• Accueil
  • > Recherche : lire lignes main

Résultats de votre recherche

Nous sommes multiples : Deux Endroits en Même Temps

Posté par othoharmonie le 10 janvier 2016

MULTIDIMENTIONl’interdimensionnalité est difficile à comprendre pour une créature qui est dans la 3-D. Permettez-moi de vous définir des attributs inter-dimensionnels. Vous êtes un ange. Vous l’avez toujours été, et toujours vous le serez. Vous êtes temporairement sur cette planète dans une forme physique 3-D, et cette partie de vous est Humaine. En ce moment, vous croyez que toute votre intelligence ou votre intellect est avec vous, n’est-ce pas ? Ce n’est pas le cas. Il y a seulement une portion qui est ici. Le reste est maintenu caché, mais il est toujours relié et disponible. Vous êtes dans un état de quantum avec vous-même, et le reste de vous est ailleurs. La question fut posée,  » Puis-je faire des choses abracadabrantes ? Puis-je être en deux endroits à la fois ?  » Je vais vous dire que, effectivement, vous pouvez être en plusieurs endroits à la fois, et ceci s’applique à tous et chacun de vous.

Premièrement, laissez-moi vous dire qui est en charge. C’est la conscience de celle ou celui qui est dans la forme Humaine. Vous n’avez pas de multiples intelligences, mais vous avez plusieurs pièces inter-dimensionnelles… Des centaines, pour quelques-uns parmi vous. Je vais en expliquer une ; celle que vous connaissez. Elle est appelée le Soi-Supérieur. C’est celle qui est le plus près du Soi-Humain, celle que certains parmi vous ont audacieusement appelé le Soi-Inférieur, mais ce n’est pas le cas. Votre Soi-Humain souhaite ou désire se connecter avec votre Soi-Supérieur, et ceci est le but de votre vie.

Vous passez votre vie à tenter de vous relier à votre Soi-Supérieur. Quand vous y parvenez, vous devenez des Phares de Lumière. Vous accomplissez ce pourquoi vous êtes venus ici. Le but est de vous relier à votre Soi-Supérieur – si vous voulez savoir ce que vous êtes supposés faire lors de votre venue sur Terre. Vous connecter ! Soyez branchés, pour ainsi dire. Vous êtes des êtres inter-dimensionnels, capables d’être en plusieurs endroits à la fois dans un cadre de temps différent, tout en étant toujours connectés à la source unique de ce cercle de vie. À présent, laissez-moi vous parler de la signification du concept des vies passées ou vies antérieures.

L’Inexistence des Vies Antérieures

Un chose telle que « vie antérieure » est inexistante. C’est sa vraie signification. Lorsque vous quittez cette planète, vous sortez de la limitation ou illusion du temps linéaire. De l’autre côté du voile le temps n’existe pas. Le temps est une chose qui a été manufacturée pour votre confort et votre style de vie en 4-D (3-D multiplié par la notion de temps).

Permettez-moi de vous expliquer sa signification. Écoutez attentivement, car c’est important. Pensez-vous avoir des vies antérieures ? Vous n’en avez pas. Vous vivez de multiples vies en même temps, simultanément. Lorsque vous sortez du temps, tel que vous le connaissez, comment l’appelez-vous ? Pensez-y de cette façon – c’est une seule couche composée de plusieurs vies que vous vivez toutes en même temps. Donc, ce sont toutes des vies que vous vivez en même temps. [NDT : Je me demande si Kryeon ne cherche pas à nous faire voir que nous vivons constamment avec notre passé qui est sans cesse dans notre présent, et que nous transportons partout où nous allons.]

Mais il y a quelqu’un au-dessus de cette pile de couches qui est aux commandes, et c’est celle ou celui qui est en train de lire ces lignes – c’est cette personne que vous voyez dans votre miroir – celle ou celui qui habite actuellement ce corps physique. C’est l’entité qui pense être seule avec ses vies antérieures, mais qui ne sait pas qu’elle les vit toutes à la fois. C’est l’entité qui parle à tout le monde de ce que vous appelez les Archives Akashiques. Ceci est un concept inter-dimensionnel qui est également représenté dans l’une des couches de votre ADN… Qui est, lui aussi, invisible. Cette couche inter-dimensionnelle de votre ADN vous rappelle que toutes les autres vies sont encore là, et qu’elles sont vécues en même temps, mais ceci se passe en dehors de la façon linéaire. Pourquoi est-ce que je vous dis ceci ? C’est parce que, mes amies et amis, c’est l’entrepôt de votre pouvoir ou puissance.

N’est-il pas bizarre qu’il faille forcer les concepts inter-dimensionnels vers des explications uni ou mono-dimensionnelles pour les Humains ? Je souhaite vous parler du cercle infini des incarnations ou réincarnations qui est actif en vous, pourtant, je dois avoir recours à l’exemple de l’empilement, afin de vous le faire comprendre d’une façon linéaire ! Peu importe la façon dont vous le comprendrez, ce sera utile pour la prochaine étape.

Aimeriez-vous bénéficier de toutes les choses que vous avez déjà faites en tant qu’ange, depuis que vous parcourez cette planète ? Lémuriennes et Lémuriens, que diriez-vous de rassembler, réunir ou réunifier 52 000 années d’expériences, à titre de cerise sur le gâteau ? Aimeriez-vous ça ? Ok, je vais vous le dire ! Connectez-vous à votre Soi-Supérieur et les effets quantiques vont soudainement prendre place. C’est là que vous serez connectés à toutes ces vies en même temps ou simultanément. Certains parmi vous, savent de quoi je parle et d’autres ne le comprennent pas. Pour ces derniers, cette sagesse des âges vous est cachée. Vous pouvez fouiller parmi ces vies que vous vivez toutes en même temps, utiliser l’entité qui est en charge (toi qui me lis en ce moment). Vous pouvez choisir de prendre les meilleures parties de chacune de ces vies et inclure plusieurs anciens attributs, afin de les utiliser.

Voici ce que je veux dire ! Nous avons déjà abordé ce sujet d’une façon différente, mais je vais encore utiliser mon partenaire, même si ce dernier n’aime pas que je parle de lui dans ces occasions. (En ce moment, il y a une pause, car Lee considère ce qui s’en vient).

Rajeunissement

Je vais vous donner une autre chose à penser. Si vous ne croyez pas aux vies passées ou vies antérieures, permettez-moi de vous demander quelque chose qui implique seulement cette vie actuelle. Vous rappelez-vous quand vous aviez 10 ans ? La réponse de la plupart d’entre vous est, « oui ». Eh bien, votre ADN s’en souvient également ! Qu’en pensez-vous ? Pensez-y. Dans votre corps, il y a une mémoire imprimée qui a un timbre cellulaire, et cette mémoire se souvient du temps où vous aviez 10 ans. Voyez-vous qu’elle est toujours là ? C’est une mémoire cellulaire. Aimeriez-vous la revisiter ? Vous pouvez me dire,  » Pourquoi le ferais-je ?  » Lorsque la plupart d’entre vous, étiez âgés de 10 ans, votre ADN était propre et pur. De plus, il était entier et jeune. Même si ça fait longtemps, votre corps a gardé la mémoire de ce temps.

Comment aimeriez-vous instruire ou enseigner à votre corps, lors de votre prochaine méditation, la façon d’aller à l’empreinte de votre ADN de 10 ans et la reproduire ? Pourquoi pas ? Le corps se reproduit sans cesse par lui-même. Il se régénère ou reconstitue. Alors, en route pour le retour à l’ADN de l’âge de 10 ans – jeune, pur et frais, avec l’énergie l’énergie de la jeunesse qui bouge sans cesse. (Sourire de Kryeon) À noter que c’est une chose active et vivante qui est toujours là, à l’intérieur de la mémoire régénératrice de votre corps.

Concepts du Futur

Oh, en voici un autre ! Ce concept que vous avez, concernant le futur. Il est tellement limitatif. Laissez-moi vous donner une idée instantanée au sujet de la réalité du futur. Certains se sont écriés,  » Kryeon, il y a une dichotomie ici. Vous dites que Dieu peut faire toutes choses mais qu’il ne connaît pas notre futur. Comment est-ce possible ?  » C’est facile. Dieu connaît tous vos futurs, mais il ne connaît pas lequel vous allez choisir !

L’esprit connaît les potentiels de toutes les choses que vous pourriez faire. C’est une chose qui vous est extrêmement complexe, n’est-ce pas ? C’est une chose inter-dimensionnelle, et elle tourne en cercle. Nous pouvons voir les potentiels de chaque décision que vous pourriez prendre durant toute votre vie. Par conséquent, nous savons tout, excepté une chose. Dans cette situation de libre-choix sur cette planète, nous ne savons pas quel futur vous allez choisir. Cela dépend de vous.

Je vous présente cette information afin que vous puissiez y réfléchir et compléter ce cercle de l’ici-et-maintenant.

Cette canalisation en direct fut présentée le 1er avril 2006, sur le blog de Francesca http://othoharmonie.unblog.fr/ est la réunion de la S.E.A.T. (Society for Enlightment And Transformation), Organisation des Nations Unies (ONU), New York. Kryeon avait également délivré un message la journée précédente à cet endroit, soit le 31 mars 2006, intitulé: KRYEON AUX NATIONS UNIES – 2006.

Publié dans APPRENDS-MOI, En 2012-2013 et après 2016, Nouvelle conscience | Pas de Commentaires »

Des mangeoires pour âmes

Posté par othoharmonie le 27 décembre 2015

 

Mangeoires pour l'âmeEn ces temps de frimas, alors que l’hiver se profile au loin, l’image m’a paru toute trouvée pour exprimer ce que sont, à mon sens, les contes. Petit soutien lors de l’été de l’âme, lorsque la nourriture est abondante, elle devient indispensable à sa survie – ou, du moins, d’un grand secours – quand le gel fige le sang et l’inconscient. Dragon Ball se fonde sur la très vieille légende chinoise du Singe Pèlerin. Star Wars doit son immense succès à des procédés issus des sagas mythologiques et des hordes de fans écrivent plus qu’il n’en faut de bits sur les Thor et Loki de Marvel.

Bref, pour mettre les choses au point en cette introduction, le premier qui me dit que plus personne ne s’intéresse aux contes de nos jours, je lui fais ravaler ses Disney ! Immortels, on vous dit ! La principale qualité d’un conte, d’une légende ou d’un mythe est son atemporalité. Ils parlent à notre esprit humain en-dehors du temps et des modes, en-dehors même des civilisations. Bien que je reconnaisse une réelle difficulté pour une personne pas spécialement motivée à aborder certaines formes très éloignées de nos habitudes narratives (je pense par exemple aux contes aïnous, présentés sous forme de chants comprenant des répétitions parfois assez insistantes et des dialogues), il suffit de modifier l’habit pour que le sens du récit nous rattrape.

Toutes les histoires ne nous intéresseront pas de façon similaire, mais toutes les histoires qui ont survécu jusqu’à nous ont passé le cap de la sélection naturelle : elles sont validées par le tampon des siècles. À travers les guerres, à travers les souffrances, à travers les diverses fins du monde qu’ont connu des peuples renversés et presque éteints, comment auraient fait les contes pour perdurer s’ils n’étaient pas aussi indispensables que l’eau potable ?

À plus petites doses, certes, plutôt de manière similaire à la viande autrefois. Néanmoins, sans eux, quelque chose en nous ne survit pas. Les dictateurs qui fondent leur autorité sur une idéologie le savent bien : il faut étouffer cette mémoire pour contrôler un esprit, mais aussi pour réformer les pensées. N’est-ce pas ce qu’ont réalisé les hommes des Lumières en France, en ridiculisant le folklore et les recettes de grands-mères ? Les Français sont désormais connus (pour leur cuisine, leurs produits de luxe et les Américains croient qu’on ne se douche qu’une fois par semaine, certes…) pour leur approche carté- sienne de l’existence. En tant que praticienne Reiki et chamanique , je vois bien le fossé dans la façon dont mon métier est perçu entre ce côté de la frontière et nos voisins helvètes, par exemple. Dans le milieu du paganisme, la différence d’accueil entre l’Hexagone et les pays anglo-saxons est criante. Vous aurez compris l’idée.

Au-delà de l’identité d’un peuple, un conte participe à l’identité | de l’humain. La Belle au bois dormant, même si le titre et certains détails changent, se retrouve sur tout le pourtour méditerranéen. L’enfant vaillant face à la sorcière ou à l’ogre, les époux-animaux, la création du monde à partir du corps d’une divinité humanoïde… Il est des figures qui transpercent les continents et les époques, plongeant comme des pivots dans la mémoire collective. Les contes transmettent des valeurs, et par-là ces habillages de la conscience et de la moralité, ils impriment en nous des schémas de pensées. Les récits russes n’auront pas la même saveur que ceux d’Afrique noire, ou encore des Indiens des plaines d’Amérique du Nord – qui diffèrent eux-mêmes des histoires et de la civilisation transmises par les Indiens de la Côte ouest ou par les Pueblos. Les contes sont vitaux – ce qui rend le rejet et le mépris dont ils sont victimes plus tristes encore – à notre époque parce qu’ils proposent des cadres, des façons d’envisager et de mener sa vie ; parce qu’ils parlent d’autres points de vue tout en respectant l’humanité de chacun.

Ils révèlent les préoccupations  de tel ou tel peuple :

ils inscrivent à quel point la vie est rude ici ou là, aident à décrypter les injustices sociales. Les contes peuvent ainsi donner à réfléchir pour mieux comprendre l’ « étranger ». Une des façons les plus intéressantes et efficaces pour comprendre les rouages d’une société, qu’il s’agisse d’une tribu paumée dans les steppes ou d’une communauté étalée sur plusieurs pays, consiste à se plonger dans leur tradition orale, que les travaux des ethnologues et sociologues ont hautement contribué à rendre disponible pour tout un chacun, et un peu moins orale qu’autrefois. Lors de l’écriture de mon roman court : L’Ivresse du djinn2 , j’ai dû me plonger dans un travail de recherches important, car je connaissais très mal les croyances et le folklore du Maghreb. Cela m’a permis de découvrir toute une trame de concepts filant dans un même sens et de mieux appréhender la prééminence donnée à l’homme, y compris – et de façon fort étonnante pour notre approche occidentale et scientifique – pour la santé d’un enfant durant la période de grossesse. Pour un autre pan de ma vie, plus spirituel celui-ci, j’ai été amenée à explorer en profondeur les cultes autour de la figure de la divinité Inari . Cette étude des mythes fondateurs du kami et de la façon dont ils s’exprimaient dans la population – dont celle-ci gérait les incohérences et la multiplicité de ses aspects – a jeté une nouvelle lumière sur le peuple japonais, en tout cas celui vivant sur l’île de Honshû.

Les mythes, in vivo Les contes nous structurent. Est-ce pour cela que les enfants en raffolent, eux qui sont encore en pleine période de construction ? J’ai vu une petite terreur venir à chacun de mes ateliers et me chercher dans la cour de récréation pour que je lui raconte une histoire inventée et à dévorer « sur le pouce », exprès pour lui. J’ai entendu des enfants demander encore et encore la même histoire, jusqu’à plus soif – comme si le récit, justement, répondait à une béance en eux, coulait des fondations dans une incertitude qui les angoissait et qui appelait une réponse.

Libre à eux, par la suite, de poser les murs, la charpente et de décorer selon leurs goûts ! Pour ces êtres encore si sensibles face aux drames et au malheur, une histoire peut dédramatiser la mort (Conte de celui qui partit pour apprendre la peur, recueilli par les frères Grimm ; La Légende du morin-khour …) ou les adultes malveillants, leur donnant alors le droit de se défendre par la ruse et les incitant à recourir à leur malice et à leur jugement (Le Vaillant Petit Tailleur, Jack et le Haricot magique, les contes impliquant Baba Yaga), leur apprenant à agir malgré la peur. Un mythe leur enseigne le compromis et le cycle des saisons. Un conte leur dit de poursuivre leur voie, d’avancer vers leur rêve et leur destinée et de garder le cœur ouvert, car nos gentillesses nous reviennent, même s’il ne s’agit que de joies de l’âme – autant de boucliers contre l’aigreur et la défaite.

Les contes nous révèlent

Ils nous aident à (re)connaître nos valeurs ; àexercer notre pitié et notre compassion ; à transcender les épreuves qui se présentent tout au long de notre existence. Il fut une période de ma vie où j’allais mal – où, clairement, j’étais tombée en dépression. J’ai fini par en sortir avec l’aide d’un ou deux proches, mais aussi grâce à un tire-fesses inattendu : la légende de Sedna5 . Découverte par inadvertance, travaillée dans le cadre de l’Ordre de Dea, elle a veillé sur moi durant toute cette période noire, aussi noire que l’horrible histoire qu’elle raconte. Je garde de cette période un souvenir flou, mais, imprimée en couverture de celui-ci, se tient Sedna, la jeune femme sans mains sombrant dans les eaux froides.

Sedna qui devint une déesse, que les Inuits craignent et vénèrent, rendue à la vie par les animaux qu’elle sema dans sa descente. À chaque fois que je rechute – car qui a sombré une fois déprimera toujours, même par petits bouts –, j’invoque l’histoire de Sedna et ses enseignements. En fait, c’est grâce à cet épisode que j’ai un tel amour et une telle reconnaissance pour les contes, les légendes et les mythes ; que je suis si persuadée de leur efficacité et de leur nécessité, même en ce XXIe siècle. Sans elle, je ne saurais pas ce que je serais aujourd’hui. Elle m’a aidée à reprendre du pouvoir sur ma vie. Grâce à elle, je ne suis pas dans la honte de ce que j’ai vécu et je ne le vois pas comme une faiblesse, car cela a un sens et cet effondrement m’a fait monter plus haut, m’a rendue plus sage. Enfin, les contes activent notre inscription dans un système de symboles et de sens. En leur sein, nous sommes des parties de la nature et les animaux sont capables de parole – quand ce ne sont pas les arbres, les fleurs ou des cailloux ! Ils guident notre éthique, éduquent notre morale et nos capacités de survie, nourrissent et cerclent notre vie intérieure. Écouter une légende, un mythe, les lire et les raconter enrichit nos âmes et nos esprits.

Ils nous renforcent, et nous devenons moins faibles face aux critiques, aux pommes empoisonnées et aux figures de papier qu’agitent ceux qui veulent obtenir du pouvoir sur nos consciences. Nos ancêtres veillent sur nous par-delà les siècles et le voile de la mort. Le monde conspire à éclairer la voie. Les anciennes histoires ne sont rien d’autre que leurs paroles. Tant à compter dans l’art de conter Il existe autant de façons de conter que de sensibilités – et l’on peut tout à fait en aimer plusieurs, même dans des styles très éloignés ! Il y a les spectacles de contes qu’on invente et les racontages d’histoires anciennes et sacrées par tant de siècles. Il y a les postures traditionnelles, le burlesque et les divers échelons d’adaptation. On trouve des spectacles où le conteur n’utilise que sa voix, d’autres où il s’accompagne d’un instrument. Parfois, il chante ou fait chanter ses auditeurs. Parfois, il mime avec conviction ; d’autres fois, il tient la posture de l’aïeul-e murmurant au chevet de l’enfant qui s’endort. Chaque conteur est unique. Il a sa méthode, ses pré- dispositions et ses préférences, qu’il affinera avec les années.

La pratique du conte s’est enrichie au fil du temps, nouant avec d’autres arts et artisanats. Ainsi, on pourrait y ranger les spectacles de marionnettes. On voit de plus en plus se développer l’usage des kamishibai, des cadres en bois dans lesquels sont glissées des feuilles de papier. Sur celles-ci, des saynètes représentent les moments importants d’une histoire que le narrateur raconte tout en retirant les fiches au fur et à mesure du récit. L’engouement pour ce type de support est tel que plusieurs maisons d’édition jeunesse ont créé leur collection dédiée, et des structures en grande partie consacrées aux kamishibai se sont montées .

En revanche, une chose, à mon sens, fait qu’un conteur est un conteur : car il dit les histoires. que je racontais sans livre. Pourtant, c’est la définition même du conteur – autrement, je serai une lectrice publique (ce que je suis aussi, remarquez… Mais ce n’est pas le sujet !  ).

Un conteur a intégré le récit en lui. Il le vit. Dans la plupart des cas, ne pas avoir à suivre les lignes d’un texte permet de mieux partager avec le public, de rendre la gestuelle plus souple et impulsive. J’aime cette sensation d’échange et de complicité avec les gens venus écouter des histoires. Nous sommes réunis là dans une sorte de célébration de notre héritage, de cette pratique que les humains de tout âge et de tout lieu ont accomplie : se retrouver pour transmettre, pour communier dans nos émotions, pour cet esprit fraternel – et sororal ! – qui nous unit dans un petit nid confortable. C’est aussi pour cela que je préfère conter assise par terre, sur des couvertures ou des coussins, et qu’on puisse, adultes comme enfants, avoir cette démarche de se dépouiller du quotidien, des soucis et de notre « sé- riosité de grands » pour vivre ensemble un bon moment. Un peu de régression infantile, voyons ! On m’a enseigné à maîtriser la narration de façon assez rigoureuse. Pourtant, au sein du Contoir des lé- gendes7 , je préfère connaître l’histoire, bien me reposer sur l’assise solide de son déroulé, puis me lancer dans le conte comme dans un spectacle d’impro. Ainsi, les personnages prennent une voix inattendue, des gimmicks apparaissent auxquels je n’aurais pas forcément pensé. Mon plus bel exemple fut la fois où je me suis retrouvée à raconter Le Vaillant Petit Tailleur, une histoire avec laquelle je n’ai pas beaucoup d’affinités, mais qui correspondait si bien au thème de la séance que je ne pouvais pas ne pas l’y inclure.

mangesLe héros s’est soudain retrouvé avec une attitude très « ouech ouech » d’autant plus vivante et surprenante qu’elle était tout à fait spontanée – et je me suis surprise à l’apprécier. Je me retrouve ainsi libre d’interpréter l’histoire selon l’air de l’instant. Bien sûr, cela comporte des risques, lorsque l’air est moyennement inspiré. En contrepartie, j’adapte mon ton sans grand souci. Il m’arrive de conter de façon cérémoniale, telle qu’on se l’imagine dans l’imagerie d’Épinal du conteur ridé avec sa longue barbe blanche et sa vénérable couronne grisonnante. Néanmoins, la plupart du temps, j’affectionne un vocabulaire contemporain et me tourne vers l’humour. C’est révélateur de ce que je veux offrir aux gens, je pense : de la joie et de l’espoir.

La façon de conter d’une | personne parle de ses valeurs. On en revient toujours au même : les légendes, les mythes mettent celles-ci en lumière. Une parole moderne crée un décalage avec la trame ancienne du récit qui fait sourire, mais qui permet également de mieux cerner certains personnages en les rapprochant de référentiels connus et côtoyés. Enfin, je trouve important de choisir des légendes qui créent une résonance en nous. Bon, bien sûr, il est possible de forcer le tir (je vous ai parlé du Vaillant Petit Tailleur ?) et cela peut même s’avérer instructif de travailler un récit qui ne nous attirait pas au premier abord, mais quand on vit ce rapprochement du cœur entre un mythe et son conteur, il arrive que se noue un moment magique.

La séance prend alors une profondeur et une intensité palpables. Une tension apparaît, un calme se place et l’on sent une présence nous sourire – le genre de sensations qu’on peut avoir en fermant un cercle ou au bout d’une séquence de Taï Ji Quan. Attention, je vous refroidis tout de suite : cela reste rare ! Mais il m’est arrivé, notamment après avoir dit Sedna (quelle surprise, n’est-ce pas ?), que des personnes viennent me voir afin de partager à quel point l’histoire les avait touchées. Et même pour nous, les conteurs : ces occasions ouvrent des gouffres sous nos pieds.

Un bref instant, on se sent flotter dans le vide. Pour la durée d’un sablier rempli de mots, on se tient comme suspendu entre deux respirations. Ne vous avais-je pas révélé, alors que vous commenciez cette lecture, que l’essence des contes est atemporelle ? J’espère que ce petit article vous aura convaincue de l’importance des contes, des mythes et des légendes, même en ces temps où les esprits se focalisent surtout sur l’avenir. Un dernier conseil : pour découvrir ces récits, rendez-vous dans les rayons Jeunesse des bibliothèques et des librairies. Il existe des collections spécialisées très bien faites et pertinentes . Je souhaiterais aussi vous recommander de piocher dans un peu toutes les contrées, de tous les continents : la nature humaine a su créer des histoires magnifiques, très drôles ou encore d’une profondeur touchante et même numineuse, un peu partout dans le monde. Ça serait dommage de ne pas en profiter !

Fait partie des contes de Sagesse ancestrale

Retrouvez Nagali sur https://contoirdeslegendes.wordpress.com  

Publié dans Mythologie/Légende, SAGESSE | Pas de Commentaires »

Les rituels du druidisme

Posté par othoharmonie le 9 juin 2015

 

le_bosquet_sacreIl y a plusieurs façons d’entendre la voix des Druides, le druidisme. En tant que voie spirituelle le druidisme transmet une philosophie, une « sapience », des valeurs , une éthique mais aussi un certain nombre «_d’outils » dont une pratique rituelle. Le rituel druidique est multiple et pourrait s’imaginer dans d’infinies déclinaisons. Mais ce n’est pas le cas et la plupart des collèges druidiques même de lignées différentes se reconnaissent généralement dans la structure de leurs rituels. Le rituel s’inscrit à la fois dans un cadre traditionnel et des résonances symboliques précises mais il ouvre aussi la porte à l’expression individuelle du sacré, aux intuitions et aux « transports » de l’âme.

C’est d’ailleurs dans ses capacités à mobiliser les mouvements de l’âme, l’inspiration ou l’émotion et les énergies que le rituel trouve son efficacité et donc sa raison d’être. Le rituel druidique est plusieurs choses : – Il est dans un premier temps une actualisation du mythe celtique traditionnel. Il l’est par la déclinaison des thèmes et symboles qu’il met en œuvre. Ainsi à différentes occasions et en particulier lors des célébrations saisonnières le rituel s’attachera à tel symbole, tel mythème, qui correspondent aux résonances de la célébration ou du moment. Mise en valeur du cycle de la Lumière, mise en valeur de symboles naturels ou encore liens avec les cycles agraires. Appel aux ancêtres, invocation des divinités liées à la célébration… Les outils sont nombreux , riches et il convient simplement de les organiser ou du moins d’entendre et de comprendre les résonances pour que les rituels constituent un tout harmonieux et cohérent.

 - Le rituel druidique est aussi une façon de s’inscrire dans un « Monde » qui a du sens. En clair de s’inscrire dans le cycle des saisons et de son influence sur nous, de s’inscrire dans le mouvement des luminaires et dans les mouvements de la nature. Le rituel est intégrateur, il ne l’est plus seulement parce qu’il décline le mythe mais aussi parce qu’il nous aide à vivre au rythme de notre environnement. | Grâce au rituel nous adhérons | aux cycles, plutôt que de les | subir ou de chercher à les | éviter.

 - Un troisième aspect du rituel druidique est celui qui a trait à la fois à notre bien être et à une certaine forme de Sagesse ou d’inspiration. Dans la mesure où le rituel permet à chacun de faire, de contribuer, d’exprimer la nature et la qualité de ses rapports au divin. Dans la mesure aussi où le rituel permet à chacun d’être acteur, de livrer des émotions, de partager des images, des symboles. Dans la mesure où le rituel se déroule dans un contexte de bienveillance et de paix, il génère très généralement une impression d’harmonie et d’ouverture de conscience.

Comme nous l’avons dit plus haut, il n’y a pas un rituel druidique mais des rituels druidiques se déclinant sous des formes multiples dans lesquelles nous reconnaîtrons néanmoins une base commune ou du moins un ensemble de symboles et préalables de tradition druidique. Cela étant nous partageons un certain nombre de pratiques et de postulats avec d’autres mouvances païennes. Nous considérons par exemple que  chacun peut s’adresser  légitimement à ses Dieux et | sans intermédiaire. Ce qui justifie le rite familial ou individuel.

En revanche dans le cadre d’une célébration collective, le Druide responsable de clairière, est l’ordonnateur du rite, dont il connaît les ressorts et l’ordonnancement traditionnel. Pour autant il ne se substituera pas au rapport intime que chaque druidisant a établi avec le sacré. Nous voyons déjà que le rituel druidique va se décliner de façon différente selon qu’il trouve sa place dans l’intimité d’un foyer, dans le cheminement intérieur ou dans une pratique domestique ritualisée; ou qu’il se situe dans une célébration collective, saisonnière ou dans un but plus ciblé.

Quel peut être ce but ? Il y a bien sûr les rituels liés aux célébrations saisonnières. Ici, le rituel s’inscrit dans un cadre (que nous aborderons plus loin) et décline par ailleurs une symbolique propre au « rayon » particulier de la roue de l’année. Ces célébrations saisonnières ont lieu à des moments précis, définis selon un calendrier soli-lunaire. Calendrier connu pour être en usage dans l’Antiquité et dont on trouvera un exemple dans le calendrier dit de Coligny. Aux cycles saisonniers répondent les cycles de vie, la naissance, la maturité, le mariage, la vieillesse, la mort.

Ces moments dits de « passage » font également l’objet de rituels particuliers dont le but est de permettre aux « humains » de traverser ces passages à gué en ayant l’intuition du sens et aussi peut-être en se sentant accompagnés par ceux qui en ont fait l’expérience ou accompli le travail en lien avec ces moments très particuliers. Il existe d’autres rituels, souvent réalisés dans une pratique plus « intime » , c’est-à-dire soit dans une pratique individuelle soit au détours de moments particuliers d’un rituel collectif. Ce sont les rituels propitiatoires, d’harmonisation, de protection… et toutes autres pratiques visant à des buts plus ciblés, parfois plus personnels. Au-delà de cet aspect personnel, ces rituels sont aussi des rituels d’intégration, de « guérison » qui permettent à l’individu parfois désemparé face à certains mouvements de l’existence de faire face et de reprendre pieds. La nature de ces rituels différera des rituels précédents mais le Druide portera une attention particulière au fait de maintenir ces rituels dans un cadre traditionnel celtique sans en oblitérer l’efficacité. Avant d’aborder le rituel druidique dans ses grandes lignes, il convient peut-être de souligner que les collèges druidiques peuvent avoir une approche un peu différente du rituel et de la façon de le pratiquer.

La plupart du temps des « offices » sont répartis. Offices qui correspondent à des fonctions ou à des rôles. Cette attribution des offices n’empêche pas d’ailleurs la participation de l’assistance qui sera sollicitée pour concourir au rituel ne serait-ce qu’en déposant des offrandes à la Terre ou au Feu ou sous quelque forme que ce soit. Parmi ces petites différences entre collèges, il en est qui ont pour usage d’écrire le rituel puis de le lire au cours de la célébration. D’autres au contraire essaieront de s’imprégner des résonances, d’une structure symbolique pour exécuter ensuite le rituel en se laissant guider à la fois par leur connaissance de la structure et à la fois par ce que nous appelons l’inspiration, c’est-à-dire une forme d’intuition extemporanée du sens. Ce qui caractérise le rituel druidique c’est sa déclinaison « temporelle ».

Les rituels du druidisme dans PENSEE MAGIQUE - LEITMOTIV et RITUELSLes célébrations régulières   s’inscrivent dans un   temps sacré dont le meilleur exemple nous est donné par le calendrier de Coligny. Sans entrer dans les détails de ce calendrier somme toute assez complexe nous pouvons y lire : – une polarisation saisonnière et journalière avec une année qui commence en début de période sombre et un « jour » qui débute avec la nuit, – des dates de célébrations qui s’inscrivent dans les rapports cosmiques, entre le Ciel et la Terre, les étoiles, les luminaires (Lune/Soleil). Rapports qui conditionnent les résonances du rituel avec l’influence des Dieux. Nous considérons donc que chaque célébration décline un rapport particulier entre l’Homme et le Divin. Conjonction du moment « cosmique » et de l’intention humaine dans l’espace sacré constitué par le cercle des célébrants. Le rituel constituant une intensification du rapport naturel qui existe entre Hommes et Dieux.

