• Accueil
  • > Recherche : juddi krishnamurti

Résultats de votre recherche

Le sens du bonheur

Posté par othoharmonie le 13 avril 2011

 

Titre 

 

  Le sens du bonheur  

 

Auteur

 

 

Krishnamurti  Jiddu  

 

Le sens du bonheur

 

Présentation de l’éditeur

 

 Jiddu Krishnamurti est un penseur à part dans l’histoire des mouvements spirituels. La base de son enseignement repose sur la conviction que les transformations de la société ne peuvent se faire qu’au terme d’une transformation des individus. Critique vis-à-vis des religions et des sectes, Krishnamurti n’aura de cesse de répéter que le bonheur ne peut passer que par le refus de tout type d’autorité. C’est le sens des multiples conférences qu’il a données pendant des dizaines d’années, partout dans le monde.  » Dès l’instant où vous suivez quelqu’un, vous cessez de suivre la Vérité.  » Le Sens du bonheur – un best-seller mondial jusqu’à présent inédit pour le public français et publié ici à l’occasion du 20e anniversaire de la mort de l’auteur – nous permet de voir le monde autrement. Sans parti pris, universelle, la parole de Krishnamurti nous fait découvrir les racines mêmes de nos problèmes personnels et ceux de la société qui nous entoure. Il nous apprend l’art de voir et d’écouter avec notre cœur. Et à découvrir la Vérité qui est en nous. 

 

L’auteur nous pousse à réviser toutes nos habitudes, nos pensées, nos actes, afin d’avoir un libre arbitre sur chaque situation de notre vie. On découvre alors un nombre très important de détails qu’on ignorait avant. Tout est expliqué dans ce livre afin de réussir à sentir notre paix interne et ainsi avoir la capacité de bien penser, donc de bien vivre. Un esprit libre se crée alors en nous, et c’est là que le Bonheur commence à se faire sentir. Le Bonheur est un long voyage, pas une destination. Très bon livre, car il nous apporte ce que l’école ne nous a jamais enseigné. 

 

Il s’agit d’une succession de causeries classées en 27 thèmes partant de la fonction de l’éducation pour terminer sur la quête de Dieu. Elles sont dédiées principalement à des étudiants et l’idée force est que nous sommes le seul et unique filtre par delà lequel toute pensée doit être analysée, filtrée, ce qui peut nous permettre d’appréhender une vérité aussi pure que possible car non entachée des scories et des vérités imposées par autrui. Somme toute, s’il doit y avoir une quête de sens, que ce ne soit pas celle voulue par d’autres que nous mêmes, Partis politiques, Sages et Philosophes de tout crin, en passant par les chapelles religieuses. Krishnamurti enseigne à penser et vivre en Homme libre avec pour seul maître : la Vie. 

 

Retrouver d’autres textes en cliquant sur cette ligne…  

 

 

L’auteur  :                            Le sens du bonheur dans E à  K Jiddu-krishnamurti2

 

Jiddu Krishnamurti, né à Mandanapalle (Andhra Pradesh) le 11 mai 1895 et décédé à Ojai, (Californie), le 17 février 1986, est un philosophe et promoteur d’une éducation alternative d’origine indienne. Apparu au sein de la théosophie et de la contreculture des années 1960, l’influence de sa pensée sur des auteurs et des personnalités de différentes disciplines est notable pour un auteur de sa catégorie. 

 

D’abord présenté dès son adolescence par la société théosophique de l’époque comme un messie potentiel, il a opéré un revirement un peu plus tard pour développer une thèse radicalement opposée, reposant principalement sur l’idée qu’une transformation de l’humain ne peut se faire qu’en se libérant de toute autorité. Sa conviction était qu’un tel changement devait passer par une transformation de ce qu’il appelait le « vieux cerveau conditionné de l’homme » (« mutation de la psyché ») afin d’accéder à une liberté que ni les religions, ni l’athéisme, ni les idéologies politiques ne seraient capables de produire, puisque, selon lui, elles ne font que perpétuer les conditionnements. 

