• Accueil
  • > Recherche : guérir esprit pdf

Résultats de votre recherche

Mon Dieu Intérieur parle

Posté par othoharmonie le 28 mai 2015

                    100_5361

 

« Mon Dieu Intérieur parle » est un texte thérapeutique préparé par Alejandro  Jodorowsky pour ces personnes qui disent ne pas savoir comment s’aider elles-mêmes, parce qu’elles se croient inutiles, vides, n’ont pas foi en leurs valeurs internes. C’est un texte pour tous celles et ceux qui ont grandi avec  un sentiment d’inutilité et des difficultés à trouver un sens à leur vie.

« Mon Dieu Intérieur parle » agit comme un mantra sacré, grâce auquel chacun-e pourra allumer une petite lumière pour illuminer l’obscurité dans laquelle il se trouve afin d’avancer sur le chemin du « connais-toi toi-même », en se reconnectant à son être essentiel.

L’art de Guérir – Mon Dieu Intérieur parle

Chapitre 1 
Imaginez la voix chaude, tendre et compatissante de Dieu à l’intérieur, et en lisant ce qui suit,  pensez que  vous ne lisez pas, mais que vous l’entendez, comme si ces paroles venaient du plus profond de votre coeur.
 
1. En lisant ces phrases, imagine ma voix. Écoute. C’est à toi que je parle. Je suis le centre de ta conscience, ton Dieu Intérieur.

2. Durant de nombreuses années tu as cherché anxieusement sans savoir ce que tu cherchais. Les concepts avaient perdu leur signification. Vérité, bonheur, liberté, Dieu, ressemblaient à des sons creux.

3. Aucun de tes prétendus maîtres n’a été en mesure de t’apprendre à être, à créer, à vivre ou à aimer.

4. Ces enseignants étaient seulement des personnalités humaines comme toi, avec leurs défauts et leurs faiblesses, qui répétaient sans les comprendre des vérités qui étaient les restes d’une tradition qui avait perdu son origine.

5. Ne se connaissant pas, ils ne surent pas te transmettre ce qu’ils étaient. Ils voulaient seulement que tu apprennes ce qu’ils disaient: des phrases déduites d’autres phrases, elles mêmes déduites d’autres phrases et ceci à l’infini.

6. Tu crois venir vers moi parce que tu ne sais plus vers qui te tourner. Tu te trompes, en réalité c’est moi qui viens vers toi.

7. Ce n’est pas toi mais bien moi qui étais à ta recherche, mais à peine pressentais-tu ma présence que tu me rejetais, effrayé(e).

8. En n’étant pas toi-même, tu avais peur de disparaître. Un peu comme un personnage dans un rêve qui prie pour que celui qui le rêve ne se réveille jamais.

9. Tu ne m’acceptais pas, voulant garder le contrôle de toi-même. Mais cette fuite te décourageait, te faisant supporter dans le cœur et dans l’esprit des nécessités impérieuses insatisfaites.

10. Enfin, maintenant que tu commences à sentir la présente d’une vérité à l’intérieur de toi, tu vas abandonner tes défenses et tu vas m’écouter.

11. Je suis ta vérité.
12. Je suis ta liberté.
13. Je suis ton bien-être.
14. Je suis ton Dieu Intérieur !
15. Détends-toi ! Avant de continuer à lire fais taire le moucheron de tes pensées, calme tes émotions, pacifie tes désirs, réduis tes besoins.

16. Je suis la partie de toi qui sait tout.
17. Et j’ai toujours tout su et je saurais toujours tout.
18. Cette partie de toi qui dit : Je suis ce que je suis et pas ce que les autres veulent que je sois.
19. Cette partie de toi qui reconnaît la vérité et qui écarte toute erreur quelle qu’elle soit, pas cette partie de toi qui s’est nourrie d’illusions pendant des années.

20. Parce que je suis ce qui t’as tout donné dans ta vie, pauvreté ou richesse, solitude ou amour, dégouts et satisfactions, réalisations ou rencontre des obstacles que j’ai mis devant toi pour t’enseigner que je suis ton unique guide.

21. Je t‘ai toujours prodigué non seulement la vie mais j’ai aussi voulu t’apporter toutes les choses nécessaires pour combler tes nécessités matérielles, tes désirs sexuels et créatifs, ta recherche émotionnelle et ton développement intellectuel.

22. Mais je ne suis pas ce tourbillon d’idées que tu appelles intellect, ni ton récipient émotionnel avec ses sympathies et ses répulsions, ni ta libido animale aveuglée par ses désirs, pas plus que ton corps – c’est à dire ta façon de percevoir ton organisme – avec ses besoins exagérés.

23. Ces idées, ces sentiments, ces désirs et ces besoins sont seulement l’expression de ton être, comme tu es l’expression de mon être. Ce sont seulement des phases de ta personnalité humaine, de la même façon que tu es une phase de ma divine transparence.

24. Libère-toi de la domination de ta personnalité, qui affectionne tellement l’auto-glorification et l’auto-justification. Libère-toi de ton aveuglant intellectualisme, infecté par des idées et des préjugés apportés par la famille, la société et la culture. Libère-toi de ton déséquilibre émotionnel qui veut s’attacher aux illusions pour retomber bien souvent en déceptions. Libère-toi du désir exacerbé, car pour peu que tu le satisfasses, jamais tu ne pourras le rassasier. Libère-toi des besoins artificiels qui ne sont que des vices imposés par le désir de paraître ce que tu n’es pas.