Le rituel druidique dans ses grandes lignes Un rituel druidique classique se déroule en plusieurs temps distincts. Une phase de préparation qui est tout simplement un moment où chacun se met en condition. Le cercle (lieu du rituel) est préparé, le cas échéant l’autel ou les autels sont décorés, agencés, les « lits du Feu » tracés et les divers éléments nécessaires pour le rituel sont installés en bonne place. Ceci peut être l’occasion pour le Druide d’expliquer aux nouveaux arrivants le symbolisme des divers dispositifs, de la structuration de l’espace et du sens plus particulier de la cérémonie. La phase de préparation peut parfois s’accompagner d’un rituel personnel de purification et de « dédication » . L’ablution préparatoire en est la forme la plus simple et la plus classique. L’entrée des participants suit cette phase de préparation. Cette entrée est plus ou moins ritualisée selon les moments ou les circonstances. Au plus simple les participants sont installés selon leur fonction ou leurs affinités mais parfois aussi le groupe s’installe en procession (circumbulations) selon les usages traditionnels (liés parfois au grade ou à l’ancienneté). Dans cette installation un peu plus formelle les participants sont parfois invités à saluer l’une des directions ou encore une représentation des Dieux ou encore à saluer chacun des participants présents après qu’ils aient été accueillis par un Druide ayant fonction de « portier ». L’ouverture Le rituel druidique se déroule dans une triple dimension. Une dimension verticale, une dimension horizontale et une dimension centrale qui est au point de rencontre des deux. Ceci va être traduit de diverses façons. Dans un premier temps nous irons solliciter la mémoire, l’énergie, l’influence de ceux que nous considérons comme nos ancêtres, de nos Dieux et de toute forme d’influence spirituelle agissante dans le lieu et temps du rituel. Cela s’accomplira, comme dans tout acte rituel, par la parole, la prière, le geste et l’utilisation de symboles. Ceci constitue le « jeu rituel » qui participe par ses capacités évocatoires à l’efficacité de l’ensemble. La construction de l’espace rituel est un autre moment du rituel. La plupart des groupes druidiques s’établissent dans une orientation symbolique qui se réfère à 4 directions auxquelles il est attribué des affinités avec quatre éléments que sont l’air, le feu, l’eau et la terre mais aussi avec des qualités psychiques, des symboles, des vertus particulières.

À l’expérience cette structuration de l’espace conditionne réellement le ressenti au cours du rituel et établit à l’usage une sorte de plan d’équilibre, qui participe à l’harmonie du rituel. Un autre usage consiste en la désignation, la matérialisation et la consécration de l’espace de célébration. Selon les cas, le Druide va simplement désigner l’espace mais le plus souvent l’espace sacré est défini par un Druide qui le circonscrit en se déplaçant à sa périphérie et, se faisant, définit les frontières entre l’espace ainsi consacré et l’espace profane. L’usage de purifier l’espace ainsi consacré par l’eau, le feu, l’encens… est également très habituel. Il faut bien entendre que tout cet appareil symbolique et rituel permet de définir un lieu et un temps « sacralisé » c’est-à-dire en capacité à accueillir l’expression spirituelle et l’hommage au Divin. Dans nombre de collèges druidiques il est également fait référence au centre qui se trouve à la jonction entre l’axe vertical et la croix des éléments et qui constitue le lieu d’actualisation (ici et maintenant) de l’Esprit , de l’inspiration. Cet « Awen « qui est un objet de quête dans la tradition celtique.

Une prière aux Dieux ou encore la prière dite « des Druides » peuvent trouver leur place dans cette phase d’ouverture du rituel.

Le cœur du rituel

Au cœur du rituel vont se dérouler les actes qui sont spécifiques au but de la cérémonie ou à sa motivation. Aborder ceci dans le détail nous emmènerait trop loin de l’objet de cet article et constitue du fait de sa relative complexité une des parts de l’enseignement druidique. En revanche faire des offrandes constitue une part importante du rituel druidique. Même si curieusement elles ne trouvent pas toujours ici ou là, la place qu’elles devraient avoir.

 L’offrande est un acte concret  qui établit un lien avec les  divinités.

 images (2)Il y a dans l’offrande à la fois une reconnaissance, une marque de respect pour le divin et la mise en œuvre d’équilibres et d’échanges subtils entre celui qui offre et ceux à qui l’ont offre. La prière, le chant, la danse et même le respect de certains engagements ou des comportements « justes » sont des formes particulières d’offrandes, pour peu qu’elles soient « entendues » comme telles et mises en œuvre comme telles. Aujourd’hui, l’offrande druidique habituelle est composée de substances végétales, de nourriture ou d’objets symboliques biodégradables. Ou encore de façon très classique, constituée de pain, de céréales, de fruits, d’eau, d’hydromel, de lait, d’huile, de fleurs ou de parfums. Les offrandes sont déposées avec respect , et intentions. Soit dans la Terre, dans l’Eau d’une rivière, dans le Feu ou encore exposées à l’Air. La clôture du rituel Lorsque la phase spécifique du rituel est terminée il est temps de mettre fin à celui-ci. Durant cette phase de clôture il peut être procédé à un « renvoi » général des résonances évoquées. Renvoi qui est accompagné de prières et parfois de « serments ».

Il s’agit là de « libérer » les énergies pour qu’elles fassent leur chemin et aussi de nous permettre de retrouver notre mode de fonctionnement « ordinaire ». Il est également d’usage lors de la phase de clôture de remercier tous ceux qui ont été conviés à participer au rituel, les esprits, ancêtres, divinités mais aussi les participants à la célébration. Des libations et nouvelles offrandes peuvent être faites à ce moment là. Et parfois si cela n’a pas été fait auparavant c’est aussi le moment d’échanger boisson et nourriture. Cette partie du rituel est souvent vécue de manière très conviviale, fraternelle et permet lentement de reprendre pieds dans le monde profane. Dans les échanges de nourriture et de boisson, c’est la fraternité et la solidarité qui s’exprime, à la fois entre « humains » mais aussi par le biais des libations qui sont offertes entre le visible et l’invisible. Enfin, il est procédé à la « fermeture » de l’espace rituel.

Le lieu est restitué au profane, tandis que le rituel nous invite à remercier chacune des directions, chacune des « forces » qui nous ont assistés. L’Après rituel : Il me semble important de souligner la responsabilité que nous pouvons avoir dans la mise en œuvre de nos rituels et en particulier de ce que nous laissons derrière nous. Nous accordons une certaine importance à restituer son intégrité au lieu dans lequel nous avons ritualisé. Nous sommes très attentifs à ne rien laisser qui ne soit biodégradable derrière nous. En particulier et même quand les rituels se déroulent de nuit, nous récupérons les reliefs de bougie, emballages et autres contenants dont l’abandon sur place serait indélicat. La question des offrandes est un peu plus complexe puisque par nature elles ne sont pas récupérables. Sans doute servent-elles généralement et rapidement de nourriture aux animaux. Mais nous essayons quand même de donner un aspect esthétique à ce qui résulte de nos rites. Nous essayons de faire en sorte que les offrandes ressemblent bien à des offrandes, et pas seulement à un dépôt oublié de denrées alimentaires. Ce souci esthétique correspond à la fois à un souci éthique mais aussi à une forme de « ré-enchantement du monde» . Ce qui réjouit les yeux réjouit aussi le cœur et nous imaginons que ceux à qui nous offrons savent aussi le reconnaître.

SOURCE LUNE BLEUE

Publié dans PENSEE MAGIQUE - LEITMOTIV et RITUELS | Pas de Commentaires »

LA MAIN DANS LES EVANGILES

Posté par othoharmonie le 7 avril 2015

 

Anaxagoras_Lebiedzki_Rahl

 

MATTHIEU 8,1-9

« Seigneur, si tu le veux, tu peux ma purifier »

Jésus étendis la main, le toucha et dit…. 

MATTHIEU 8, 26-27

« Jésus vint dans la maison de Pierre, il y trouva sa belle-mère couchée et fiévreuse. Il lui toucha la main et la fièvre la quitta » 

MARC 9, 26-27

« …. Mais Jésus, lui prenant la main, le releva et il se tint debout… » 

MARC 16, 17-18

« …. Et mon nom ils chasseront les démons ; ils parleront des langues nouvelles, ils prendront en main des serpents… ; ils imposeront aux malades les mains et ceux-ci seront guéris ».

 

Je n’ai cité que quelques passages des Evangiles où les mains représentent une sorte de fil conducteur joignant le monde invisible au monde visible. 

La main de l’homme a cinq doigts, les étoiles ont cinq pointes. Les points positifs de projection de l’homme sont au nombre de cinq : la tête, les deux mains et les deux pieds ; ces points absorbent et dégagent le pouvoir magnétique des forces stellaires.

Ceux qui croient à l’astrologie ne peuvent pas ne pas croire à la chiromancie et à la chirognomonie parce que les mains sont les parties de notre corps qui peuvent fournir le plus de données que nous ne connaissons pas. Une main heureuse, une main verte, une main sainte, la main du Créateur, etc… ; dans les dictons et dans la vie, la main est la clef magique ouvrant la porte du mystère.

La main se compose de 27 os, 3 X 9. Les numéros 3 et 0, symboles de la divinité, sont à la base de ce calcul. La main ouverte forme 4 triangles ; les éléments de l’univers sont justement quatre ; le feu, l’air, l’eau et la terre ; Ce n’est pas un pur hasard !

Chaque corps a une nature solide, et chaque solide renferme la nature du plan. Chaque plan résulte de triangles rectangles, isocèles et scalènes, tout comme les espaces créés par les doigts d’une main ouverte. Comme nous l’avons déjà dit, la main se compose de 27 os subdivisés en trois groupes :

-          carpe,

-          métacarpe

-          phalanges.

A partir de ces trois extrémités des membres supérieurs, nous chercherons à saisir le message qui concerne tout l’être humain. Grâce au grand nombre d’os, d’articulations et de muscles, la main a des capacités tactiles et des aptitudes motrices remarquables. Plus que toute autre partie du corps, la main a des capacités pratiques si illimitées car elle obéit parfaitement aux impulsions transmises par le cerveau.

Par exemple, la main a la fonction particulière de préhension, qui peut être en tenaille, à poing serré ou à crochet. La prise en tenaille est propre à l’être humain ; elle est possible grâce à l’opposition du pouce aux autres doigts. La main porte, dès notre naissance, la durée de notre vie, les accidents inévitables qui viendront trouver notre existence, les événements qui marqueront notre chemin humain. Si ‘examen d’une main nous montre une ligne de vie courte, on peut en chercher la cause (maladie, accident fortuit ou mort violente) et, par conséquent prendre des mesures sans oublier que l’homme est doté du libre arbitre ; il peut donc modifier son sort. En ce qui concerne les rapports avec les autres, la main peut être accueillante, dominatrice, implorante, généreuse, salvatrice ; elle peut surtout révéler beaucoup de nous et de notre être le plus profond. Chacun doit apprendre à diriger son corps suivant sa nature ; c’est ainsi qu’il échappera à certaines malades et évitera certains accidents.

Les signes sur nos mains peuvent nous aider dans ce sens. Mais le vrai chiromancien ne doit pas se borner aux signes de la main. Il doit aussi tenir compte de ses sensations extra-sensorielles lorsqu’il s’apprête à prédire l’avenir d’un individu. Il en est de même, naturellement pour le cartomancien.

Il est incontestable qu’ils reçoivent plus facilement de véritables messages médiumniques lorsqu’ils sont absorbés et qu’ils ne se laissent pas influencer par d’autres présences. Certains chiromanciens n’arrivent pas à capter de messages, ils ne se basent peut-être que sur la lecture des lignes, négligeant ainsi les indications extra-sensorielle de première importance qui surviennent.

Il faut toutefois beaucoup d’expérience et de connaissances pour distinguer si une certaine série de phénomènes appartient à une véritable prophétie, ou si elle est due simplement à la suggestion des signes de la main. La chiromancie ne prétend pas deviner le présent et le passé, ou prédire l’avenir d’une personne dans les moindres détails, elle examine simplement des caractéristiques de la main et les lignes de la paume pour donner des indications efficaces que l’individu pourra suivre ou ne pas accepter.

Pour étudier et interpréter la main, je ne parlerai pas seulement des lignes et des signes, mais de la main entière ; doigts, ongles phalanges et caractéristiques particulières. La main n’indique pas seulement l’avenir, elle révèle aussi le caractère et les tendances de chacun de nous. La maint fut étudiées dès l’antiquité. Anaxagore, philosophie grec du Vè siècle avant J.C n’excluaient pas que dans la forme de la main il y eût des signes révélateurs des tendances de l’homme.

Un de ses livres, Sur la nature, fut conservé longtemps dans l’Antiquité, mais malheureusement peu de fragments nous sont parvenus. Anaxagore y soutenait que la main est le dépositaire de tous les secrets de la vie ; du libre arbitre à l’inspiration, de l’intelligence aux mystères présumés de la matière.

De nombreuses sciences cherchent à classer l’homme et à en découvrir le mystère. Les radiesthésistes aussi cherchent les maladies du corps en examinant la paume de la main gauche du malade. Pour procéder à la lecture, ils divisent la main en 19 parties. Voilà les 19 zones de la main selon la subdivision de Bost. A chaque numéro indiqué sur la main de la figure correspond une partie du corps.

comment-lire-les-lignes-de-la-main

 

1 = cerveau/ tête

2 = gorge/larynx

3 = bras/main/épaules

4 = plexus solaire/thorax

5 = estomac/diaphragme

6 = ventre/intestin

7 – reins/épine dorsale

8 = organes sexuels internes/voies urinaires

9 = cuisses/hanches/anus

10 = genoux

11 = jambes/chevilles

12 = pieds

13 = foie/circulation du sang/appareil digestif

14 = os/dents/rate/articulations/nerfs

15 = cœur /sang/énergie vitale

16 = cerveau/bras/système nerveux/poumons/bronches

17 = organes sexuels externes/muscles/nez/bile

18 = poitrine/système lymphatique

19 = seins/gorge/veines/artères

 

Comme on l’aura déjà remarqué, certains organes correspondent à certaines phalanges des doigts et aux petits monts de la paume. Cela permet d’effectuer un premier contrôle de l’état de santé des organes à travers l’examen des différentes parties de la main. en tenant compte du fait que le pendule de sondage, employé par les radiesthésistes, ne fonctionne jamais de la même façon sur une partie saine et sur une partie malade, il faudra avant tout le régler sur le creux de la main qu’on examine, c’est à dire qu’il faudra trouver la longueur du fil correcte et voir comment le pendule tourne ou oscille. 

Supposons que le pendule bouge dans le sens des aiguilles d’une montre. Nous saurons ainsi que l’état normal de l’individu est représenté par cette rotation. Donc si, partant de la phalange, nous examinons petit à petit et par ordre, les 19 points indiqués par la figure, nous nous apercevrons tout de suite, sur quelles zones le pendule tourne en sens contraire, nous avertissant que quelque chose ne fonctionne pas parfaitement dans l’organe correspondant à la zone. 

Si le mouvement contraire concerne la zone 13, la personne que nous sommes en train d ‘examiner pourrait avoir des troubles circulatoires, des troubles hépatiques ou des troubles digestifs. 

Laquelle de ces trois possibilités est exacte ? Il suffira d’écrire sur trois feuillets de papier les noms de ces trois affections présumées et de les examiner à l’aide du pendule. Lorsque le pendule tournera dans le sens contraire à celui des aiguilles d’une montre, le radiesthésiste pourra diagnostiquer sûrement le point malade. 

Les signes et les lignes gravés dans notre main varient d’une personne  l’autre. On ne trouvera jamais deux lignes de Vie ou deux monts de Mercure identiques. D’ailleurs, les lignes gravées sur le pouce (empreintes digitales) forment un dessin caractéristique et différent pour chaque individu ; c’est pourquoi elles sont considérées comme une méthode efficace d’identification personnelle. Nous sommes donc sûrs que nos mains sont différentes de celles de tous nos semblables ; de même notre destinée, représentée par la paume de la main, sera toujours différente de celle de tout autre individu. 

Les mains sont en analogie avec le corps ; à bras ouverts, notre corps prend une forme triangulaire, en crois, à deux longueurs identiques pour la hauteur et la largeur. Il en est de même pour la main. Pour donner des exemples des proportions humaines, nous allons considérer un individu de 1,80 m de haut et regarder les mesures illustrées… 

Ouverture des bras = même hauteur que le corps.

Du milieu du front au majeur (gauche ou droit ) à  bras ouverts = mi hauteur.

Avec ces proportions on peut mesurer la main aussi.

La distance entre l’auriculaire et le pouce de la main est la neuvième partie de la hauteur d’une personne, donc la somme des côté des triangles imaginaires qui se forment à doigts ouverts est la moitié de sa hauteur ; naturellement avec les deux mains on obtient la hauteur totale.

Publié dans Astrologie et Esotérisme, Etat d'être | Pas de Commentaires »

La Loi du moindre effort

Posté par othoharmonie le 7 mars 2015

bubbles-floating-cropped

 

Connaissez-vous la « Loi du moindre effort » ? Étant enfant, j’ai souvent entendu cette expression dans la bouche de ma mère lorsqu’elle nous reprochait à mon frère, ma sœur et moi, de nous contenter de faire le minimum dans notre vie, alors qu’elle attendait de nous le meilleur. Or, c’est en lisant dernièrement « La Divine Matrice » de Gregg Braden, que j’ai pleinement pris conscience du sens profond de cette expression communément utilisée dans le langage courant. 

Plus encore, auparavant je n’avais jamais réellement compris qu’il s’agissait bel et bien d’une Loi universelle. Pourtant, l’énoncé est clair, la Loi du moindre effort évidente : ce qui nous demande le moins d’effort est ce qui nous apportera le plus grand résultat. Dans mon esprit, j’ai toujours cru le contraire, c’est-à-dire que nos résultats ne pouvaient être que proportionnels aux efforts que nous maintenions pour les obtenir. 

Dans la bouche de ma mère, je n’entendais que le reproche et la menace voilée d’un échec : « Ma fille, si tu ne consacres pas toute ton énergie à accomplir cette tâche qui t’est imposée, tu en subiras les conséquences » ou encore « Si tu ne prends pas assez à cœur cette responsabilité qui t’est confiée, tu ne mérites pas non plus le succès qui pourrait en découler ! »… 

Le fait est que, des années durant, je me suis accusée de ne pas être « assez bonne », ni « à la hauteur ». Pire encore, lorsque la réussite se manifestait dans ma vie, je me reprochais la « chance » qui se présentait à moi et je me sentais comme un « imposteur » qui aurait usurpé la place d’une personne plus « méritante » ou plus « dévouée » que moi. Quelle blague ! Nous avons tous tendance à nous raconter ce genre d’histoire : que nous n’en valons pas la peine, que nous devons nous « sacrifier » pour obtenir les résultats escomptés. Pourtant, au quotidien, c’est dans ce qui est le plus « facile », le plus « simple » et le plus « naturel » pour moi que je m’accomplis le plus ! Pas vous ? 

Pendant des années, il était (et il est toujours) si aisé pour moi de lire « à travers l’âme des gens », que je croyais que c’était un « péché » et que je devais me détourner de mon don ! De même, lorsque je travaillais en guérison, les résultats étaient si puissants, si spectaculaires, que je n’arrivais pas à m’en attribuer ne serait-ce qu’un infime mérite et refusais d’être rémunérée pour le temps consacré à aider les gens… Est-ce que ce récit vous semble familier ? Est-ce que certains mots résonnent en vous ? 

À force de douter de moi, j’étais devenue si « allergique » au mot mérite qu’il me semblait entendre plutôt « m’irrite » chaque fois qu’on le prononçait autour de moi. Toute forme de résultat tangible, le succès lui-même devenait une source « d’irritation » dans ma vie. Je me remettais continuellement en question, croyant que je devais faire mieux, faire plus, me donner plus à fond ! 

Pas étonnant qu’à cette période j’aie fini par, en effet, par toucher le fond : je me contentais d’être continuellement dans « le faire » plutôt que dans « l’être ». Toutefois, quand on y pense, ce don de perception relevait bien davantage de « l’intérieur » (le ressenti, l’intuition, les capacités psychiques de mon « Être ») que de mon « travail » de thérapeute ou des efforts « extérieurs » que je devais investir… Mais je croyais sincèrement que « d’être au service » signifiait « ne tirer aucun profit personnel, aucune fierté de l’ego », donc que je devais « minimiser » la portée de mes gestes… et, ce faisant, je « limitais » mon rayonnement lumineux à son minimum. Rapidement, je me suis mise à avoir plus peur de ma lumière intérieure que de ma « noirceur », alors j’ai cherché à demeurer le plus possible « dans l’ombre » pour ne pas « déranger » ou « aveugler » les personnes qui croisaient ma route. 

Par conséquent, par application directe de la Loi du moindre effort, mes doutes et mes impressions limitatives se sont « imprégnées » dans la fibre même de cette réalité qui m’entoure, attirant à moi de plus en plus de situations limitatives et douloureuses au quotidien. Concrètement, c’est comme si une « balance » mesurait toutes nos pensées et nos émotions : le plateau de nos croyances et de nos doutes d’un côté et le plateau de notre foi et de notre confiance en nous-mêmes de l’autre… Les événements de notre vie ne sont ainsi que le résultat direct de ce qui pèse le plus lourd en nous, des émotions qui ont le plus de poids à l’intérieur de nous-mêmes (et non pas des efforts que nous déployons !). Manifestement dans votre vie, même si vous avez pu croire le contraire jusqu’à aujourd’hui, tous vos succès ne sont aucunement les fruits de votre dur labeur, mais bien le résultat de votre foi et de votre ouverture à l’Énergie divine dans toutes les parcelles de votre Être. 

C’est aussi ce qui explique tous les supposés « échecs » de votre vie : si vous n’y avez pas cru, si vous vous êtes « raconté l’histoire » que vous ne le « méritiez pas », vous avez récolté exactement ce que vous avez semé ! C’est en lisant les paroles du discours de Nelson Mandela que j’ai compris que je faisais fausse route : « Nous sommes nés pour irradier la Gloire de Dieu en nous […] en faisant rayonner notre Lumière, nous donnons inconsciemment le droit aux autres d’en faire autant ! » En fait, nous le savons, nous sommes TOUS des enfants de Dieu. Notre Étincelle divine, l’Esprit de Dieu, agit constamment en nous et à travers nous. 

Que nous le voulions ou non, nous faisons UN avec cette puissante Énergie de Lumière… et celle-ci s’exprime bien davantage dans le lâcher-prise que dans le travail et l’effort fourni. Tous les résultats et les succès de votre vie sont proportionnels à votre capacité à reconnaître, intégrer et irradier l’Énergie divine déjà présente en vous-même ! Combien de fois avez-vous été « témoin » de petits miracles, de grandes joies et de profonds bonheurs dans votre vie ? Vous est-il arrivé de vous sentir « inspiré » à dire les mots justes, à donner le conseil idéal ou à être présent juste au bon moment dans la vie de quelqu’un ? Bien entendu ! Ça arrive à tout le monde de se sentir « rempli » d’une inspiration soudaine, d’une intuition remarquable, d’une sagesse avisée ! Et si la Loi du moindre effort consistait tout simplement à se rappeler de ce ou ces merveilleux moments et de s’en laisser imprégner dans tout notre Être ?! Certains croient que pour atteindre l’Illumination ou l’État de Réalisation parfaite, nous devons nous « efforcer » à parvenir à nous maintenir dans la plus haute vibration qui soit : l’Êtat de Grâce perpétuel et inébranlable. C’est comme croire que nous pourrions réussir à engloutir en un seul repas toute la nourriture nécessaire pour survivre jusqu’à la fin de nos jours !! 

Une fois que notre corps a pris goût à s’alimenter, à goûter et savourer de nouveaux mets, il cherche sans cesse à renouveler cette délicieuse expérience. Il en va de même avec votre Moi supérieur : toutes les occasions sont bonnes pour fusionner dans la Lumière, baigner la Paix et accueillir l’Amour divin dans toutes vos cellules ! Il n’y a plus de retour en arrière : une fois que vous avez expérimenté la Communion avec votre Soi, toute votre vie devient teintée de cette ultime Grâce renouvelée à chaque instant. Il ne sert à rien de chercher à vous cacher ou à minimiser la Présence de cette puissante Énergie de Lumière en vous : elle transcende tout ce que vous faites et même QUI vous êtes ! Oserez-vous révéler cette Lumière présente en vous à chaque personne que vous rencontrez pour lui permettre à elle aussi de faire de même ? Quoi que vous en pensiez, chaque individu présent autour de vous et sur la planète tout entière aspire lui aussi à reconnaître et intégrer cette Lumière en lui-même ! Vous êtes seulement invité-e à faire le premier pas ! Telle est la véritable application de la Loi du moindre effort : si je laisse mon Être divin prendre le dessus et rayonner de mille feux en toute circonstance, les miracles vont abonder dans ma vie pour le meilleur et pour tout le monde… y compris moi-même ! Il suffit de dire OUI, à chaque instant, dans l’acceptation et la Foi… Vous l’avez déjà fait ! Vous le faites déjà ! 

À certains moments, dans quelque contexte particulier, vous acceptez de dévoiler votre véritable Lumière au monde. Et les résultats sont grandioses ! Vous permettrez-vous de faire de même au quotidien, en toute simplicité ? Pour ma part, j’ai fini par comprendre que c’était en vérité ce que ma mère attendait de moi : non pas que je me « donne à fond », mais bien que j’ose révéler le meilleur de moi-même, à chaque instant… d’abord à mes propres yeux, puis, par solidarité et complicité, à chacun de mes frères et sœurs ici sur Terre. Si nous osons faire ce petit pas tous ensemble, la planète tout entière en sera illuminée et le Nouveau Monde se construira en un instant, sans le moindre effort, le temps d’un seul battement de cœur… à l’unisson avec Dieu présent en chacun de nous ! Puisse-t-il en être ainsi dès maintenant !

 

Message de Bianca Gaïa/Diane LeBlanc,

aussi disponible sur www.biancagaia.com

Vous êtes invité à faire circuler ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, y compris ces quelques lignes.

Publié dans Chemin spirituel, Philosophie de la VIE, Travail sur soi ! | Pas de Commentaires »

Ecce acta magica

Posté par othoharmonie le 7 décembre 2014

 

wiccaLa pensée n’est pas quelque chose d’homo­gène; on peut choisir de distinguer deux ma­nières de penser, coexistantes en chacun 1 — et qui sont aussi importantes l’une que l’autre — : la première, pensée rationnelle, s’exprime sous la forme de sa voix intérieure et elle utilise des mots. La seconde, pensée magique, s’exprime sous la forme de son intuition et elle utilise des images et des symboles.

Du fait qu’elle puisse être formulée par le langage, la pensée rationnelle permet de construire une base sur laquelle s’appuient des choses telles que le raisonnement et la logique; elle est divisible en unités sémantiques (c’est-à-dire de sens : les affirmations et propositions) ou morphologiques (les mots), elle est par nature le langage de la conscience. C’est avec elle que nous sommes le plus familiarisés — dans le monde dans lequel nous sommes, dans lequel vous êtes si vous lisez ces lignes.

Par contraste, la pensée irrationnelle est constituée d’atmosphères, de sentiments, de symboles, tout un ensemble de choses qui par nature ne peuvent pas être saisies dans leur totalité. En cela, elle ne peut jamais être totalement consciente — pour autant elle partage avec la pensée rationnelle des procédés cognitifs tels que le lien de cause à effet — ; en pratique, c’est un procédé très largement inconscient 2.

Or, l’inconscient dort caché, tapi derrière nos garde-fous, eaux profondes enfouies sous la partie consciente de notre personnalité et de nos perceptions. Occulté, sa puissance n’en est pas moindre, bien au contraire; les ressentis intérieurs possèdent cette force immense qui est celle de la capacité de nous court-circuiter.

Le fait de la possibilité d’un tel court-circuit de la conscience — l’on pourrait encore dire qu’il possède les clefs de la place-forte, et ainsi se moque des remparts — révèle quelque chose de fondamental : c’est par ce biais qu’agira de la façon la plus efficiente un moteur, une volonté interne. L’on connaît le triste destin en février des résolutions du Nouvel An; en revanche, inébranlables sont les résolutions que nous prenons tout au fond de nous-mêmes. Or, l’on pourrait croire qu’il n’y a aucun moyen d’agir dessus, parce que nous n’imaginons trop souvent que notre seule possibilité, c’est de se déclamer la résolution et se dire que l’on fera mieux que les autres fois; il n’en est rien. — Il faut agir au plus profond de nous-mêmes, au niveau de la pensée irrationnelle, materia prima qui seule, pourra court-circuiter notre éphémère volonté consciente — laquelle bien souvent porte déjà inconsciemment son propre frein elle-même.

Agir au plus profond de nous-mêmes.

Cela peut se faire au moyen de l’acte magique.

L’homme est un microcosme3 . Chacune de ses terres peut être symbolisée en particulier par des objets; dès lors, il est possible d’utiliser l’un de ces objets comme une figuration de la chose sur laquelle l’on veut agir. L’objet est investi alors d’une vie magique, dès lors qu’en naît en notre esprit le lien symbolique. Toute action sur cet objet préfigure ainsi les actions sur ce à quoi il est lié — en quelque sorte, c’est agir bien plus directement que ce que l’on pourrait penser a priori sur notre inconscient. Or, seul celui-ci a besoin d’être modelé; l’on pourrait à la limite réaliser cet acte scrupuleusement et croire qu’il n’aura aucun effet sur notre volonté, que pourtant, intérieurement, le bouillonnement aurait déjà commencé, et tel une plaque électrique, chaufferait doucement mais inexorablement — amorçant une résolution bien plus réelle et efficiente que celles qui naissent et meurent en janvier.

C’est pour cela qu’il est si important de consacrer un lieu magique, de ne pas oublier l’ouverture et la fermeture du cercle lors de nombreux rituels, c’est pour cela qu’un envoûtement peut marcher sur quelqu’un qui n’y croit résolument pas et possède un esprit intelligent et rationnel4 , que le triple retour existe; d’une manière beaucoup plus profane, c’est le même mécanisme qui rend compte de nombreuses situations de placebo et de manipulation d’autrui, ou encore expliquerait pourquoi une induction hypnotique marche5 .

« Héloïse offre à Fabien une petite gemme d’une couleur signifiante, à une date signifiante, dans un lieu signifiant, dans un état d’esprit signifiant — avec prologue et épilogue — et elle passe doucement d’une main à une autre. Le regardant droit dans les yeux, Héloïse dit : « Je t’aime ». »

À jamais, cette gemme symbolisera leur lien, un véritable homoncule hermaphrodite qu’ils auraient alchimiquement créé, quand bien même ils feraient les plus grands efforts conscients pour se persuader du contraire et de son insignifiance. L’acte magique est plus fort que tout.

——————-

1 Le moment privilégié où il s’exprime à chacun est très certainement le rêve. À ce sujet et au sujet de l’incons­cient, la lecture de S. Freud et de C.G. Jung est particulièrement intéressante; voir par exemple Psychologie de l’inconscient (LDP), Essai d’exploration de l’inconscient (Folio essais).

2 On peut consulter à ce sujet C.G. Jung, dans les introductions de Métamorphoses de l’âme et ses symboles (LDP) ou encore de Psychologie et Alchimie (Buchet Chastel).

3 À propos de la sorcellerie, J. Favret-Saada a proposé une analyse intéressante dans Les mots, la mort, les sorts (Folio essais). Pour ce qui est de montrer l’importance de l’irrationnel sur l’homme — que l’on choisisse de le prouver d’une manière irrationnelle ou rationnelle — la lecture de Et l’homme créa les dieux (Folios essais) de P. Boyer s’avère passionnante.

téléchargement4 Pour un résumé très intéressant de par sa clarté et sa concision sur ce vaste sujet, on peut lire Le sacré et le profane de M. Eliade (Folio essais).

