• Accueil
  • > Recherche : livre ce guerisseurs disent

Résultats de votre recherche

Conspiration du silence

Posté par othoharmonie le 21 décembre 2015

 

 « Quand on discute avec des scientifiques en privé, il y a beaucoup plus d’ouverture qu’on pourrait le croire, observe le neuropsychologue Mario Beauregard. Mais ils disent: « nous devons penser à notre carrière, à nos crédits de recherche, etc. Il y a une sorte de conspiration du silence, qui est aussi une réaction de peur. « 

Conspiration du silence

C’est donc du terrain que viennent les évolutions en cours, des thérapeutes eux-mêmes, mais aussi et surtout du public qui exerce une pression croissante pour que l’on prenne en compte non seulement le corps de l’individu, mais également les dimensions émotionnelle et spirituelle de son existence. En témoigne le succès de l’association Inrees fondée par le journaliste Stéphane Allix, et qui vient de publier un Manuel clinique des expériences extraordinaires à l’usage des thérapeutes mais aussi des curieux et passionnés. Contributrice de l’ouvrage, la psychologue Isabelle de Kochko observe le basculement engagé : « Ce qui m’étonne toujours quand on parle de l’extraordinaire est la précipitation superficielle à trouver des explications dites rationnelles qui sont parfois bien tirées par les cheveux, même dans les milieux psy qui devraient être plus ouverts. »

Quand on ne comprend pas, on dit trop facilement que « ce n’est pas possible » ou que « ça n’existe pas », ajoute-t-elle. Mais elle juge « tout aussi étonnantes » les réactions plutôt confidentielles de professionnels de santé qui parlent de dons qu’eux-mêmes possèdent: voyance, prémonition, magnétisme… « Comme il y a quelques années avec l’hypnose, les jeunes psychologues chercheurs qui briguent des postes universitaires ne doivent pas trop se compromettre », relève-t-elle.

Paradoxe Thierry Janssen, ex-chirurgien devenu psychothérapeute, a lui-même parcouru le chemin qui mène d’une médecine mécanisée, quasi déshumanisée, à une approche globale, holistique, de la personne et de son trouble. « La guérison est un concept qui permet de faire le lien entre le corps et l’esprit, explique-t-il.

Dans les cultures asiatiques, qui n’ont jamais séparé le corps et l’esprit, l’énergie est au centre des systèmes de guérison : Prana en Inde, Qi en Chine, Ki au Japon, etc. » Le paradoxe est que la science, la médecine elle-même, ne croit pas à l’énergie vitale, comme le constate fort justement le biologiste canadien Bernard Grad.

Nous passons enfin de la biochimie à la biophysique, avec une prise en compte graduelle de la notion d’énergie . En référence aux rois thaumaturges (« Le Roi te touche, Dieu te guérit »), Thierry Janssen note qu’en Occident « beaucoup de guérisseurs ont un mythe personnel. Ils insistent sur un parcours initiatique, passé par la souffrance et au bout duquel il y a comme une révélation extérieure, qui leur donne une connexion, une légitimité. »

Au final, ils se disent « connectés à plus grand qu’eux, à ce mystère de la vie que beaucoup appellent Dieu. » Traumatismes effacés Psychiatre, neurologue et lui aussi auteur à succès, David Servan-Schreiber a rencontré le prodigieux au détour du virage intellectuel qui fut le sien. Parmi les méthodes qu’il présente dans son livre Guérir, l’EMDR est véritablement spectaculaire, et encore plus incompréhensible pour la science que tous les concepts d’énergie vitale. Comment en effet les mouvements oculaires rapides (comme dans le sommeil du rêve), associés au rappel d’un souvenir traumatisant, peuvent-ils faire disparaître les (graves) symptômes liés à ce traumatisme ?

Victimes d’attentats, de viols, té- moins de scènes de massacre…, ils ont perdu le sommeil et la sérénité depuis des années. Et voilà que quelques séances d’EMDR effacent littéralement toutes les composantes psycho-émotionnelles associées au traumatisme pour ne laisser que le souvenir lui-même… Dans le domaine de la maladie mentale, on gravit encore une marche vers l’inconnu. « Freud a découvert l’inconscient en étudiant l’hystérie », rappelle le psychiatre Serge Tribolet, qui a le sens de la formule : le « fou » n’a pas une case en moins, mais une case en plus! « À qui sait entendre, le délire dit beaucoup, écrit-il dans son dernier livre .

Réduire la folie à la maladie mentale est une grave erreur en même temps qu’une faute éthique! La folie n’est pas l’expression d’une carence, mais la manifestation d’une capacité supérieure, capacité à dépasser le mur de la connaissance rationnelle pour accéder à un savoir comparable à celui que pouvait transmettre la pythie (oracle grec). » Expériences chamaniques Parmi les vécus autrefois systématiquement associés à la folie, les expériences transpersonnelles sont aujourd’hui vues d’un autre œil. « Après Freud et Jung, on a découvert que l’inconscient humain est beaucoup plus vaste qu’on le croyait, souligne Mario B.