25. Si tu veux que je sois en toi et que je règne en ta conscience, ne te laisse pas diriger par ton intellect, par tes émotions, tes désirs ou par tes nécessités. Convertis-les en tes humbles serviteurs.

26. Je suis ton Dieu intérieur, celui qui accède à ton Être essentiel, celui que j’ai réveillé, le préparant ainsi expressément à recevoir ma parole.

27. Tu seras suffisamment fort(e) pour la supporter, si tu élimines tes illusions, tes croyances et opinions personnelles, qui sont seulement les scories que les autres ont lancé et que tu as récoltées.

28. Ensuite ma parole sera pour toi une source de joie et de bien être.
29. Ton esprit apprendra à s’illuminer, ton cœur à recevoir la grâce, ton sexe à connaître l’extase créative et ton corps à vivre dans une transe continuelle.

30. Mais il faut t’attendre à ce que ta personnalité, implantée par ta famille, la société et la culture, te fasse douter de ma parole telle que tu la lis.

31. Elle sait bien que son existence est menacée, qu’elle ne pourra plus vivre et prospérer, ni dominer plus longtemps tes pensées, tes sentiments, tes désirs et tes besoins, en s’imposant dans ta vie quotidienne comme elle l’a fait jusqu’ici, si tu ouvres ton cœur à ma parole et que tu l’héberges en son sein pour toujours.

32. Oui. Moi, ton Dieu intérieur, je te parle pour que tu sois conscient de ma présence.
33. J’ai toujours été à tes côtés, depuis ta naissance, mais tu ne t’en rendais pas compte. À présent il est temps que tu me connaisses, moi, qui étais toi avant ta naissance et qui sera toi après que tu « meures ».

34. Ce que tu appelles “mort” est seulement le passage d’une dimension matérielle à une dimension immatérielle.
35. Es-tu décidé(e) ? Veux-tu te submerger dans ton esprit infini ?
36. Alors abandonnes-toi à moi !

images« Mon Dieu Intérieur parle » contient 4 chapitres. Vous pourrez trouver les 3 autres chapitres en langue espagnole sur le site PLANO-CREATIVO ou traduits en français sur le blog PLAN CREATEUR  qui propose également la version intégrale en téléchargement libre au format pdf : Téléchargez Mon Dieu Intérieur parle d’Alejandro Jodorowsky. 

Mille mercis à Franca de AROMATOUCHE qui m’a permis de découvrir ce texte fabuleux, ainsi qu’aux créateurs et administrateurs du blog PLAN CREATEUR pour leur travail de traduction et de diffusion des oeuvres de A. Jodorowsky.

Publié dans DIEU, TRANSFORMATION INTERIEURE | Pas de Commentaires »

La Nouvelle Conscience Mondiale

Posté par othoharmonie le 29 novembre 2012

 

La Nouvelle Conscience Mondiale dans Nouvelle conscience laterrevivante-300x268L’ERE DU VERSEAU APPORTE AVEC ELLE des lois nouvelles, ajustées au progrès spirituel avancé de l’humanité dans de nombreux domaines, et ces lois sont parfaitement adaptées à la conscience mondiale en pleine expansion aujourd’hui. Alors que la planète entière passe au tournant supérieur de la spirale évolutive, l’humanité est exhortée par les nouvelles lois et par les Agents divins qui les exécutent, à réaliser l’unité et la véritable solidarité* spirituelle : une nouvelle et harmonieuse manière d’être. Un tel idéal est non seulement possible dans cette période finale de l’ère des Poissons, mais c’est aussi une nécessité préalable pour la rédemption et la guérison à la fois de la Terre et de l’humanité.

 Bien des anciens modes de pensée et de vie religieuse ont prouvé qu’ils créent plus de problèmes que de solutions ; les individus qui aideront à l’émergence de la Nouvelle Conscience Mondiale abandonnent maintenant volontiers complètement les anciennes méthodes et se tournent de tout cœur vers les nouvelles présentations de la vérité. Un grand changement d’attitude est en cours partout dans le monde et on reconnaît, particulièrement dans les pays occidentaux, que les anciennes méthodes d’évolution spirituelle orientées sur soi ne sont plus appropriées comme elles le furent jadis, et que la recherche d’illumination personnelle ne peut pas faire partie de la nouvelle éthique mondiale. Dans la nouvelle ère, l’ambition spirituelle égoïste sera entièrement remplacée par un dévouement sincère au bien collectif.

  Ceux qui s’éveillent aujourd’hui au besoin de changement ont tiré les leçons des anciennes voies et sont prêts à les abandonner au profit de quelque chose de beaucoup plus significatif, vital, opportun et expansif pour l’heure actuelle. L’humanité intelligente est maintenant prête à transcender la foi aveugle et le besoin d’objets extérieurs de culte, d’intermédiaires religieux, de techniques de libération personnelle et d’idéaux philosophiques complexes. Ces méthodes ne servent tout simplement plus les besoins spirituels actuels de l’humanité. Un nombre croissant de gens conscients et réfléchis dans le monde aujourd’hui reconnaissent que la personnalité doit laisser la place à  l’impersonnalité, le moi doit se soumettre à l’Esprit, si la paix doit jamais régner sur Terre, et ce sont ces individus qui s’éveillent qui forment la masse critique qui permettra à la Nouvelle Conscience Mondiale de naître et de s’établir de manière permanente.