 

barre de séparation

si vous aussi vous voulez vous procurer ce livre, vous le trouverez ICI : http://www.amazon.fr/sens-du-bonheur-Jiddu-Krishnamurti/dp/2234058368

Europe_terre dans E à  K

 

Publié dans E à  K | Pas de Commentaires »

L’Amour

Posté par othoharmonie le 27 août 2010

L’AMOUR par * Juddi Krishnamurti  

  

L'Amour dans A et B 0002043B

De toutes les Qualités requises l’Amour est une des plus importantes, car lorsqu’il est assez fort dans le coeur de l’homme, il le force à acquérir toutes les autres ; et celles-ci sans l’amour ne sauraient suffire. On l’a souvent interprété comme un désir intense d’être libéré du cycle des renaissances et des morts et d’atteindre à l’union avec Dieu. Mais le traduire ainsi c’est y faire entrer l’égoïsme et n’en exprimer qu’une partie. C’est moins un désir que la volonté, la résolution

Pour être efficace cette résolution doit pénétrer ta nature entière, jusqu’à n’y laisser place à aucun autre sentiment. C’est à vrai dire la volonté d’être un avec Dieu, non pour échapper à la lassitude et à la souffrance, mais afin de pouvoir agir avec Lui et comme Lui, à cause de ton profond amour pour Lui. Parce que Dieu est Amour, toi qui veux devenir un avec Lui, il faut que tu sois plein de parfait désintéressement et d’amour. 

Dans la vie quotidienne la signification de cette qualité est double ; premièrement il faut éviter avec soin de faire du mal à tout être vivant ; il faut secondement épier toutes les occasions de venir en aide. 

En premier lieu, ne pas faire souffrir. Il y a trois péchés qui font plus de mal que n’importe quoi dans le monde : la médisance, la cruauté et la superstition, parce que ce sont des péchés contre l’amour. L’homme qui désire remplir son coeur d’amour pour Dieu doit constamment se garder de ces trois péchés. 

Vois ce que fait le bavardage médisant. Il commence par de mauvaises pensées, ce qui est déjà un crime ; car il y a du bon en chacun et en toute chose ; en chacun et en toute chose il y a du mal. Nous pouvons renforcer l’un ou l’autre en y pensant, et ainsi accélérer ou retarder l’évolution. Nous pouvons obéir au Logos ou lui résister. Si tu penses au mal qui se trouve dans un autre, tu fais trois mauvaises actions en même temps : 

1° Tu peuples ton ambiance de mauvaises pensées et non de bonnes, donc tu ajoutes à la souffrance du monde. 

2° Si le mal que tu penses d’un homme se trouve en lui, tu entretiens ce mal et tu le renforces, et ainsi tu rends ton frère pire au lieu de le rendre meilleur. Mais, en général, le mal ne se trouve pas en lui et tu l’as seulement imaginé ; dans ce cas, ta pensée mauvaise incline ton frère au mal, car s’il n’est pas encore parfait, tu peux le rendre tel que tu te l’es  figuré. 

3° Tu peuples ton mental de mauvaises pensées et non de bonnes, et ainsi tu retardes ton progrès et offres, aux yeux de ceux qui peuvent le voir, un spectacle laid et pénible, et non attrayant et beau. 

  

00020376 dans A et B

  

Non content d’avoir fait tout ce mal à lui-même et à sa victime, le médisant essaie, de toutes ses forces, de faire participer d’autres personnes à son crime. Il s’empresse de leur communiquer sa méchante histoire, dans l’espoir qu’elles y croiront ; et ensuite ils s’unissent tous pour répandre un flot de pensées mauvaises sur la pauvre victime. Et cela se fait, jour après jour, non seulement par un seul, mais par des milliers de gens. 

Commences-tu à voir combien ce péché est vil et affreux ? 

Il ne faut absolument pas y succomber. Ne dis jamais de mal de  personne; refuse d’écouter le mal qu’on dit d’un autre et fais doucement cette observation : 

« Cela n’est peut-être pas vrai, et, même si c’est vrai, il est plus charitable de n’en pas parler». 

Quant à la cruauté, elle peut être de deux sortes : voulue ou involontaire. La cruauté voulue consiste à faire souffrir, de propos délibéré, un autre être vivant ; ceci est le plus grand de tous les péchés, l’oeuvre d’un démon plutôt que celle d’un homme. Tu diras peut-être qu’un homme ne peut agir ainsi : mais les hommes l’ont fait bien souvent et le font journellement encore. Les inquisiteurs l’ont fait; bien des gens religieux l’ont fait au nom de leur religion ; les vivisecteurs le font ; quantité de maîtres d’école le font habituellement. 