 L’esprit humain et la notion de soi peuvent varier énormément, au-delà du temps et de l’espace, jusqu’à des expériences d’identification avec tout l’univers, de conscience cosmique. »

 La psychologie transpersonnelle est aujourd’hui un quatrième courant reconnu de la psychologie aux États-Unis. Olivier Chambon, autre psychiatre formé à l’EMDR, s’intéresse désormais aux expériences de type chamanique, qui présentent à ses yeux des « possibilités insoupçonnées », autant que des « propriétés thérapeutiques originales ». Ainsi, les voies d’exploration ne manquent pas pour tenter de comprendre un peu mieux un être humain décidément multidimensionnel.

Sur le blog de Francesca Source Magazine NEXUS

Publié dans SAGESSE, TRANSFORMATION INTERIEURE, UNE TERRE D'ALLIANCE | Pas de Commentaires »

LES HATHORS : le chant de la Terre Nouvelle par Tom Kenyon

Posté par othoharmonie le 4 avril 2015

Terre nouvelle

Un des guérisseurs sonores les plus respectés dans le monde d’aujourd’hui

Tom : études de la vie et de nombreuses vies de souvenirs, avec les connaissances et l’expérience de fond afin de lui permettre de se déplacer avec une égale facilité entre le bouddhisme tibétain, égyptienne haut Alchemy, le taoïsme et l’hindouisme et les sciences relatives à chacun. 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Tom Kenyon, je crois utile d’expliquer un peu comment il travaille et comment ses « paroles » se sont révélées à lui. Le travail de Tom avec les Hathors consiste principalement en codes sonores. Appartenant à un autre univers, ces maîtres du son et de l’amour ont été invités ici par Sanat Kumara, en raison de leur nature équilibrée et du besoin d’équilibre de la Terre. Ces codes sonores sont livrés par le truchement de la voix phénoménale de tom, qui couvre presque quatre octaves, spécialement pour les participants de chaque atelier et pour le pays où cet atelier a lieu. Toutes les séances sont très différentes les unes des autres. Il n’y a jamais eu deux méditations sonores semblables.

Par exemple, j’écris ceci à Istanbul, qui chevauche l’Asie, l’Europe et le Moyen-Orient. Le Bosphore, aussi appelé détroit d’Istanbul, forme la frontière entre l’Europe et l’Asie, occupant ainsi une position cruciale pour le monde entier. Nous sommes venus y livrer des « codes sonores » s’adressant spécifiquement à cet auditoire et aussi à la Terre.

Il y a une quinzaine d’années, les Hathors ont demandé à Tom de chanter « Le Chant de la Terre Nouvelle », lui expliquant qu’il devrait alors aller l’exécuter partout dans le monde. Nous avons déjà fait le tour du monde six fois nous dit Judi Sion, déposant des codes sonores en Russie, en Ukraine, au Tibet, en Birmanie, en Autriche, en Allemagne, en France, en Egypte et dans plusieurs autres pays. Ces codes sonores pénètrent dans la terre, où ils se répandent dans toutes les directions. De plus, nous avons construit, sous la direction des Hathors, des « temples de son » au Nouveau-Mexique, au Népal et au Costa Rica. En triangulation, ces temples répercutent ces codes partout dans le monde.

Tom n’a pas l’habitude de canaliser des mots. Il canalise des sons. Il ne canalise jamais des mots en public. Quand vous lisez ses paroles, comprenez que ce processus a eu lieu en privé tandis que je transcrivais exactement ce qu’il me dictait.

Tom est un canalisateur conscient. Il est donc conscient de ce qui est dit, mais ce n’est pas lui qui parle. Ce n’est pas sa voix qui livre l’information. Avec le temps, j’en suis venue à reconnaître la voix et l’énergie de plusieurs des êtres avec lesquels nous travaillons. Par exemple, je sais reconnaître Enom, le porte-parole de HATHORS, et je reconnais toujours Marie Madeleine  . (Sanat Kumara possède une voix facilement reconnaissable ; Il faut dire qu’il est âgé de plsuierus millions d’années terrestres).

Les Hathors me font toujours relire leurs messages afin de s’assurer que tous les mots sont conformes à leurs intentions. C’est un travail très exigeant ; Un jour en Allemagne, une femme est venue me voir à l’heure du lunch, après que Tom eut produit des sons durant tout l’avant-midi. Elle me demanda à quelle heure tom ferait une canalisation. Elle ne comprenait pas que c’étaient les sons qui constituaient la canalisation. Elle s’attendait à ce qu’il s’assoie et qu’il lui fasse entendre la voix d’un esprit.

Le son pur, c’est-à-dire le son sans paroles, active l’hémisphère droit du cerveau, permettant d’énormes transformations. C’est donc là la nature du travail sonore que Tom effectue, principalement avec les Hathors et d’autres déités de diverses lignées.

Puisque ce sont les Arcturiens qui ont invité les Hathors dans cet univers, il semblait tout à fait approprié que nous aidons à rassembler les pièces du puzzle de ces deux civilisations, et le livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN   constitue le début du processus.