 Afin que le nouveau paradigme mondial de conscience unitaire puisse devenir une réalité, les idées provenant des plans spirituels doivent créer un impact sur la conscience de l’humanité, car l’esprit de la race est le seul instrument disponible par lequel le Plan Divin puisse se manifester sur Terre. La transmutation de l’esprit mondial est plus que nécessaire pour guérir notre planète en souffrance ; les énergies entrantes de régénération, qui constituent le nouveau modèle éthérique pour la construction du Nouveau Monde, peuvent être évoquées par une disposition et des activités  désintéressées et coopératives.

 La Nouvelle Conscience Mondiale qui émerge aujourd’hui est obtenue par une coopération pour le bien commun, basée sur des motivations justes, par un exemple altruiste et par un engagement constructif à servir le monde. La Nouvelle Conscience

Mondiale est de nature grégaire : c’est une conscience de groupe.

 Une telle authentique solidarité est absolument nécessaire sur Terre, car la planète est encore actuellement dominée par un état d’esprit séparatif, et ce n’est que la puissance de l’union synergique en tant que force collective pour le bien qui puisse d’une part dissiper les ténèbres des ères passées qui se sont accumulées, d’autre part surmonter la négativité générale et manifester ainsi l’objectif mondial actuel.

 Lire la suite du livre en PDF….

 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans Nouvelle conscience, Nouvelle TERRE | Pas de Commentaires »

Entrer dans la neutralité

Posté par othoharmonie le 5 janvier 2012

Sans jugement, entrez dans la neutralité

floatiesParfois, même si vous êtes dans le bon geste, dans le bon mot, il pourrait arriver que vous blessiez quelqu’un. Pourquoi ? Simplement, parce que l’autre est dans ses peurs. Alors ne vous reprochez pas d’être authentique. Si vous êtes véritablement dans votre cœur, vous n’avez pas à vous sentir responsable de la réaction de l’autre. L’autre a sa propre blessure à guérir, ses propres peurs à regarder.

Cependant, lorsque vous provoquez de semblables réactions chez les autres tout en étant dans votre cœur, il peut arriver que votre propre blessure se réactive et que vous vous fermiez à l’autre. Si cela se produit, la meilleure attitude est de prendre rapidement conscience en vous disant intérieurement : « Je viens de dire ou de faire quelque chose qui a dérangé cette personne. Qu’est-ce que j’ai dit ou fait qui a réactivé sa blessure et la mienne ? ». Il est important de ne pas retourner la chose contre vous en vous blâmant, ni de condamner l’autre personne, mais de simplement prendre conscience. Car il est possible que votre intervention ait été juste et approprié pour cette personne mais qu’elle ne l’a pas compris.

Sans vous en rendre compte, vous avez peut-être créé une opportunité de croissance pour cette personne en lui donnant la possibilité de dépasser ses limites. Si au lieu de vous juger ou de juger l’autre ; vous êtes capable de le voir dans sa blessure tout en reconnaissant la vôtre vous devenez aidant. Et en devenant aidant vous pouvez prendre de la distance émotionnelle, entrer dans un état de neutralité et demander à la personne : « Est-ce que tu t’es senti blessé parce que je viens de dire ? ». Cette simple phrase permettra à l’autre d’exprimer sa frustration ce qui rétablira la communication entre vous.

Habituellement vous ne dites pas ces choses. Vous faites semblant de n’avoir rien vu, rien dit, rien fait parce qu’il est difficile de parler des vraies choses même avec des personnes que vous connaissez bien. Pourtant cela permettrait à l’autre de se dire : « En effet, je n’ai pas aimé que tu me parles de cette manière… ». Et vous pouvez, tout de suite, rétablir la situation en disant : « Je n’ai pas voulu te blesser mais simplement m’exprimer. Je m’excuse. Si je t’ai blessé, ce n’est pas de façon volontaire. ». En ce faisant vous donner à l’autre la possibilité de changer sa compréhension de la situation ce qui permettra au conflit de se dissoudre. Cette personne repartira contente en appréciant votre authenticité et votre capacité de reconnaître que vous l’avez blessée sans le vouloir.

Dépasser le point de conflit

floatiesVous vivez constamment ces difficultés de communication dans votre quotidien, mais vous n’en parlez pas. Certaines personnes peuvent même rester dans des conflits de personnalité avec une autre personne pendant des années sans en parler et sans faire de véritables tentatives pour le régler. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de disputes avec cette personne. Au contraire, vous créez beaucoup de turbulences dans vos énergies et dans les énergies de l’autre, mais sans jamais réussir à dépasser le point de conflit. Dépasser le point de conflit signifie vous élever au-dessus de la situation, prendre de la distance de ce qui vient de se passer et regarder la situation avec un œil différent, un œil neuf.