Tous essayent d’excuser leur brutalité en disant que c’est l’usage ; mais un crime ne cesse pas d’être un crime parce qu’il est commis par beaucoup de gens. Karma ne tient aucun compte de l’usage ; et le karma créé par la cruauté est le plus terrible de tous. Dans l’Inde du moins, il ne peut y avoir d’excuse pour de telles coutumes, car le devoir de ne pas faire souffrir est bien connu de tous. Le sort réservé au cruel frappera aussi tous ceux qui, sous prétexte de sport, se plaisent à tuer des créatures de Dieu. 

moustique231202711782

Tu n’agiras pas ainsi, je le sais, et, par amour de Dieu, tu protesteras ouvertement quand l’occasion s’en présentera. Mais il peut y avoir de la cruauté dans la parole comme dans l’acte, et l’homme qui prononce un mot dans une intention blessante est également coupable de ce crime. Cela non plus tu ne le feras pas ; mais parfois une parole irréfléchie fait autant de mal qu’une parole méchante. Il faut donc te garder de la cruauté involontaire. 

Cette cruauté provient généralement d’un manque de réflexion. Un homme cupide et avare ne pense jamais aux souffrances qu’il cause à d’autres en les payant trop peu, ou à sa femme et à ses enfants, en les affamant à demi. Un autre ne songe qu’à son propre plaisir et, pour le 

satisfaire, se soucie peu des âmes et des corps qu’il ruine. Un autre encore, pour s’éviter quelques minutes d’ennui, ne paye pas ses ouvriers au jour voulu, sans tenir compte des difficultés qu’il leur suscite par là. 

Il y a tant de souffrances dues précisément à l’insouciance, à l’oubli des conséquences qu’une action peut avoir pour les autres ! Mais Karma n’oublie jamais, et il lui importe peu que les hommes oublient. Si tu veux entrer dans le Sentier, il faut que tu songes aux conséquences de tes actes, de peur de te rendre coupable de cruauté irréfléchie. 

moustique231202711782

La superstition est un autre grand mal et elle a causé d’effroyables cruautés. L’homme qui en est l’esclave dédaigne ceux qui sont plus sages, et s’efforce de les entraîner à faire comme lui. Pense aux affreux massacres causés par la superstition qui demande le sacrifice d’animaux, et par celle, plus cruelle encore, qui fait croire à l’homme qu’il a besoin de se nourrir de chair. Pense aux souffrances que la superstition a imposées aux classes opprimées de notre Inde bien-aimée, et vois combien ce mal peut créer de froide cruauté, même parmi ceux qui connaissent leur devoir de fraternité. Beaucoup de crimes ont été commis au nom du Dieu d’amour, inspirés par ce cauchemar de la superstition. Veille donc avec soin à ce qu’il n’en reste pas la moindre trace en toi. 

Ces trois crimes, il faut les fuir, car ils arrêtent fatalement tout progrès, étant des péchés contre l’Amour. Il faut non seulement t’abstenir du mal, mais aussi travailler activement au bien. Tu dois être à tel point rempli du désir intense de servir, que tu ne manques jamais de venir en aide à tous ceux qui t’entourent, non seulement aux hommes, mais encore aux animaux et aux plantes. Il faut rendre service dans les petites circonstances, chaque jour, pour en prendre l’habitude, afin de ne pas laisser échapper l’occasion de rendre service dans une grande circonstance, quand elle se présente. Car si tu as soif d’union avec Dieu, ce n’est point pour toi-même, mais afin de devenir un canal par où Son amour puisse arriver jusqu’à tes frères. 

Celui qui est sur le Sentier n’existe point pour lui-même, mais uniquement pour les autres ; il s’est oublié afin de pouvoir les servir. Il est une plume dans la main de Dieu, par laquelle la Pensée divine pourra s’épancher et trouver ici-bas une expression qu’elle ne saurait obtenir  sans cet intermédiaire. Cependant il est, en même temps, aussi, une vivante gerbe de feu, irradiant sur le monde l’Amour divin qui remplit son coeur. 

La sagesse qui rend capable d’aider, la volonté qui dirige la sagesse, l’amour qui inspire la volonté, voilà les qualités que tu dois acquérir. Volonté, Sagesse et Amour sont les trois aspects du Logos, et vous qui voulez être enrôlés à Son service, votre devoir est de manifester ces aspects dans le monde. 

   Attendant la parole du Maître, 

Guettant la lumière cachée, 

Ecoutant, pour saisir ses ordres 

Au milieu même de la bataille. 