5 T. Melchior propose l’explication d’une mise au diapason progressive du patient et de l’hypnotiseur, la voix de ce dernier se confondant peu à peu jusqu’à se substituer à la pensée consciente du patient — ce procédé se réalisant lorsque le patient se met à ne plus savoir si l’hypnotiseur opère une description de son état, ou une action : et c’est alors que ce qui n’était que description gagne la propriété d’également agir. À lire à ce sujet : Créer le réel, hypnose et thérapie (Couleurpsy).

SOURCE : Magazine Lune Bleue

Publié dans Astrologie et Esotérisme, PENSEE MAGIQUE - LEITMOTIV et RITUELS | Pas de Commentaires »

Tarot Humaniste

Posté par othoharmonie le 25 juillet 2014

Tarot Humaniste dans APPRENDS-MOI tarot-de-marseille    Bonjour à tous et toutes            0002044C dans Entre amis 

Ces derniers jours, j’ai reçu quelques messages de mes amies, qui se reconnaîtront d’ailleurs, me demandant à peu de choses prêt la même chose au sujet du TAROT HUMANISTE dont j’exécute les tirages depuis quelques années maintenant …  

Alors je me suis dit, finalement pourquoi je ne ferais pas un post spécifique sur mon blog afin d’expliquer ma façon personnelle d’utiliser le Tarot de Marseille.  

Et bien voilà, c’est parti …  

Le tirage du Tarot Humaniste me suit depuis 1998, j’ai appris à effectuer les assemblages à l’aide du livre d’Alain Brêthe intitulé :  

L’INTERPRETATION DES TIRAGES : – Le Tarot Humaniste – Réédition grandement revue et augmentée des 462 assemblages Aux éditions Alain Brêthe. 

Je vous reporte donc ici les questions que j’ai reçues dernièrement :  

« Francesca, Je suis en train de lire des tirages humanistes que tu as fait sur ton Forum « La Vie Devant Soi » 

Quelle(s) question(s) poses-tu pour faire ce tirage ?

Utilises-tu un conditionnement psychologique particulier ? 

Tu prends le prénom de la personne et puis ?  

Ce tirage est valable sur quelle période ?     

Pourquoi tu fais des tirages gratuitement, ça t’apporte quoi ? 

Pourquoi 642 combinaisons ? 

A quel rythme peut-on exécuter des tirages ?

Dans quels buts autres que spirituels peut-on s’en servir ?

tarot-marseille dans Tarots et tirages Cartes

Donc  voici, je vais tenter de répondre joyeusement, sans rien oublier, à toutes ces gentilles questions :

  Tout d’abord, je vous mets le lien pour vous procurer cette méthode, je l’ai retrouvée moi-même sur le site PRICEMINISTER :   Le Tarot Humaniste consiste en un tirage de 2 lames seulement, sur les 22 Arcanes Majeurs du Tarot de Marseille

1 TETE DE CHAT MINI

 

En réalité, LE TAROT HUMANISTE vous amène à une meilleure connaissance de vous-mêmes, vous révèle votre potentiel créateur et vous propose une voie d’accomplissement. Il est une invitation au changement et au mieux-être. C’est un peu comme si vous étiez mis en possession de clés pour votre évolution. Ce peut être celle de votre problématique passée, présente ou bien encore future. Le Tarot Humaniste vous amène à une meilleure connaissance de vous-mêmes en vous révélant votre potentiel créateur dont parfois nous n’avons pas conscience.  

En explorant tous les assemblages possibles avec deux Arcanes (soit 462 assemblages possibles) on y trouve une interprétation sur le plan général, professionnel, sentimental et spirituel ; sous l’angle de la psychologie et de la symbolique.  

De très bons conseils… des pistes de réflexion… un regard plus objectif sur ses difficultés personnelles et surtout, comment y remédier pour attendre nos objectifs avec une certaine lucidité.  

Je sais que quelques uns d’entres-vous connaissent déjà le tirage du Tarot Humaniste et je les en remercie ! 

Et rien n’empêche de le refaire puisqu’en effet, il est évolutif, au gré de vos humeurs du moment présent ! L’utilisation correcte en serait d’à peu près un tirage à intervalle d’un trimestre…  

Pourquoi 462 combinaisons ?

 Tout simplement parce que 22 Arcanes Majeurs associées par 2 = 462 possibilités de lecture. Si Alain Brêthe les avait assemblées par exemple par trois, il y en aurait eu alors 9240 et impliquerait un ouvrage de 700 pages : dit-il lui-même

Il arrive qu’une carte soit mal aspectée (explication dans le livre) dans ce cas là, j’utilise une carte que l’on appelle de recouvrement. 

Et pourquoi je fais ça ? Et qu’est-ce que cela m’apporte ? 

ben ! tout simplement le plaisir de pouvoir rendre service…  le plaisir de renseigner quelqu’un …    la réponse est : que cela m’apporte même BEAUCOUP, car la personne qui reçoit un tirage du tarot humaniste a entre les mains les clés de son évolution, et mon plus grand plaisir c’est de voir quelqu’un qui se donnera la peine afin de prendre sa Vie en main pour évoluer. 

Car le tarot humaniste, c’est par le fait une invitation au changement et au mieux-être, il donne des pistes de lâcher-prise, nous libère du passé et touche également au profil psychologique pour mieux atteindre notre objectif spirituel.

D’ailleurs, je vous en avais fait une petite démonstration sur mon blog, à cet endroit exactement : http://othoharmonie.unblog.fr/2010/04/11/le-tarot/  lorsque j’ai fait une interprétation pour moi-même. 

Un seul prénom me suffit pour interpréter un assemblage, je n’ai nul besoin d’en savoir plus, moins j’en sais sur une personne et plus cela me met à l’aise. La seule résonnance du prénom me suffit. J’intègre au plus profond de mon être sa consonance et je pose la seule et unique question :   « qui est …. Untel ? «  

On peut également utiliser le tirage du Tarot Humaniste pour une question précise touchant un seul sujet (travail – amour etc…) mais après c’est au consultant d’interpréter la vision que j’en ressortirai, car n’oublions pas que ce Tarot est symbolique, il faudra donc savoir lire entre les lignes !! 

Et je signale au passage que le TAROT HUMANISTE n’est absolument pas prédictionnel, mais c’est un outil de développent personnel !

Je ne pose jamais de questions à la personne qui me demande un tirage !! 

Il peut arriver que les réponses tirées ne correspondent pas à l’attente du consultant. Personnellement je dis tout ce que je « ressens » et non ce que le consultant aimerait entendre. C’est à lui ensuite de se donner la peine de comprendre ou de « laisser tomber » …. Chacun a son libre-arbitre ! 

Il m’est arrivé d’ailleurs sur le forum que quelqu’un me dise : « j’aurais préféré avoir le même tirage que… untel a eu ! »  Or, nous avons tous nos bagages, notre personnalité, c’est à chacun de savoir utiliser son potentiel pour évoluer dans de meilleures conditions possibles ! 

Pour ceux que cela intéresse, rejoignez La Vie Devant Soi 

Il suffit d’être membre actif au Forum afin de pouvoir en bénéficier.

Merci de votre compréhension !

Le Tarot Humaniste est un support que j’aime beaucoup en terme de symbolique, c’est un fabuleux outil de développement personnel ! 

voilà, j’espère n’avoir rien oublié, et si toutefois vous avez d’autres questions, n’hésitez surtout pas à demander … 

 tarot dans Travail sur soi !

 

 

Publié dans APPRENDS-MOI, Entre amis, Tarots et tirages Cartes, Travail sur soi ! | 17 Commentaires »

Faire Bonne Fortune, Bon Coeur

Posté par othoharmonie le 3 mai 2014

Clients et commerçants
café en attente, suspendu
café en attente, suspenduC’est d’ailleurs cette nouvelle rumeur urbaine — et une page Facebook bien partagée — qui a mené, à la mi-novembre, Patrick Pilon, propriétaire du Café-Bistro Bobby Mcgee, à prendre le relais à son tour. « Ça « fitte » parfaitement ici, lance-t-il dans un éclat de rire. Tu es socialiste ou tu ne l’es pas ! »
café en attente, suspendu
Plus sérieusement, il explique qu’il s’agit d’une initiative somme toute banale pour les tenanciers. « Il ne faut pas oublier que ce sont les clients qui payent. Ce sont des gens qui sont contents de débourser 10 $ de plus pour offrir deux sandwichs à des étrangers. »
café en attente, suspendu
Pour les commerçants, il s’agit surtout de créer un lien entre les consommateurs réguliers et ceux qui n’ont plus les moyens de se payer un simple café, même si ce n’est parfois que pour un temps.
café en attente, suspendu
« Il n’y a pas juste des itinérants, insiste Julie Gilbert. Ça peut être un étudiant qui est au bout de ses prêts et bourses et qui, avec ses vingt heures de travail par semaine, n’arrive plus. Ou encore quelqu’un qui commence un nouvel emploi et qui n’a pas eu sa première paye. Je ne suis pas là pour juger et tout le monde peut, un jour, ressentir le besoin d’être aidé. »
café en attente, suspendu
Même son de cloche dans Hochelaga-Maisonneuve, bien qu’il s’agisse là du quartier montréalais où les indicateurs de pauvreté sont les plus élevés. « Au-delà des problèmes sociaux, ce sont surtout des gens qui vivent beaucoup d’exclusion, ajoute Patrick Pilon. Venir demander un café ou un sandwich, c’est parfois quelque chose de très nouveau pour eux. »
café en attente, suspendu
Difficile, parfois, lorsqu’on a le ventre plein, de concevoir ce que des gestes aussi simples demandent à ceux qui n’ont pas eu de quoi se remplir la panse depuis quelques jours. « On ne s’en rend pas compte, mais venir dans un lieu public et faire le choix de ce qu’on va manger peut vraiment être ardu quand ça ne fait plus partie de notre quotidien », renchérit la propriétaire du café Ô deux sœurs.
café en attente, suspendu
Et c’est justement ce lent processus de « réinsertion » qu’elle veut intégrer tranquillement au concept des cafés suspendus. « La première fois se résume souvent à un café pour emporter. Ça peut prendre quelques semaines avant que la personne décide de rester pour manger, souligne la jeune entrepreneure. Récemment, une dame a même donné un rendez-vous galant sous le couvert des cafés suspendus. ».
café en attente, suspendu
Où trouver un commerce ayant rejoint ce mouvement de générosité, au Québec ?
Sur la liste des commerces « Café en attente au Québec«  !

La bonne fortune
café en attente, suspendu
café en attente, suspenduLa tradition est née à Naples, dans le sud de l’Italie, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Elle voulait alors que celui à qui la chance sourit prenne un caffè sospeso — ou café suspendu — pour ainsi partager sa bonne fortune.
café en attente, suspendu
« C’est le moins qu’on puisse faire, soupire Patrick Pilon. On m’a déjà dit que personne ne planifie de finir dans la rue. Ça se déglingue vite, une vie, quand ça va mal, et ces gens, malgré leurs problèmes actuels, ont tous un passé. »
café en attente, suspendu
Dans l’absolu, nul ne sait ce que l’avenir lui réserve. Devant cette incertitude, ces propriétaires au cœur sur la main préfèrent donner au suivant, quitte à ne jamais rien recevoir en retour.

Et ailleurs dans le monde ?
café en attente, suspendu
Actuellement, 195 commerces sont référencés dans 19 pays (138 villes). Liste ICI

Image de prévisualisation YouTube
https://www.youtube.com/watch?v=wyKAGAb3dMQ
Le phénomène du « Café en attente » : la solidarité…

 Et autour de nous ?

café en attente, suspendu
Cette excellente idée de solidarité, de charité, née en en Italie du Sud avant de rejoindre le Québec et de se propager à travers le monde, ne pourrait-elle pas trouver sa place autour de chez nous, dans la ville, le village, où nous vivons, où les besoins sont les mêmes ?
café en attente, suspendu
Les clients et les commerçants sont-ils prêts à jouer le jeu ?
Pour le savoir, rien de plus simple à vous qui lisez ces lignes : tentez l’expérience avec votre café, votre commerçant favori… vous offrez un café « en attente » et lui, l’annonce clairement, afin que celles et ceux dans le besoin osent le demander… Et il y a beaucoup plus de personnes dans le besoin que l’on pense… Ceux réellement dans le besoin ne le disent pas forcément « haut et fort »…
café en attente, suspendu
Dans de nombreuses villes en France, des commerces emboîtent le pas : Beauvais, Chambéry, Grenoble, Evreux, Lyon … et beaucoup d’autres !
De nombreuses pages Facebook organisées autour du concept « Le café en attente » sont créées et permettent de transmettre l’information très rapidement…

Comment participer, « faire cela » ?
café en attente, suspendu
C’est très simple et clairement expliqué sur le site : www.coffeesharing.com
Tout le monde peut participer…
café en attente, suspendu
Un événement Facebook « Le café en attente » regroupant de nombreuses initiatives Françaises a été créé. Vous y trouverez les adresses des commerçants participants, comment participer…

café en attente, suspenduCafés, baguettes, kebabs, livres…
café en attente, suspendu
C’est en regardant la page Facebook des Indignés en mars 2013, que Stéphanie Dupin, employée dans une association de réinsertion pour les jeunes à Rouen, a été conquise par l’idée. Elle en parle à son voisin qui tient le café-restaurant Le zèbre à pois, dans le centre de la cité . Il est tout trouvé pour démarrer le mouvement, son petit établissement étant régulièrement récompensé par le prix du meilleur accueil, délivré par la ville. « C’est parti très fort et nous avons maintenant largement dépassé les 200 cafés offerts », indique le cafetier Olivier Lenoble, qui ne compte pas son temps pour faire vivre le concept. Outre les SDF qui viennent dès l’ouverture, Olivier Lenoble sait repérer la retraitée modeste ou l’étudiant désargenté à qui offrir le café.
café en attente, suspendu
L’établissement lyonnais Des galets bleus la nuit, à la Croix-Rousse, a rejoint le mouvement qui s’est développé ces derniers mois de Brest à Bayonne, de Bordeaux à Mulhouse et de Nantes à Carcassonne, sortant même du café pour conquérir d’autres commerces. Deux petites boulangeries du Puy-de-Dôme ont ainsi lancé le mouvement de la « baguette en attente ». Il y a maintenant des sandwiches, des kebabs, des viennoiseries… et même des « repas réservés », lancés à Mulhouse par David Petit, employé dans un magasin de bricolage. Un client paye un deuxième repas et reçoit un ticket tamponné avec mention du prix. Il peut l’offrir à une personne de son choix ou à une association. « Nous avons déjà plus de 100 tickets et plus de 60 restaurants adhérents », affirme-t-il.

Image de prévisualisation YouTube
https://www.youtube.com/watch?v=jy5k5a1NmIs
Un monde meileur ou Passez au suivant, au Québec.

 

Michaël Féron, bouquiniste à Rouen, met des livres en attente. Il demande 2 euros aux clients donateurs. « La personne qui réclame choisit son livre. S’il coûte plus que 2 euros, je mets la différence », avance-t-il. Places de spectacle, jouets, vêtements… Le concept peut encore être bien élargi. Pour coordonner le tout, des associations ont été créées à Nantes sous le nom de Tout en attente, ainsi qu’aux Lilas , en région parisienne, sous la bannière Eveil.
café en attente, suspendu
Bientôt, un site Internet dédié…
Afin que ce bel élan de générosité s’inscrive dans la durée, « il faut lever toutes les barrières de défiance », estime à Lyon Wilfried Lacour, qui anime le mouvement sur Facebook. Pour que chacun sache mieux ce que font les autres, un site Internet est en cours de construction à Montpellier. 

Principales sources :
• Café en attente : www.cafeenattente.org
• Coffee Sharing : www.coffeesharing.com
• Facebook : Facebook: le-cafe-en-attente
• Le Devoir : www.ledevoir.com
• L’Express : www.lexpress.fr
• TVA Nouvelles : www.tvanouvelles.ca

Jean-Paul Thouny - Thérapeute énergéticien, Voiron (Isère) France- Courriel : jean-paul@thouny fr
Lire la suite sur le site : http://www.energie-sante.net/bn/?p=717

Publié dans Nouvelle conscience, Nouvelle TERRE | Pas de Commentaires »

L’Hiver de la Spiritualité

Posté par othoharmonie le 16 mars 2014

Hiverspirituel« Essayez un instant de faire preuve d’imagination… 

Imaginez une planète ayant une orbite autour du Soleil qu’elle mettrait des centaines d’années à parcourir, au lieu des 365 jours qu’il faut actuellement à la Terre. Imaginez que vous habitiez sur cette planète et que vous puissiez y vivre votre vie entière en l’espace d’une ou deux saisons ! Cela signifierait que seul, un petit nombre d’entre vous aurait la possibilité, au cours de sa vie, d’assister à un changement de saison. Quand ce changement se produirait, cela ne serait-il pas effrayant ? Ne serait-il pas effrayant d’entamer une nouvelle saison jamais vécue auparavant ? Pouvez-vous imaginer ce que représenterait d’entrer en automne et en hiver alors que, pendant des centaines d’années, vous n’aviez connu que le printemps et l’été ? 

Essayez d’imaginer comment ce pourrait être : vous avez vécu toute votre vie, vos parents et les parents de vos parents l’ont également vécue avant vous, vous avez tous vécu des conditions à travers lesquelles la Terre se présentait sous un aspect doux et agréable. La chaleur prédominait, chaque jour les oiseaux chantaient et le Soleil et la nature tout entière célébraient la vie. Et voilà que brusquement, brutalement les arbres commencent à perdre leurs feuilles ! Alors vous vous dites : « Mais qu’est-ce qui va donc de travers ? Sont-ils malades ? Sont-ils en train de mourir ? Où s’en vont les oiseaux ? » Vous regardez ces arbres dénudés : « Oh ! Mais qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi cette obscurité, pourquoi cette grisaille, pourquoi cette impression de mort ? » 

Vous n’aviez jamais vu la chute des feuilles auparavant. Alors, pour vous, les arbres sont réellement morts – regardez-les ! Ils sont morts ou en train de mourir alentour. Toute leur vie semble avoir été sucée, ce ne sont plus que des squelettes. Et puis le Soleil ne se lève plus comme avant. Vous ne pouvez pas vous promener non plus, parce qu’il fait trop froid. L’eau du lac gèle. Votre puits lui-même gèle. Comment allez-vous boire ? Comment allez-vous faire pour cultiver la nourriture ? La Terre se meurt et l’humanité aussi. Il se pourrait que vous pensiez que vous-même êtes en train de mourir ! 

Si personne n’était là pour vous expliquer ce qui se passe, il y aurait beaucoup d’angoisse, peut-être même des suicides en masse ! Même les gouvernements seraient désemparés ! Aucune politique ne serait capable de changer le cours des choses et vous penseriez que la fin est proche ! 

À présent, imaginez une autre possibilité. Essayez d’imaginer ce qui arriverait après que quatre ou cinq générations soient passées et que l’humanité voit enfin le printemps ! Wow ! Le Ciel s’éclaire à nouveau ! Les miracles semblent soudain se succéder : les arbres n’étaient pas du tout morts ; ils étaient juste en train d’hiberner ! Le Soleil, la chaleur, et même les oiseaux, qui semblaient partis définitivement, reviennent ! Qui le savait ? Qui aurait pu le prévoir ? Les humains chantent à nouveau. Ils ont la sensation qu’une guérison miraculeuse vient d’avoir lieu et toute l’humanité commence à célébrer la Gloire du Tout-Puissant ! 

Ce n’est bien sûr qu’une métaphore. Nous l’avons choisie parce que vous connaissez tous les saisons et que vous comprenez tous les changements que la succession des saisons implique au niveau de votre vie quotidienne. Ce que nous allons vous dire, c’est ceci : vous êtes assis dans l’énergie de quelque chose que vous n’avez jamais vu auparavant, que n’ont jamais vu ni vos parents, ni les leurs ni même ceux qui les avaient précédés. Chers êtres humains, vous êtes en train d’assister à l’arrivée d’un hiver spirituel ! Jamais auparavant sur cette planète, un tel changement ne s’est produit sous cette forme.

Maître après Maître, ils sont nombreux à être venus sur la Terre avec la totalité de leur ADN renforcé et activé, de sorte qu’ils pouvaient vous donner des messages au sujet de votre propre maîtrise. Or, si vous avez bien remarqué, ils ont tous dit le même genre de choses. À l’intérieur de cultures différentes, ils avaient tous un message unique : ils vous ont dit que la réalité était bien plus vaste que ce que vous voyez en 3D. 

Ils vous ont dit qu’il y avait l’interdimensionnalité, et que vous ne deviez pas prendre de décisions basées sur ce que vous voyez mais sur ce que votre intuition vous dit être la vérité. Ils vous ont dit que vous ne deviez pas mettre votre confiance dans des hommes, mais en vous-mêmes. Ils vous ont dit que vous étiez tous égaux dans votre capacité à créer des miracles, et que la mort n’était pas réelle. Ils vous ont montré ce qu’était un ADN activé et ils se sont guéris et ils ont guéri leur entourage. Ils se sont adressés aux éléments et les éléments leur ont obéi. Ils ont parlé à des animaux et ces animaux les ont entendus. Puis ils vous ont regardés et ils vous ont dit que vous pouviez faire la même chose. Alors nombre d’entre eux furent tués parce que c’était une information qui rendait possible quelque chose pour laquelle l’époque n’était pas encore prête. 

Mais maintenant elle l’est. Car voici qu’est venu l’hiver spirituel. Rien de tout ce que vous avez parcouru depuis la Lémurie, n’a jamais comporté un tel type de changement. Les Maîtres de la Terre ont dit que vous pourriez changer votre réalité, et vous l’avez fait. Il s’est produit un changement de dimensionnalité sur cette planète et dans ce système solaire, dans cette section d’espace, à cause de ce que vous avez fait ici. 

Nous vous avons donné les notions élémentaires du magnétisme et de la gravité, et nous vous avons même parlé de l’astrologie comme en faisant partie. Nous avons expliqué comment l’information interdimensionnelle chevauche le vent solaire depuis le Soleil, puis parle à la grille magnétique et ensuite à l’ADN humain.

Ce changement vous a amenés à un endroit que beaucoup d’entre vous ont décrit comme très sombre. Quand vous regardez la planète et écoutez les nouvelles, c’est sombre ! Elle est là, n’est-ce pas… cette obscurité ? On dirait que ce n’est pas du tout une planète éclairée. On dirait que vous êtes nés et avez vécu votre vie jusqu’ici dans un climat doux, mais qu’à présent la planète a changé. Vous êtes assis là, tenant votre petite lumière dans un endroit très sombre. Qu’est-ce qui se passe ? Où est la nouvelle énergie ? 

Bon, laissez-nous vous dire que ces apparences sont réelles. Il commence effectivement à faire sombre. Les arbres sont en train de mourir… les arbres de la logique civilisée… les arbres de l’illusion de la paix… les arbres de la pensée de la vieille énergie. Le chant des oiseaux s’est arrêté et ce calme est inconfortable, n’est-ce pas ? Vous êtes inquiets, n’est-ce pas ? Vous êtes dans un hiver spirituel et c’est le premier sur la Terre ! 

Alors, que se passe-t-il ? Nous allons vous le dire : il se passe ce qui arrive quand la Terre décide de changer de dimension. Nous vous avions déjà annoncé en l’an 2000, que le potentiel de ce changement était réel. Nous vous avions dit que le Temple – ce qui est une métaphore qui désigne la conscience de la planète – serait reconstruit ; nous vous avions dit que pour la troisième fois il serait reconstruit, mais que vous auriez d’abord à en gratter et à en nettoyer la fondation. C’est ce que vous êtes désormais en train de faire et cela s’appelle un hiver spirituel ! 

Partout où vous regardez, les choses vous semblent n’avoir aucun sens, n’est-ce pas ? Vous sentez une déconnexion ! Laissez-nous vous en donner un exemple. Cela pourra vous aider à acquérir une vision plus large et à mieux comprendre ce que nous essayons de vous dire. Laissez-nous vous emmener en un endroit qui compte parmi les plus sacrés de votre planète. Il s’appelle le Mont du Temple. Quatre grandes religions de la planète le partagent. Il est sacré pour elles toutes. Le Christ lui-même a marché là, ainsi qu’Abraham alors qu’il venait d’accepter de sacrifier son fils unique. Il y a deux versions de cet événement, la version chrétienne et celle de l’Islam (ce qui rend ce lieu précieux pour tous les Chrétiens et tous les Juifs sur Terre.) On dit aussi que Mohammed se trouvait là quand il a ascensionné, là où se dresse aujourd’hui le dôme d’or de la mosquée (ce qui le rend également très précieux et sacré pour un autre milliard de personnes sur la planète). Il se trouve pourtant au milieu de la zone la plus instable de la terre… Israël. Pouvez-vous imaginer un tel défi ? 

Mêlés à tous ceux qui, avec leurs fois différentes, « marchent sur des œufs religieux », pourrait-on dire, les Palestiniens cherchent toujours leur État. Beaucoup croient qu’ils doivent réclamer la terre qui leur a jadis été enlevée. D’autres pensent que c’est inutile. Certains veulent négocier, d’autres utilisent la violence. Et la dispute fait rage, comme elle l’a fait pendant 50 ans. 

Maintenant, nous vous demandons de rester immobiles pendant un instant et de sentir l’énergie qui est à l’origine de cette situation et son potentiel d’explosion. Car c’était là l’étincelle qui devait créer l’Armageddon à peu près entre 1998 et 2001 selon votre cadre temporel. Vous ne nous croyez pas ? C’est pourtant une prophétie que l’on retrouve dans de nombreux livres sacrés écrits à travers les siècles. Ce n’est pas quelque chose que Kryeon a apporté. C’est un fort potentiel que vous avez eu pendant très longtemps, et nombre de vos religions en ont parlé et vous ont averti de la fin des temps qui en découlerait. 

Mais cela n’est pas arrivé, n’est-ce pas ? Car après la Concordance Harmonique en 1987, les choses ont commencé à changer sur votre planète. Très rapidement, la structure géopolitique s’est effondrée autour de certains des gouvernements prévus pour être les acteurs principaux dans la prophétie d’Armageddon. 

Maintenant, faites comme si vous étiez encore en Israël au Mont du Temple dans la vieille ville, puis élargissez votre champ visuel et votre compréhension jusqu’à englober le Moyen-Orient tout entier. Nous voulons que vous regardiez autour de vous pendant un instant et que vous ressentiez le mécontentement qui a mijoté et dont la cuisson a été entretenue pendant plus d’un demi-siècle. Il s’est envenimé et, en créant des polarités, il a engendré cette haine qui vous affecte tous à l’heure actuelle et qui est la cause de votre terrorisme mondial. 

Il a polarisé le frère contre le frère. Le juif et les partisans des Juifs se tiennent d’un côté et l’Islam et ses cultures de l’autre. Et le noyau central du défi est en Israël ! Cette polarisation était sensée être l’élément déclencheur de votre Armageddon, mais quelque chose d’autre est arrivé. Cette polarisation est devenue l’élément déclencheur de votre hiver spirituel – ce temps sur la Terre dont nous avons parlé : un grand changement de civilisation, un temps où il n’est plus possible de rester assis dans la prison où vous vous teniez, un temps pour le retour des Lémuriens, un temps pour la construction des Phares en vue de la tempête à venir, un temps où l’humanité doit décider de continuer ou non. 

Alors voici la question logique, chers êtres humains : avec toute la sagesse que vos Maîtres vous ont enseignée depuis des siècles, avec tout le savoir et la technologie que vous avez acquis au cours des années passées, montrez-nous le plan de paix ! En ce lieu où chacun sait qu’une explosion est en train de couver, où se trouve la solution ? Il n’y en a aucune. Aucun plan n’est adapté. Et si vous y pensez, cela vous choque, n’est-ce pas ? Comment se fait-il que chacun puisse voir le problème mais qu’aucune organisation sur Terre n’ait la solution ? Où sont les hommes sages ? Où sont les conciliateurs ?

Certains d’entre vous pensent : « Bon, nous allons quand même bien finir par trouver la solution. Nous avons de grands espoirs liés aux futurs et inévitables changements de dirigeants sur la Terre. Nous y travaillons, Kryeon. Il va y avoir cette élection aux États-Unis. Il devrait y avoir de nouveaux dirigeants, il devrait y avoir une nouvelle politique, et ensuite nous aurons un réel plan de paix. » Nous avons de mauvaises nouvelles pour vous : votre élection américaine ne fera pas un poil de différence !

En 2000, nous vous avions donné l’information que cela prendrait huit ans – c’est-à-dire jusqu’en 2008 – avant que vous ne voyiez le potentiel du Temple reconstruit. Il y a encore quatre années à tenir, Phares ! Aussi, renforcez la fondation et gardez la lampe allumée ! 

- « Alors, Kryeon, cela signifie qu’il n’y aura aucun changement dans la politique des États-Unis ? » 

- Nous n’avons pas dit cela. Peu importe qui gagnera l’élection. Vous avez encore le libre choix, mais jetez un coup d’œil sur ce choix que vous avez à faire. Le leadership des deux choix est un leadership de la vieille énergie. Ils sont taillés dans la même étoffe. Comprenez qu’il est approprié pour un plus vaste plan que votre ligne temporelle reste ainsi. À nouveau, ne désespérez pas. Au lieu de cela, envoyez de la lumière à vos dirigeants, peu importe qui ils s’avèrent être. Vous ne verrez pas de miracles pendant un temps. Vous ne verrez pas non plus encore de plans de paix. Oh, on en parlera, mais il n’y aura pas d’intention pure d’aucun côté. 

Est-ce que cela a un sens pour vous qu’Israël et la Palestine aient choisi les deux leaders qu’ils ont actuellement ? Avez-vous jamais songé à cette synchronicité : voici les deux leaders du point chaud de la terre, là où tout ce qui arrive peut déclencher des guerres, et les populations ont choisi pour leaders deux hommes de la vieille énergie qui essayent de s’entretuer depuis plus de 25 ans ! Est-ce que cela a un sens pour vous ? Où sont les pacificateurs ? Tout ce qui est devant vous va seulement servir à perpétuer l’hiver spirituel qui, en ce moment, continue à être approprié. 

Laissez- nous vous poser une autre question : si vous ne l’avez pas encore remarqué, où sont vos héros ? Il n’y en a aucun. Il n’y en a pas un seul à l’horizon. Pouvez-vous vous souvenir d’un temps comme celui-ci, sans aucun point positif d’espoir ? Il n’y aucun « héros de la paix » en vue, qu’il soit politique ou spirituel. « Mais pourtant il y en a toujours eu ! » pourriez-vous rétorquer. – Oui, mais pas au cours d’un hiver spirituel ! 

Bien sûr nous parlons métaphoriquement mais certains d’entre vous commencent à comprendre où nous voulons en venir. Écoutez : alors que l’obscurité grandit et que vous entrez dans cet hiver spirituel, un groupe important d’entre vous appelé « les Phares » a été placé ici. Il a pour mission d’empêcher le bateau de l’humanité de s’écraser contre les rochers. Ce sont les lecteurs et les auditeurs de ce message et beaucoup, beaucoup d’autres qui sont en train de s’éveiller et qui serviront de « Phares ». 

Lecteur, saisis-tu cela ? Vous êtes en ce moment même des dizaines de milliers à lire ces lignes. C’est pourquoi vous êtes ici. C’est pourquoi vous existez, pour tenir cette lumière jusqu’à la fin de l’hiver spirituel. Cela ne va pas s’améliorer encore pendant un moment. Mais ne désespérez pas. Tenez cette lumière. C’est pourquoi vous êtes venus, et pourquoi vous êtes en vie sur cette planète. 