Voici un exemple qui vous aidera à comprendre. Imaginez que vous êtes témoin d’une dispute entre deux enfants sans y être impliqué. À distance vous pouvez observer l’interaction entre les enfants et décider s’il est approprié ou non d’intervenir. Si vous prenez le temps d’observer et savez rester neutre, votre intervention sera beaucoup plus juste et équitable pour chacun d’eux. Vous serez capable de trouver l’action appropriée. Soit les laisser régler leur problème eux-mêmes, soit les séparer et leur demander de réfléchir chacun de leur côté, ou encore leur montrer une meilleure façon de communiquer. Mais si cette journée-là vous êtes une maman ou un papa fatigué et de mauvaise humeur, vous ne pourrez pas garder votre neutralité. Vous vous laisserez aspirer émotionnellement par la dispute entre les enfants et vous vous mettrez en colère contre eux, ce qui activera le conflit ou lieu de le régler. C’est ainsi que, sans le désirer, vous créez des situations conflictuelles avec les personnes autour de vous car en perdant votre état de neutralité vous créez des blessures émotionnelles chez les autres.

Pensez à un événement récent dans votre vie où, sans le vouloir, vous avez créé un conflit, soit à la maison, soit dans votre lieu de travail, ou peut-être avec la caissière du supermarché. Observez comment vous avez créé une difficulté de communication avec cette personne… Prenez le temps de noter à l’intérieur de vous ce que vous avez pensé… ce que vous avez fait… ce que vous avez dit… ce que l’autre a dit… Quel était votre état d’esprit cette journée-là ? Étiez-vous pressé, fatigué, stressé ? Qu’est-ce qui a dérangé l’autre dans votre attitude ? Vous êtes-vous senti fatigué, vidé de vos énergies ?

                                                                                       gifs ordi

Message du Maître Amour et Harmonie, reçu par Louise Racette et Mariette Robidas lors d’un atelier « Être la Présence Je suis » qu’elles ont animé.

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.netTéléchargement libre de l’article, en .pdf

Publié dans Travail sur soi ! | Pas de Commentaires »

La pensée cause la maladie

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2010

La pensée cause la maladie dans L'Esprit  Guérisseur coeurVotre esprit peut vous guérir – Le principe universel de la guérison. (Dr.Bailes) 

(si vous avez des difficultés, alors pour mieux comprendre les pouvoirs de votre esprit, reportez-vous S.V.P à mon second blog :      http://channelconscience.unblog.fr/tag/pensee/    et   catégorie : Allan Kardec

 

 

tube ailes

 

-         2 – COMMENT LA PENSEE CAUSE LA MALADIE 

  

 

LHOMME vit sa conscience intérieure, non au-dehors dans le monde extérieur. Il ignore qu’il se heurte contre un obstacle matériel jusqu’à ce que le message ait été porté par ses nerfs en sa conscience. Sous l’influence d’un anesthésique annihilant sa conscience, il ne sent pas la douleur. En certains états où son esprit est dirigé dans un sens opposé, il n’éprouve aucune souffrance ; des femmes sous influence hypnotique furent menées à travers l’accouchement sans ressentir le moindre malaise. Les choses que l’homme souffre, il les souffre en sa conscience quand ses nerfs en transmettent la sensation. 

 

 

 

tube ailes

1.     Nos états mentaux sont responsables de la maladie 

 

Comprenons la vraie relation entre l’esprit et le corps pour voir pourquoi nous affirmons que les états mentaux sont responsables de la maladie. L’homme n’est pas un corps contenant l’esprit, mais esprit opérant à travers un corps. C’est une vérité fondamentale qui doit être acceptée, pour que se réalise une guérison mentale et spirituelle. Le corps lui-même est le résultat de l’activité de l’esprit, il est moulé par l’esprit et transformé par l’esprit

 

Des changements physiques d’une nature superficielle peuvent être observés à la suite d’états mentaux qui ont changé. Il paraît à peine nécessaire de mentionner le fait qu’un sentiment subit de honte fait rougir le visage et que la peur le fait pâlir. Le savant explique cela en disant que la dilatation et la contraction des vaisseaux sanguins sont sous le contrôle des nerfs vasomoteurs, eux-mêmes sous l’influence émotionnelle. Les expériences du docteur Canon, de Harvard, démontrent que des sentiments d’amour consciemment cultivés font briller l’œil, améliorent la circulation, la digestion et provoquent un fonctionnement harmonieux du système d’élimination, alors que les émotions opposées de peur, d’envie et de haine affectent le corps entier d’une façon opposée. 

 

Le Docteur Abraham Myerson , de Boston, mit en évidence que les ulcères d’estomac, l’asthme, les maladies de la peau et les troubles cardiaques sont fréquemment causés par des bouleversements mentaux qui se prolongent un certain temps. Des états émotifs contraires réduisent la production des globules rouges du sang, menant ainsi à l’anémie, et une grande partie des indigestions prétendues nerveuses sont des indigestions émotives. 

 

C’est une chose de retracer ces états physiques consécutifs à des causes mentales, s’en est une autre lorsque se pose la question ; « des conditions physiques peuvent-elles être corrigées lorsqu’on corrige l’état mental ? ». Le docteur Myerson a vu beaucoup de cas d’éruptions de la face et du corps s’améliorer rapidement par un traitement mental approprié, après s’être montré totalement incapable de répondre à un traitement médicamenteux contre l’infection. Le docteur Léon J.Saul, de Chicago, (Résumé par: Walter Briehl Walter Briehl) affirme qu’une frustration prolongée ou sévère de désirs d’amour, d’attention ou de repos peut être un facteur important des rhumes chez certaines personnes. L’une de ses enquêtes révéla que dans un groupe d’hommes et de femmes qui souffraient fréquemment de coryzas, tous les rhumes coïncidaient avec des états de privation s’opposant à de fortes exigences, le plus souvent subconscients et plus ou moins accompagnés de rage réprimée

 

Aux désordres mentionnés ci-dessus s’ajoutent les observations du docteur Julius Haiman qui enregistre des sinusites, des polypes du nez, des colites, des désordres nerveux et beaucoup d’autres troubles physiques ayant une origine mentale. 