Ces êtres nous livrent des messages planétaires depuis 2003. Leurs Messages constituent une mise à jour de l’état de la Terre et de ses habitants. Ils comportent aussi des suggestions pour composer avec les changements qui ont lieu à l’heure actuelle. La survie est une chose. Se développer en est une autre. Les HATHORS nous disent que leur émotion la plus basse est la béatitude. Nous n’avons aucun mot pour exprimer un état perpétuel qui dépasserait la béatitude.

Leur civilisation a ascensionné collectivement, ce que je ne peux pas imaginer pour la Terre étant donné nos divisons de toutes sortes. Ils affirment toutefois que c’est possible. Ils disent également qu’un destin positif est possible pour notre planète et ses habitants, même jusqu’à la toute dernière seconde.

Propos de Judi SION dans le livre du Grand Potentiel Humain

Publié dans Guérir en douceur, Nouvelle TERRE, UNE TERRE D'ALLIANCE | Pas de Commentaires »

Une expérience du Chamanisme

Posté par othoharmonie le 14 décembre 2014

Par Yves Kodratoff

il n’y a pas un mais des chamanismes et je vais vous en présenter une version qui est «mienne» en un sens, mais je la ressens plutôt comme inspirée de celle des chamans sibériens d’avant l’URSS. Comment puis-je affirmer cela ? Pour l’expliquer, il va me falloir retracer succinctement mon parcours chamanique. 

Pourquoi ai-je été attiré par le chamanisme ?

images (4)Je suis un scientifique qui a passé 45 ans de sa vie comme chercheur au CNRS. L’habitude de la recherche, au lieu de scléroser ma façon de penser, m’a plutôt incité à ne pas craindre les attitudes non conventionnelles, tout en les analysant sévèrement. Dès le début des années 70, j’ai rejoint ceux qui se lançaient dans l’écologie et les médecines alternatives et très tôt, les faits m’ont montré que l’attitude des scientifiques à l’époque, c’est-à-dire leur soutien majoritaire au système de pensée existant, était précisément opposé à ce que nous apprend la Science. J’ai alors fait diverses autres expériences hors de la science officielle mais qui ne m’ont pas vraiment convaincu. Cependant lorsque j’ai découvert le shiatsu, puis le chamanisme, puis les runes et la mythologie germanique du Nord, je n’ai pas hésité à fouiller en dehors de la rationalité scientifique pour explorer ces domaines d’un monde moins visible et plus sensible mais qui a sa logique propre. 

J’ai bien entendu mené cette exploration en vivant diverses expériences à la limite, et même au-delà, de la rationalité. Mais ma formation scientifique m’a conduit à leur associer une recherche obstinée des textes contenant les sources originales rapportant les traces que l’on a conservées des mythes associés aux runes et aux mythologies. Au lieu de m’appuyer exclusivement sur mon vécu personnel, j’ai cherché à le comparer au vécu probable des créateurs des mythes qui m’inspirent. 

Mon parcours chamanique

Il a commencé aux Etats-Unis, il y a une trentaine d’années, avec la «Foundation for Shamanic Studies» (Fondation pour les Études Chamaniques) de Michael Harner. Il s’agit d’un chamanisme très inspiré des indiens Hopi de Californie. J’ai suivi les divers stages de formation de cette Société jusqu’au dernier, appelé l’apprentissage de la «méthode Harner». J’ai alors continué à pratiquer librement, en particulier en organisant des «cercles chamaniques» mensuels à Paris pendant 3 ans. J’ai aussi souvent pratiqué au sein d’un groupe chamanique en Autriche. Tout ceci m’a évidemment influencé et m’a apporté un certain nombre de bases sur lesquelles j’ai progressivement construit ma propre approche au chamanisme. Un exemple un peu superficiel de cette influence, mais qui a beaucoup marqué l’esprit de ceux qui ont fait du chamanisme avec moi, est celui du chant «hé ho» que nous chantons à chaque séance et que j’ai connu par une cassette vendue par la Fondation. 

Cependant, deux rencontres d’assez courte durée ont compté encore plus que les autres. Je n’ai passé que quelques jours avec Sandra Ingerman (une représentante de la Fondation qui donne de temps en temps des cours en France) mais sa «douce assurance» m’a fait une impression très forte et je l’ai absorbée pour l’intégrer dans ma pratique. Je n’ai passé que quelques heures avec deux chamans sibériens à pratiquer avec eux sans pouvoir communiquer verbalement, mais leur «stabilité violente» est venue rencontrer la forme de fureur odinique propre à la mystique des vieilles civilisations du Nord qui jouent un rôle si important dans ma vie. Ceci montre bien que ce chamanisme est loin, très loin, d’une pratique de type sagesse orientale : il comporte des chants, des danses, une libre expression des émotions, quelques fois des cris qui l’éloignent même d’un comportement social acceptable. 