Vous ne trouverez jamais un phare construit en un lieu sûr, n’est-ce pas ? La tempête vient, et c’est alors que vous allumez le projecteur du phare. Vous êtes là pour maintenir l’énergie de la planète dans un équilibre tel que l’humanité puisse traverser cette déconnexion et supporter cela pendant le temps approprié.

Kryeon8Dans la culture chrétienne, l’histoire dit que le Maître de l’Amour, Jésus le Juif, fut crucifié. 
C’est une histoire qui a été dite et redite de différentes façons. Jésus s’est retrouvé dans le processus de ce qu’il pensait être la mort. C’est ce que fut la crucifixion. Il était prêt à changer de dimension et à atteindre le niveau suivant, quoi que cela ait signifié pour lui, y compris le potentiel très réel de l’Ascension. Mais on rapporte que ce Maître, au lieu de lever les yeux en paix vers ce qui allait venir, appela le Ciel et dit : « Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Ce faisant, il montra que celui que certains ont appelé « Fils de Dieu, Divinité Suprême dans un corps humain », n’était encore qu’un simple humain. Et pourquoi a-t-il lancé ce cri de frustration ? Parce qu’il s’est senti coupé complètement et totalement de toute relation avec l’Esprit – une déconnexion totale. Il a pleuré : « Où es-Tu parti ? Qu’est-ce qui est arrivé ? Pourquoi m’as-Tu laissé ? » Le « langage » de la connexion constante à l’Esprit avait soudainement disparu, et sa planche de salut spirituelle était partie… « Le Christ » lui-même s’est retrouvé perdu. La même chose se produit lors de tous les changements dimensionnels et spirituels, et en ce moment précis, vous en avez un en marche sur la Terre. Il se nomme « l’hiver spirituel ». C’est « la nuit obscure » de l’âme de la planète Terre et c’est la première fois que cette humanité y est confrontée, mais vous êtes tous venus ici en sachant que cela pourrait arriver. 

Phares, peut-être commencez-vous à saisir pourquoi vous êtes sur cette planète ? Mais écoutez à présent : il y a quand même de bonnes nouvelles ! En réalité, les arbres ne sont pas tous morts, les oiseaux n’ont pas tous arrêté de chanter, et il y a quand même des héros. Il y en a parmi les jeunes assis ici : ils n’ont aucune idée de ce qu’ils verront durant leur vie, mais le potentiel est qu’ils vont voir les bonnes nouvelles ! Beaucoup d’entre vous les verront aussi, mais vous serez juste plus vieux de quelques années !

Nous recommandons à tous la lecture du dernier livre de Kryeon : Tome VIII (Un nouveau Don de Lumière). 

Kryeon y présente des messages exaltants qui, en combinant d’une manière unique l’amour et la physique, nous font mieux comprendre la réalité physique multidimensionnelle. 

Au moyen de paraboles et d’explications scientifiques il nous fait prendre conscience de notre retour à notre Moi véritable préterrestre, dans une approche à multiples niveaux qui satisfait et réconforte nos cœurs, nos esprits et nos âmes.

Publié dans Channeling | Pas de Commentaires »

Faut-il connaître notre avenir ?

Posté par othoharmonie le 16 mars 2014

Les authentiques Messagers de l’Au-Delà révèlent qu’il est illusoire de prétendre aider les humains en leur dévoilant leur avenir.

Les changements que la planète doit subir ont commencé à se manifester à travers différents signes avant-coureurs en apparence inquiétants : dérèglement rapide des algorithmes de notre biosphère, détérioration importante de la qualité de notre environnement, pollution massive de l’ensemble des écosystèmes terrestres, accélération du réchauffement climatique, multiplication des cataclysmes naturels, disparition de nombreuses espèces animales et végétales, accroissement brutal du nombre d’humains vivant en dessous du seuil de pauvreté, remise en question soudaine des fondements idéologiques, moraux, culturels et religieux de nos sociétés, incertitude générale quant à l’avenir et sentiment inconfortable de précarité dont plus aucun habitant de la surface de la Terre n’est désormais à l’abri. 

Face à ces effets de l’accélération vibratoire cosmique dont nous avons tendance à subir les premiers effets plutôt qu’à les comprendre, face aux difficultés existentielles auxquelles nous sommes tous, à des degrés divers, confrontés, beaucoup choisissent de se mettre en quête de nouveaux repères et d’informations concernant leur avenir. Certains consultent des voyants, des télépathes, des thérapeutes, d’autres des astrologues, des tarologues, des chiromanciens dont ils espèrent recevoir des clés qui les aideraient à décrypter les causes de leur mal-être et à redonner un sens à leur vie. 

Sylvie Lorain-Berger fait partie de ces êtres exceptionnels vers lesquels les autres habitants de la Terre ont naturellement tendance à se tourner, dès lors qu’ils « ne savent plus à quel saint se vouer ». Médium authentique depuis sa plus tendre enfance, ses conversations avec l’au-delà (retranscrites dans son bouleversant livre « Les Messagers de l’Au-Delà » – Éd. Alphée) sont aussi réelles et chaleureuses que les échanges que nous entretenons avec nos familles et nos proches; elles apporteront de multiples et précieuses informations à tous ceux qui s’interrogent actuellement sur l’orientation à donner à leur vie. 

Sylvie a en effet tenu à rendre publiques certains des conseils transmis par les êtres qui l’accompagnent quotidiennement dans les plans invisibles, car ils éclairent d’un jour nouveau les sujets liés à l’éveil des consciences et à l’accès à l’information en provenance de l’au-delà. 

Voici comment Armandine, l’une de ses guides, répond, avec une touchante simplicité, à la question : « Que faut-il penser de cette tendance actuelle de l’homme à vouloir absolument connaître son avenir ? »

Connaitresonavenir

 

« Ne crois pas que tu vas rendre service aux autres en dévoilant leur avenir… Tu les rendras dépendants psychiquement, et ils deviendront incapables de prendre seuls une quelconque décision. Connaissant les lois de la responsabilité, tu ne pourras t’en prendre qu’à toi-même. Tant que tu n’as pas une assise spirituelle, tu peux faire plus de mal que de bien. Occupe-toi de ta propre maison en désordre avant d’aller faire le ménage chez les autres… 

Je ne connais que trop ce pouvoir attrayant qui consiste à vouloir ôter les pierres du chemin d’autrui… Te substituer aux guides peux t’apporter beaucoup de déboires. À cause de toi, ces êtres régressent. Tu deviens un poteau indicateur qu’ils suivent aveuglément. Et eux t’influencent négativement avec leur étroitesse d’esprit. Ils t’aspirent vers le bas sans que tu ne t’en aperçoives… C’est très ennuyeux… 

- Mais la voyance a toujours existé. Elle apporte souvent des indications précieuses qui influencent positivement la personne demandeuse. 

Armandine, patiente, m’explique : 

- Le terme « influence » que tu viens d’utiliser est bien choisi. Et tu n’as pas à « influencer » qui que ce soit. Les expériences d’un être déterminent sa force de penser, sa volonté de se battre et de faire des choix. Lui prédire son avenir, c’est l’infantiliser, le priver de son travail personnel. L’être humain doit simultanément se servir de son intellect et de son intuition. Seul l’équilibre entre ces deux forces fera de lui un être en progression constante. Les guides n’interviennent que pour amener l’âme à son futur épanouissement. 

- Pourtant, certaines personnes ont besoin d’un éclairage à un moment bien précis de leur vie pour mieux distinguer le bon chemin… 

- Chacun de vous a le pouvoir de distinguer, sans aide extérieure, s’il est sur le bon ou le mauvais chemin… La conscience a été donnée à l’homme dans ce but. Comme je l’ai maintes fois expliqué, l’invisible passe par la conscience pour vous guider. Les mener à être à l’écoute d’eux-mêmes libérerait les hommes de fausses croyances dans la limitation de leur existence. Ils découvriraient que les épreuves découlent de la loi de la réciprocité des effets que je t’ai déjà expliquée, il me semble. 

Tu es trop jeune pour te charger des tourments des autres. Ton regard doit se fixer sur ton propre horizon. Quand tu seras prête, tu pourras te servir des tarots qui, eux, reposent sur la connaissance initiatique spirituelle. Leurs symboles, révélateurs d’un certain niveau de conscience, sont des messages de l’âme. C’est une lecture intérieure… C’est très différent! 

Armandine paraît vraiment contrariée. Elle voudrait, comme tout guide qui se respecte, m’éviter les écueils qu’elle a sûrement subis. Son message est clair :intervenir dans le destin des autres peut s’avérer lourd de conséquences…

Je reste malgré tout hésitante. Cependant, Armandine ne lâche pas prise. 

- Tu dois savoir que toute question sur l’avenir terrestre t’éloignera de la Lumière… Ce n’est pas ton objectif…

Messagersdelau-dela

Les questions concernant l’avenir terrestre nous éloignent de la Lumière.

- Mais quel est mon objectif ? Je ne le sais pas moi-même et tu m’en parles rarement. Je ne sais pas ce que je dois faire… 

- Essaie déjà d’entendre ce que tu ne dois pas faire! Sélectionner avec précision ce qui nourrit ton âme est nécessaire pour que je t’en dise un peu plus. Vois-tu, c’est comme la voyance… Te révéler ce que tu es amenée à devenir t’embrouillerait plus les idées qu’autre chose. 

- Mais le destin existe. Je le vois bien dans les lignes des mains. On y voit les bonheurs et malheurs à des dates relativement précises. Enfreint-on une loi en les lisant ? 

Si tu les lis à des personnes qui ne sont pas aptes à saisir la portée de tes prédictions, que ce soit par les cartes ou les lignes de la main, elles peuvent aboutir à une inertie pernicieuse. Beaucoup attendront les bonheurs annoncés comme un dû. Si tu n’annonces pas à la personne les malheurs et dures épreuves qui la guettent, elle s’attendra à une vie de rêve. Mais lui révéler ses futures épreuves peut la traumatiser et la freiner dans son évolution terrestre. Le moindre détail peut perturber une âme sensible. 

L’autre jour, je t’ai entendue lire les lignes de la main à une amie de ta famille. En apparence, tu ne lui as dit que des choses très positives. Tu as fait attention… Donc cette femme a déjà un enfant et tu as lu dans sa main qu’elle en aurait deux. Tu ne t’en es pas rendue compte, mais tu l’as extrêmement troublée en lui faisant cette prédiction. Cette femme ne veut plus d’autres enfants… Elle s’est d’ailleurs faite avorter il n’y a pas si longtemps. C’est pourquoi tu as vu ces deux enfants dans sa main… 

Pourtant, le libre-arbitre existe toujours, ne l’oublie pas! Cette femme a cru qu’elle devrait absolument avoir deux enfants. C’est inexact! Si elle le désire, elle pourrait en avoir un deuxième, ce qui est très différent! Du coup, elle en a oublié le positif de tout le reste et ne pense plus qu’à ça… Tu lui as gâché sa journée et bien d’autres à venir… À cause d’une seule affirmation! Tu croyais lui faire plaisir, mais elle, elle t’en veut de lui avoir affirmé cela… 

Comprends-tu la difficulté de prédire ? Même lorsque l’on agit avec une certaine sagesse humaine et une grande bonté, cela ne suffit pas toujours. Seule la sagesse spirituelle est représentative de la justice et du véritable Amour. C’est vers celle-ci que tu dois tendre. Elle est messagère des plans subtils élevés. Ne perds pas de temps avec la voyance. C’est une énergie néfaste pour les médiums auditifs comme toi. Ce n’est pas le même canal. Pourquoi crois-tu que les guides agissent dans l’ombre, pour la plupart des humains ? Notre rôle principal est de chuchoter quelques conseils judicieux pour guider discrètement chaque être vers l’apogée de ses possibilités tout en respectant son libre choix. 

Vous ne devez jamais perdre la maîtrise de votre propre existence. Chacun de vous est né à cette période avec un objectif très précis à atteindre. Nous sommes là pour vous aider à le « mettre en lumière », mais à vous de le réaliser avec audace. C’est un jeu de piste très élaboré. Nous, les guides, nous vous envoyons constamment des signes… À vous de les interpréter grâce a votre perspicacité. Et plus vous serez attentifs, plus vous aurez de signes… Si Dieu a masqué la destinée de l’homme qui naît, c’est pour qu’il vive en paix dans son présent. «À chaque jour suffit sa peine.» Croire à la fatalité de son destin peut amener à la résignation, une triste indifférence. Seuls les guides possèdent une sagesse assez subtile pour dévoiler certaines vérités sans pour autant « manipuler » le libre-arbitre des êtres auxquels ils s’adressent. 

La voyance détourne les êtres de leur Lumière intérieure, ils réagissent en fonction des informations données avec précision. Tu crois bien faire, mais les mettre devant un fait accompli leur fait croire en un destin tracé d’avance, alors qu’il n’en est rien. Ils peuvent le transformer en une seconde… De plus, la voyance fatigue tes surrénales et ta glande thyroïde pour pas grand-chose ! 

- Ah, c’est pour ça que j’ai le visage qui enfle soudainement. Mais, Armandine, les décédés proches qui m’entourent connaissent certains événements à venir… Toi-même, je sais que tu as une idée de ce qui m’attend… dans quelle mesure peux-tu me le dévoiler? 

- Il faut faire très attention, car plus les décédés sont proches de la Terre, moins ils en savent… Ils font surtout des déductions à partir de votre pensée du moment. Ainsi, ils se trompent, et ces erreurs causent des préjudices à ces âmes qui tentent de vous aider. Vos questions matérialistes les rattachent a la Terre qu’ils ont quittée ; ils se servent souvent de ce qu’ils ont vécu personnellement pour vous répondre, et s’ils sont restés si proches de la Terre, c’est qu’ils ne sont pas capables de s’élever plus haut. Je ne parle pas des décédés qui décident de protéger leurs proches par amour, de même que ceux qui t’ont toujours entourée pendant ton enfance. Ceux-là restent discrets sur l’avenir. 

ClairvoyancespirituellePlus les décédés sont évolués, moins ils vous en diront sur ce que vous avez à expérimenter. Ils vous soutiennent et cherchent plutôt à vous orienter en passant par votre conscience individuelle, comme nous, les guides. C’est la plupart du temps grâce à ces intuitions fulgurantes que vous changez d’idée et que vous échappez à quelques ennuis. Plus vous avez d’entités lumineuses qui vous aiment et vous assistent, plus vous avez de signes… Nous ressentons tous une joie intense quand l’intuition est suivie… Les guides sont prioritaires pour se servir de ce canal, mais certains d’entre vous sont plus réceptifs à des êtres décédés qu’ils ont aimés. Nous œuvrons tous en parfaite harmonie. Seul compte pour nous le résultat… Mets-toi en tête que la voyance et la clairvoyance spirituelle sont opposées. La voyance est une initiation mineure…

Nous, nous t’offrons l’Initiation qui te mènera directement vers les hauteurs. Ton aide sera alors bien plus efficace… Tu serviras essentiellement d’intermédiaire entre le Ciel et la Terre. Les guides et les êtres de Lumière ont besoin des médiums comme toi pour délivrer certains messages, certaines mises en garde envers leurs protégés… comme je le fais avec toi. À toi de savoir si tu veux perdre du temps dans la vallée… Les épreuves doivent rester cachées a ceux et celles qui les fuient. Peu d’êtres sont à même d’entendre, sans un immense sentiment d’effroi, tout ce qu’ils auront à subir. Comme tu le sais, la peur est mauvaise conseillère. Les lois divines demandent de la patience, un effort permanent face à l’adversité ou l’inconnu… »

Extrait de « Les Messagers de l’Au-Delà » de Sylvie Lorain-Berger (Éd. Alphée – 2006) 
Bibliographe – Janvier 2007

« Ils sont là mais je n’ai jamais peur. Ils sont tendres et prévenants. Je les vois et je les entends comme si nous nous parlions au téléphone. Je les aime infiniment. » 

Voici le témoignage profondément humain d’une médium qui, dès son enfance, constate qu’elle n’est pas comme les autres. Outre ses dons de voyance, elle communique avec des guides et en particulier avec son arrière grand-mère qui jouera le rôle d’ange gardien et de première initiatrice. Car ce récit est aussi l’histoire d’une initiation, d’un parcours singulier avec ses questions, ses épreuves et ses extraordinaires révélations.Son livre « Les Messagers de l’Au-Delà » est disponible CliquezICI

 

Publié dans Astrologie et Esotérisme, LECTURES Inspirantes | Pas de Commentaires »

Dieu, canalisation

Posté par othoharmonie le 31 décembre 2013

Par Jean-Claude à Bois-sec  

(Canalisation survenue lors d’une méditation alors que j’exprimais inconsciemment mon sentiment de déception à Dieu par rapport à la réunion de ce même matin à Tamarin.)

Jean Claude

« ..Seigneur, je ne peux me retenir de vous avouer que j’ai été un peu déçu de notre session de ce matin, ou, mis à part le faite que ma femme a pu canaliser quelques mots lors de sa première séance, il semble y avoir eu comme un « blocage » d’inspiration par rapport au reste du groupe, alors qu’on se réunissait tous pour la 1ere fois… »

image

DIEU

Oui…et à commencer par toi ! Tu le sais, vu que tu l’a admis aux reste de tes amis juste après la session ! Tu as reçu 3 occasions de te lancer : la première (et plus importante) étant de JESUS en personne, la 2eme de Tante Marcelle qui t’en a fait l’invitation, et la 3eme venant de moi concernant d’abord un message pour votre groupe, et un autre sujet qui te tient à cœur personnellement depuis pas mal d’années, mais qui doit aussi être entendu et interpréter correctement !

Voilà ce qui en résulte quand vous vous installez dans de telle réunion, ou votre mental n’a pas été encore préparé ou nettoyé de tous vos doutes et que vos cœurs n’étaient pas ouverts de façon collective. Plus vous serez nombreux, plus vous aurez des « interférences », provenant de toutes les directions, et plus le nombre d’être de lumières, d’entités etc…autour de vous. Cela peut compliquer la « communication » entre votre canal et les diverses sources d’énergies etc… Tout ceci n’est pas aussi simple que tu le pense, mais nous aurons à établir quelques règles de base pour vous tous, et l’occasion se présente maintenant pour élaborer sur ce sujet pour que le message qui suit soit entendu de tous au sein du groupe à venir.

Je parlerai donc d’abord de votre « groupe » et le but de vos réunions, avec amour mais aussi avec toute mon autorité ! Que ceux qui reçoivent ce message écoutent bien :

Vous avez tous par l’intermédiaire de vos guides respectifs, les divers êtres de lumières, des canalisations en groupe ou individuel, reçu des éloges sur vos progrès spirituels, l’amour que vous portez en vous, vos grandes capacités à accomplir de grandes choses etc…, mais maintenant il est grand temps de vous mettre au travail et de décider une fois pour toutes de vos ambitions réelles et sincères vis à vis de ce mouvement qui se met et qui doit se mettre en place ! Que ceux qui sont encore dans le doute, qui se sentent encore victime de l’angoisse du changement qui est en train de se mettre en place, ceux tourmentés par la culpabilité envers leurs religions ou doctrine respective, ceux qui ne sont pas entièrement sincères dans leurs démarches, se tiennent prêt à se confronter à eux-mêmes ! Car il ne tient qu’à vous, mes enfants, vous seul, de  pouvoir vous alléger et vous lester de touts ces doutes et autres énergies néfastes à votre progression !

Chacun d’entre vous est « outillé » de par l’aide de vos guides respectifs, à pouvoir vous entraider soit en paroles, par actions ou en pensées positives envers ceux ou celles qui en ont besoin. Je vous demande donc, à chacun d’entre vous, de tout simplement faire un effort particulier pour régler vos « émotions négatives » en dehors de ces réunions de groupe (les Jeudi), et entre vous. Car la rapidité et l’épanouissement de vos progrès seront étroitement liés à vos capacités collectives de conserver un mental claire, et un cœur ouvert à recevoir et écouter ce qui suivra durant ces enseignements. Idéalement, touts vos chakras devraient être propres et balancés. Il existe plusieurs méthodes à vous préparer spirituellement et il existe parmi vous ceux qui pourront vous guider à cet effet.

Le succès de votre groupe dépendra aussi de vos capacités respectives à ne pas porter jugement à ce que vous entendrez, la façon dont les messages vous seront communiqués, ou de l’interprétation de ces mêmes messages qui vous parviendront. Chacun s’exprimera à sa façon, avec son interprétation de ce qu’il ressentira ou entendra, car de toute façon, votre vocabulaire humain est beaucoup trop limité pour pouvoir interpréter la vraie richesse de nos connaissances. Sachez que nous, les êtres de lumières, sommes conscient de vos moyens limités (du moins pour le moment) de transmettre nos enseignements tels qu’ils le sont dans leurs vraies réalités !

Ce qui importe lors de vos sessions de travail, c’est de pouvoir distinguer l’essentiel de nos enseignements, l’essence même des messages se trouvant « lisible entre les lignes » !

(D’ailleurs votre dicton humain : « …et ils parlent…ils parlent…jusqu’à ce qu’ils aient finalement quelques choses à raconter… ! ». Cela est tellement vrai !

Certains d’entre vous dans leurs ouvrages littéraires, écrivent des pages et des pages…dont l’essentiel du sujet se lirait en quelques lignes seulement.

Essayez donc dans la mesure du possible de ne pas gaspiller vos énergies collectives, lors de ces réunions en groupe, affin de noter et vous concentrer sur l’essentiel de nos enseignements. Vous pourrez par la suite relire vos notes et les réédités affin de les rendrent plus littéraire, si besoin en ait, mais tout en préservant l’essence des informations reçus.

Maintenant comprenez bien ceci : Sachez que « canaliser » nos énergies divines, lors de leurs voyages jusqu’aux cellules de votre cerveau,  consume énormément de votre énergie, n’est-ce qu’en terme de concentration et de l’énergie « électrique » qui s’y dégage ! Eh oui…il est parfaitement vrai que votre cerveau est aussi doté de millions de petits transmetteurs qui servent à canaliser les diverses sources d’énergies magnétiques entre chacune de ces cellules. La magnétique étant étroitement lié à l’énergie électrique, vous comprenez donc pourquoi les hommes se disent souvent entre eux : « …Je ressens en ce moment comme un surmenage cérébral, un échauffement de mon cerveau etc… » !

 Mes enfants, tout ceci est sujet de base, mais néanmoins…vous l’oublier trop souvent.

Ne fatiguer donc pas votre « canal » avec des choses futile, que vous pourriez vous-même en faire la recherche avec un peu de bonne volonté et de « common sense ». Répétez-vous sans cesse que vous êtes plus que ce que vous êtes ici sur terre. Vous vous sentez quelque part frustrer et incapable par rapport à ce que vous dit quelques fois votre voix intérieure. Mais sachez que vous retrouverez pleinement vos vrais capacités et connaissances en dehors de votre enveloppe terrestre. Dans l’intérim, nous sommes là pour vous guider. Votre but pour le moment est d’essayer de vous rappeler de certaines de ces connaissances qui vous appartiennent déjà. C’est pourquoi une forme de méditation est primordiale pour chacun d’entre vous (surtout pour celui qui écrit ces mots même en ce moment, et qui sait qu’il doit méditer mais qui ne le fait toujours pas !).

Autres choses concernant encore les sceptiques sur les diverses interprétations de messages reçus par l’intermédiaire de différents « Canal » :

-         La façon dont vous formulerez vos questions déterminerons les différentes réponses que vous pourrez obtenir, sur un même sujet !

Mes enfants (et pour ceux qui l’ont oublié !), le monde de l’au-delà est si vaste, si hors de votre imagination, et tout étant pur énergie…vous comprendrez que même vos « mots » utilisés dégagent un magnétisme, une énergie qui se dirige dans telle ou telle direction, et il est tout à fait normal que toutes formulations différentes de vos questions vous en résulterons en de différentes réponses ! Mais elles devraient parcontre en conserver l’essentiel du sens à la réponse, comme je vous l’ai déjà expliqué.

Comprenez encore ceci : Les êtres de lumières qui vous entourent ont pratiquement toutes les réponses et enseignements à ce dont vous auriez besoin pour accomplir vos missions respectives. Mais cette « porte » de la connaissance ne peut être ouverte que par vous ! Amusez-vous à nous imaginer hurlant souvent à vos oreilles des messages, vous poussant à nous demander d’ouvrir ces diverses « porte de la connaissance », en attendant que vous formuliez les questions nécessaires à nous fournir la « permission » de vous canaliser les réponses par la suite. Tout ceci…ne tient qu’à vous.

C’est pourquoi nous sommes souvent témoin de vos frustrations, quand vous n’avez pas pu obtenir ou recevoir le message/renseignement désiré ou tant attendu lors de vos sessions de travail, même si nous avions préparé votre canal à recevoir tel ou tel message important avant même votre arrivé ! Il n’en tient qu’à vous de déclencher ce magnétisme spirituel qui quelque part, nous donne la permission de vous faire part de cette connaissance aussitôt. Encore une fois, amusez-vous à nous imaginer autour de vous tous, dans toute notre splendeur et puissance, vous hurlant à l’oreille et à votre âme, vous implorant de nous « demander » la question ou le mot clef, qui déclencherait ainsi l’ouverture d’une nouvelle porte de la connaissance pour vous, et qui par son effet boule-de-neige, vous procurerez de plus en plus les clefs de tous les autres mystères.

Que ceux qui comprennent l’essentiel de mes mots expliquent aux restes du groupe toutes ces leçons reçus, car j’ai besoin que vous les compreniez tous. La compréhension de tout ceci vous aidera à chasser encore plus loin de vous, tous vos doutes. Vous avez besoin d’une « logique » pour fonctionner sur terre, donc essayez de réunir tous ces mystères spirituels en une forme de logique, si cela peut vous aider dans votre quête de compréhension.

Dernier détail mais néanmoins très important : n’essayez pas de tout comprendre ! D’abord il n’est pas nécessaire pour vous d’essayer de tout comprendre. Chacun d’entre vous trouvera un épanouissement dans ses recherches qui lui sont propres et selon ses attributs. C’est pourquoi le partage de vos connaissances est si important et c’est le but de notre travail en vous réunissant tous.

Vraiment il en ait ainsi : même les divinités les plus élevés de mon royaume ne sont pas en possession de toutes les connaissances qui sont réunis en mon être !

Les contenir toutes leurs seraient insupportable. Concentrez-vous donc à avancer pas à pas, dans le bonheur d’une nouvelle connaissance, une à la fois. Réjouissez-vous ensemble dans le partage de ces bonnes nouvelles à venir et laissez aux anges et à mon armée céleste le soin de s’occuper de ce qui vous paraît et vous paraîtra comme étant impossible et illogique ! Les « choses anciennes » vont très vite disparaître et seront remplacées par des enseignements et commandements nouveaux.

Avec un peu d’humour, je vous dirai ceci : ne vous en faite pas pour moi, je suis très organisé !! Et mon plan d’action à travers chacun de vous, anges comme humains, se fera connaître le moment voulu, au moment choisi. Chacun trouvera sa place dans mon plan divin. Je suis « la connaissance absolue », le début et la fin de toutes choses, le centre même de ma propre création.

Que ceux qui pensent détenir la vraie connaissance de ces mots, se pose encore la question ! Je vous le répéterai sans cesse, car aucun d’entre vous ne détient encore la vraie réalité sur le sens de ces mots.

Mon canal JC s’y intéresse depuis de nombreuses années, et sa frustration de ne pouvoir projeter son imagination au delà de ses capacités humaines, m’amuse d’une certaine façon, malgré toute l’affection que je lui porte à ce sujet. Mais je lui ai promit lors d’une séance spécifique à ce sujet de lui révélé qu’une infime « essence » de cette vérité, pour aussi vous aidez à mieux vous situer sur votre vrai rôle dans la roue cosmique : qui êtes vous, qui suis-je, que suis-je, qui sommes nous ou…que sommes nous ?!

Mes enfants bien aimés, voilà l’essentiel du message que je voulais apporter à votre groupe dès ses débuts, affin que vous puissiez vous préparer, mentalement comme spirituellement, et vous conditionner à recevoir les enseignements et messages qui suivront au fil de vos rencontres futures.

Je vous souhaite donc joies à tous lors de vos canalisations futures.

Richesses du site http://www.lumieresdelaudela.com/

Publié dans Channeling, DIEU | Pas de Commentaires »

Révélateur de notre liberté

Posté par othoharmonie le 21 décembre 2013

images (7)

Krishnamurti

S’extraire de toute doctrine, de toute norme et croire en sa propre force d’être humain, c’est ce qu’enseignait le maître indien. Un pilier spirituel salutaire pour le XXIème siècle.

Le premier mot qui me vient à l’esprit lorsque je songe à Krishnamurti, ce maître spirituel si singulier, c’est celui de « liberté ». Et c’est sans doute, et avant tout, cette liberté qui m’a émerveillé lorsque j’ai découvert, dans les années 1970, son livre « La Révolution du silence ». Tout ce qui me fascinait et m’interrogeait à l’époque dans les spiritualités orientales s’y trouvait rassemblé, condensé en une sorte de spirale libre et anticonformiste. Je trouvais là un « instructeur » qui correspondait, sur le plan philosophique, au meilleur de ma révolte adolescente, et dont l’extrême liberté m’offrait non pas un savoir, mais un horizon de possibles. « Ne laisse jamais une tête au-dessus de la tienne », lançait-il comme un avertissement absolu. J’avais voyagé à travers l’Asie (Inde, Népal, Bali, Afghanistan…), mais je cherchais toujours autre chose. Je ne voulais pas adhérer à un dogme, mais habiter la vie autrement. Je refusais tous ces prêts-à-penser, ces mises aux normes, ces chimères où le désir d’autorité l’emportait souvent sur le désir de vérité. 

 

Avec Krishnamurti, tout d’un coup, je me frottais au vivant. Pas de mots vides, jamais. Mais une vision centrale : tout enseignement perd son pouvoir libérateur dès qu’il est accepté comme une doctrine. Nulle promesse d’extase, nul au-delà consolateur – Krishnamurti appelait à une autre perception, à un réenchantement généralisé où chaque facette de l’existence est source d’énergie. Loin de m’imposer un évangile, un catalogue de modèles respectables qui me tiendraient captif, il m’ouvrait la voie à une approche de la vie libérée de tout conditionnement. Pas de croyance imposée, pas le moindre exotisme, mais un enseignement direct, immédiat, qui table sur un seul et unique substrat : ma réalité, à la fois sombre et lumineuse, d’être humain. Une spiritualité paradoxale, non coercitive et déculpabilisante, en ce qu’elle renvoie à ce que je suis, pas à ce que je voudrais être. Une parole de haute désobéissance, secouant la sempiternelle léthargie qui nous soumet à des « sauveurs ».

 

Mais qui est donc celui qui affirma paradoxalement : « Il n’y a pas de Krishnamurti » ? A vrai dire, celui-là ne parle jamais de lui, mais de nous. Plutôt qu’un sauveur, Krishnamurti m’est toujours apparu comme un révélateur. C’est une sorte de miroir dans lequel j’ai pu me lire, me former, me forger, découvrir mon immensité interne – jusqu’à comprendre que les tempêtes de l’existence peuvent aussi être perçues comme des foyers d’éveil. 

 

Ces tempêtes, ces épreuves, Krishnamurti en a lui-même traversé beaucoup. En 1922, lors d’un voyage en Californie, il découvre la vallée d’Ojai, où il connaît une expérience spirituelle aiguë qui modifie radicalement sa vision de l’existence (ce « processus », qu’il décrit comme une « irruption de la totalité de la vie », durera près d’un an et se répétera jusqu’à sa mort). Celui que la Société théosophique avait qualifié d’« instructeur du monde » dans les années 1920, ce jeune « messie à la peau brune » dont la popularité ne cesse de grandir, poursuit un intense travail de gestation, de révolution intérieure, de remise en cause. 