 

Récemment, le Physicien de New York rapportait que, sous l’influence de pensées négatives le système nerveux autonome cause un flux excessif de sécrétions aqueuses s’épanchant dans les tissus et les membranes. Opérations, médecines et régimes enlèveront l’excédent des liquides mais, par habitude, l’esprit fait un nouveau travail de remplissage et le plus souvent il n’y a pas de guérison permanente jusqu’à ce que l’état mental et émotif soit transformé en un état de foi

 

 

tube ailes

2.     Le corps pense 

 

Comment se peut-il que l’esprit ait un tel pouvoir d’influencer le corps, allant même jusqu’à développer de réels états de maladie ? C’est parce que l’homme pense non seulement avec son cerveau, mais avec son corps entier. Chaque minuscule cellule séparée est une étincelle infinitésimale de l’Intelligence. Il n’est pas un seul point dans l’univers entier qui ne soit habité par l’Intelligence, par conséquent, il n’est dans le corps pas un seul atome qui soit à aucun moment séparé de l’activité mentale. 

 

L’homme est tellement accoutumé à se représenter deux mondes – le physique et le mental – qu’il trouve difficile de concevoir les deux comme faisant Un. En réalité, le corps est intelligence condensée en une forme, comme elle-même est Esprit condensé en une forme. L’activité mentale ne peut pas être détachée de la manifestation physique, car la manifestation physique est une manifestation mentale. Dans un sens, ce que pense l’intelligence, le corps le pense ; ce que le corps pense se réalise. Tout état mental qui varie s’enregistre dans le corps, et lorsque l’esprit change, il s’opère dans le corps un changement correspondant, une réflexion exacte de la pensée modifiée

 

 

tube ailes

3.     Toute maladie est une pensée négative 

 

La maladie est quelque idée déformée ayant assumé la domination. Dans le sens le plus vrai, il n’est pas juste de dire que la maladie est « causée par «   l’esprit ; la déformation que nous appelons maladie est simplement la déformation de la pensée à l’état visible. Le problème est en premier lieu un problème de la pensée, et la solution de même. Le contrôle de la maladie est mental, parce que la maladie elle-même est mentale. De lui-même, le corps n’a aucun pouvoir d’engendrer la maladie ; il est simplement l’ombre projetée par l’esprit, et un esprit sain projettera une ombre qui sera un corps sain

 

Toute nouvelle cellule créée dans le corps est une pensée – soit négative, soit positive – devenue forme et substance. En des jours plus anciens on avait l’habitude de dire que les cellules étaient construites « sous l’influence » d’une pensée négative ou positive. En réalité, les cellules sont la pensée elle-même. Des pensées saines signifient des cellules saines, des pensées malades signifient des cellules malades. Il est nécessaire d’être convaincu de cela si l’on veut produire un état physique de santé florissante. 

 

Si nous considérons que les cellules du corps sont créées avec la rapidité de l’éclair, nous pouvons comprendre comment elles sont une pensée qui a pris forme. Par exemple, les globules rouges du sang sont formés dans la proportion approximative de 150 000 par seconde, et normalement meurent dans la même proportion. Multiplier cela par les différents autres tissus du corps, et nous verrons aisément que cet organisme que nous nommons homme est une dynamo actionnée par l’énergie de la pensée, l’intelligence prenant forme inlassablement. Cela établi, ce n’est pas aller chercher trop loin que d’affirmer que le contrôle de la maladie se trouve dans le contrôle de la pensée et que, pour changer un état physique, il faut changer la pensée. Comment, alors, changer le caractère du flux de la conscience ? 

 

Nous y arriverons dans un chapitre suivant ; il est suffisant de répéter, à cette phase de notre exposé, que la technique ne consiste pas en force de volonté, en « concentration » ou en la répétition de la formule : « de jour en jour, à tous les points de vue, je vais de mieux en mieux« . Elle consiste en l’unification de nous-mêmes avec l’Intelligence universelle qui, de son propre chef, n’a jamais une pensée de maladie et, par conséquent, ne peut jamais prendre la forme d’une maladie ; et il existe une technique très précise à l’aide de laquelle le lecteur peut se diriger lui-même vers cette unification. La maladie est l’évidence et le signe extérieur d’une perturbation intérieure. La santé est le signe extérieur d’un esprit intégré en l’Intelligence universelle

 

L’évidence d’une pensée qui a pris forme se voit dans le tour que joue à son camarade en train de réciter sur l’estrade l’écolier qui suce un bonbon en face de lui. Le flux de salive qui en résulte chez le camarades est purement mental en sa cause. 