images (6)C’est à cette époque, il y a un peu plus de quinze ans, que j’ai rencontré les runes et la littérature nordique. J’ai alors débuté en parallèle l’étude de deux mythologies, celle des peuples du Nord et celle des sibériens. La mythologie nordique fait souvent référence, toujours de façon succincte quant aux détails opératoires, d’une pratique de type chamanique, appelée le seiðr. Ma passion pour cette mythologie et la religion qui y est associée s’est donc très bien accommodée de mon étude du chamanisme sibérien. C’est ainsi que j’ai doucement amassé à peu près toute la documentation ethnologique existant sur les chamanismes sibériens, surtout en anglais et en allemand, et en particulier celui des paléo-sibériens du nord et du Kamtchatka, alors que le plus connu est celui des néo-sibériens, qui ont été influencés par la civilisation mongole. Toutes ces lectures m’ont imprégné jusqu’à ce que je vive moi-même certaines des expériences qu’elles rapportent. J’aime aussi intégrer à ma pratique des témoignages rapportés par les ethnologues, comme par exemple le chant du «bouleau aux feuilles d’or» bien  connu de tous ceux qui ont travaillé avec moi. 

Visualisation, vision et hallucination

Pour faire comprendre la façon de pratiquer des chamans sibériens, je commence généralement par préciser longuement la différence entre visualisation, vision et hallucination. Ce ne sont que des mots, mais ce qu’on met derrière ces mots est capital dans la pratique chamanique. Précisons d’abord la différence entre ce que j’appelle une vision et une visualisation. Pour faire court, une visualisation est une impression, toujours visuelle, que vous avez vous-mêmes fabriquée, une sorte d’autosuggestion par laquelle vous provoquez des images qui apparaissent dans votre cerveau. Une vision est une impression, souvent visuelle, qui vous tombe dessus sans que vous l’ayez provoquée. La vision vous arrive toujours comme une surprise, elle met en jeu tout le corps et non pas seulement le cerveau, et elle peut être relative à un autre sens que le visuel. Elle peut être tactile,  odorante ou gustative et elle est très souvent réduite à une simple impression, un sentiment ressenti, comme le bien-être, l’inquiétude, la lourdeur etc. Le problème du débutant est surtout de faire la différence entre une vision et une visualisation parce que nous vivons dans un monde qui pratique couramment la dernière qui laisse peu de place à la première. Presque toujours, le début des méditations dirigées que j’ai vécues dans le passé ou que l’on m’a rapportées est une demande du type «imaginez un endroit, transportez-vous dans cet endroit etc». C’est un exemple exact de ce que je viens de définir comme une visualisation. Cette façon de faire a l’avantage d’être facile à enseigner et d’être efficace pour toutes les techniques utilisant essentiellement l’intellect, mais elle a le défaut de conduire les gens à prendre leurs visualisations pour des visions. La Fondation ne recommande pas particulièrement la visualisation, mais ne donne pas d’instructions précises sur ce sujet si bien que, tout naturellement, la plupart des personnes formées par cette Fondation travaillent avec la visualisation. 

Personnellement, j’ai évité ce piège grâce à l’enseignement de mon maître de Shiatsu, Sasaki sensei, qui nous tarabustait sans cesse pour nous forcer à «descendre dans notre hara». C’est pourquoi aujourd’hui j’essaie «d’interdire» aux débutants de visualiser. Non pas parce que c’est «mal», mais parce que c’est opposé au chamanisme primitif que j’essaie de pratiquer. Cela bloque très souvent les débutants et c’est un travail véritablement très long pour eux que de devenir attentif à un ressenti corporel qui laisse place à la vision. C’est pourtant par cette attention que l’on apprend à reconnaître une vision qui ne soit pas explosive, comme le sont les premières visions douces (et totalement non visuelles) que l’on obtient quand on est capable de «descendre» dans son ventre et de mettre de côté la pensée incessante et fébrile du cerveau. 

Enfin, l’hallucination psychotique est très semblable à la vision mais l’halluciné croit que d’autres peuvent partager la même hallucination (qu’il appelle justement une vision) et surtout que son hallucination prime en importance sur tous ses autres comportements. Il y a évidemment un continuum entre vision et hallucination et le chamanisme apprend (plus ou moins, c’est un vrai problème à long terme !) à contrôler les visions afin qu’elles ne deviennent pas des hallucinations et ne soient jamais des visualisations. 

En quoi consiste le travail chamanique

images (7)Le travail chamanique, qu’il s’agisse d’une formation ou bien d’un rôle social (en tant que chaman !) est toujours explicitement relié à la mort. Dans la mesure où notre société, étrangement, se spécialise dans l’oubli de la mort, on comprend l’hostilité qu’il attire et la fascination qu’il peut exercer de nos jours. La formation chamanique, au travers de tous les détours de son parcours, est destinée à amener l’apprenti/e à connaître sa propre mort. C’est évidemment une condition d’acquisition de toute connaissance initiatique permettant d’accéder à d’autres états de conscience. Mais les buts immédiats de ce travail sont, accessoirement, qu’il puisse accueillir la mort sans peur quand ce sera son heure et, essentiellement, qu’il/elle soit capable de gérer au mieux la mort des membres de son clan. Il m’est impossible d’expliquer verbalement ce que cachent ces dernières phrases, tout comme il est impossible, selon la plaisanterie, d’expliquer à un esquimau le goût d’une orange. C’est pourquoi je dois me contenter de décrire quelques-unes des propriétés chamaniques caractéristiques qui, sans être réellement  communes, sont assez répandues pour pouvoir être comprises : la sortie hors de son corps et le contact avec des entités «supérieures» que les chamans appellent les Esprits, y compris les fameux animaux-esprits qui  occupent tant de place dans les listes de discussion sur le chamanisme. C’est ainsi que je pourrai ensuite évoquer au mieux ce qu’était et peut encore être la fonction sociale du chamanisme, la différence entre la façon de travailler des chamans et des chamanes (les «femmes-shamans») et le rôle du masculin/féminin dans la pratique chamanique. Enfin, je pourrai revenir sur le sujet central au chamanisme : la mort. 