 

En 1925, tournant décisif, son frère Nityananda meurt. « Mon frère est mort ; nous étions comme deux étoiles dans un ciel nu. En toi […] je vois les visages de tous les vivants et de tous les morts. » Expérience fondatrice, révélation de la nécessaire mort à soi-même : de la violence du chagrin émerge une perception autre (« Une nouvelle force, née de la souffrance, bat dans les veines. »).

 

Le 3 août 1929, à Ommen aux Pays-Bas, lors d’un discours prononcé devant la Société théosophique, il définit les grandes lignes d’un enseignement aussi incendiaire que simplissime : « Je maintiens que la vérité est un pays sans chemin, que l’on ne peut atteindre par aucune voie quelle qu’elle soit, ni par aucune religion, ni aucune secte… La croyance est une affaire totalement personnelle, vous ne pouvez ni ne devez l’organiser. » 

A partir de ce jour, Krishnamurti fait table rase. Il refuse d’être le gourou qu’on voulait faire de lui. Pendant plus d’un demi-siècle, il va parcourir le monde, donnant causeries et interviews, modulant d’infinies variations sur ses thèmes fondateurs : sagesse de l’instant, silence, amour, attention, beauté, souffrance, éducation, justesse, spontanéité, compassion… Réinventant à chaque rencontre une forme unique de méditation à voix haute. Quand on lui demande pourquoi il continue de disséminer sa parole sur tous les continents, il répond : « Pouvez-vous demander à une fleur pourquoi elle fleurit ? »

 

Krishnamurti m’a transmis une autre façon de voir les êtres et les choses. Il m’a ouvert à un monde neuf, celui de l’infinie première fois : « Observez, dit-il, regardez comme si vous le faisiez pour la première fois. » Qui a vraiment envie de vivre comme un « être de seconde main », répétant les mots des autres, les expériences des autres, le monde des autres ? 

 

On ne peut inviter le vent, rappelle en substance Krishnamurti, mais on doit laisser la fenêtre ouverte. N’est-il pas temps de recouvrer notre capacité d’émerveillement ? D’écouter toute la palette de notre radar intime ? 

Que serait une nouvelle présence au monde ? Une liberté parfaite ? Un amour infini ? Et, risquons-le, une terre un peu plus fraternelle ?

 

Il y a chez Krishnamurti une lucidité fulgurante. Attentif à ne jamais séparer la vie spirituelle de la vie quotidienne, il ne cherche pas à endormir notre inquiétude d’être humain. Il veut en faire le terreau d’une ascension intérieure, d’une présence authentique. Sa parole, chose rare, est à la fois radicale et bienveillante, soit le contraire absolu des grandes schizophrénies mortifères dont on ne cesse de mesurer les dégâts à l’échelle de la planète. 

On ne sait si le xxie siècle sera métaphysique, mais pour ne pas mourir, il devrait être krish­namurtien. 

 

Article par Zéno Bianu paru dans CLES.

Publié dans Chemin spirituel | Pas de Commentaires »

Chi ou Quiromancie

Posté par othoharmonie le 30 octobre 2013

Chi ou Quiromancie dans Astrologie et Esotérisme chirom10

Lecture des lignes de la main, méthode divinatoire utilisée par les voyants.

Les mains sont remplies de lignes, de formes, de symboles et de particularités propres à chaque individu. Ce ne sont pas seulement des plis et des rides dues aux mouvements des mains car elles se forment dès le deuxième mois de la grossesse. Elles reflètent donc ce qu’est l’être fondamental, une sorte de code génétique qu’il est possible d’interpréter dans les lignes de la main droite et gauche. La méthode divinatoire de son interprétation se nomme la quiromancie . Chacun de nous possédons des mains uniques et il n’existe pas deux paires de mains identiques au monde. Notre caractère, notre évolution globale, toute notre vie est présente dans nos mains.

La quiromancie est une méthode divinatoire qui étudie la personnalité et le caractère de chacun au travers de nos lignes de la main.

En analysant vos lignes de la main grâce à la quiromancie , vous y trouverez les signes révélateurs de votre destin et de votre personnalité. Vous serez étonné d’y voir les vérités qui se cachent dans nos lignes de la main et ce que nous révèle la quiromancie .

En quiromancie , nous pouvons distinguer 4 grands types de tempéraments pourvus de particularités prononcées et facilement reconnaissable. 

•Le tempérament nerveux 
•Le tempérament bileux 
•Le tempérament lymphatique 
•Le tempérament sanguin

On en parle ICI sur le FORUM « La Vie devant Soi »  

 

TEMPERAMENT LYMPHATIQUE en quiromancie

Ces personnes ont des mains froides, humides et flexibles. Les doigts sont courts, noueux aux jonctions, plutôt gros, carrés et en spatule. En général, ils n’ont pas beaucoup de lignes de la main. Elles sont souvent courtes, épaisses et souvent groupées. Ce sont des personnes de tempérament tranquille. Ils évoluent à un rythme lent sans se préoccuper beaucoup des autres. Ils sont d’une sensualité irrésistible et impressionnent par leurs capacités de réflexion profondes et efficaces.

TEMPERAMENT SANGUIN selon la méthode divinatoire de la lecture des lignes de la main

Ce sont des personnes aux mains chaudes, plutôt fermes. Leurs doigts sont courts, minces, noueux aux jonctions. Les extrémités de leurs doigts peuvent être carrés ou effilées. Les lignes de la main sont bien définies, peu nombreuses et peu profondes. Ce sont des personnes impressionnables mais qui semblent bien prendre les changements brusques. Ils apprécient les choses faites rapidement et ne supporte pas de perdre leur temps. Persévérants et infatigables quand ils sont en action, ce sont des personnes d’une grande sensibilité, chaleureuses et généreuses.

TEMPERAMENT BILEUX

On reconnait ces personnes à leurs mains dures, sèches et généralement chaudes. Leurs doigts sont larges, lisses, coniques ou en spatules. Ils ont de nombreuses lignes de la main. On les distingue facilement car elles sont profondes et bien tracées. Ce sont des personnes d’une grande détermination mais très discrètes. Chez eux, tout est sujet à réflexion et à calcul. Tout est pensé. Ils évoluent à un rythme lent car ils détestent précipiter les évènements.

TEMPERAMENT NERVEUX

Les mains de ces personnes sont froides et secs. Les doigts larges et lisses, pointus ou coniques. Les lignes de la main sont fines et nombreuses souvent entrelacées. 

Ce sont des personnes sensibles, influençable, d’esprit vif et capable de s’adapter à tout. Ils ont une grande imagination et sont très créatifs. Leurs capacités mentales sont très développées mais ils ont le défaut de beaucoup exagérer. 

– Lignes de la main: Comment les lire, comment les interpréter? ICI

Consultez le site référence http://www.oracles.ch/tirage/index.php

 

Publié dans Astrologie et Esotérisme | Pas de Commentaires »

En Occident, l’homme descend du sage

Posté par othoharmonie le 22 octobre 2013

 

La sagesse n’est pas une affaire occidentale. On le répète un peu partout. Pour trouver cette denrée rare, une seule direction : l’Orient. Chez les Occidentaux, circulez, il n’y a rien à voir. Tout au plus quelques vestiges plus ou moins décomposés, dans les poubelles de l’histoire. Rien d’autre. par Roger-Pol Droit.

Selon une idée répandue, il y aurait d’un côté l’Occident de la technique et de l’autre l’Orient des sages. C’est faux.

En Occident, l'homme descend du sage dans SAGESSE fond-decran-651x237-300x109

Dans l’Antiquité, le sage représentait un idéal humain à atteindre.

Progressivement le saint, le philosophe puis le savant lui ont fait de l’ombre.

Voilà ce que je souhaite contester. Car c’est devenu faux, si jamais ce fut vrai un jour. Reste à dire pourquoi. Un coup d’œil sur l’économie mondiale suffit pour savoir que l’industrie, les techniques et les machines, désormais, habitent en Orient. Pas un ordinateur, pas une tablette, pas un téléviseur ou un baladeur qui ne vienne de Chine, du Japon ou de Corée du Sud. L’Asie est technologique, financière et conquérante. Ironie de la mondialisation et ruse de l’histoire globale : les ingénieurs sont passés à l’Est. On pourrait alors imaginer que la sagesse « revient » à l’Occident, comme un retour et comme une responsabilité. Industriellement déclinant, l’Occident serait en passe de devenir le musée des anciennes formes de sagesses orientales. Le Tibet une fois entièrement bétonné, couvert de tôle ondulée et de drugstores chinois, l’esprit du Toit du monde se réfugierait sur les rives de la Dordogne ou dans les vallées de Californie.  

On en finira donc avec ce vieux cliché : l’Occi­dent fabrique des machines, l’Orient des sages. Cet­te fable a même été répandue par des auteurs illustres. Ainsi, à la fin du xixe siècle, l’Indien Vivekananda, le disciple de Ramakrishna, disait carrément : « Lorsque l’Oriental veut s’instruire de la construction des machines, il vient s’asseoir au pied de l’Occidental et apprendre de lui. Lorsque l’Occident veut s’instruire de l’esprit de Dieu, de l’âme, de la signification et du mystère de l’univers, il doit pour apprendre aller s’asseoir au pied de l’Orient. » 

C’était une commode division du « métier de vivre » : aux uns la mécanique, aux autres la spiritualité. La contrée des ingénieurs s’opposait au pays des gourous. Le foyer mythique de la sagesse contrastait avec la patrie, non moins mythique, de la science, de la technique et de la raison. Il est temps de quitter ces images simplistes et déformantes, ces clivages East and West qui ont traversé – du siècle des Lumières à celui des Beatles – nos récits et nos pensées.  

Arrêtons donc de croire qu’il existe, côté occidental, la domination et, côté oriental, le renoncement. Il n’y a pas sur un versant le projet de soumettre la matière et le monde, et sur l’autre le recueillement dans la présence ou la vacuité. Tous ces vieux matchs Occident-Orient paraissent obsolètes, qui faisaient entrer en compétition matière contre esprit, monde présent contre outre-monde, relatif contre absolu, raison contre intuition. On rangeait l’Occident du côté des choses, de l’objectivité et de l’incroyance. Et l’Orient du côté de l’Absolu, des sagesses et des saluts. Encore une fois, c’est terminé. Il n’est pas sûr que la réalité ait jamais été ainsi, mais il est certain que ce n’est vraiment plus le cas.  

On se souvient de plus en plus qu’il y eut des sagesses d’Occident. En 1959, le philosophe anglais Bertrand Russell fut l’un des premiers à consacrer un ouvrage aux penseurs de l’Antiquité grecque sous le titre « Wisdom of the West » (« Sagesse d’Occident »). Il ne considérait pas leurs œuvres comme des vestiges archéologiques. Reste à comprendre, même de manière provisoire, quelle pourrait être la spécificité occidentale dans la sagesse. Aurait-elle un avenir, si oui de quel type ? Questions difficiles à résoudre. Rien n’interdit d’essayer. A mes seuls risques et périls, cela va sans dire.  

L’occident, un artéfact ? 

Demander si l’Occident a encore un rôle à jouer dans le domaine des sagesses, quelque chose à dire et à faire qui soit sien, suppose un préalable : admettre que l’Occident existe. Aujour­d’hui, on répète volontiers, chez les gens qui ont de l’instruction, que c’est une notion illusoire et même dangereuse, un artéfact culturel, un objet idéologique et politiquement néfaste – un mirage à écarter.  

Une brève mise au point n’est donc pas inutile. Il existe une pluralité d’acceptions du terme « Occident ». On peut donner à ce mot un sens géographique (là où le soleil se couche, et de manière délimitée : l’Europe de l’Ouest), un sens religieux (au Moyen Age : la chrétienté), un sens politique (pendant la guerre froide : le camp capitaliste), un sens économique et culturel (l’Europe, les Etats-Unis) ou encore un sens social et anthropologique : aujourd’hui « l’occidentalisation » couvre la planète des mêmes outils techniques, des mêmes laboratoires de recherche, des mêmes modes de vie.  

On doit évidemment être vigilant envers les usages suspects d’une prétendue identité occidentale. L’idée d’une « défense de l’Occident » a fait les beaux jours des extrêmes droites et devint une bannière des fascismes. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour nier toute réalité et toute consistance à l’héritage culturel et historique de la pensée dite occidentale. Au cœur de cet héritage, il y a des singularités, des éléments spécifiques. Certains constituent les lignes de force d’une sagesse possible. Essayons de les rassembler.

 

Lire la suite de cet article sur http://www.cles.com/enquetes/article

Publié dans SAGESSE | Pas de Commentaires »

COMPRENDRE LE SYSTEME DE DIEU – HUMAIN

Posté par othoharmonie le 5 octobre 2013

COMPRENDRE LE SYSTEME DE DIEU - HUMAIN dans Channeling kryeon6

Kryeon

Salutations, très chers, je suis Kryeon du Service Magnétique.

C’est un endroit sûr. Même avant que nous commencions l’enseignement, je souhaite annoncer que c’est un endroit sûr, un endroit sûr. Si vous choisissez d’ouvrir votre coeur, en ce jour, aucune chose négative ne viendra vous attaquer. Vous êtes assis avec la famille. Permettez que l’énergie de cet endroit coule en vous, afin d’obtenir une meilleure compréhension, car ce que nous nous proposons de faire est complexe. J’ai demandé à mon partenaire de transcrire l’enseignement de ces deux jours et de le réunir en une leçon. C’est un enseignement avancé qui sera présenté devant un groupe de Phares de Lumière qui sont prêts à entendre ces choses. En réalité c’est de l’information de base, mais ça va en profondeur. Nous commençons à créer une série au sujet du système et de son fonctionnement.

L’attribut le plus mal compris de Dieu est la manière dont un être humain fonctionne avec l’Esprit. C’est un gros point de frustration, et les Phares de Lumière ont souvent le sentiment d’être bloqués. Ils ne comprennent pas le système de communication et ils ne savent plus quoi faire. Ils ne savent même pas « Qui » ils sont ! Ils sont assis là, attendant une chose invisible provenant d’un endroit quelconque. Le système de Dieu est ainsi… Le saviez-vous ? Depuis que vous êtes dans la 3-D, le système est incompatible avec vous. Alors, voici comment nous allons procéder. Au cours de cette première session, celle d’aujourd’hui, nous allons parler de la physique du système – la confusion. Au cours de la session de demain, nous expliquerons comment travailler avec le système, et nous vous donnerons des exemples. Ces deux jours d’enseignement seront considérés comme une seule leçon. Le système de Dieu est complexe, n’est-ce pas ?

Le système de Dieu

Commençons par le commencement. Selon vos statisticiens, 85 pour cent ou plus, de la population mondiale de cette planète appartient à un système de croyances quelconque au sujet de Dieu. Peu importe où ils sont sur la planète, ils croient en Dieu, même si ces systèmes de croyances et ces organisations sont toutes différentes les unes des autres. Donc, la majeure partie de la population pense ou ressent qu’il y a quelque chose de plus. L’on pourrait également dire que 85 pour cent ou plus de la population mondiale recherche Dieu sur une base individuelle.

Ceci fait surgir quelques questions dans le décor. Pourquoi se faire du souci à chercher Dieu ? Avez-vous peur de Dieu ? Non. Les Humains n’ont pas peur de rechercher Dieu. L’ Être Humain veut savoir, connaître et comprendre. C’est sa nature innée et instinctive. Dès qu’un Humain [ange incarné] arrive à un certain âge, il se pose indubitablement des questions au sujet de Dieu ou d’une divinité quelconque. Parfois il entreprend une recherche, et d’autre fois il laisse tomber, pour éventuellement la reprendre plus tard. Béni soit l’Être Humain qui cherche Dieu selon sa propre vérité… Même s’il se retrouve dans un édifice particulier, en train de chanter des cantiques ou en état d’adoration, avec des doctrines de fabrication humaine. En effet, ces doctrines sont honnêtement basées sur la recherche de Dieu. Ceci ne constitue pas un jugement envers vos soeurs et frères, car ils aiment Dieu tout autant que vous.

Ensuite il y a « vous ». Vous qui constituez une sorte de « bande à part ». Vous qui venez dans un endroit comme celui-ci ou qui êtes en train de lire ces lignes. Vous les « ésotériques ». Vous qui regardez en vous-mêmes et qui dites, « Il doit certainement y avoir plus que les doctrines ou religions humaines. » Comment vous dire que vous cheminez sur un sentier qui est au-delà de votre 3-D, au-delà de votre limitation ou réalité humaine ? Comment vous dire que vous osez aller au-delà de votre compréhension et de votre zone de confort 3-D ?

Donc, les premières questions qui vous viennent à l’esprit, sont, « Qui Suis -Je ? Qui Suis -Je dans la vastitude de l’Univers ? Que dois-Je faire ? Comment dois-Je Être ? Par où commencer ? » Ce sont des questions très pertinentes, sauf qu’il est difficile d’y répondre pendant que vous êtes sous le voile de l’incarnation. Les réponses ne peuvent pas être comprises par la logique ou par l’intellect, mais c’est ce que vous voulez, dans votre perception 3-D. En ce moment, vous êtes des créatures limitées à la 3-D, et vous vous attendez à ce que la réalité de Dieu soit comme la vôtre. La vérité est que, vous êtes sur le point d’entreprendre une recherche inter-dimensionnelle d’une partie de vous-mêmes. Voilà pourquoi nous ne pouvons pas répondre adéquatement à vos questions, puisque vous êtes rendus à un questionnement inter-dimensionnel. Voilà d’où proviennent la plupart de vos frustrations. Vous êtes plus loin que la recherche de Dieu dans l’arrangement conventionnel 3-D.

L’enseignement peut être présenté de plusieurs manières. La vedette du message d’aujourd’hui est une petite créature… Une fourmi. Une mission lui a été confiée. Toutes les autres fourmis lui ont demandé de trouver le visage de Dieu, et elles savent intuitivement que le visage de Dieu est quelque part. Donc, notre vedette part en voyage, afin d’accomplir sa mission. Elle se retrouve sur une peinture géante qui est aussi grande qu’un mur. Cette peinture est le visage de Dieu, et elle est magnifique. Les couleurs sont vibrantes, le visage est joli, elle semble si réelle que l’on pourrait presque l’escalader, mais la fourmi n’a aucune idée de tout ceci. Tout ce qu’elle sait, après avoir avancé un pas après l’autre, c’est qu’il y a beaucoup de couleurs sous ses pieds. Peu importe le trajet parcouru sur cette peinture, elle ne sait toujours pas à qui ou à quoi le visage de Dieu peut ressembler. Elle est trop petite pour avoir une vision globale de la peinture. C’est pourquoi elle perçoit seulement des parties du puzzle, dans son cheminement.

Ensuite, elle revient chez elle et dit aux autres, « J’ai marché et j’ai marché. J’ai touché le visage de Dieu, mais il y a seulement une couleur. Toutefois, si je poursuis ma marche, je réalise que la couleur change. » Par conséquent, la réalité de ces fourmis est que le visage de Dieu change constamment de couleur. La fourmi ne pouvait pas avoir une vision globale du visage de Dieu, n’est-ce pas ? Sur la scène 3-D de l’humanité, vous pouvez seulement discerner ou percevoir Dieu avec des hypothèses et des suppositions.

Voici une affirmation importante : Dieu n’est pas dans votre cadre du temps. « Eh ben ! Kryeon, nous connaissons mieux que ça. Nous savons que Dieu est intemporel. C’est ce que tu nous as enseigné au cours de toutes ces années. » Alors, pourquoi n’ agissez-vous pas en conséquence ? Lorsque vous demandez quelque chose, pourquoi êtes -vous profondément désappointés de constater qu’elle n’arrive pas dans votre cadre de temps ? Plusieurs tapent du pied, en attendant la livraison de ce colis qu’ils ont commandé auprès de Dieu. Vous pensez que l’horloge de Dieu est la même que la vôtre, n’ est -ce pas ? Ce n’est pas le cas. Si ce que je vous dis est vrai, qu’ allez-vous faire de cette connaissance ? Quand deviendra -t-elle compréhensible et sensée ? Nous en reparlerons demain.

Parfois, vous pensez que Dieu vous ressemble ! Nous en avons déjà parlé. Les humains peignent un visage humain qui représente Dieu. Les anges sont les êtres les plus sacrés et les plus inimaginables qui soient. Ils vont et viennent dans leur miraculeuse forme inter-dimentionnelle, et vous continuez à peindre leur visage sous une forme limitée à deux dimensions. Vous leur donnez un corps physique et des ailes, vous leur donnez un nom, et vous dites, « C’est un ange. Il ressemble à Dieu. » Non, ce n’est pas le cas… Cet ange ressemble à vous !

Il y a aussi des Phares de Lumière qui disent, « Nous savons très bien que Dieu ne ressemble pas aux Êtres Humains. » Ah, oui ? Alors, montrez-moi une peinture qui représente le Dieu de vos pensées. Il y en a très peu, puisque vous ne pouvez pas peindre un être inter-dimensionnel. Vous pensez que Dieu est linéaire. Votre manière de traiter avec le processus du système est quelquefois très linéaire. Si vous êtes malades, vous pensez qu’il suffit d’aller voir un guérisseur qui va faire le travail pour vous. Cela ne fonctionnera pas, car vous devez vous impliquer – vous mouiller. Vous devez nager avec l’Esprit, dans l’énergie de guérison.

Vous devez coopérer avec votre divinité intérieure qui est le visage de Dieu. Que dites-vous de ceci ? « Le pouvoir de guérison réside en moi-même. Si jamais une maladie commence à se manifester, je vais immédiatement la guérir par moi-même. Je peux même en arriver à guérir le déséquilibre avant qu’il ne se manifeste dans mon corps physique. Dans ce cas, je ne serai plus jamais malade. » Vous pourriez me dire, « Quoi ? C’est insensé ! Kryeon, aide-nous à comprendre. » En effet, je vais faire de mon mieux, mais vous devez laisser aller l’idée que Dieu est comme vous qui percevez en 3-D. Votre réalité 3-D n’est pas la réalité de Dieu.

Et c’est ainsi.

Kryeon

Canalisation SOURCE : http://www.kryon.com/menuKryon/menuKryon.html

Publié dans Channeling, DIEU | Pas de Commentaires »

Communiquer avec le divin

Posté par othoharmonie le 20 septembre 2013

 

par Claude Traks

 Communiquer avec le divin dans DIEU telechargement-32

  1/ Depuis la nuit des temps, les hommes veulent communiquer avec le Divin et nombreux sont ceux qui prétendent avoir LA connexion ! 

Mais comment savoir si on entend, reçoit, perçoit des messages qui proviennent bien du Divin ? Et puis qu’est-ce que c’est que le Divin ? En effet, même si les hommes modernes l’ont oublié, le but même de la vie pour une âme, c’est d’apprendre à communiquer avec les différentes dimensions (visibles ou invisibles) avec bien sûr une préférence pour les Mondes Divins. 

Les religions, les prêtres, médiums et autres shamans prétendent chacun « être connecté » au Divin, mais peuvent-ils le prouver ? 

  2/ Cette question est plus importante que vous le croyez, car le jour où l’on meurt (même si on appelle ça sortir de son corps physique), si on ne sait pas définir ce que sont les mondes divins, comment pourrez-vous le savoir quand vous serez rentré « à la maison » ? 

Certaines traditions bouddhistes nous disent que le but de la vie c’est d’apprendre à mourir afin de se libérer des cycles de réincarnation. 
Cela sous-entend bien qu’on va quelque part en « mourant » et que si on ne trouve pas ce « quelque chose » on va rester enfermé dans « quelque chose d’autre » ! Donc, je te conseille de bien lire ce qui suit, car un jour ou l’autre, tu en auras grand besoin ! Mais accroche-toi bien, car il va falloir remettre en question à peu près tout ce que tu as appris. 

En effet, si « après ta mort » tu pars à la recherche d’un barbu dans un nuage, d’un paradis et d’un enfer comme t’en parle la Bible, d’une hiérarchie bien structurée d’Anges et d’Archanges qui jouent de la trompette, ton âme risque de se perdre dans l’astral qui est une espèce de faux monde Divin où toutes les pensées des hommes prennent forme. La plupart des chercheurs de vérité ne dépassent pas vraiment le stade de l’astral ! 

  3/ Tu vas tomber de haut car j’affirme que la quasi totalité des prêtres, shamans, médiums et autres investigateurs de l’invisible, ne se connectent absolument pas aux mondes Divins, mais bien à de « faux mondes Divins »… Et la preuve que j’en donne, c’est qu’ils ne sont pas porteurs des valeurs/piliers Divins qui remettent en question les valeurs/piliers du patriarcat ! Et donc, j’affirme que le travail de la quasi totalité des enseignants et autres guérisseurs ne sont pas là pour libérer l’humanité mais bien pour peindre la prison en rose… Même s’ils sont persuadés du contraire

  4/ J’affirme que ces infos ne pouvaient pas être divulguées avant 2012, car il s’agit ni plus ni moins des conclusions auxquelles chaque âme qui veut se reconnecter à son Esprit devrait arriver un jour. Si elles sont divulguées aujourd’hui, c’est car il n’y a pas assez d’humains « guéris » (des virus patriarcaux) que pour reprendre cette planète en mains… Alors comme il y a urgence pour certains, la décision a été prise de lâcher cette clef, même si cela reviendrait un peu à donner les réponses d’un examen de manière prématurée… De toute façon, la majorité a été tellement conditionnée par la culture patriarcale qu’elle sera incapable de comprendre l’importance de cette clef. 

  5/ Ce message pourrait se résumer en quelques lignes : les modes de vies, valeurs, et logiques de pensée des mondes divins sont quasi exactement à l’opposé des valeurs, logiques et croyances des cultures dites « patriarcales ». 

Donc, lorsque vous voulez savoir si un être est proche du Divin, parlez lui de sa culture afin d’essayer de jauger sur quels piliers elle repose. Ceci peut avoir de nombreuses implications. L’une des plus importantes d’entre elles c’est que tout shaman, prêtres, guérisseur, médium qui ne dénonce pas le caractère anti naturel et pervers des modes de vie patriarcaux, ne peut pas aider une âme à vraiment se libérer, vu que le but c’est de se guérir des virus mentaux et émotionnels de ces mêmes cultures patriarcales. 

  6/A la lueur de la psychologie, analysons en quoi les piliers des cultures patriarcales sont bien là pour faire souffrir et diriger l’Humanité vers le Chaos. 

Dans les 2 articles qui suivent (Soleil Levant d’avril et de mai) je prendrais quelques exemples parmi les mensonges sur : la manière de se nourrir, de manger, de procréer, de donner naissance, d’élever, de dormir, de se guérir, de prier, de donner naissance, d’élever des enfants en famille nucléaire et de se marier… 

  7/ Une fois que vous aurez compris les mécanismes psychologiques qui font que la culture patriarcale nous enseigne exactement l’opposé des lois de la vie, de l’Amour et de l’évolution, alors vous aurez commencé à remettre des bases éternelles dans votre psyché afin que votre âme retrouve des piliers plus sains pour fonctionner. 

« Et la vérité vous libérera » ! Sache aussi que ce n’est pas trop grave (qui t’amène dans des fréquences plus basses, plus graves) si tu n’arrives pas à vivre tout à fait en harmonie avec les Lois de la Vie. Bien sûr, il est essentiel de « tendre vers » un maximum, pour justement se rapprocher de « l’essence du ciel », mais le plus important c’est que tu sois le plus en accord possible avec elles à l’intérieur de toi-même, que tu sois au moins d’accord en théorie ! Il est non seulement acceptable qu’il y ait des différences entre ce que tu ES et ce que tu voudrais être, mais c’est aussi extrêmement sain ! 

  8/ Il est possible que ton âme reconnecte son État d’Esprit originel éternel ici et maintenant ! 

Pour cela, elle doit tendre vers le fait d’enlever tout ce qui en elle soutient les piliers des cultures patriarcales. 
Lorsque l’âme rejoint son Esprit, on appelle cela une ascension, ou une descente de l’Esprit dans les corps, question de point de vue ! Cette connexion amène la Conscience à ce que la culture chrétienne appelle le niveau christique. On devient donc un christ. Nous expérimentons tous des instants de niveau christique au cours de notre vie. On devient un christ lorsque cette connexion se stabilise ! Comme il est difficile de développer cela en si peu de mots, lis mon livre « 2012 n’est pas une blague… ». Si t’a peu ou pas d’argent tu peux même proposer ce que tu veux sur claudetraks.com 

  9/ Un autre point de vue sur LA vérité c’est que nous vivons dans une sorte de jeu vidéo interactif qui est fait pour nous dégoûter à tout jamais des modes de vies éloignés des Lois de l’Amour. 
Lorsqu’une âme a vraiment compris et intégré cela, elle retrouve ses pouvoirs Divins qui ne peuvent pas se développer tant qu’un être ne vit pas en harmonie suffisante avec les Lois de l’Amour. Aucun de nous ne sera jamais puni, nous sommes tous immortels, mais tant que nous ne sommes pas en réelle Harmonie avec les Lois de l’Amour, « notre personnalité » re-mourra le nombre de fois nécessaire à ce que la graine prenne la bonne direction et la tienne ! 

Si l’ascension (reconnexion) de l’Humanité survient le 21 décembre 2012, tout ce qui dans ce monde n’est pas en harmonie avec les Lois de l’Amour (l’opposé des valeurs et modes de vie patriarcales) sera ramené de force dans la nature éternelle de la vie. D’ici là, comme depuis la nuit des temps, des âmes se reconnectent (ascensionnent) à leur Esprit et retrouvent l’immortalité tous les jours. 

  10/ Et si tout cela vous choque alors dites-moi ce qui définit pour vous le mieux un monde Divin ? Est-ce un monde où le but est de souffrir le plus possible ? Car n’oubliez jamais que notre culture judéo-musulmo-chrétienne repose sur le concept « au plus tu souffriras dans cette vie-ci au plus tu auras de chance d’aller au paradis ». 

Un jour un ET (un Extra-terrestre, t’as bien lu !) m‘a dit qu’il fallait vraiment être très « loin » pour laisser des êtres qui disent « au plus tu souffres dans cette vie-ci, au plus tu as de chance d’aller au paradis », nous dire comment élever nos enfants, comment s’aimer, comment se nourrir… C’est vrai mais je n’y avais jamais pensé avant ! C’est pourtant tellement simple et évident à comprendre ! Mais pour finir, peut-être que la manière de comprendre cette apologie de la souffrance c’est : « au plus tu souffriras à cause de cette culture patriarcale et au plus tu auras de chance d’en être tellement dégouté que tu ne voudras plus t’éloigner des Lois de l’Amour. » 

  11/ Mais ce n’est qu’en te souvenant d’où tu viens et pourquoi tu es venu ici que tu comprendras et que tu réaliseras les raisons mère veilleuses qui t’ont poussé à vivre cette expérience. Car non seulement le travail que tu fais sur Terre Gaïa est très important, mais en plus, que tu es un être unique, irremplaçable et la création t’aime et t’accompagne dune manière profonde et éternelle. 

  12/ Quasi toutes les traditions nous disent qu’on attend un message qui va libérer l’Humanité 

(LA CONNAISSANCE TE LIBÉRERA !). J’affirme que j’apporte une partie de ce message. Bien sur il faut l’étudier en profondeur afin de bien comprendre comment la culture dite patriarcale PROVOQUE DES SOUFRANCES INUTILES. En tout cas sachez que si vous n’êtes pas prêt au moins intellectuellement à accepter que des concepts comme le mariage, l’exclusivité dans le couple, le non apprentissage du sexe, l’élévation des enfants dans une famille nucléaire (papa, maman et les enfants) sont des modes de vie sados masos à éviter, alors comprenez que votre âme (dans le sens personnalité) devra être recyclée tôt ou tard. Ce n’est pas grave car ton Esprit est immortel, mais vous devrez un jour recommencer cette aventure jusqu’à ce que vous soyez prêt à mourir plutôt qu’à soutenir un système avec de telles valeurs qui hypothèquent l’avenir des enfants (petits et grands). Car comprenez bien la logique de l’école Terre Gaïa. Si on veut se rapprocher du paradis, comprenez bien que des modes de vies aussi éloignés de la nature des choses ne pourront plus exister. On ne peut plus accepter l’élévation des enfants dans un cadre où ils seront en manque d’attention car sinon, ils courront toute leur vie après l’amour des autres et les possessions matérielles, quitte à faire des guerres et à détruire la planète ! 