 

Le docteur Arthur L. Bloomfield (1), de Stanfort, a fait un pas de plus. En des essais entourés de toutes les garanties nécessaires, il se servait de douze personnes pour déterminer l’effet de l’action mentale sur leurs activités digestives. Ces expériences n’avaient pas le moindre rapport avec le flux de salive dans la bouche,  fait bien démontré. Elles avaient comme objet la détermination du changement quantitatif, à supposer qu’il s’en produisit un, dans le flux des sucs digestifs de l’estomac. Afin de s’assurer que seul le facteur mental causait le changement, on ne permettait aux sujets ni de voir, ni de sentir la nourriture. Ils étaient placés dans une chambre et on leur demandait de parler de leurs mets favoris et de leur  préparation. Les sucs digestifs de l’estomac étaient recueillis et mesurés avant et après les expériences. Chez deux d’entre ces sujets, une conversation de dix minutes portant sur des plats délicieux avait augmenté les fluides digestifs de 600 % ; chez d’autres, la sécrétion accrue se classait entre 100 % et des proportions moindres. 

 

Cette expérience démontre qu’il n’est pas nécessaire de penser à la manifestation particulière pour l’obtenir. Certains objecteront qu’ils « ne pensaient pas au diabète » mais qu’ils en furent néanmoins atteints. Les sujets de l’expérience citée ne furent pas priés de penser au flux des sucs digestifs, mais seulement invités à penser à des mets délicieux et à en parler. Consciemment, ils pensèrent à une nourriture savoureuse, subconsciemment ils produisirent un effet différent, celui de l’augmentation du flux digestif, chose proche de celle à laquelle ils pensaient, mais non exactement la même. 

 

Les connaissances personnelles de ces sujets concernant le processus de la digestion étaient d’ailleurs très limitées. Ils ne savaient pas qu’à l’idée de la nourriture, les fluides digestifs se mettent à couler, et même ne connaissaient pas grand-chose de l’existence de tels fluides. Mais l’Intelligence universelle connaît le processus entier, car elle en est l’auteur, et édifie les structures nécessaires à son exécution dans tous fœtus avant la naissance. Comme l’intelligence subjective individuelle qui gouverne le processus digestif est en réalité l’Intelligence subjective universelle, il est évident qu’il n’y a qu’une seule Intelligence qui se manifeste en certaines fonctions sous l’influence de notre pensée consciente, et indépendamment de notre pensée consciente en d’autres fonctions. Cette Intelligence connaît la connexion entre nos pensées portant sur la nourriture et le flux du fluide digestif, et se met à créer conformément à cette connaissance. 

 

 

 

tube ailes

 

(1)   A lire :  http://histsoc.stanford.edu/pdfmem/BloomfieldA.pdf 

Ou encore

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://histsoc.stanford.edu/pdfmem/BloomfieldA.pdf&ei=8tCVTNeyENOQjAem7Km9BQ&sa=X&oi=translate&ct=result&resnum=1&ved=0CB8Q7gEwAA&prev=/search%3Fq%3DArthur%2BL.%2BBloomfield%26hl%3Dfr%26sa%3DG%26rls%3Dcom.microsoft:fr:IE-SearchBox%26rlz%3D1I7ADFA_fr%26prmd%3Do 

coeur dans L'Esprit  Guérisseur

Publié dans L'Esprit Guérisseur | Pas de Commentaires »

Chapitre 3 – TOME 2

Posté par othoharmonie le 30 mai 2010

 Chapitre 3 - TOME 2 13954437_369290   TOME II – Chapitre 3  

de  Conversation avec Dieu  

Alors, si je récapitule et que je résume ce que Tu me dis, j’arrive aux points suivants : 

-          La vie est un processus continuel de création.

-          L’un des secrets de tous les Maîtres consiste à cesser de changer d’idée, c’est-à-dire à continuer de choisir la même chose.

-          Un refus n’est pas une réponse.

-          Nous « invoquons » ce que nous pensons, sentons et disons. 

-          La vie peut être un processus de création ou de réaction.

 -          L’âme crée, l’esprit réagit. 

-          L’âme comprend ce que l’esprit ne peut concevoir.

-          Cesse d’essayer d’imaginer ce qui vaut « mieux » pour toi (comment gagner le plus, perdre le moins, obtenir ce que tu veux) et commence à aller du côté de ce qui te semble être Qui Tu Es.

-          Tes sentiments sont ta vérité. Ce qui te convient le mieux, c’est ce qui est vrai pour toi. 

-          Les pensées ne sont pas des sentiments ; ce sont plutôt des idées sur la façon dont tu « devrais » te sentir. Lorsque les pensées et les sentiments deviennent confus, la vérité s’embrouille et se perd.

-          Pour revenir à tes sentiments, sors de ta tête et reviens à tes sens.

-          Lorsque tu connais la vérité, vis-la. 

-          Les sentiments négatifs ne sont pas de véritables sentiments ; ce sont tes pensées à propos de quelque chose, toujours fondées sur ton expérience antérieure ou sur celle des autres. 

-          L’expérience antérieure n’est pas un signe de vérité, car la Pure Vérité se crée ici et maintenant : ce n’est pas une re-présentation. 

-          Si tu veux réagir autrement à une chose, sois dans l’instant présent (c’est-à-dire le « pré-sent ») ; l’instant qui t’a été envoyé et qui était ce qu’il était avant ta première pensée à son sujet… Autrement dit, sois Ici Maintenant et non dans le passé ou l’avenir.

 -          Le passé et l’avenir ne peuvent exister qu’en pensée. L’Instant pré-sent est la Seule Réalité. Restes-y ! 

-          Cherche et tu trouveras. 