Attentif à son moindre signe, 

Au-dessus de l’immense foule, 

Entendant son léger murmure, 

A travers les chants bruyants de la terre

* Juddi Krishnamurticwewgvlz

Publié dans | Pas de Commentaires »

Vidéo – J.Krishnamurti

Posté par othoharmonie le 24 mai 2010

Interview de  Juddi Krishnamurti 

 

 

A Voir en VIDEO :

 

  

 Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 Image de prévisualisation YouTube

 

  

  

 

Publié dans | Pas de Commentaires »

- Pensée

Posté par othoharmonie le 14 mai 2010

- Pensée marche-pensee-2  La pensée est une.

 

Juddi Krishnamurti

La faculté de penser est commune à toute l’humanité. La pensée, ce n’est pas ma pensée, mais la pensée. Elle n’est ni spécifiquement orientale ni occidentale, elle n’appartient pas plus à un camp qu’à un autre : La pensée est une.

Nous allons à présent expliquer ce qu’est la pensée, mais une explication n’est pas autre chose que la prise de conscience réelle de la manière dont la pensée naît en nous. L’orateur peut examiner en détail cette éclosion de la pensée, la décrire, mais cette explication ne saurait remplacer votre compréhension de l’origine de la pensée. Entendre une description, ce n’est pas faire soi-même la découverte, cependant l’explication, la communication verbale peuvent vous mettre sur le chemin de votre propre découverte. Et c’est beaucoup plus important que les explications de l’orateur.

… Qu’est que cette pensée dont vous dépendez – que ce soit pour gagner votre vie, dans vos relations, ou dans votre quête d’une dimension transcendante ? Comprendre la nature de la pensée est une chose très importante… La pensée est la réponse de la mémoire, la mémoire ayant stocké des souvenirs par el canal du savoir, savoir lui-même emmagasiné au travers de l’expérience. Autrement dire, il y a d’abord l’expérience, puis le savoir, puis la mémoire stockée dans le cerveau, puis la pensée, puis l’action : et cette action nous incite à apprendre toujours plus -on accumule de nouvelles expériences, de ne nouvelles connaissance, on stocke toujours plus de souvenirs dans le cerveau, puis on agit, et cette action est incitative, elle fait qu’on veut apprendre plus. L’ensemble de ce processus se fonde sur tout ce mouvement qui part de l’expérience, du savoir, de la mémoire, pour aboutir à la pensée puis à l’action.

Tel est le moule dans lequel nous vivons -celui de la pensée. c’est un fait indiscutable… c’est ce qu’a toujours fait l’homme et depuis tout ce temps il reste enfermé dans ce cycle sans fin du mouvement de la pensée. dans ce cadre étroitement limité, nous avons le choix… mais tout reste pourtant confiné à ce territoire limité du savoir. Nous fonctionnons donc toujours dans le cadre du connu ; et le savoir va toujours de pair avec l’ignorance, car le savoir absolu n’est dans aucun domaine. Nous sommes donc toujours dans cet état contradictoire où se côtoient savoir et ignorance. La pensée est incomplète, morcelée, et le savoir ne pouvant jamais être absolu, il en résulte que la pensée est limité et conditionnée. et elle nous crée une multitude de problèmes… Le savoir est nécessaire en un certain sens, et c’est pourtant ce qu’il y a en nous de plus dangereux. Comprenez-vous cela ? Nous ne cessons d’accumuler un immense savoir- à propos de l’univers, de la nature de toutes choses, dans le domaine scientifique etc. bref, nous ne cessons d’entasser une infinité de connaissance. Mais ce savoir peut nous empêcher d’agir dans la plénitude, dans la complétude de notre condition d’homme. C’est l’une des difficultés .

L’esprit et la pensée, poche, p. 186-188.

 

 

 

 

021.bmp

Publié dans | 1 Commentaire »

 CHERS AUTEURS

Posté par othoharmonie le 9 mai 2010

 

 

 

 pour vous   gif

 

 

 

Toutes les lectures qui suivent m’ont réellement aidée dans ma recherche de « Que Suis-Je »

 

Des années de lecture pour découvrir que tout est déjà en soi ….

On tourne parfois bien longtemps autour de son Centre avant d’en découvrir le noyau véritable !

Mais…. qui cherche finit par trouver et c’est bien là l’essentiel !

 

 

 CHERS AUTEURS dalai%20lama%20livres  – Dalaï Lama

eckhart-tolle-maya   – Eckhart Tolle

kishnamurtiX  – Juddi Krishnamurti

Nisargadatta_Maharaj_243  – Nisargadatta Maharaj

  – Omraam M.Aïvanhov

Merci à eux……

 

 

 

 

amour

Publié dans | 2 Commentaires »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...