La sortie hors du corps

La majorité des gens croit que ce phénomène est une invention, une simple imagination un peu folle. Il existe  cependant aussi quelques personnes, beaucoup plus rares, qui quittent leur corps avec une trop grande facilité. Ou bien elles savent dissimuler leur capacité et elles ont une vie difficile mais à peu près normale, ou bien elles en sont incapables et on les considère comme des malades mentales psychotiques. Avant de décrire ce qu’est la sortie chamanique du corps, voici quelques exemples de sorties du corps ordinaires. 

Il en existe de non traumatiques qui ressemblent beaucoup à une sorte de chamanisme naturel. Par exemple, chaque nuit, lorsque nous rêvons, nous sortons naturellement de notre corps. Qui ne s’est pas déjà réveillé brutalement en sursaut ? Il s’agit là d’un retour brutal dans notre enveloppe, quittée momentanément pour aller puiser dans nos visions nocturnes. Qui n’a pas aussi déjà eu l’impression d’être étranger à son corps, jusqu’à en oublier l’existence, de regarder les nuages et soudainement de voir le monde depuis leur altitude, ou encore de communiquer si intensément avec certaines personnes qu’on a l’impression d’être en eux ? Mais, plus simplement, cherchez dans votre passé pour vous assurer que vous n’avez jamais ressenti l’étrange impression d’être étranger à vous-mêmes, ceci sans avoir pris de drogue particulière. Vous avez peut-être rejeté cette impression une fois, plusieurs fois, et bien sûr, elle ne s’est plus jamais reproduite. 

Cependant, l’immense majorité des sorties du corps ordinaires sont de nature traumatique. Que violence vous soit infligée par autrui, ou que vous vous l’infligiez à vous-même par l’intermédiaire de drogues, votre seule défense est de tenter de ne pas sentir la brutalité que vous êtres en train de subir. Les fonctions vitales ne sont plus à l’aise dans ce corps maltraité et ont tendance à le quitter autant que faire se peut. Elles se distancient de ce qui est en train de lui arriver comme pour être étrangères à la violence qu’il subit. Ceci est évidemment encore plus courant lorsque la personne maltraitée est encore dans l’enfance. Tout cela mériterait évidemment de longs développements, mais je n’en parle ici que pour montrer que la sortie chamanique du corps, celle qui nous intéresse ici, n’est pas si surprenante que cela. Ce qui est surprenant, c’est qu’on puisse apprendre à la réaliser sans subir de dommages et à réintégrer son corps avec la «douce assurance» qu’enseigne Sandra. 

D’après ce que j’ai expliqué au début, nous pouvons comprendre que la sortie chamanique n’est ni une visualisation, ni une hallucination mais une vision. C’est une impression très douce, un chuchotement du corps par rapport auquel une visualisation a la force d’un hurlement. 

Donc, pour apprendre cette forme de vision, la toute première chose est de ne pas se visualiser hors de son corps, mais plutôt de ressentir comment la conscience peut se déplacer dans le corps, comment il est possible de ressentir notre propre présence dans les diverses parties de notre corps. L’exercice de base pour apprendre à sortir de son corps se pratique à plusieurs. Ceux qui ont pratiqué avec moi savent que nous formons une ronde en nous tenant par les mains et que je conseille aux participants d’essayer de n’avoir conscience que de leurs mains, puis des mains qu’ils tiennent. Ceci est un des nombreux exercices qu’on peut exécuter pour apprendre à sortir de son corps en vue du chamanisme. Il est évident que le débutant ne sait pas trop s’il a réussi ou non à sortir de son corps. Pratiquer avec d’autres personnes plus familières avec cette sensation aide beaucoup à  trouver les bonnes sensations qui correspondent exactement à une sortie du corps. Enfin, la sortie chamanique n’est pas indépendante de la place par laquelle la sortie a lieu. Sortir par son ventre, sa poitrine, sa tête ou son corps tout entier appartiennent à différentes sortes de chamanisme. 