  13/ Mais ne négativisons pas, car la vie est bien faite, nous sommes tous immortels et nous évoluerons toujours. 

Tu es une partie unique et irremplaçable de la création. Chacun de nous est une Divinité dont les pouvoirs n’ont de limites que leur imagination. Pour de nombreuses raisons, notre Conscience a choisi de faire cette expérience de se « mettre en congé de sa Divinité intérieur ». Et c’est pour nous couper de ces pouvoirs que le Vatican (et leurs religions partenaires) nous offrent cet enseignement qui est fait pour empêcher notre être de Lumière de vraiment s’incarner. Donc, merci aux religions ! D’ailleurs ces religions ne sont pas « le mal » non plus… Elles font partie de l’école, même si la vraie Vie (dans le sens éternelle) est ailleurs. Donc, si tu choisis de suivre leurs conseils et de voir où ça te mène, c’est que c’est ta voie ! 

Cela n’empêche que nous visons une période extrêmement rare et précieuse (CF. mon interview dans Soleil Levant Février) Plus que jamais OSE vivre tes priorités là, tout de suite ! Je te jure sur la tête de mon âme – Même si je ne sais pas si ça existe, mais soit… – t’es un Dieu, t’es une Déesse… Vas-y, plonge, mets toi en danger si nécessaire, deviens le super héros que t’a toujours été ! 

C’est maintenant que ça se passe ! Il n’y a pas à avoir peur de tes peurs ! Si tu savais à quel point tout est mis en œuvre pour t’aider et que cette aide est démultipliée à l’infinie dès que tu fais tes premiers pas ! 
D’ailleurs, il paraît que lorsqu’on sait tout sur tout, le résultat est un immense fou rire. 

« Comment des piliers du patriarcat comme mariage et la famille nucléaire servent-ils la logique des religions qui disent : « au plus tu souffres dans cette vie-ci, au plus tu as de la chance d’aller au paradis ensuite… » 
  www.claudetraks.com

Publié dans DIEU | Pas de Commentaires »

AU PRINTEMPS DE L’ÉTERNITÉ

Posté par othoharmonie le 10 juillet 2013

AU PRINTEMPS DE L'ÉTERNITÉ dans APPRENDS-MOI v

En Juillet 1976, je feuilletais le Tao-Te-King (traité sur le Principe et son action), ouvrage chinois de Lao-Tseu , écrit voici vingt-cinq siècles, dont le sujet évoque le Principe originel ou Tao et sa force productive, Teï, mère de l’univers. Cette approche du monde fut tellement inédite pour moi que je perdis tous mes repères intérieurs et fus jeté, vide, sur la rive de l’inconnaissable. Je posai le livre et, par la fenêtre, contemplais le crachin monotone bruinant sur l’église Saint-Mathieu à Quimper, quand soudain la pensée s’arrêta. Dans ce corps figé, une immobilité intérieure totale se fit. Un silence insondable m’engloutit. Un flot transparent de conscience et d’amour imprégnait tout dans le champ de vision. On ne sentait aucune mesure, aucune limite, aucune séparation. Instant absolu d’atemporalité. Plénitude, béatitude, liberté, plus rien ne manquait…

C’était comme si tous ces toits luisants sous la bruine étaient conscience. L’impression de percevoir la transparente conscience en toute chose et tout être, sur un fond de bonheur à nul autre pareil.

Et d’écrire : Je pleure d’une immense joie : le ROC est touché. Croyant nager à la recherche du rocher salvateur, voici que je SUIS ce rocher. Dans cette recherche, je courais à l’Etre. La paix est au Non-Être, pas théoriquement, mais vraiment : quand je ne suis plus rien, alors je peux être un avec tout ; immobile dans la course, immobile dans l’amour. Non-agir… pour mieux agir… Non-aimer pour mieux aimer ! Que de vérité!

  Je me demandais pourquoi l’humilité? Et aujourd’hui c’est clair : n’être rien. Étant devenu rien, ayant constaté mon néant foncier, que peut-il m’arriver ? N’étant rien, tout s’accomplit à travers ce corps-ci, sans l’interférence de la personne peureuse et désireuse. La vie éclate alors de ses milles énergies !! Le cauchemar est fini. Le temps est arrêté. A présent, laid ou beau, riche ou pauvre, sain ou malade, qui reste-t-il pour souffrir encore ? Personne.

Tant et tant de préceptes, de commandements, de permissions et surtout d’interdits, de dualités pavaient mon chemin intérieur que le Tao-Te-King, dans sa limpidité naturelle est venu volatiliser tous ces conditionnements. Relier les paires de dualités, le chaud parce que le froid, le mal parce que le bien, le bien parce que le mal, le riche parce que le pauvre, le laid parce que le beau, le grand parce que le petit, le léger parce que le lourd, le plaisir parce que la souffrance, le désir parce que la peur, la peur parce que le désir… tout cela s’est articulé dans cette conscience brusquement infinie pour ne laisser qu’un champ vierge et transparent, une lumière intérieure doucement teintée d’amour, de compassion, d’une subtile radiance bienveillante, d’un sentiment de totale perfection.

Un rire joyeux se jouait de mes lourdes tentatives de comprendre Cela, l’Inaccessible, de mes méditations préhensives qui voulaient forcer la porte du Nirvana. Il n’y a que l’abandon, le si mal compris et surexprimé « lâcher-prise » qui ouvrent la porte du Nirvana, en effet. Mais je vous avoue que je n’étais pas vraiment dans une démarche de lâcher prise, mais juste concentré à comprendre cette dualité. Et c’est l’assemblage du puzzle duel qui me révéla (ce que je ne savais pas encore se nommer) la Non-Dualité. Le Tao m’était si nouveau à l’esprit que nul réseau ne venait enchaîner un envol vers l’inconditionné. Comment un tel esprit venait-il d’être touché par la Grâce ? Peut-on seulement parler de Grâce? N’est-ce pas simplement le Hasard ?…

Cette expérience semble sans cause, tellement loin de notre volonté et de nos capacités individuelles. Oui, on ne peut que constater sa propre impuissance en face de Cela. Mon regard était neuf, tel le nouveau né. Une nouvelle naissance, oui ; on peut dire cela. Et ce poids du passé, tous ces conditionnements sont soufflés comme une simple bougie par l’Éveil Soudain. Mille ans d’erreur sont dissipés en une seconde… Quel jeu, cette vie… Comme dit le Shin Jin Mei, « une fleur de vacuité…. pourquoi souffrir pour saisir cette illusion ? »

La particularité de cette révolution intérieure est qu’elle est incompréhensible. Ce que l’on cherche est ce que l’on EST depuis l’origine, sans le savoir, mais plus bizarrement encore, elle se livre dans un non-savoir, dans un vécu qui déconnecte toute tentative d’analyse et de compréhension intellectuelle. « On » ne comprend rien, réellement. Cela se saisit Soi-même dans une Union parfaite et absolue. Aucune trace d’illusion. Aucune trace d’ignorance non plus. Plus aucune ombre en Cela. Les tribulations humaines semblent des rêves d’enfants dans une cour d’école. Si le temps arrêté nous délivre de l’âge, il nous livre l’alpha et l’omega de tout ce qui est et sera à jamais. Nous sommes enfin libres de ne rien faire. Il n’y a plus rien vers quoi tendre. Quelle paix ! Mais quelle peur pour les troublions de l’activisme impénitent !! Il faut souvent qu’ils tombent pour entrevoir cette voie du milieu, du non-savoir, du non-être, du non-devenir et du non-agir…

 Existe-t-il une Voie pour « aller à Dieu »?

Vous commencez à l’entrevoir, mais il n’y a aucune voie pour aller à Dieu, parce qu’il n’y a pas de voie, mais ça tombe bien, vous êtes déjà « arrivés » , sauf qu’il n’y a pas réellement de « vous »…. C’est indispensable de bien intégrer cela. C’est ici précisément que la Non-Dualité se distingue pratiquement de toutes les autres approches dites progressives. Dans les voies progressives, le « je » n’est pas nié d’emblée, et donc ce je peut cheminer, oui…. faire des techniques, des méditations, des rituels pourquoi pas, en vue d’un but : la libération, le Nirvana, Sat -Chit Anand et autres éveils ….. ou simplement une place au Paradis des justes. Quand on se déshabille le soir, il n’est pas question de « voie du déshabillage, n’est-ce pas? Eh bien se déshabiller du « moi » ne demande pas plus de voie ou de moyen de transport, mais juste quitter ces fausses identifications. 

Comme Arnaud Desjardins disait « vous êtes déjà nus sous vos vêtements », signifiant que la nudité est déjà acquise, en quelque sorte, totalement, mais qu’elle n’est pas manifestée. Idem pour notre nature parfaite. Elle est déjà là, sous des voiles apparents auxquels nous nous identifions en général, et ne pourra pas être plus parfaite, que les voiles soient ou non par dessus. Il n’y a et ne pourrait pas y avoir de voie pour aller à ce que nous sommes déjà de toute éternité.

Et pourtant, n’est-il pas question de tout côté d’une voie, d’un moyen d’une technique pour sortir de notre modeste condition? En fait il est clair que les religions organisées ont perdu l’âme ; elles sont lettres mortes, cul de sac pour l’aspirant à l’Infini, quand elles ne nourrissent pas des nids de frelons intégristes. Les voies spirituelles foisonnantes des temps modernes s’alourdissent souvent de tradition, de techniques méditatives au lieu de promouvoir la «substantifique moelle», l’essence pure et simple ; certaines se révèlent être des sectes ; il est dur de trouver une Voie authentique dans ces spiritualités encombrées de savoir, où l’on peut se perdre avant de distinguer la moindre fronce de l’habit numineux du Créateur. Au milieu de cet écheveau, et en pleine époque de matérialisme commercial, une fleur endormie depuis des lustres a bourgeonné, toute nimbée de pureté: la non-dualité. C’est vraiment incroyable qu’aujourd’hui, cette voie, cette attitude intérieure pour mieux dire, trouve expression, alors qu’elle fut si longtemps gardée prudemment secrète. C’est donc une bénédiction sans égal d’en avoir connaissance aujourd’hui. Avouons quand même que la Non-Dualité est mise à toutes les sauces, surtout dans moultes voies new age. Et du coup cette perle incomparable, ce diamant nécessite souvent un petit nettoyage avant d’être apprécié dans sa pureté.

Pourtant la Non-Dualité constitue l’essence de toutes les religions vivantes, surtout en Asie, de l’Advaïta Vedanta, du Bouddhisme, du Chan, et enfin du Zen . Mais elle réside dans le temple sacré, au coeur de ses enseignements qui préfèrent la laisser goûter à quelques élus seulement. Ce n’est que tout récemment que le Dzogchen, joyau non-duel du Bouddhisme tibétain fut révélé entre autres par Sogyal Rinpoche. Il pense que les temps sont mûrs, pour semer les graines dans cette fange féconde que nous voyons quotidiennement. Si elle en constitue l’essence, la non-dualité , n’en garantit pas les doctrines qui peuvent très vite s’opposer en inconciliable, j’en veux pour preuve le Soi de l’Hindouisme, opposé à l’absence de Soi du Bouddhisme, alors qu’il est évident pour les praticiens de terrain que tous parlent de la même expérience de conscience fondamentale, qu’ils soient Bouddhistes, Taoïstes, Vedantistes, Yogis ou Soufis. C’est dire au passage combien les formes sont multiples dès que nous rentrons dans la manifestation, même pour évoquer notre Source à tous. Pour ce qui concerne cet exposé, nous éviterons de prêter le flanc à la faconde intellectuelle pour discerner l’indiscernable, et au contraire mettrons en avant l’unicité de toutes les voies.

Revenons sur ce qu’est la Non-Dualité : Ce n’est pas une Voie, car on ne chemine plus guère; plutôt une attitude, à la fois mentale, affective et physique devant la vie, fondée sur le constat de notre inexistence séparée. Et comment entrevoir cette inexistence? En observant la dualité justement. Cette position intérieure se conçoit comme le dépassement de toutes les paires de dualité, non par une volonté personnelle factice, mais par la compréhension. Cette soudaine relation entre toutes les paires de dualités nous happe en tant que personne. L’ego est fondé sur ces paires et leur mise en perspective réduit sa réalité « personnelle » à néant. Ce constat engendre un éveil abrupt, la découverte par l’individu de l’absence de « moi », de l’autre, et la fin de la souffrance morale d’être séparé du monde et des êtres vivants. Alors bien sûr, cela peut sembler bien incompréhensible. « J’existe bien, moi !! » « Comment pourrais-je bien découvrir que je n’existe pas?? » Par l’observation régulière de notre conscience. Par la mise en évidence que souvent, nous n’avons aucun sentiment d’être « je ». C’est dans l’après coup que nous nous réapproprions les actes et les pensées, les décisions pour les faire « nôtres ». Je me mets en colère, je deviens tout rouge et je débite des injures par wagonnets… pour finir penauds et nous excuser en disant que « cela nous a dépassé »… En fait, la colère nous a balayé comme un fétu de paille, normal puisque nous n’existons tout simplement pas… Nous nous pensons de temps en temps, voilà tout. Et puis nous généralisons notre existence comme certaine et continue. Comme nous généralisons bien d’autres opinions qui ne s’adressent qu’à des situations ponctuelles. « La colère s’est emparée de ce corps-ci et des paroles injurieuses ont été proférées en réponse à une situation particulière ». Voilà les faits au fond. Pas d’ego là dedans. D’ailleurs nous en avons presque l’intuition quand nous nous affirmons dépassés par les événements émotionnels. Mais il nous faut bien justifier la continuité du moi et endosser la responsabilité d’une colère qui nous est étrangère. Alors on entérine : je me suis mis en colère, je ne sais pas pourquoi et je te prie de m’excuser, je ne recommencerai plus !! »…. enfin, chacun sourira à lisant ces lignes, n’est-ce pas… ;-)

C’est bien là, dans cette observation du quotidien que nous pouvons nous démontrer l’inexistence d’une personnalité continue et stable. Ce n’est pas devenir schizophrène de renoncer à être quelqu’un, c’est juste observer ce qui est.

La non-dualité n’est pas inconnue des mystiques occidentaux; certains, comme Jean de La Croix, en ont parlé à mots couverts, « certes il faut vider l’esprit des choses mondaines, mais aussi des choses spirituelles… ». D’autres saints, Maître Eckhart pour ne pas le nommer, l’ont évoquée en termes impersonnels, propres à ne pas égratigner le dogme: la « Déité ». Bref, toutes les religions et toutes les voies spirituelles tendent vers la non-dualité, laquelle se goûte l’esprit innocent et inculte, pourrait-on dire, dépoussiéré des couches mortes de manuscrits savants concrétées par l’intellect accapareur de l’homme.

Chercher Dieu hors de soi, en observant l’univers, la vie, évoque une main divine créatrice, au bout du compte insaisissable. En revanche, scruter l’intérieur offre un début de réponse: présence en Soi, évidence de l’être. Il faudra finalement abandonner à la fois la notion d’extériorité et d’intériorité, car nous n’avons absolument aucun effort à faire pour être totalement nous-même et finalement l’introspection comme la concentration sur un objet extérieur ne sont qu’exercices du mental..

Au départ, nous sommes rivés aux sens extérieurs, noyés dans les phénomènes, et oublieux de l’Essence. Une mutation totale de notre façon d’envisager le monde et nous-mêmes peut nous réintégrer à notre source. Voyons comment. L’être est à la source des phénomènes, le monde des formes le fuit dans son mouvement universel. Aussi, retourner à l’origine suppose que nous abandonnions la poursuite effrénée où la vie nous entraîne. Au lieu de considérer l’objet de la conscience, tournez-vous vers le sujet, l’observateur. Non pas qu’il ait plus de réalité que l’objet observé, mais il cache la réalité non dualiste, laquelle découle de la disparition de l’idée « il y a bien un observateur ». Plus précisément: cet observateur est-il personnel, coloré d’envies et de peurs ? Vous êtes encore un ego, simple objet de l’esprit ; se révèle-t-il impersonnel, c’est-à-dire délivré des opinions individuelles ? Il est le Soi, lequel se conçoit comme le principe universel fondateur de l’univers, être, conscience impersonnelle (sans observateur personnel), source de l’énergie universelle et aussi, pour chacun de nous, notre nature profonde. A nous le dépouillement progressif de la personne jusqu’à l’impersonnalité, et l’éveil abrupt au dernier sous-vêtement! Et au fond, il n’y a pas plus d’intérieur que l’extérieur, n’est-ce pas….Ces notions de personnel et d’impersonnel, de sujet et d’objet constituent le nœud majeur de la dualité.

Le Soi ne s’oppose pas au « non-Soi », comme on le définit en psychologie. Il ne se distingue pas davantage de l’univers qu’il transcenderait d’une altitude métaphysique, tel un sujet absolu. Incluant tout sans limitation, le principe résume le lieu (ou non-lieu?) où se développe l’espace-temps, la « non-texture » qui donne le champ à l’énergie et la conscience. Le Soi est Tout! Non-être sur lequel fleurit l’être, la conscience et l’univers, le Principe prête vie à l’expérience humaine. Lao-Tseu disait: Le principe que l’on peut nommer n’est pas le principe originel. Ne nous attachons donc pas au terme « Soi », indifféremment remplacé par les termes impersonnels « Principe, Dieu, Tao, Shunyata, Sat-Chit-Ananda, Bouddha, Être, Non-Etre, Ainsité, Absolu, Infini, Purusha/Prakriti, Shiva/shakti, Brahman… », bien que des puristes savent faire des distinctions dans cette unité-là! Mais notre expérience vécue de la déité est impersonnelle. Il n’est donc pas question de relation personnelle entre Dieu le Père et nous, pauvres pêcheurs! L’impersonnel donne sans doute le vertige ; en revanche, il nous garantit la liberté! Il n’attend pas d’obéissance. Ses lois sont universelles et personne ne les gouverne !

pierre dans DIEU

Extrait de « Le bonheur est en Soi »expérience non-duelle d’un contemporain. Comment, pour la première fois, il ne vit dans la réalité que  » non-deux « , qu’un océan sans limite ni frontière, ni catégories, ni objet, ni sujet. Puis il décrit la nouvelle façon dont il perçoit la vie quotidienne, à la suite de ce bouleversement intérieur. Ce préambule indique comment il faut lire et recevoir ce qui est conté là. En particulier, avoir conscience que ces paroles s’adressent davantage à votre inconscient, à votre cœur, qu’à votre conscient ou votre tête… qu’est-ce à dire ? Qu’il faut laisser infuser dans votre cœur ces paroles qui alors peuvent planter des germes de non-dualité qui écloront plus tard… Si vous lisez intellectuellement, certes vous comprendrez un certain nombre de choses, mais l’essentiel va vous échapper. C’est ainsi. Si vous ouvrez votre cœur, laissez de côté l’esprit comparatif et critique, vous laisserez s’entrouvrir la porte de l’intériorité qui vibre à l’appel de l’autoperfection. Également quelques indications sur la façon dont l’esprit apparaît à l’auteur vous permettront de mieux saisir le texte. Ce que l’on nomme habituellement inconscient n’est aux yeux de l’auteur que l’aspect foncier, indifférencié ou peu différencié de l’esprit. Prenons l’image d’un arbre. Le tronc représente l’aspect foncier de l’esprit, tandis que les grosses branches, les branches puis les feuillages la façon dont l’esprit se scinde en profond et superficiel, les feuillages sont les pensées virevoltantes à la surface consciente de l’esprit. Ce qui est décrit dans les lignes qui suivent sont en fait la sève qui monte des racines et du tronc principal, avant même d’être différencié… si vous pouvez saisir les mots dans leur émergence naturelle, alors ces mêmes couches profondes vibreront en vous et vous comprendrez de l’intérieur ce dont il est question ici. Autant lire lentement, en laissant infuser les idées…

paroles du Zen.

Publié dans APPRENDS-MOI, DIEU, LECTURES Inspirantes, Noble Silence-Vipassana, SAGESSE, SPIRITUALITE c'est quoi ? | Pas de Commentaires »

Pour créer son énergie soi-même

Posté par othoharmonie le 15 avril 2013

LE PRINCIPE GENERAL POUR CREER SON ENERGIE SOI-MEME

exposé par Léon Raoul Hatem :

L’univers ne consomme aucune énergie. Il ne s’use pas. Il produit en permanence le mouvement dont il a besoin pour évoluer vers son but. Cela aujourd’hui se démontre aisément, même si l’on enseigne encore l’absurde théorie du « Big Bang ».

Pour créer son énergie soi-même dans En 2012-2013 et après 2016 3Pour comprendre le principe producteur d’électricité, il faut connaître le Principe de la Mécanique Universelle qui produit sa propre Energie Cinétique en permanence pour l’Eternité, tant au niveau des particules atomiques qu’au niveau planétaire, sachant que toute masse quelle qu’elle soit, est un AIMANT possédant sa double polarité magnétique, et non une « masse » de « matière » faites de particules à « charge unique », qui s’attireraient par exemple par « gravitation » newtonienne ou équivalent.

Dans la réalité, toutes les masses sont des aimants complets qui se mettent eux-mêmes en rotations synchronisées des pôles magnétiques lorsque les conditions le permettent. Nous le démontrons avec des appareils qu’on peut voir fonctionner sur demande. Deux aimants en présence l’un de l’autre se mettent en mouvement, créant ainsi de l’énergie cinétique sans aucune consommation. L’idée qu’il faut consommer pour produire un travail est fausse. Les aimants montrent chaque jour le contraire. L’univers montre chaque jour le contraire. Il ne puise pas son énergie dans un « stock » pour faire tourner les étoiles jusqu’à une éventuelle « panne sèche ».

Il y a un autre phénomène très important inconnu des physiciens : lorsque deux pôles se rapprochent mutuellement l’un de l’autre, ils produisent plus que lorsqu’un seul pôle se rapproche d’un pôle fixe. Et lorsqu’ils s’éloignent l’un de l’autre, ils ne se freinent pas, bien qu’ils continuent à s’attirer, contrairement à ce qui se passe si un seul aimant s’éloigne d’un autre qui, lui, serait fixe. C’est la DEGRAVITATION ou DEFREINAGE MAGNETIQUE, découverte qui permet de comprendre l’énergie de l’univers pour la première fois : comment un atome ou un système planétaire se met en route, s’accélère puis se stabilise. C’est une révolution scientifique qui, pour le moment, a été tenue à l’écart par la Communauté scientifique..

LE SYSTÊME PRODUCTEUR D’ELECTRICITE

Il ne s’agit pas ici de « mouvement perpétuel », c’est-à-dire de chercher à ce que les mouvements se mettent en route tout seuls, même si dans l’univers c’est le cas.

PRINCIPE MECANIQUE : un moteur alimenté par une source très limitée (solaire, batterie ou courant du réseau etc.) muni d’un disque magnétique entraîne en synchronisme (à distance et sans frottement) un premier alternateur muni aussi d’un disque magnétique à « polarités contraires » au premier. Cet alternateur produit alors son électricité, continue ou alternative selon le cas. Il ne consomme rien (c’est le moteur primaire qui consomme). Cela n’est possible que grâce à la Dégravitation. Jusque là, donc on ne gagne rien. Mais ce premier alternateur peut être en relation avec autant d’autres alternateurs que l’on veut, dans le mêmes conditions magnétiques. Ainsi, chaque alternateur produit sa quantité d’électricité. Mais seul le moteur primaire consomme, et toujours, à très peu de chose près, de la même façon.

On peut donc multiplier la production par des modules ajoutés à volonté, sans augmenter la consommation. Ce n’est pas une hypothèse, même si les physiciens considèrent que ce n’est pas possible. A certaines époques ils considéraient aussi qu’un plus lourd que l’air ne peut voler.

Le système fonctionne, même si cela dérange évidemment, et chacun peut le voir.

La reproduction industrielle pour que chacun puisse l’utiliser chez soi ou dans les entreprises n’est plus qu’une question de moyens financiers et techniques. Alors une partie importante de l’électricité centralisée deviendrait inutile. On pourrait fermer la moitié au moins, sinon les neuf dixièmes, des centrales nucléaires. Un jour ce sera le cas. Il dépend de chacun que ce jour soit proche ou lointain, et si vous voulez y contribuer, il suffit de nous contacter.

On utilise donc des alternateurs à choisir selon les besoins : petits alternateurs de voiture, gros alternateurs de chantiers ou autres, mais pour une industrialisation il sera nécessaire de produire des alternateurs spéciaux mieux adaptés. Ces alternateurs, générateurs ou autres systèmes, alignés en file indienne ou en cercle, sont munis sur leur axe de sortie de disques en plastique dur, aluminium ou autres (non ferreux), munis d’aimants sur la périphérie, disques qui tournent par synchronisme magnétique à l’aide des disques semblables des autres alternateurs, et cela en nombre indéfini.

Les amiants peuvent avoir toutes formes, et être fixés par tout moyen.

Tous les aimants d’un même disque doivent se présenter de même polarité, face à un disque présentant des polarités opposées, et alternativement. L’écartement d’un aimant à l’autre sur le disque peut atteindre la largeur d’un aimant ou plus.

La puissance d’entraînement magnétique doit être au minimum égale à la puissance produite par l’appareil entraîné.

LE MECANISME :

Lorsque le moteur tourne, entraînant son disque (ou des disques accouplés) à proximité d’un autre disque semblable fixé sur l’axe d’un alternateur, ce dernier se met à tourner en synchronisme avec les aimants du disque-moteur.

Et là, nous avons maintenant deux appareils de la même puissance au lieu d’un seul, qui produisent chacun la même énergie en dépensant à peine plus d’énergie du secteur que le seul moteur.

Si vous utilisez deux alternateurs ou même plus de deux, pourquoi pas DIX alternateurs (ou plus), vous produisez alors presque dix fois plus d’énergie que vous n’en dépensez (et mieux encore grâce à une formule tenue secrète pour le moment). Lorsque le moteur tourne, il entraîne toute la série d’alternateurs à la même vitesse de rotation, chacun produisant sa propre énergie qui s’ajoute à toutes les autres.

Les disques en matériaux amagnétiques garnis d’aimants doivent être fixés solidement sur les axes de rotation des divers éléments utilisés (moteur, alternateurs ou autres). Si possible, pour éviter le glissement des arbres sur les axes, il est préférable d’utiliser des alternateurs qui sont munis de clavettes d’entraînement sur les arbres de sortie.

Les applications sont innombrables. Un jour on utilisera ce système dans des trains ou des automobiles pour les rendre autonomes ou presque en énergie. Copier l’univers qui produit sa propre énergie plutôt que consommer une énergie limitée est la formule d’avenir. Evidemment, aujourd’hui, rien ne sera fait officiellement pour aider à cette mutation. Au contraire. Les « Sept Sœurs » (principales compagnies pétrolières) ont réitéré il y a quelques années leur accord secret pour que rien ne soit fait au profit des énergies alternatives tant qu’il resterait une goutte de pétrole dans le monde. Et avec les schistes, elles sont tranquilles (car elles ont le pouvoir d’en imposer l’exploitation). C’est probablement la même chose au niveau de l’uranium.

Le bénéfice de l’électricité libre magnétique pour la communauté sera très vite extrêmement sensible en termes de coût de l’énergie et en termes de respect de l’environnement. Les aimants ne sont pas des produits consommables (même si leur fabrication n’est ni facile ni anodine), ils ne perdent pas leur énergie même après des centaines d’années d’utilisation. Les disques sont donc toujours réutilisables même si les alternateurs finissent par s’user. Les techniques modernes permettent la fabrication d’aimants de plus en plus facilement et de toutes formes, et avec des puissances modulables. Un jour les Terriens résoudront eux aussi tous ces problèmes.

Certains pensent que comme l’Hyperscience n’est pas physique, elle n’est pas expérimentale. C’est l’inverse. On obtiendra beaucoup plus d’applications, et beaucoup plus judicieuses et justes, en s’appuyant sur des principes abstraits non physiques qu’en cherchant la rentabilité immédiate et le profit à court terme à partir de théories accrochées à des préjugés et apparences trompeurs. On remet en cause les théories d’Einstein comme la vitesse de la lumière etc., cela n’empêche pas que les bombes atomiques fonctionnent. Hélas, certes. Mais on n’a jamais cessé de produire des applications efficaces à partir de théories foncièrement fausses. Cela n’a rien à voir. Mais quand une théorie est juste, alors les applications sont foison, voire potentiellement infinies. A chacun de l’expérimenter.

Lire directement sur le site

Publié dans En 2012-2013 et après 2016 | Pas de Commentaires »

Le Paradoxe de l’Etre

Posté par othoharmonie le 22 mars 2013

Le PARADOXE DE L’ETRE se formule comme suit en trois constats :

1 – L’ESPRIT EST TOUT

car, on l’a déjà expliqué et on l’expliquera encore, je ne peux avoir conscience de quelque chose qui ne soit pas DANS ma conscience. Toute chose dont j’ai conscience est donc une partie de ma conscience ici et maintenant, par conséquent esprit. Rien de ce que je perçois ne peut être matériel.. Ma conscience consiste à ressentir « je suis » en opposition à ce que je perçois comme « non-moi », et il est établi que cette conscience contient tout ce dont j’ai conscience. L’univers n’est que LA FORME de ma conscience à un moment donné pour un endroit donné. Seul l’ esprit est, puisqu’on ne pourrait parler de « matière » que pour quelque chose « en soi » extérieur à la conscience et indépendant d’elle. Ce n’est le cas de rien. La Le Paradoxe de l'Etre dans Etat d'être terre1« matière » est donc nécessairement une illusion. Une superstition. On ne fait en cela que confirmer des enseignements des plus grands sages de l’histoire, et même dans les accélérateurs de particules on est bien obligé de se rendre compte que dans le présent il n’y a pas de « matière ». Ce constat est d’ailleurs la cause des contradictions de la Physique quantique qui par nature se fonde sur l’ « objectivité physique ».

 

2 – LE TOUT DOIT NECESSAIREMENT ETRE INFINI

Il y a nécessairement un tout, quel qu’il soit (néant, univers, esprit, matière, dieu, espace, temps ou autre) et ce tout doit nécessairement être infini, sinon il est limité par autre chose et donc n’est pas tout. Or le premier constat est « je suis », il n’y a pas d’autre réalité constatée. Si « Je-Suis » n’est pas le tout, alors il ne peut être, puisque il ne peut y avoir autre chose que le Tout, toute autre réalité restant hypothétique et donc infondée.

 Donc « je suis » est bien tout selon toute vraisemblance et toute logique.

Il ne peut y avoir un tout non constaté et en même temps le constat unique de quelque chose de fini.

Où serait le Tout et quel serait-il ? C’est une question absurde.

On ne peut affirmer la réalité d’autre chose que SOI , la conscience « je suis » d’un univers apparemment extérieur et matériel. Toute autre affirmation d’une autre réalité serait pure hypothèse, purement arbitraire et invérifiable autrement que par « je suis », et de toute façon totalement inutile puisque, sans hypothèse aucune, on peut expliquer toutes les apparences universelles (Hyperscience) de l’origine de la particule aux atomes et systèmes planétaires à toutes les formes de l’évolution y compris spirituelle.

Si on  ne peut pas prétendre que le tout soit fini (ce serait absurde car, cela voudrait dire qu’il existe autre chose, extérieur à ce tout, et donc il ne serait pas tout), cela exige donc que l’esprit, s’il est tout, soit infini.

 

3 – POURTANT, L’ETRE (esprit) NE PEUT ETRE INFINI CAR IL EST QUELQUE CHOSE

L’esprit, s’il est tout, doit nécessairement être infini, or il ne peut pas être infini, du fait qu’il a des caractéristiques. Toute caractéristique est une limitation, de quelqu’ordre qu’elle soit. Seul le zéro, seul rien, peut être infini. L’infinité interdit toute caractéristique qui limiterait cette infinité dans une dimension ou dans une autre. Il ne peut y avoir d’infini que nul. L’Etre est-il donc nul ?

