elle grandit en stature et en taille, sentez sa magnitude et à quel point elle est vivante – qu’elle a une vitalité et un pouvoir ineffable, mais que sa gentillesse et sa grandeur sont ouvertes à tous. 

Tout en vous sentant attiré vers la Terre, laissez sa vibration vous tirer de l’espace. Imaginez-vous atterrir comme une plume, descendant et glissant en douceur vers l’endroit le plus idéal. Ce faisant atterrissez dans la douceur de la vibration de la Terre. 

minigifs_40

A présent, regardez autour de vous, pour voir où, sur la Terre, vous êtes arrivé. Que vous montre la Terre à propos de là où elle vous appelle à être ? En imaginant cela, sentez-vous reconnaissant et enthousiaste du fait que la Terre vous parle et vus offre une aventure. Respirez profondément, regarder autour de vous et sentez(vous inspiré par ce que vous avez découvert. Envoyer un message à la Terre, lui disant que vous êtes disponible pour mener une vie paisible et que votre intention actuelle est de restaurer son intégrité et de vivre près d’elle en l’honorant tous les jours où vous habiterez ici. Voyez-vous vivant, aimant, confiant et parcourant la surface de la Terre en grande paix avec tous les éléments de l’existence en accord avec votre intention d’harmonie. A présent, commencez à marcher très lentement, arpentant la Terre, respirant profondément et sentant ce que c’est que d’être vraiment vivant et d’aimer votre maison. Sentez cette gratitude, car elle vous soutiendra. Ayez confiance en vous-même. La Terre est votre chez-vous. 

 0bbf1025

Publié dans | 1 Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...