Le contact avec les Esprits, leur «parler»

Là encore, vous pouvez douter de la santé mentale de personnes qui «parlent aux Esprits» et il me sera plus difficile de donner des exemples ordinaires de ce comportement. La raison de cette difficulté est, elle, facile à expliquer : on ne peut entrer en contact avec les Esprits qu’en sortant de son corps. Comme la majorité des sorties ordinaires du corps se font dans la souffrance, la personne maltraitée a autre chose à faire que de s’occuper des Esprits. D’autre part, les sorties non contrôlées s’apparentent en effet à une maladie mentale. La différence entre une sortie maladive et une sortie chamanique s’explique simplement. Comme pour la différence vision/hallucination, le malade n‘arrive pas à se rendre compte que ses sensations sont purement personnelles et il cherche désespérément à convaincre les autres de l’urgence à ce qu’ils ressentent la même chose qu’eux. 

Inversement, les chamans savent bien que leurs visions leurs sont personnelles et que même un autre chaman ne doit pas nécessairement avoir les mêmes. Enfin et surtout, leur comportement social reste en cohérence avec la société dans laquelle ils vivent, ils sont seulement un peu différents des autres. Dans notre société, chacun rêve d’être différent des autres, et les chamans sont donc tout à fait «normaux» en ce sens. Il est un pays où il existe une forte minorité qui ne sourit pas moqueusement quand on parle de rencontrer des Esprits, c’est l’Islande. Les Islandais connaissent deux formes principales d’Esprits des roches, ceux amicaux qu’ils appellent des «elfes» et ceux, dangereux, qu’ils appellent des «trolls». Les dépliants touristiques eux-mêmes signalent les lieux habités par des elfes à Reykjavik et le tracé de certaines routes a été modifié, à leur demande (celle des elfes !), pour ne pas les déranger. 

Contrairement à ce qu’on voit couramment faire dans diverses traditions, les chamans n’appellent pas les Esprits. Ils sentent si les Esprits n’ont pas fui l’endroit où ils se trouvent et tentent d’entrer en communication avec eux. Les Esprits décident de répondre ou de rester silencieux. Cette communication peut se faire en parlant un langage humain, mais elle est plutôt de la nature d’une vision, elle aussi. C’est le corps entier qui ressent et s’adresse aux Esprits. C’est pourquoi il est si important que cette communication ne se limite pas à la parole. Les sons, les chants, les danses font partie intégrante de la communication avec les Esprits de façon à ce que tout le corps soit engagé. Le ridicule, souvent associé à ces comportements (sauf s’il s’agit de professionnels du chant ou de la danse), dénote que, entre notre «moi» et la magie de notre environnement naturel, il existe une coupure profonde que notre société nous inculque dès notre enfance. Un sourd n’émettant que des sons gutturaux peut chanter les Esprits bien mieux qu’un chanteur d’opéra, un paralytique dans sa chaise peut danser les Esprits bien mieux qu’un danseur de ballets. J’ai souvent vu des amis sensibles à la mystique de l’arbre prendre des arbres dans leurs bras et rester collés à eux dans une communication silencieuse. Je n’en ai jamais vu, sauf au cours de cérémonies chamaniques, chanter et danser un arbre. C’est justement un des rôles du chaman de chanter et danser les Esprits. 

Les animaux-esprits («power animals»)

De très nombreuses personnes, qu’elles pratiquent ou non un chamanisme, se sentent mystérieusement attirées par un animal, et s’en servent tout naturellement pour se protéger des agressions extérieures ou pour trouver une force particulière qui leur semble nécessaire à un moment précis. Ce contact profond avec un animal constitue ce que j’ai déjà appelé une vision. Cette sensation, au moins au début, s’empare de votre corps entier mais, si vous avez l’habitude de visualiser, cette présence risque de se déplacer de votre corps vers votre intellect. Et c’est comme cela qu’une sensation délicieusement vivante de votre jeunesse peut devenir, en une dizaine d’années, un banal souvenir. Au contraire, l’habitude de penser avec votre corps tout entier vous permettra d’éviter cette perte de sensibilité. 

Si vous désirez vraiment pratiquer le chamanisme, mettons-nous d’abord d’accord sur le vocabulaire. La Fondation et presque tous les anglophones appellent ces esprits des «animaux de pouvoir» et j’avoue que cette façon de parler me dérange beaucoup. Si vous cherchez un «pouvoir», laissez tomber le chamanisme. Dans la société néo-sibérienne, au moins, les chamans ont en effet un pouvoir temporel important, mais il est associé à une vie particulièrement difficile et dangereuse. Dans notre société, attendez-vous plutôt à soulever l’ironie que l’admiration. 

J’entends aussi souvent qu’on les appelle des «animaux totems » ce qui suppose une erreur d’appréciation. Un totem est en effet un Esprit, mais il est commun à un clan, il n’appartient jamais à une seule personne. Bon… si  vous pensez faire un clan à vous seul, alors vous pouvez avoir un «totem». C’est pourquoi je n’ai rien trouvé de mieux que de les appeler des «animaux esprits». Si vous avez appris à avoir des visions qui habitent votre corps tout entier, à sortir de votre corps, alors vous n’aurez aucun problème à «rencontrer» des animaux esprits. Mais en pratique, on les rencontre avant d’être vraiment prêt pour eux, cela fait partie du travail de l’apprenti chaman. 