 -          Fais tout ce qu’il faut pour rester en liaison avec Dieu / Déesse / Vérité. N’abandonne pas les pratiques, les prières, les rituels, les méditations, les lectures, l’écriture, tout ce qui peut te permettre de rester en contact avec Tout Ce Qui Est. 

Ça va, jusqu’ici ? 

Magnifique ! Jusqu’ici, tout va bien. Tu as compris. Maintenant peux-tu le vivre ? 

Je vais essayer. Bien. 

Oui. Alors, pouvons-nous reprendre ? Parle-moi du Temps. Aucun moment ne vaut le pré-sent !

Tu as déjà entendu cela, J’en suis sûr. Mais tu n’as pas compris. Maintenant, tu comprends.

Il n’y a d’autre temps que celui-ci. Il n’y a d’autre instant que celui-ci. Il y a « maintenant », c’est tout. 

Et « hier » et « demain » ? 

Des créations de ton imagination. Des constructions de ton esprit. Inexistantes dans l’Ultime Réalité. Tout ce qui est jamais arrivé, est en train d’arriver et arrivera jamais, est en train d’arriver maintenant.

 Je ne comprends pas. 

 mini%20separateur2

Tu ne peux pas. Pas complètement. Mais tu peux commencer à comprendre. Et une petite idée de départ, c’est tout ce qu’il te faut, à présent. 

Alors… écoute.

Le « temps » n’est pas un continuum. C’est un élément de relativité vertical et non horizontal. Ne t’imagine pas qu’il va de gauche à droite, comme une prétendue ligne temporelle qui irait de la naissance à la mort pour chaque individu, et d’un point délimité à un point délimité pour l’univers.

Le « temps » est vertical ! Imagine un pique-notes qui représenterait l’Eternel Instant présent.

Alors, imagine des feuilles de papier empilées sur la tige. Ce sont les éléments du temps. Chaque élément est séparé et distinct, mais chacun existe en même temps que l’autre. Toutes les feuilles sont sur la tige en même temps ! Autant qu’il y en aura jamais, autant qu’il y en a jamais eu…

Il n’y a qu’Un Seul Instant, cet instant, l’Eternel Instant de Maintenant.

C’est maintenant que tout se passe et qu’on Me glorifie. La gloire de Dieu ne connaît pas l’attente. J’ai procédé ainsi parce que Je ne pouvais tout simplement pas attendre ! J’étais si heureux d’Etre Qui Je Suis que je brûlais tout simplement de manifester cela dans Ma réalité. Alors, BOUM, voici : ici, maintenant, TOUT ÇA ! 

Cela n’a ni Commencement ni Fin. Cela, l’Ensemble de Tout, EST, tout simplement.

C’est dans l’Etre que repose ton expérience, et ton plus grand secret. Tu peux circuler dans la conscience, au sein de l’Etre, vers le « moment » ou l’ « endroit » de ton choix.

Tu peux dire que nous pouvons voyager dans le temps ?

En effet, et beaucoup d’entre vous l’ont fait. D’ailleurs, vous l’avez tous fait, et vous le faites régulièrement, en général dans ce que vous appelez l’état de rêve. La plupart d’entre vous n’en ont pas conscience. Vous ne pouvez en retenir la conscience. Mais l’énergie s’accroche à vous comme de la colle et, parfois, il y a suffisamment de résidus pour que d’autres, sensibles à cette énergie, puissent saisir des choses de votre « passé » ou de votre « futur ». Ceux qui sentent ou « lisent » ces résidus, vous les appelez voyants ou clairvoyants. Parfois, les résidus sont suffisants pour que vous constatiez vous-même, avec votre conscience limitée, que vous avez « déjà été ici ». Tout votre être est soudainement ébranlé par la prise de conscience que vous « avez déjà fait tout cela ».

  mini%20separateur2

Le déjà vu ! 

Oui. Oui, ce merveilleux sentiment, lorsque vous rencontrez quelqu’un, de l’avoir connu toute votre vie, de toute éternité ! C’est un sentiment spectaculaire. C’est un sentiment merveilleux. Et c’est un sentiment véritable. Vous connaissez cette âme depuis l’éternité ! 

L’éternité, c’est maintenant ! 

Alors, tu as souvent regardé vers le haut, ou vers le bas, à partir de ton « bout de papier » sur la tige, et vu tous les autres bouts de papier ! Et tu t’es vu toi-même, là, car une partie de Toi se trouve sur chaque feuillet ! 

Comment est-ce possible ? 

Je te dis ceci : tu as toujours été, tu es maintenant et tu seras à jamais. Il n’y a jamais eu un seul instant où tu n’étais pas, et il n’y en aura jamais.

 mini%20separateur2

Attends ! Et l’idée de « vieilles âmes » ! Certaines âmes ne sont-elles pas plus « vieilles » que d’autres ? 

Rien n’est « plus vieux » que quoi que ce soit. J’ai créé TOUT EN MEME TEMPS, et Tout Cela existe maintenant. 

L’expérience de « plus vieux » et de « plus jeune » à laquelle tu fais référence a quelque chose à voir avec les niveaux de conscience d’une âme particulière, ou les Aspects de l’Etre. Tu es tous les Aspects de l’Etre, tout simplement des parties de Ce Qui Est. Dans chacune de ses parties est incrustée la conscience de l’Ensemble. Chaque élément en porte l’empreinte. 