Il est nul en durée, puisqu’il est présent et que l’instant est sans durée, par contre il est infini en espace puisqu’il contient tout (qu’il y ait quelque chose ou pas) sans aucune limite définie possible. Etre nul et infini à la fois c’est la définition-même du néant. La nécessité qu’il y ait un tout se confond donc avec la NECESSITE DU NEANT.

LA EST LE PARADOXE DE L’ETRE : « je suis » devrait être tout, et apparaît comme étant tout, mais ne pouvant être infini, il ne peut pas. Il est « quelque chose » et se confronte à ce qu’il devrait être sans jamais l’atteindre.

La cause première du « mal-être » est ainsi purement métaphysique.

 Je suis nécessairement néant, nécessairement infini, mais confronté en même temps à l’IMPOSSIBITE d’être infini. Le résultat est que LE NEANT EST et reste UN BUT et non une réalité : l’infinité de l’esprit est une nécessité et reste une nécessité, ce n’est pas un état. Et c’est très important car c’est cela qui explique l’évolution, c’est-à-dire le fait que nous sommes, en tant qu’être, la quête permanente d’une infinité qui nous échappe perpétuellement, et qui, parce qu’elle est inaccessible, engendre le fait que la conscience s’incarne et se réincarne. Toutes ces formes sont en recherche « d’autre chose » de moins fini. Tout être se ressent plus ou moins « en prison » dans ses limites.

C’est bien ce mouvement d’évolution que l’on constate : être c’est devenir. Personne n’est un état. Tout état est fugace, nul dans l’instant, et par contre la fuite à l’infini, elle, est perpétuelle. Simple constat qui, au passage, ce qui n’est pas rien, explique la cause de l’énergie universelle.

Si l’univers est une énergie, c’est parce que l’Etre est un but et non un état.

Le fait qu’aucun état ne puisse avoir de durée confirme le fait que tout change tout le temps, sauf le fait de changer, ce qu’on sait déjà ; et que la matière est une illusion, puisqu’à aucun moment elle n’est interceptable dans son changement, ce qu’on savait aussi.

Il n’y a dans ce déroulement logique aucune hypothèse.

Alors à quoi cela sert-il de comprendre tout cela ? Cela permet :

1°) de comprendre LA CAUSE DE TOUTE SOUFFRANCE :

La souffrance provient de l’identification à un état, alors que je ne suis pas un état mais un devenir.

Il est normal que je m’identifie à mes limites, mon ego, ma personnalité, mon incarnation, puisque je suis dans l’impossibilité d’être infini. J’ai vocation à être infini puisque je suis esprit, mais je ne le peux pas. Donc il y a confrontation entre ce que je devrais être et ce que je peux être.

Or c’est cette confrontation à l’infini potentiel qui est la CAUSE DE LA CONSCIENCE. On n’entrera pas dans les détails ici, mais il est facile de comprendre que dès l’instant qu’il y a un but inaccessible, il y a une dualité : l’infini est « extérieur ». A quoi ? A rien, il est de fait extérieur. Et cela engendre un centre, tous les centres. L’ « extéirorité » de la conscience, même en l’absence d’espace, c’est la conscience, et l’espace est son interprétation de cette intériorité. JE me situe au centre, comme la nullité dans l’infini, partout (comme dirait Pascal).

Et cette « extériorité », cause de l’illusion d’espace, est forcément consciente : sans cela, le centre ne serait pas le centre car cette confrontation est perpétuelle, et la conscience n’est rien d’autre que le fait de s’opposer à l’infini. Chacun a le sentiment d’être le centre de l’univers.

Il n’y a donc pas de « sujet » qui ait conscience, ni d’univers dont on ait conscience. Il n’y a qu’un processus abstrait au niveau des « principes » comme on dit dans la Genèse, qui engendre un « effet » de conscience universel.

Ce processus n’est situé nulle part, et il y a une infinité de façons possibles de s’opposer à l’infini puisque l’infini n’est pas une quantité mais une virtualité. Chacun d’entre nous, chaque être de l’univers, chaque particule, est une façon différente de s’opposer à l’infini.

NOUS NE SOMMES PAS PLUSIEURS ESPRITS AYANT CONSCIENCE D’UN UNIVERS MAIS

UN SEUL ESPRIT AYANT CONSCIENCE D’UNE MULTITUDE D’UNIVERS personnels et tous différents.

Cette formule a été citée à plusieurs reprises ici et là sans le nom de l’auteur qui écrit ces lignes et l’enseigne depuis 1985.

L’univers est donc fractal car il y a une infinité potentielle de façons de s’opposer à l’infini, et toute limitation contient une infinité potentielle d’autres limitations. Là où JE se croit, il se croit donc contenir beaucoup de choses, son identification à une personnalité dans l’espace et le temps, l’espace et le temps étant inséparablement les conséquences apparentes du processus de conscience (espace à intégrer dans un temps infini puisque le but de l’Etre est inaccessible).

Ce faisant, la conscience, pour s’opposer à l’infini, s’identifie donc à tout ce qui lui est « intérieur », autrement dit son « passé », et à rien de ce qui lui paraît « extérieur » qu’il a vocation à intégrer (« amour »). La conscience est une identification, autrement dit une « incarnation » dans des « limites », même si ces limites changent en permanence, et engendrant à chaque fois une forme différente d’amour (unification progressive du centre à l’infini).

Cette personnalité ne peut être figée, elle est en perpétuelle transformation.

Donc si JE m’identifie à mon passé, je souffre forcément puisque ce passé change en permanence. Remis en cause par toutes les circonstances engendrées dans l’illusion pour que ces limites soient effectivement des limites.

Cela permet aussi 2°) de comprendre l’AMOUR comme on vient de le définir. Et de remarquer que souffrance et amour sont liés, puisque l’amour suppose la séparation (on n’est jamais totalement UN, et pourtant c’est cela qu’on recherche)

Enfin, cela permet 3°) de GUERIR. C’est-à-dire d’éteindre cette souffrance éventuelle en assumant le fait que je suis ce paradoxe de l’Etre (évolution éternelle vers un infini inaccessible), et non un état (ego) qui aurait une réalité à laquelle on aurait tendance à s’accrocher. Et c’est beaucoup plus vrai. En aucun cas je ne suis les limites auxquelles je m’identifie. Ce que je suis c’est la dualité zéro-infini du néant, impossible nécessité d’unité du zéro à l’infini, qui se manifeste par une poursuite de l’infini en tout point, ce qui veut dire que la conscience est partout sans aucune exception, en chaque particule planète ou sous-particule (c’est fractal) comme en chaque entité incarnée, quel que soit le niveau d’évolution apparent (tous les niveaux existent virtuellement entre Soi absolu et Unité infinie absolue recherchée).

Donc je suis la transformation elle-même et non ce qui se transforme apparemment. Je suis le mouvement, l’énergie d’évolution, qui contient à la fois la nécessité de l’infini-néant, et les limites auxquelles JE m’identifie à un « moment » donné à un « endroit » donné. Bien entendu, tous ces niveaux d’évolution sont contemporains, c’est-à-dire qu’ils ne sont dans aucun temps ni aucun espace, simplement présents. L’espace et le temps ne sont que l’illusion du pôle « moi » face à l’infini, et non une réalité absolue. Cela aussi on le savait déjà, mais ce qui est intéressant c’est que désormais on peut connaître la cause originelle de l’espace et la cause originelle du temps.

Voilà pourquoi la résolution de toute souffrance est d’ordre spirituel, dans le changement d’identification, dans la cessation de toute identification à l’ego, de tout attachement à l’ego. L’ « Homme Nouveau » causal qui est en train de naître dans l’apparence de cette nouvelle Cinquième Dimension n’est rien d’autre que celui qui, fatigué de souffrir de ses identifications à la matière, commence à savoir qu’il est le mouvement infini vers « être tout ».

Ce qui lui évite de culpabiliser de ne pas être tout, de ne pas être parfait.

Tant que c’est l’ego qui récupère la connaissance métaphysique, cette connaissance peut être source de paranoïa ou de schizophrénie, mais une fois que les concepts sont clairs, il n’y a plus de risque. Bien sûr c’est difficilie car très abstrait, mais c’est simple dans les principes. Et se familiariser avec est extrêmement fécond.

Je Suis la relativité nécessaire à la réalisation de l’Absolu. Un Absolu inaccessible auquel il est donc stupide de me comparer. Toutes les limitations, donc toutes les personnalité à tous les niveaux de la « création » sont évidemment indispensables et uniques, afin que le Tout soit. Toute imperfection est parfaite. De toute façon toute existe ou existera dans l’illusion universelle, et nulle part la conscience ne cessera de passer d’une identification à une autre d’instant en instant, de vie en vie, d’univers en univers.

Il en a toujours été ainsi, mais désormais on peut en rire au lieu d’en pleurer.

L’incarnation devient plus joyeuse quand on sait qu’on la détermine soi-même et qu’on cesse de la comparer.

A Lire directement sur le site

 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans Etat d'être | Pas de Commentaires »

Le corps universel

Posté par othoharmonie le 9 décembre 2012

 

Le corps universel dans Etat d'être c-300x300Plusieurs expériences, et plusieurs indices semblent nous conduire vers le Corps Universel, ce corps collectif qui nous inclus tous dans le UN, à la fois en tant qu’humain et divin. Le Corps Universel est donc un corps unifié, le point de rencontre de l’humain avec sa réalité divine, mais surtout le point où l’homme se rejoint, se reconnaît, se reconnecte avec lui-même. En reconnaissant que le divin et l’univers sont des parties de lui-même, qu’il est un avec le grand tout; l’homme, l’humain, la créature, retrouve son créateur et du coup son Unité. Lorsqu’il redécouvre sa nature profonde, il irradie vers l’extérieur et devient co-créateur de son monde, de ses pensées et maître de son destin. Un pour tous et tous pour Un.

L’homme prend alors toute la place qui lui revient, son expression devient joie, il s’envole et transcende ses limitations, car il comprend le pourquoi de sa dualité, il épouse son contraire, il élargit son territoire.  L’expansion de sa conscience élève ses vibrations et il retrouve le chemin vers son Créateur, vers sa Source, vers le JE SUIS qu’il est de toute éternité.

Dans cet espace, l’homme dieu est roi en son royaume, il est couronné, fortifié, solide sur son socle, il rayonne sur son trône, il est un avec le tout, il est joie, il est amour, il est LE CENTRE.

Mais l’Homme Universel n’est pas encore apparu. L’Homme Universel, c’est celui qui s’est d’abord connecté à son centre sacré, à sa divinité intérieure, celui qui a relié son centre, sa source, il est la goutte d’eau qui se fond dans la grande Source Divine et Éternelle. Là, cet être humain unifié et dans sa plénitude, doit accueillir le Corps Universel, l’Être Universel, l’accomplir et le révéler jusqu’à ce que naisse celui que l’on attend, ce Christ, le JE SUIS.

L’être unifié comprend que tous font partie de lui, qu’il est tous les humains de la terre ainsi que tout ce qui y vit, qu’il porte et transporte tous les êtres, pouvant ressentir en même temps les émotions, les désirs et les douleurs des hommes, des règnes et des éléments. C’est la grande unification qui devient l’acceptation du tout et la certitude absolue que tout est parfait et en harmonie avec le plan divin.

Cette révélation évolue rapidement vers une grande responsabilité, cette conscience élargie devient un terrain fragile où l’intégrité et la simplicité font la différence et où la pureté et l’amour inconditionnel peuvent œuvrer ensemble. Car pour oser pénétrer dans ce nouveau monde, ce nouvel espace, cet univers, l’âme et l’amour doivent s’unir pour créer ensemble. Dans ce lieu, tout est indicible, car tout est divinisé, ici la main de l’homme est le prolongement de la main de Dieu dont la volonté prend forme dans l’action; nous devenons LUI et IL devient NOUS.

Le Corps Universel présenté ici est inspiré de cette conscience, il est engendré grâce à cette « co-naissance », il se redéfinit continuellement et révèle tous ses attributs.

 

Le Corps Universel

Le Corps Universel est d’abord une œuvre de création. Il s’offre à nous, il s’ouvre à nous pour nous accompagner dans ce monde de grandeur, avec la simplicité d’une main obéissante et d’un cœur pur, sincère et généreux, animé par un sentiment d’amour et de gratitude. C’est le dessin du corps de lumière qui nous a conduit à ce grand Corps Universel et des lignes de libération ont envahi la construction pour en livrer l’information. C’est maintenant que vous devez offrir cela, et oser entrer dans d’autres espaces, voyager avec confiance dans les êtres et dans les mondes.

Sur cette grille universelle construite avec plusieurs formes géométriques, cette trame comprenant plusieurs mandalas, nous offre le support sécuritaire pour suivre sans difficulté le schéma du corps humain, les lignes droites et les cercles ainsi que les points révèlent  et soutiennent le diagramme de l’anatomie du corps. Un geste libérateur, une ligne d’ajustement, une courbe d’unification, un cercle de protection, une structure équilibré, une spirale d’énergie, une forme rassurante, une forme enveloppante exprimée par des couleurs régénératrices. Car avec la couleur, cela nous touche davantage et nous réconforte avec douceur. Elle agit en toute simplicité et en toute sagesse; le rouge libérateur de force et de vitalité, de puissance et de  matérialité. Le jaune unificateur, rayonnant, régénérateur et généreux. Le bleu de soulagement et de protection englobant et rassurant. Le vert de vérité et de confiance, un vert tout ouvert. Le turquoise de récapitulation, de guérison, d’action et de co-création. Le rose magenta de respect et de grandeur, d’amour et de délivrance. Le bleu indigo fort et intelligent, il offre ses directives et sa science sans contrôle ni abus, il est neutre et sincère. Ainsi les formes et les couleurs font équipe pour favoriser la guérison, l’adaptation et la concordance du nouvel être qui se présente maintenant sur cette effigie.

La représentation de ce Corps Universel permet à tous ceux qui le verront ou qui seront touchés par son image, d’être changés, harmonisés, libérés et soulagés.

Ceci est le grand souhait, ceci est le grand objectif, bien que demeurant conscient que cela représente aussi une grande responsabilité, j’offre cette expertise, cette expérience et ces espoirs au monde, et j’espère qu’avec la grâce divine cela pourra grandir, se propager, s’épanouir et surtout agir en toute impunité, avec simplicité et sainteté pour le mieux être de l’humanité. Humanité qui se dirige présentement vers l’Humain-Divin Unifié.

Par cette intervention à distance sur les corps humains, nous souhaitons soulager le corps de souffrance, harmoniser et libérer les corps émotionnel et éthérique, unifier le corps causal et alléger le corps astral. Le but ultime est d’activer le corps de lumière, de révéler le corps de gloire dans sa beauté afin d’ouvrir la voie au corps de l’androgynie et réaliser la grande unification.

Bientôt, nous exposerons ici même le Corps Universel pour la fusion, la communion et la reconnexion de l’humanité à sa source d’origine…

À bientôt !

Lire directement sur le site

Publié dans Etat d'être | Pas de Commentaires »

Arrêt du moteur de souffrance planétaire

Posté par othoharmonie le 3 juillet 2012

Extrait du livre : LA GRANDE REVELATION – L’arrêt du moteur de souffrance planétaire

L’inséparable cordon maternel : CHAPITRE 3 – TRANSMISSION MATERNELLE PIEUSE ET COPIEUSE – avec l’aimable autorisation de JG.VESONE http://www.la-grande-revelation.com/

 

Une suite ininterrompue d’événements paranormaux

Depuis que j’étais monté tenter ma chance à Paris j’ai connu une suite ininterrompue d’événements paranormaux qui Arrêt du moteur de souffrance planétaire dans Expériencess’enchainèrent d’une façon aussi intelligente qu’harmonieuse. En voici de mémoire quelques exemples. Nous étions dans les années 80 et comme chaque été, ma femme étant espagnole, nous allions rendre visite à la famille en traversant les Pyrénées. Sur le retour en passant le col du Somport un évènement extraordinaire est arrivé qui restera longtemps gravé aussi dans la mémoire de cette région. A la suite d’un violent orage nous avons assisté à un horrible accident. Un rocher de quelques tonnes s’est abattu sur le pare-brise d’une voiture, la retournant et la clouant au sol. Le chauffeur fut tué sur le coup et la passagère grièvement blessée.

C’était d’autant plus tragique que la voiture était neuve et tout donnait à penser que ce jeune couple espagnol était en voyage de noces. Aucun hélicoptère ne pouvait être envoyé à cause des lignes à haute tension. De plus l’embouteillage dans les deux sens sur cette route étroite rendait l’accès très difficile aux ambulances. Avec quelques touristes nous avons retourné la voiture, sorti la passagère qui hurlait et l’avons portée jusqu’à une ambulance. Je la tenais dans mes bras et je la sentais toute cassée. C’était réellement tragique et j’ai fait soudainement une sorte d’expérience chamanique. J’ai entendu parler la montagne. Elle était furieuse et avait sacrifié deux jeunes humains. En revenant plus tard dans ces montagnes j’en ai eu l’explication. L’orage se calmant, nous sommes arrivés au col et à la frontière française. Ma femme et sa mère ont voulu se changer les idées en allant se restaurer dans une brasserie de la frontière.

Quant à moi comme j’étais encore sous le choc de l’accident je suis parti marcher dans la prairie en pente. J’ai traversé un troupeau composé de bovins, de chevaux et d’ânes. Soudainement j’ai été très attiré par un tout petit ânon qui venait de naître. Il était tout gluant sous le ventre de sa mère. Tout deux suivaient leur groupe dans l’épais brouillard que ce violent orage avait provoqué. Je pensais que cet ânon était en difficulté à cause de la brume et de la fraîcheur. Nous étions à 2000m. Alors que je m’approchais de cet ânon qui tremblait de tous ses membres, brutalement il fit volte face, se mit à dévaler la pente pour s’arrêter à mes pieds. Une sorte de décharge télépathique s’est alors installée immédiatement entre lui et moi durant quelques secondes. Pour faire une analogie avec l’informatique, je dirais qu’il m’a téléchargé un bref message. Ce fut très rapide mais J’ai cependant passé des jours à en lire et relire en boucle le contenu, à le peser et à le soupeser. Le message était précis, je n’ai pas eu à le noter, il s’est gravé définitivement dans mon cerveau, bien que je l’aie reçu au niveau du plexus solaire. Voici ce message : « Heureusement que le ridicule ne tue pas parce que tu es pitoyable comme beaucoup de tes congénères. Tu t’inquiètes pour moi qui viens de naître, mais tout va bien. Je suis avec ma mère, je ne crains rien. Je sais d’où je viens, je sais dans quel monde je suis et je sais qui est ma mère. S’il fallait s’inquiéter et plaindre quelqu’un ici ce serait toi. Parce que contrairement à moi, tu ne sais pas d’où tu viens, tu ne sais pas ce que tu fais ici et tu ne sais pas qui est vraiment ta mère. Alors, je te conseille d’être moins désinvolte, de réaliser tout cela et de ne plus te préoccuper de moi, mais surtout de toi. « 

Hébété je suis revenu à la voiture, ma femme et ma belle-mère y sont remontées. Nous avons entrepris ensuite la descente vers Pau. Ma femme m’a trouvé étrangement silencieux par la suite. Elle attribuait cet état à l’accident horrible auquel nous avions assisté. Ce n’est que des jours après que j’ai pu lui dire ce que j’avais reçu de l’ânon. Comment y croire ? Elle a été très surprise mais elle a compris qu’il s’était vraiment passé quelque chose et que ce message était extrêmement sage. La vie a continué et j’ai repris ma place dans le trafic quotidien. J’ai même oublié l’évènement dans les mois qui ont suivi. Ce n’est que plusieurs années après que j’ai réalisé combien l’impact du message de cet ânon dans ma vie avait été important. Il m’avait obligé de rechercher la vérité concernant son message.

Lire la suite sur le site  

BARRE DE SEPARATION

Publié dans Expériences | Pas de Commentaires »

L’Alchimie du moment présent

Posté par othoharmonie le 27 mai 2012

Tulilautta3.jpg

Et si vous étiez un puissant alchimiste, doté de la capacité de transformer non seulement votre vie, mais tous les événements que vous rencontrez au quotidien ? Tous ces problèmes, soucis, préoccupations et incidents de parcours qui viennent perturber votre existence, vous le savez, ne sont pas là par hasard ! Au plus profond de vous-même, votre âme aspire à ce que vous vous reconnaissiez dans toute votre splendeur, que vous irradiez pleinement de toute cette lumière qui vous habite.

Aussi, attire-t-elle sur votre route toutes les situations propices à votre développement sur tous les plans, dans toutes les dimensions de votre être (physique, émotionnel, intellectuel et spirituel). Son unique but : votre plein épanouissement, votre souveraineté christique… l’intégration totale de votre Essence divine dans toutes vos cellules et tous vos corps énergétiques.

Aux yeux de l’âme, il n’y a que deux façons de fusionner avec le Divin en soi : « de gré » ou « de force »… Vous intégrer votre Divinité de plein gré chaque fois que vous reconnaissez que VOUS créez votre vie, que vous êtes LUMIÈRE, que votre êtes un Enfant de Dieu, semblable en tout point à votre Créateur, rempli d’Amour et de possibilités illimitées… Bref, chaque fois que vous vous percevez de manière positive, demeurant ouvert-e et conscient de votre place dans l’Univers, vous rayonnez d’Énergie lumineuse et irradiez la Gloire du Père.

Sans doute connaissez-vous la question magique à la base de la Loi de la Quintessence ? Elle se rédige en ces termes : une pièce de monnaie vaut-elle moins cher du côté pile que du côté face ??? En d’autres mots, vos fragilités, vos défauts, vos « noirceurs », vos erreurs et vos « mauvais coups » entachent-ils de quelque façon que ce soit votre Lumière intérieure ? La réponse est NON !

De la même façon qu’un euro ou un dollar ont la même valeur que les déposiez du côté pile ou face lorsque vous vous en servez chez le boulanger, les expériences de la vie, les échecs et les traumatismes ne sont là que pour vous faire prendre conscience « DE FORCE » de votre VRAIE VALEUR!!!

Prenez un instant pour jeter un regard différent sur les moments les plus intenses, les plus difficiles de votre vie… n’est-ce pas dans l’adversité que vous avez développé vos plus grandes forces, déployé votre plus grande puissance intérieure, révélé vos talents les plus secrets et reçus les « cadeaux » les plus riches sur le plan de votre évolution ?

Et si, chaque fois qu’une difficulté se présente, vous pouviez vous demander « Quelle histoire dévalorisante suis-je en train de me raconter sur moi-même pour que mon âme éprouve le besoin de m’inciter à dépasser mes limites en relevant des défis qui me permettront de me reconnaître encore plus ? »

Tout se passe ici et maintenant, dans votre Esprit, dans vos pensées et les émotions qui vous animent envers vous-même. En fait, la vie vous traite comme vous vous traitez vous-même pour que non seulement vous preniez conscience de ce que vous vous faites subir comme « agression intérieure », mais pour vous prouver « hors de tout doute » que vous avez tort de vous dévaloriser ainsi…

De gré ou de force… Je ME reconnais pleinement ici et maintenant, à chaque instant OU l’occasion me sera « offerte » de le faire à travers les défis (problèmes, épreuves, conflits, etc.) qui me sont présentés au quotidien. Plus j’ai de difficulté à croire en moi-même, plus les défis qui me seront « imposés » seront « grands », exceptionnels », « hors du commun » (lire : lourds, ardus, complexes, périlleux, etc.)

Et si la solution aux problèmes de votre vie n’était pas de trouver le « moyen » pour les surmonter ou les éliminer, mais bien de constater que VOUS avez tout en vous-même pour y parvenir. Vous l’avez déjà maintes fois prouvé auparavant! Peu importe ce que vous avez subi, souffert, enduré, supporté… vous êtes encore là, debout, vivant, majestueux! Les épreuves et les blessures du passé n’ont rien enlevé à votre Lumière intérieure, à vos innombrables qualités, à votre ouverture à l’autre, à votre capacité de manifester le meilleur dans votre vie !!!

En cela réside l’un des plus grands principes alchimiques de tous les temps : votre habileté à transformer votre réalité actuelle réside non pas dans la mise en place de solutions « extérieures », mais dans la pleine révélation de votre puissance divine « intérieure ». 

VOUS pouvez changer les choses, améliorer la situation : il vous suffit de « CHANGER D’ATTITUDE », de voir la réalité pour ce qu’elle est réellement une « opportunité » de refaire la paix en vous-même, ici en maintenant!

Je vous donne un exemple : dernièrement, j’ai invité une amie très chère à venir travailler dans mon entreprise. Cette femme exceptionnelle, joviale, authentique et aux multiples talents me paraissait un atout précieux à adjoindre à mon équipe dynamique. Bien entendu, je reconnaissais en elle des qualités que JE ne m’appropriais pas.

C’est pourquoi j’ai été fort déçue de constater qu’après avoir accepté mon invitation, elle se désistait au bout de quelques jours. Je me suis donc intériorisée et me suis demandée quel était le « cadeau » que mon âme m’envoyait dans une telle situation. Outre le fait que je ne me reconnaissais pas entièrement, j’ai pris conscience de mon besoin d’être davantage entourée d’amis avec qui je pourrais « avoir du plaisir » à travailler. Mon erreur, le besoin d’associer « travail » et « amis »…

Premièrement, comme je voyage beaucoup, je manque parfois de temps pour « cultiver » les amitiés qui me sont chères… Toutefois, ce n’est pas en associant mes amis à mon entreprise que je vais « travailler » moins ! Deuxièmement, si j’ai le besoin de m’associer à ma meilleure amie et que celle-ci refuse, est-ce le reflet de comment je me traite ? Puis-je affirmer haut et fort que JE SUIS ma meilleure AMIE ? Sinon, pas étonnant que mon âme tente de porter ce fait à mon attention… de gré ou de force?

Ces prises de consciences m’ont non seulement apaisée, mais m’ont permis de réaliser que ma copine ne me laissait pas tomber : au contraire, elle m’offrait l’opportunité de choisir de maintenir une relation davantage profitable pour toutes les deux, en préservant la nature « ludique » de nos relations.

En identifiant le « cadeau », la « magie » qui opère en tout ce qui vit, la transmutation alchimique s’est opéré en moi ET à l’extérieur de moi.

Par contre, il aurait pu en être autrement. Une autre amie d’enfance, fort attentionnée et jouant quelque peu au « thérapeute », m’a fait remarqué que j’éprouvais déjà des problèmes d’amitié dans mon tout jeune âge et que cela faisait sans doute partie de mon « karma » d’être laissée pour compte. Pour moi, c’était un petit « test » de l’univers : allais-je demeurée tournée vers l’avant, focalisée sur ma Lumière, ou me laisser envahir par le doute et les tourments intérieurs ?

Bien entendu, il est tellement facile de s’apitoyer sur son sort! Pour moi qui suis née rousse, tous les « malheurs du monde » associés à cette couleur de cheveux (que je n’aimais pas, soit dit en passant), me sont « tombés dessus » étant enfant. Outre les « Poil de carotte » et « Sorcière sortie de l’enfer », j’ai eu droit, entre l’âge de 6 et 11 ans, à l’insulte suprême : alors que je me lavais la crinière tous les jours, certains gamins ont décrété que j’avais des « poux » et donc, qu’on devait me fuir ou croiser les doigts en me voyant pour ne pas les attraper.

Si je me suis sentie « stigmatisée » pendant des années, cela ne m’a quand même pas empêchée de jouir d’amitiés solides et profondes avec des personnes qu’il m’arrive encore de croiser aujourd’hui. Néanmoins, l’événement actuel aurait pu raviver cette blessure en moi et m’affecter encore plus profondément, vous en conviendrez.

C’est là que se joue toute la différence entre focaliser son attention sur le côté positif de la pièce de monnaie (comment je me suis sortie de cette douloureuse réalité au fil des ans) ou le côté négatif (ça m’arrive encore, pauvre de moi !).

Chaque fois que l’on regarde en arrière, que le poids du passé s’impose sur nos épaules, que la souffrance remplit notre cœur…, nous avons deux choix : manifester notre pouvoir alchimique de transformation dans le moment présent ou se laisser accabler et paralyser par les « illusions » du mental qui confond le présent et le passé en une seule et même douleur limitative.

Le poids du passé peut devenir tellement lourd qu’il nous empêche de voir tout ce qu’il y a eu de beau et de bon qui soit ressorti de ces expériences que nous avons traversées. De focaliser son attention sur les blessures et incidents de parcours ne contribue qu’à nous faire se sentir encore plus impuissant face à la situation présente.

Tandis qu’au contraire, le fait de prendre conscience de ce que ce vécu m’a apporté comme richesse (pour ma part, cela m’a véritablement ouvert le cœur à la souffrance des gens et au désir de les aider à grandir) – de tout ce que j’ai acquis, compris, intégré et guéri dans ma propre vie – me donne au contraire encore plus de puissance pour transmuter la situation actuelle en Lumière!

Vous aussi vous avez le choix : chaque fois que vous vivez quelque chose de difficile : une rupture, un conflit, un accident, une problématique qui vous semble insurmontable… regardez-vous vers l’avant ou vers l’arrière ? Y voyez-vous un drame ou une blessure qui ressurgit OU l’occasion de reconnaître vos acquis, cesser de vous dévaloriser et de vous révéler à vous-même toute la Lumière qui vous habite?

Vous êtes un alchimiste ! Vous possédez la puissance de transmutation requise pour métamorphoser la situation qui vous oppresse en victoire de l’âme sur la matière. Il vous suffit de vous élever et de CHOISIR de ne voir que le positif dans la réalité « illusoire » qui vous entoure!

Vous méritez le meilleur : l’emploi de vos rêves, des amitiés enrichissantes, de l’amour à profusion, l’abondance illimitée, la santé parfaite, la plénitude à chaque instant…« Ce que l’on visualise se matérialise, ce que l’on nourrit porte fruit, ce que l’on bénit nous ravit. »

L’ultime secret du bonheur : le moment présent. Tout est parfait, ici et maintenant. Les blessures du présent ou du passé n’ont plus de prise sur vous lorsque vous contemplez tout le chemin parcouru, que vous comptabilisez tous vos succès et vos réussites, que vous honorez l’ÊTRE merveilleux, divin et illimité que VOUS ÊTES RÉELLEMENT!

Et, summum de votre triomphe, plus vous dévoilerez au monde cette divine puissance alchimique en vous-même, plus votre vie sera lumineuse… et plus vous incitez vos proches à eux-mêmes se reconnaître et transformer leur propre vie. Ainsi, tous ensemble, nous parviendrons à incarner dans notre chair la Lumière divine co-créatrice illimitée qui fera revivre sur Terre le Paradis dont nous rêvons tous… 

Se voir tel que Dieu nous a créé, c’est s’aimer tel qu’Il nous aime : inconditionnellement, irrémédiablement… à l’infini!

Avec tout mon Amour!  Bianca

 barre de séparation

Message de Bianca Gaïa/Diane LeBlanc, transmis le 13 février 2009,
aussi disponible sur www.biancagaia.com.
Vous êtes invité à faire circuler ce texte à condition d’en respecter l’intégralité,
y compris ces quelques lignes. Pour vous inscrire sur notre liste d’envoi, cliquez ici.

Publié dans Beaux textes | Pas de Commentaires »

Renoncer à l’ancien

Posté par othoharmonie le 21 janvier 2012

 

fonds ecran indiensBien des gens, et je parle ici de milliards d’individus, ne sont pas prêts à renoncer aux anciens systèmes de croyances. Ils veulent croire que Dieu est à l’image de ce qu’on leur a appris à son sujet. Aucun de vous ne connaît la véritable nature de Dieu. Pour une raison que j’ignore, la plupart des humains s’entêtement à croire que les anciens qui proclamaient que certains écrits étaient d’inspiration divine avaient raison de le prétendre.