La consigne, hélas impérative, que je donne alors est opposée à celle des gens qui vous disent «Venez rencontrer vos animaux-(de pouvoir, -totem, etc.)». C’est l’inverse que je propose de faire : «Mettez vous dans un état tel que soyez capable de reconnaître une vision, et attendez que la vision d’un animal ou de tout autre phénomène naturel s’impose à vous». En d’autres termes, vous n’allez pas chercher «vos» (déjà ce possessif est de trop !) animaux esprits, ce sont eux qui vous cherchent ou non. Comprenez aussi que vous n’êtes pas si  important que cela pour eux et qu’ils risquent de vous solliciter avec discrétion. Si vous rejetez leurs timides avances, soyez sûrs qu’ils ne reviendront pas ! J’ai une assez grande expérience de personnes qui n’osent pas faire ce que les Esprits leurs demandent, et qui ont ensuite besoin d’un long travail pour récupérer après cette erreur.» 

Le travail des chamans

images (8)Selon les sociétés anciennes, le rôle social du chaman est toujours très important, mais pas toujours si honoré qu’on peut le croire. Nous en reparlerons dans le prochain paragraphe. Ce que je veux souligner maintenant c’est que, dans la société actuelle, c’est tout juste si le rôle du chaman n’est pas celui d’un clown. Le succès de la formulation malheureuse de Mircea Eliade, qui a donné pour titre à son livre : «Le chamanisme et les techniques archaïques de l’extase», fait croire que le chamanisme produit des états extatiques, ce qui est une absurdité. Les gens sont curieux, ils ont lu quelques bribes d’information sur le chamanisme et ils désirent «voir ce que c’est» comme ils disent. Quand ils le peuvent, ils assistent à une cérémonie chamanique en curieux et, par leur seule présence, ils dérangent ceux qui désirent faire un travail sérieux, si bien que la séance à laquelle ils assistent confirme leurs présomptions : le chamanisme c’est du bidon ! Cela m’est arrivé tant de fois, avec tant de personnes, qu’il ne m’est plus possible maintenant de pratiquer dans ces conditions un peu déshonorantes. Je suis donc obligé de n’accepter des participants que sous condition, bien que cet aspect «sélection» ne soit pas très agréable, ni pour eux, ni pour moi. 

Parlons donc du travail d’un chaman dans une société primitive. La mode américaine d’appeler les chamans des «medicine-men» a favorisé la croyance en leur rôle de guérisseurs. Ce n’est pas faux, mais très insuffisant quand on pense aux clans sibériens. Comme je vous l’ai déjà laissé entendre, leur rôle principal est de protéger le clan des âmes des morts qui restent coincées dans leur ancien environnement, que ce soit par refus de le quitter ou parce qu’elles semblent ne pas avoir réalisé ce qui leur est arrivé. Le chaman est chargé d’aide rnous appelons  le séjour des morts». Cette expression recouvre une vision que je ne suis incapable de vous faire partager. Mais, dans la vie de tous les jours, le chaman est surtout un conteur, dépositaire de la mémoire du clan, qui est capable, dans les moments difficiles, d’adapter une situation heureusement vécue dans le passé pour résoudre un problème du présent. Il est aussi celui qui sait nourrir son clan dans le respect du gibier, tout en veillant soigneusement à ce que l’âme de l’animal ne puisse trouver l’endroit où séjourne le clan. Bien entendu, il connait les plantes qui guérissent et agit en effet comme un médecin du corps et de l’âme. La magie qu’il utilise est  toujours opérative, il agit pour le bien de son clan. Il existe dans la tradition nordique un exemple de magie oraculaire très célèbre car la saga qui le rapporte l’a décrit en grand détail. Comme le montre l’analyse serrée de Dillmann, la voyante n’a aucun des comportements classiques d’un chaman. Ceci confirme mon impression que le chamanisme oraculaire n’existe pas chez les sibériens, car je n’en ai rencontré aucune description rapportée par des ethnologues, pourtant tous bien au courant de ce genre de pratique. La prévision d’un chaman sibérien a toujours le caractère soit d’une bénédiction soit d’une malédiction, elle est donc opérative. La prophétie est une autre technique de vision, étrangère au chamanisme sibérien. 

Le chaman et la chamane

Chez les néo-sibériens, le statut social du chaman est celui d’un membre dirigeant du clan. Il attire donc des candidats et plus souvent des hommes que des femmes. Néanmoins, il existe chez eux une différence fondamentale entre chamans dits noirs et chamans dits blancs qui n’a rien à voir avec ce que nous appelons la magie noire et la magie blanche. Les chamans blancs jouent une sorte de rôle consolateur, ils sont confidents des peines de chacun. Leur rôle est donc très limité, comparable à celui des psychothérapeutes dans notre société. Les chamans noirs sont ceux qui sont en contact avec les Esprits et qui ont donc charge des rôles que je viens de décrire dans le paragraphe précédent. Les hommes sont chamans des deux sortes. Il y a un nombre beaucoup plus petit de chamanes mais il semble qu’elles soient toutes des chamanes noires. En d’autres termes, il n’y a pas de pseudo-chamanes comme il y a des pseudo-chamans. Elles remplissent sans problème le même rôle que les hommes. C’est seulement dans la chasse que leur rôle peut différer. Je n’ai rencontré aucune description précise d’un tel cas où le clan devait s’adapter à cette situation. Chez les paléo-sibériens, les prêtres sont toujours des hommes, et aucune femme n’est prêtre. Mais les chamanes ont une condition sociale radicalement différente des chamans. 