La « prise de conscience » est l’expérience de l’éveil de cette conscience. L’aspect individuel du TOUT prend conscience Lui-même. Il devient, littéralement, conscient de soi.

Puis, graduellement, il prend conscience tous les autres, puis du fait qu’il n’y a personne d’autre, que Tout est Un. 

Puis en définitive, de Moi. De Moi le Magnifique !

Dis donc, Tu T’aimes vraiment, non ? 

Pas toi… ? Oui, oui ! Je Te trouve extraordinaire ! 

Je suis d’accord. Et Je te trouve extraordinaire ! C’est le seul point de désaccord entre Toi et Moi. Tu ne te trouves pas extraordinaire !

Comment puis-je me trouver extraordinaire quand je vois tous mes défauts, toutes mes fautes, tout mon mal ? Je te dis ceci : il n’y pas de mal !

J’aimerais tellement que ce soit vrai. Tu es parfait, tel quel. 

J’aimerais que ce soit vrai, ça aussi. Mais c’est vrai ! Un arbre n’est pas moins parfait parce que c’est une graine. Un petit enfant n’est pas moins parfait qu’un adulte. C’est la perfection même. Parce qu’il ne peut rien faire, ne sait rien, cela ne le rend pas moins parfait. Une enfant fait des erreurs. Elle se dresse. Elle fait ses premiers pas. Elle tombe. Elle se redresse, vacille un peu, s’accroche à la jambe de sa maman. Est-ce que cette enfant est imparfaite pour autant ?

Je te dis que c’est tout le contraire ! Cette enfant est la perfection même, totalement et parfaitement adorable. Il en va de même pour toi. 

 mini%20separateur2

Mais cette enfant n’a rien fait de mal ! Cette enfant n’a pas consciemment désobéi, blessé personne, ne s’est fait aucun tort à elle-même.

Cette enfant ne fait pas la différence entre le bien et le mal. 

Précisément. Toi non plus.

Mais je le fais ! Je sais qu’il est mal de tuer des gens et bien de les aimer. Je sais qu’il est mal de blesser et bien de guérir, d’améliorer les choses. Je sais qu’il est mal de prendre ce qui ne m’appartient pas, d’utiliser quelqu’un d’autre, d’être malhonnête. 

Je pourrais te montrer des cas où chacun de ces « torts » serait correct.

Tu te moques de moi, maintenant. 

Pas du tout. J’énonce des faits. Si tu dis qu’il ya des exceptions à chaque règle, alors je suis d’accord. S’il y a des exceptions à une règle, alors ce n’est pas une règle.

 mini%20separateur2

Es-tu en train de me dire qu’il n’est pas mauvais de tuer, de blesser, de voler ? 

Cela dépend de ce que tu tentes de faire. D’accord, d’accord, je pige. Mais ça ne légitime pas ces choses. Parfois, il faut faire de mauvaises choses pour arriver à une bonne fin. Ça n’en fait pas du tout de « mauvaises choses », alors, non ? Ce ne sont que des moyens pour arriver à une fin.

mini%20separateur2

 

Es-tu en train de me dire que la fin justifie les moyens ?

Qu’en penses-tu ? Non, absolument pas.

Ainsi soit-il. Ne vois-tu pas ce que tu es en train de faire ? Tu inventes les règles à mesure que tu avances !

Et ne vois-tu rien d’autre ? C’est parfaitement correct. C’est ce que tu es censé faire ! Toute la vie est un processus qui consiste à décider Qui Tu Es, puis à en faire l’expérience.

A mesure que tu élargis ta vision, tu inventes de nouvelles règles pour l’englober ! A mesure que tu élargis ton idée à propos de ton Soi, tu crées de nouvelles obligations et interdictions, des oui et des non autour de cela. Ce sont des frontières qui « retiennent » ce qui ne peut pas être retenu. Tu ne peux te limiter à « toi », car tu es illimité comme l’Univers. Mais tu peux créer un concept à partir de ton être sans limite : en imaginant, puis en acceptant des frontières. 

En un sens, c’est ta façon de te connaître dans ce que tu as de particulier.

Ce qui est sans frontière est sans frontière. Ce qui est sans limite est sans limite. Cela ne peut exister nulle part, parce que c’est partout. Si c’est partout, ce n’est nulle part en particulier. 

Dieu est partout. Par conséquent, Dieu n’est nulle part en particulier, car pour être quelque part en particulier, car pour être quelque part en particulier, Dieu devrait ne pas être ailleurs, ce qui n’est pas possible pour Dieu.

 Une seule chose n’est « pas possible » pour Dieu ; c’est que Dieu ne soit pas Dieu. Dieu ne peut pas « ne pas être ». Et Dieu ne peut pas ne pas être semblable à Lui-même. Dieu ne peut Se « dédiviniser ». Je suis partout, c’est tout. Comme je suis partout, je ne suis nulle part. Si je ne suis NULLE PART, où suis-je ?

ICI MAINTENANT. 

[…..] 

si ces écrits vous intéressent alors je vous fais un cadeau ………….

Mettez votre moteur de recherche en « traduction » pour le format en PDF :

 http://www.nous-les-dieux.org/Image:Conversations_avec_Dieu_-_Tome_2.pdf

 

®un dialogue hors du commun® de Neale Donald Walsh

terra110

Publié dans | Pas de Commentaires »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...