 En vérité, comme pour tout message canalisé, qu’il s’agisse d’écrits censés être divinement inspirés datant de plusieurs milliers d’années ou de ce que vous êtes en train de lire, l’énergie de la pensée est interprétée selon le système de croyances de la personne qui la reçoit. Puis, à votre tour, vous interprétez cette même énergie à travers le filtre de vos propres croyances personnelles. La douleur de la naissance de quelque chose de nouveau résulte donc de la difficulté à renoncer à ces anciens systèmes de croyances ; il faut pourtant les détruire si vous désirez vraiment que se réalise la promesse de l’année 2012.

 La naissance de cette nouvelle ère sera difficile en raison de tous les reliquats de ces systèmes de croyances qui vous entoureront. Les désordres qui éclateront seront également dus à la violence mentale et physique de ceux qui veulent désespérément s’accrocher aux croyances créant un sentiment de séparation du tout. Comme vous le savez, il y aura une élection présidentielle et ce pays sera à nouveau le théâtre de graves tensions raciales, des tensions qui couvent depuis longtemps. Vous allez découvrir, en fait, qu’elles sont déjà présentes par suite des efforts déployés pour discréditer celui que vous appelez Barack Obama. Sachez qu’il est un des leaders les plus éclairés parmi ceux qui ont accepté de briguer la présidence américaine depuis quelques décennies. Bien sûr, il a des défauts et des faiblesses, tout comme chacun de nous.

 Prenez vos propres décisions concernant cette prétendue divergence. Ne vous laissez pas infecter par la peur qui règne… Cette peur que les Etats Unis ont propagée depuis le 11 septembre s’est répandue tel un cancer partout dans le monde. Pour freiner la prolifération de ce cancer, quiconque lit ces lignes doit demeurer centré dans son cœur. Lorsque vous parviendrez à centrer votre attention dans votre cœur, et pas seulement au-dessus ou près de celui-ci, mais au plus profond de celui-ci, vous y trouverez un espace de paix et d’acceptation. Vous y serez comme dans l’œil d’un ouragan. Vous aurez conscience de toutes les tensions tourbillonnant autour de vous, mais vous demeurerez parfaitement calmes.

 Plus vous serez nombreux à pratiquer cet exercice, plus ce centre de paix dans l’oeil de la tempête deviendra important jusqu’à ce qu’il devienne si puissant que la tempête s’apaisera. Malheureusement, nous devons nous préparer à plus de violence. Ceux parmi vous qui se font les apôtres de la paix doivent faire un examen de conscience et évaluer leurs sentiments à l’égard de ceux qui s’affichent en faveur de la guerre. Si vous découvrez qu’une colère sourde habite votre cœur, alors sachez que vous contribuez aussi à promouvoir la violence et ce, quel que soit le discours que vous tenez.

 J’aimerais aussi vous entretenir quelque peu de votre système de santé. Alors que votre vibration et celle de la planète toute entière s’élèvent, les médicaments d’origine synthétique provoqueront de plus en plus d’effets secondaires. Il y aura une augmentation du nombre de rapports faisant état de problèmes d’invalidité et de décès causés par la consommation de médicaments pharmaceutiques. Devant ce phénomène, l’industrie pharmaceutique tentera de discréditer tout le secteur des soins alternatifs et des médecines douces. Leur stratégie consistera à monter en épingle tout cas de réactions négatives à la consommation de plantes ou de substances aux vertus médicinales, pour ensuite réclamer que leur vente soit interdite. Par ailleurs, vous constaterez que davantage de recherches seront effectuées sur l’efficacité de la médecine énergétique. De nouveaux appareils plus sensibles seront mis au point et acceptés par votre communauté scientifique. Ils permettront de mettre en lumière le pouvoir de la médecine énergétique.

 Soyez attentifs à ce que vous mangez. Certains subiront des effets indésirables à cause des aliments génétiquement modifiés qu’ils absorbent. D’autres ne seront pas affectés ; mais ne vous faites pas trop de mauvais sang à ce sujet. Sachez simplement qu’en dépit de tous vos efforts pour éviter de polluer votre corps par des produits chimiques, il est pratiquement impossible de trouver quoi  que ce soit à voire ou à manger qui soit exempt de toute contamination chimique. La majeure partie des conséquences négatives de ce que vous ingérez sera éliminée si vous demeurez équilibrés. Vous laisser dominer par la peur ou la colère à l’égard de ces produits chimiques que vous ne pouvez pas éviter ne fera qu’exacerber le problème en vous.

 belles imagesBeaucoup plus de gens que ne le laissent supposer vos médias aspirent à la paix. Nous tenons à ce que vous le sachiez. L’avenir n’est pas aussi sombre que vos médias le dépeignent. Et sachez encore que si les membres de la vieille garde expriment avec tant d’amertume leur rage à l’égard du fait qu’ils sont discrédits, c’est en réalité un signe révélateur de besoin de s’exprimer de la sorte. 

 Une nouvelle aube pointe. Vous allez peu à peu observer des signes révélant l’approche d’une grande lumière en de nombreux domaines ; de temps à autre, ils seront rapportés dans les journaux à la radio ou à la télévision. Soyez attentifs  la présence de ces signes dans vos rapports avec votre famille et vos amis. Le fait de ressentir une plus grande paix intérieure est un signe de changement. Des millions de personnes ressentent aussi cette paix intérieure. Vous pourriez aider à accroître ce phénomène en prenant du temps chaque jour pour méditer en silence et demander à être connectés aux autres dont le cœur est également ouvert.

 Tous, vous comprendrez de mieux en mieux comment vos systèmes de croyances affectent votre vie et votre esprit. Vous apprendrez des techniques  mettant de changer plus facilement ces croyances, de telle sorte que votre corps se mettra à rajeunir au fur et à mesure qu’il se libérera de tout ce dont il n’a pas besoin, y compris les produits chimiques qu’il a absorbé par l’eau et la nourriture. Vous découvrirez que vous êtes à même de choisir ce qui aura de l’influence sur votre corps. Vous pourrez apprendre de quelle manière préserver votre santé jusqu’à l’âge que vous désirez le plus atteindre. Cela ne sera pas accompli au moyen d’hormones de croissance humaines, mais bien grâce à des changements sur les plans mental, émotionnel et spirituel.

 Extrait de : Au-delà du voile de l’illusion et de la confusion – 2008 Année de l’Unité – série Kryeon canalisé par Lee Carroll – Editions Ariane – page 287.

Publié dans En 2012-2013 et après 2016 | Pas de Commentaires »

Les 12 couches de l’ADN

Posté par othoharmonie le 5 juin 2011

Les 12 couches de l'ADN dans A et B db6ab7f3527a9ea010c5b963c2fd8765-300x300       LA RÉVÉLATION DE L’ADN

Channelling présenté à Melbourne, Victoria, Australie, le 13 mars 2010
 

Ce texte est adapté au lectorat, car l’ambiance ou l’énergie d’une canalisation en direct est différente.
 

   
Salutations, chers Êtres Humains, je suis Kryeon du Service Magnétique.
 

Ceci est une réunion de famille… Selon ma perception. C’est un rassemblement précieux. Si vous pouviez vraiment voir et comprendre ce qui se passe dans de tels moments, vous seriez étonnés, même si tout ceci semble linéaire. Un homme est assis sur une scène, une musique joue, et l’Esprit arrive. C’est tout ce que vous voyez dans votre linéarité. Oui, mais il y a également des énergies respectueuses et des bénédictions.
 

En outre, ce jour est un peu spécial, car il y a une sorte de « jardin de la commune », une permission que vous avez accordée à cette énergie. Elle peut enfin vous rendre visite, même si elle part de l’autre côté du voile. Cette « prouesse » ne peut pas se réaliser s’il n’y a pas d’Êtres Humains en face de mon partenaire. Lorsqu’il est seul, il ne peut pas parler à haute voix, avec celle de Kryeon. Il ne l’a jamais fait. Vous voyez pourquoi il y a des attributs qui sont essentiels dans le processus de channelling. Il faut que ce soit un processus où tout le monde met la main à la pâte, un jardin communautaire, en quelque sorte.
 

Selon ma perception, l’entourage se présente toujours, mais il attend votre permission avant d’entrer en scène. Donc, il n’y a plus seulement l’homme que vous voyez sur scène. Il ne s’agit pas d’un spectacle du style m’as-tu-vu. Non, nous parlons d’une réunion familiale et de la présentation d’un message. Vous… Les divinités incarnées qui sont devant moi ou en train de lire ces lignes, sachez que je vous connais depuis une éternité. Je parle d’une éternité qui va dans les deux sens. Maintenant, vous et moi, nous savons qu’il n’y a pas de commencement, n’est-ce pas ? Est-ce que cela vous donne une idée de ce qui se passe réellement, ici et en votre for intérieur ?
 

En ce moment, en ces temps, pendant cette brève chose que vous appelez channelling, l’énergie vous est offerte. Même si elle vous est humainement présentée en langue anglaise, n’oubliez pas le troisième langage [NDT - Kryeon, est-ce que le traducteur francophone est entre l'arbre et l'écorce ou dans le troisième langage, huummm, huummm ?]. Ce langage vous visite officiellement et il vous pose cette question : « Est-ce que tu te souviens ? »
 

L’Être Humain ou le corps physique humain n’est pas conçu pour la compréhension complète de la spiritualité que vous possédez, lorsque vous êtes de notre côté du voile. Si nous vous offrions la preuve empirique que ce channelling est vrai, cela annulerait la quintessence du test sur Terre. Si la preuve 3-D était établie, avez-vous une idée du nombre de personnes qui seraient présentes ? Le test ou but ultime est, que chaque âme incarnée finisse par découvrir sa divinité intérieure par elle-même, par son propre discernement et par ses choix. Nous offrons des choix, afin que les âmes incarnées en arrivent à se demander si tout ce qui est « spirituellement » présenté, se situe dans le domaine du « possible ».
 

Pendant ces moments ou instants, il y a vraiment une énergie qui passe par cette fissure du voile, et c’est vous qui avez permis que cette fissure soit créée. L’énergie de votre lieu d’origine, de votre chez-soi, se déverse vers vous, à travers cette fissure. Juste pour un moment, avec ce troisième langage, juste pour un moment, permettez que cette énergie emplisse votre coeur. Si vous y portez attention, elle devrait vous prouver que vous Êtes plus que ce que vous pensez.
 

Il y a une prise de conscience qui est en train de naître et ceci se passe partout, autour de cette planète. Ce processus est lent et silencieux. Il ne fait pas la une ni les manchettes de vos mass media. Depuis 1987, cette prise de conscience n’a jamais cessé de croître, et vous le ressentez, n’est-ce pas ? L’humanité est plus consciente que jamais auparavant, et elle commence à ressentir ce grand changement. Des personnes de votre entourage commencent à accepter, très lentement et sans trop l’afficher, ce que vous avez accepté depuis un bon moment déjà. Attention, elles ne sont peut-être pas aussi avancées que vous, mais elles commencent à vous comprendre. Elles perçoivent un Être Humain paisible… Qui est assis parmi ceux qui sont dans la tourmente. Elles voient la manière dont vous manoeuvrez avec la vie et votre entourage. Elles voient la différence qui est parfois subtile. Il y a un prophète au coeur de chacun de vous, et nous voulons en parler. Vous allez peut-être vous demander ce que vient faire un prophète, dans le sujet que nous allons parler. Eh oui, nous revenons encore sur le sujet de l’ADN !
 

Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous aimerions expliquer certaines choses. Nous parlons de l’enseignement que nous avons commencé dans la « haute partie » de la Terre (hémisphère nord), afin de le poursuivre dans la « basse partie » de la Terre (hémisphère sud, Australie), selon une définition linéaire. Qui peut dire où est le haut ou le bas, dans l’Univers ? Qui sait, c’est peut-être à gauche ou à droite ? (sourire de Kryeon) 

gif coeur

L’enseignement sur l’ADN se poursuit…
 
Les lettres ADN donnent une impression de complexité, de haute science biologique et chimique. La réalité est, qu’il y a plus que ce que voit la science. Il est possible que la science ne parvienne pas à voir ce que je vais vous dire, au sujet de l’ADN. Il y a des composants et des attributs de votre ADN qui sont tout simplement impossibles à voir réellement en 3-D. Je vous ai déjà parlé d’une lacune du fonctionnement scientifique qui pourrait changer une foule de choses, si elle était corrigée. J’ai dit qu’il manque un instrument qui peut mesurer le champ interdimensionnel.
 

Quand cet outil sera au point, ce sera la chose qui se rapprochera le plus de ce que nous enseignons. En ce moment, il est un peu rudimentaire. Il est utilisé pour toutes sortes de choses, incluant la biologie humaine. Cependant, il se peut qu’il devienne une révélation pour la science mondiale, en supposant qu’il soit perfectionné et utilisé comme il se doit. L’énergie actuellement invisible serait finalement perçue. Disons que vous pourriez au moins voir l’ombre de cette énergie. L’ombre prouverait la réalité, alors que pour le moment, ce n’est que conjecture. [NDT - Je pense que Kryeon parle du procédé de Kirlian. L'on m'a dit qu'il y avait également un procédé similaire, mais je ne me souviens plus du nom.]
  

Les domaines interdimensionnels sont parmi vous, sous des formes diverses et nombreuses. La gravité est une force interdimensionnelle. Le magnétisme est une force interdimensionnelle. Même la lumière a des composantes de cette force, sauf qu’elles sont toutes invisibles et inexpliquées – pour le moment. Tout comme tant d’autres choses, vous utilisez ces forces sur une base journalière. Sachez que ces forces font également partie de vos corps physiques. Alors, permettez-moi de vous expliquer certaines choses qui vont confirmer ou éclaircir des parties de notre enseignement antérieur. Je dois faire une brève récapitulation. Donc, je vais faire le résumé d’une partie de notre enseignement passé et ajouter des choses que vous n’avez pas encore entendues. 

gif coeur

Révision et récapitulation
 
Selon la science et vous, le principe de base de l’ADN est la biochimie. Évidemment, cet ADN est situé dans votre corps physique. Vous pensez ou croyez que cet ADN est responsable de votre plan de vie. Pourtant, ceci est tout à fait inexplicable, d’après votre science qui regarde seulement le processus chimique et biologique. Voyez-vous où je veux en venir ? Cet ADN a des attributs dont je veux vous parler encore une fois. Dans votre ADN, il y a des attributs interdimensionnels et spirituels qui sont quantiques. La majorité réelle de la chimie que vous pouvez voir dans le génome humain est dans un état quantique. Bien que votre science ne peut pas mesurer un état quantique à ce moment, ni le champ qui l’entoure, il existe des preuves de celui-ci dans le puzzle du génome humain.
 

Nous vous avons dit que l’ADN de votre corps porte en lui une énorme quantité d’informations inaperçues et d’énergie. Nous parlons de l’ADN en tant qu’entité, non pas comme une double hélice chimique. Nous parlons d’une entité où il y a cent millions de millions de boucles qui travaillent ensemble, et que vous appelez « votre ADN ». Ce groupe est unique. Il se doit de l’être, puisqu’il fait partie à 100 % de vous. L’ADN peut contenir une énorme partie de votre spiritualité, car il possède des propriétés quantiques. Ceci sera défini dans la publication que mon partenaire est en train de préparer (le douzième livre de Kryeon). Votre ADN ne contient pas seulement les enregistrements de ce que vous avez été sur cette planète. Il inclut également votre relation avec Gaia ou Gê. Il contient tout ce que vous avez déjà fait, ainsi que la spiritualité de ce que vous avez appris dans chaque vie. Cette information est littéralement imprimée en lui.
 

Prenez bien note de ceci. Depuis les temps immémoriaux, aucun Être Humain n’a perdu les révélations spirituelles qu’il avait acquises ou méritées. Avec ce que nous appelons « l’outil de l’intention », chaque Être Humain peut réveiller, se souvenir de tout ce qu’il a appris au cours de toutes ses vies dites antérieures, puisque tout est enregistré dans son ADN. Vous réveillez votre propre ADN avec l’intention. L’on pourrait dire que vous réveillez votre propre divinité intérieure. Toutes les choses spirituelles que vous avez apprises referont surface, et elles seront vôtres. Comment pourraient-elles faire autrement ? Elles n’ont pas le choix, puisque vous ouvrez la porte originelle de ce qui vous appartient en propre.
 

Ce sont de bonnes nouvelles pour les individus qui se demandent ce qu’il en sera, lorsqu’ils se réincarneront. Devront-ils tout recommencer à zéro ? Seront-ils obligés de passer – encore une fois – à travers les expériences qu’ils ont vécues au cours de leur vie actuelle ? Les réponses sont « non » ! Toutefois, il ne faut pas oublier le libre choix des Êtres Humains. Donc, il se peut que quelques-uns choisissent de vivre une ou plusieurs autres vies sans aucune sorte de quête spirituelle. Sachez que, pendant ce grand changement, il y en a plusieurs qui commencent à « se souvenir » de qui ils sont et de ce qu’ils connaissent.
 

Certains d’entre vous ont effectivement dit qu’ils ont choisi de ne pas revenir, car leur vie actuelle est difficile. D’autres ont un sentiment intrinsèque et inné que ce sera la dernière fois. Puis-je vous mentionner, chers Êtres Humains, que c’est ce que vous avez dit, lors de votre dernière réincarnation ! La première chose que font les âmes expérimentées et les maîtres, lorsqu’ils arrivent de l’autre côté du voile, c’est de revenir sur Terre le plus tôt possible… C’est vous ! La plupart d’entre vous le feront, et vous commencerez au lieu de « recommencer », là où vous avez quitté. C’est dans votre ADN, et c’est magnifique. La sagesse des âges est imprimée à l’intérieur de votre ADN. C’est quantique. Donc, c’est énorme. Votre propre cristal qui est dans la Caverne de la Création a emmagasiné toutes ces informations pour vous, et le tout sera activé quand vous reviendrez dans un nouveau corps physique.
 

N’est-il pas intéressant de constater que maintenant, l’humanité voit le génome humain ? Elle voit à quel point il est unique. L’ADN est tout à fait unique. Aucun Être Humain n’a un ADN identique à celui d’un autre, même pas les jumeaux. Seulement une fraction est identique chez les jumeaux (moins de 5 %), et ceci exclut les parties quantiques dites « non codées par les protéines ». L’on pourrait dire que l’ADN d’un Être Humain est unique et absolu. [NDT - Il semble que l'empreinte digitale ne soit pas une preuve absolue, mais que l'ADN ou empreinte génétique le soit.]
  

Il y a plus. Les attributs de votre divinité intérieure ou partie de Dieu, de QUI vous ÊTES, se trouvent aussi à l’intérieur de votre ADN. L’empreinte de votre Soi supérieur est là. Il y a également votre nom angélique… Celui que je vous chante. Ce nom n’est pas un mot écrit ou parlé dans votre langage humain, car il contient une vibration particulière qui ne peut pas être portée par les vibrations de l’air. Voilà pourquoi nous chantons votre nom dans la lumière. Pendant ces moments, votre nom vibre en toute majesté. Que vous me croyiez ou non, c’est une vérité parmi tant d’autres. Le ressentez-vous ? Le « bagage génétique » que vous portez dans votre ADN contient également le lignage d’une autre planète et d’autres régions de l’Univers. Quand je parle de QUI vous ÊTES, je ne vous limite pas seulement aux incarnations sur la planète Terre. L’énergie de ceux qui ont contribué à ensemencer la spiritualité sur votre planète est également incluse dans les registres de votre ADN (les Pléiadiens). Tout ceci est plein d’amour, approprié et superbe ! Il faut que l’énergie quantique soit là, sinon ce ne serait pas possible.
 

Maintenant, revoyons la biologie 3-D. Quand le « Projet Génome Humain » fut terminé, tous les produits chimiques de la double hélice avaient été identifiés. Dans cette très, très petite hélice double, trois milliards de pièces de produits chimiques avaient été identifiées. Ils ont dû utiliser un microscope électronique, car cette molécule d’ADN est extrêmement petite. Trois milliards de pièces de produits chimiques dans une seule double hélice ? Difficile à croire, n’est-ce pas ? Ensuite, votre science a cherché à comprendre le fonctionnement de cette « mer microscopique » de pièces et de produits chimiques. En réalité, elle cherchait la chose qui avait créé plus de 23 000 gènes humains. Donc, elle cherchait la codification ou le codage de la protéine linéaire, afin de comprendre son fonctionnement.
  

La science a attendu longtemps, avant de voir le fonctionnement de ce système, mais elle a finalement réussi. Vos scientifiques furent un peu estomaqués, lorsqu’ils ont réalisé que la partie de l’ADN qui créait les gènes était inférieure à 5 %. En effet, ils ont vu la linéarité et le codage de la partie de la protéine encodée de l’ADN. C’était seulement cette minuscule portion de l’ADN qui créait les gènes. Le reste semblait fonctionner au hasard, et même d’une manière chaotique. Plus de 90 % de l’ADN semblait être brouillé, pêle-mêle, et inutile.
 

Mon partenaire en a parlé aujourd’hui. Il a dit que l’état quantique semble chaotique. Il semble aléatoire, puisqu’il est impossible d’observer une linéarité quelconque dans la réalité d’un état quantique. En effet, il n’y a aucune linéarité dans un tel état. Votre linéarité ou réalité 3-D est l’une des choses qui vous empêchent de voir l’état quantique. Donc, votre science scrutait un système dont une partie est quantique, ce qui, selon son concept, est invisible ou inexistant. Cet attribut aléatoire de l’ADN n’a pas pu être pris à la légère, car la science était à la recherche de quelque chose qui était inexplicable. Imaginez, 90 % de l’ADN semblait ne rien faire du tout ! Les biologistes avaient de meilleures connaissances, mais ils n’étaient tout simplement pas capables d’expliquer ce phénomène. 

Kryeon, canalisé par Lee Carroll – issu du livre : Les 12 couches de l’ADN éditions Ariane 2011

Pour lire la suite, clic ici ……

sphres17 dans A et B

Publié dans | Pas de Commentaires »

Le Manuscrit de Marie-Madeleine

Posté par othoharmonie le 8 mai 2011

M’étant procuré le livre de TOM KENYON et JUDI SION, sorti en 2008 aux éditions Ariane,  une constatation troublante m’a donné envie de reproduire ici la partie intitulée « Le Manuscrit transmis par Marie Madeleine » en page 15 de ce livre. Oui, effectivement, la pratique de la MAGIE d’ISIS et l’ALCHIMIE d’HORUS décrits dans ce Manuscrit, est tout à fait ce que nous appelons aujourd’hui le TAO de la sexualité (ou tantrisme) que j’ai expérimenté moi-même, avec l’aide des explications de MANTAK CHIA dans ses deux livres dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois sur ce blog :

Le Manuscrit de Marie-Madeleine dans La Sexualité Sacrée flecheici pour le féminin : http://othoharmonie.unblog.fr/2010/04/18/le-tao-de-lamour-retrouve-2/ .

fleche dans La Sexualité SacréeEt également ici pour le masculin : http://othoharmonie.unblog.fr/2010/04/18/le-tao-de-lamour-retrouve-1/

Enfin, lisez et vous me donnerez vos impressions …

Voici donc le contenu : pages 15 à 61

LE MANUSCRIT DE MARIE MADELEINE 

(initiation à la Magie sexuelle d’Isis)  flecheUN 

« J’ai été élevée dans une famille pour qui la magie était familière. Mon père venait de Mésopotamie et ma mère était égyptienne. Avant ma naissance, elle avait adressé des prières à Isis pour avoir un enfant. Cet enfant, c’est moi. On me connaissait sous le nom de Marie Madeline.

Lorsque j’ai eu douze ans, on m’a envoyée étudier dans une communauté secrète d’initiés protégés par Isis. J’ai reçu les enseignements secrets de l’Egypte, les alchimies d’Horus et la magie sexuelle du culte d’Isis. Lorsque j’ai rencontré celui que vous appelez Yeshua, j’avais déjà reçu toutes les initiations. Je m’étais préparée à faire sa rencontre au puits. Les Evangiles font de moi une prostituée, car tous les initiés de mon ordre portaient un bracelet en or représentant un serpent ; cela signifiait que nous pratiquions la magie sexuelle, par conséquent, aux yeux des Hébreux nous étions des prostituées.

Lorsque j’ai vu Yeshua et que nos regards se sont rencontrés, j’ai su que nous étions destinés l’un à l’autre. Ce que je m’apprête à vous dire n’est connu que de ceux qui étaient avec moi. Bien des légendes ont couru concernant ce qui est arrivé. Mais pour moi c’est l’histoire d’un très grand amour. Que Yeshua ait eu une vision du monde, cela ne me concerne pas. Mon histoire est une histoire d’amour. Beaucoup de gens ont suivi Yeshua. Et les occasions que nous avons eues d’être ensemble n’ont pas été nombreuses. Les Evangiles n’évoquent pas ces faits, car seuls ceux qui étaient avec nous le savaient. Avant que Yeshua se rendre au jardin de Gethsémani, nous avons conçu un enfant, dont le nom devait être Sarh.

flecheDEUX 

L’histoire que je m’apprête à vous raconter va paraître fantastique. Je me souviens des roseaux de Saintes-Maries-de-la-Mer, bien qu’évidemment l’endroit ne portait pas ce nom à l’époque. C’est là que notre bateau a approché du rivage. Sar’h était encore très jeune. Elle n’avait pas un an. J’étais déchirée entre le chagrin et l’ébahissement le plus total. J’étais présente quand Yeshua a été crucifié. Avec sa mère, nous l’avons accompagné jusqu’à sa tombe et nous l’avons enveloppé. Je me souviendrai toujours de l’odeur de la myrrhe. C’est l’un des onguents que nous avons utilisés. Yeshua m’est apparu dans son corps de lumière. Je ne pouvais en croire mes yeux ; voilà pourquoi j’ai touché ses blessures. Les disciples étaient jaloux du fait qu’il soit venu à moi en premier.

C’est très bizarre d’un côté, mon bien-aimé était transporté dans une autre dimension, un autre monde, de l’autre côté, moi et notre fille traversions la Méditerranée seules, sans lui. Nous n’étions plus en sécurité et nous avions dû quitter l’Egypte où nous nous étions réfugiées. Lorsque nous avons fait la traversée et sommes arrivées sur les rives de ce qui allait devenir la France, tout était encore sauvage. Ce sont les prêtresses du culte d’Isis qui nous accueillirent, et nous nous sommes mises en chemin en direction du nord pour nous placer sous la protection des druides, car Isis les avait avertis ; ils avaient entendu son appel qui leur demandait de protéger sa fille, Sar’h. C’est ainsi que nous avons cheminé jusqu’à une autre vaste étendue d’eau, que nous avons traversée pour nous retrouver dans ce qui est aujourd’hui l’Angleterre. Et là, on nous a mises au secret dans le saint des saints des druides, au Tor et à Glastonbury. Nous étions moins en danger ici qu’en Israël ou en Egypte, mais l’influence de Rome s’étendait  jusqu’en Angleterre et nous avons dû nous cacher.

Nous avons vécu là pendant des années, et c’est à cet endroit que Sar’h a épousé un homme dont les descendants sont les chevaliers du Temple. Pour ma part, je suis allée vers le nord au Pays de Galles, là où j’ai vécu jusqu’à la fin de mes jours. Je dois dire que pendant ces années où j’ai vécu seule au bord de la mer. Yeshua m’a souvent rendu visite. Bien entendu, pas comme avant, car son était constitué davantage d’énergie et de lumière que de chair, mais c’était tout de même extraordinaire de me trouver de nouveau avec lui. A ma mort, il était là et m’a emportée vers ce que certains appellent le paradis qui, en vérité, est simplement un espace dans l’âme.

flecheTROIS 

Je commence mon récit par la rencontre à la margelle du puits, car par bien des côtés, c’est ici que ma vie a commencé vraiment. Toutes les années auparavant n’ont été qu’une préparation à cette rencontre. Ce matin-là, je sentais que quelque chose se préparait. Il y avait en moi un sentiment d’excitation –une sorte de tremblement des bras et des jambes – même avant notre rencontre. J’étais déjà au puits avant qu’il arrive. J’avais déjà descendu mon seau dans le puits, et il est venu me prêter main-forte. Certains des disciples, voyant le bracelet en serpent d’or, ont pris pour acquis que j’étais une prostituée et furent consternés que leur maître vienne en aide à une personne comme moi. Mais cela ne me toucha point. J’étais dans un autre monde, transportée par les yeux de Yeshua. Nos regards se rencontrèrent, et ce fut comme si je contemplais l’éternité entière. A ce moment-là, je sus que c’était pour lui qu’on m’avait préparée – et lui aussi le savait.

Je l’accompagnais, me tenant aux derniers rangs de ceux qui le suivaient, et le soir venu nous nous éloignions ensemble ; pas tous les soirs cependant, car il était très recherché. Moi qui avait été formée aux alchimies d’Horus et à la magie sexuelle d’Isis, et qui était considérée comme une adepte avancée par mes maîtres, la première fois que je fus dans les bras de Yeshua, je tremblais comme une feuille et je dus lutter pour retrouver dans mon désir le chemin central qui mène au trône  le plus élevé, chemin qui avait fait l’objet de ma formation. En mariant les techniques que j’avais apprises et les méthodes qu’il avait assimilées en Egypte, Yeshua et moi avons réussi à charger son corps ka, son corps énergétique d’une lumière et d’une force plus importante, de façon à ce qu’il lui soit plus facile de travailler avec ceux qui venaient le voir. Et voilà exactement ce qui est arrivé. Et ce n’est pas sans ironie que les Evangiles rapportent que j’étais au puits lorsque Yeshua est arrivé. Mais, ces nombreuses nuits où Yeshua et moi étions seuls, c’est lui qui vint à mon puits, pour s’abreuver par moi aux puissances d’Isis se recharger et se renforcer.

flecheQUATRE 

Je m’arrête un instant pour contempler tout ce qui est arrivé ; on dirait un rêve, un rêve d’une clarté extraordinaire encore aujourd’hui. A raconter cette histoire, mon cœur tremble comme si c’était hier. Ma première nuit avec Yeshua se dessine dans mon esprit aussi clairement que les cieux au-dessus de Jérusalem.

Après avoir réussi à vaincre mes désirs de femme et m’être élevée dans l’alchimie spirituelle à laquelle j’étais formée, j’ai pu voir la forme spirituelle de Yeshua – déjà lumineuse, déjà resplendissante de lumière. Une colombe se tenait au-dessus de sa tête, et des rayons dorés en émanaient. Sa forme spirituelle reculait les sceaux de Salomon, Hator, Isis, Anubis et Osiris, confirmant qu’il avait subi ces initiations. Il présentait aussi d’autres symboles que je ne comprenais pas, car ils provenaient de cultures qui m’étaient inconnues ou sur lesquelles je n’avais pas reçu d’enseignement ; mais à partir des sceaux égyptiens que je reconnaissais, je conclus qu’il était sur le sentier du dieu suprême Horus. Il n’était toutefois pas encore passé par son initiation à la mort, et je savais que c’était justement la raison pour laquelle j’avais été attirée vers lui cette fois-ci – afin de consolider son âme grâce aux pouvoirs d’Isis et de la Mère cosmique, de sorte qu’il puisse traverser le portail des ténèbres et atteindre Horus.

Cette nuit-là, après avoir fait l’amour et ainsi maniés nos corps spirituels et les avoir fusionné l’un à l’autre, et l’alchimie ayant déclenché ses effets en nous, Yeshua se laissa gagner par le sommeil. Tandis que je le tenais dans mes bras je sentis un changement s’amorcer en moi, un désir de le protéger, l’espoir d’être toujours avec lui, et j’eus en même temps, conscience que nous serions séparés par des forces plus puissantes que ma volonté.

Lire la suite… »

Publié dans La Sexualité Sacrée | 2 Commentaires »

12
 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...