D’un côté, les chamanes sont des femmes «libres» nées dans le clan. D’un autre côté, les chamans sont des esclaves masculins, aussi utilisés comme esclaves sexuels par les hommes libres. Ce fait ethnologique rappelle la fameuse phrase de Snorri Sturluson, décrivant dans l’Ynglinga saga la pratique du seiðr nordique : «Le seiðr, quand il est exécuté à la perfection, est suivi d’une si grande disposition à l’ergi qu’on dit qu’il est honteux pour un homme de le pratiquer. Cette technique était enseignée par les prêtresses». Et le mot ergi désigne précisément ce qui arrivait aux esclaves dont je viens de parler. Ainsi, chez les paléo-sibériens, le chamanisme, comme chez les Nordiques le seiðr, étaient réservés à des hommes utilisés comme objets sexuels. Dans les deux cas, les hommes ainsi maltraités, malgré leur facilité à entrer dans d’autres états de conscience, étaient considérés comme des rebuts de l’humanité dont on peut dire au mieux qu’ils n’avaient aucun statut social. 

Ainsi, on ne peut pas dire que le statut des chamans soit toujours celui d’un dirigeant, malgré le pouvoir dont ils disposent. Par contre, dans les sociétés où les chamans ont une forte reconnaissance sociale, alors le statut de la chamane est équivalent à celui d’un chaman. On a même pu repérer récemment des tribus indiennes d’Amérique où la femme medicine-man ne change pas de statut sexuel : elle est mariée et a des enfants. Elle change cependant de genre social : elle est considérée comme un homme. Il est tout à fait possible que les ethnologues «vieux style» qui ont étudié les sibériens entre le 18ème siècle et le début du 20ème aient été aveugles à ce phénomène du fait des préjugés en cours à leur époque. Un exemple amusant d’un tel comportement est qu’on ne nous a rien rapporté sur la liberté des femmes dans la société kamchadale ancienne. La seule indication que nous ayons est la plainte de Georg Steller, dans les années 1740 : il se plaignait de ce que les femmes qui acceptaient de lui recoudre ses vêtements réclamaient en retour des prestations sexuelles. Sauf ce témoignage quasi accidentel, l’image de la femme kamchadale dont nous disposons est celle d’une personne sans aucun trait marquant, et nous ne savons presque rien de leur façon de pratiquer le chamanisme. 

Plutôt que l’aspect féministe des faits que je viens de vous rapporter, il est important pour moi ici d’insister sur l’importance accordée aux chamanes chez les paléosibériens et les nordiques. En fait, les ethnologues nous rapportent maintes histoires de chamans qui avalent des charbons ardents, et autres pitreries. La malédiction prononcée par un chaman et décrite en détail par Czaplicka est une exception. Mais quand, rarement, ils décrivent le comportement d’une chamane, ils rapportent presque systématiquement que c’était «une grande chamane». Cette remarque m’a conduit à regarder d’un oeil attentif le comportement des personnes avec qui j’ai pratiqué le chamanisme, selon leur sexe. Bien entendu, l’exemple de Sandra m’a fortement impressionné, mais j’ai aussi noté que, chez les débutants, les hommes sont pour ainsi dire bloqués dans leur corps et ont une peine incroyable à ressentir leurs visions. Sans vouloir en faire une théorie rigide, il me semble donc que les chamanes ont «plus de pouvoir» que les chamans. En particulier, quand il s’agit de magie opérative, qui a donc un effet pratique autre que psychologique, je me sens souvent dépassé par des débutantes qui agissent pour ainsi dire à l’instinct, bien qu’elles aient encore besoin de longues années de travail pour réellement devenir des chamanes. 

J’ai aussi remarqué dans les oeuvres des ethnologues qu’ils insistent sur deux points quand ils décrivent ce qui est lié au sexe des chaman(e)s sibérien(ne)s. 

Le premier point est qu’ils ont remarqué des chamans portant les vêtements typiques de la femme et que souvent des chamans/chamanes se mettent en couple avec un/e homme/femme et vivent alors une vie maritale opposée à l’usage dans le clan. 

Le deuxième point est qu’ils croient pouvoir affirmer que ces comportements inhabituels dans la société  ibérienne ne sont absolument pas comparables à une acceptation en soi-même de la composante du sexe opposé. Qu’un(e) chaman(e) sibérien(ne) puisse comprendre et développer en eux la composante du sexe opposé leur paraît impossible. Mais comment valider une analyse aussi fine ? De par mon expérience personnelle et à travers les différents échanges que j’ai eus avec des chaman(e)s, je m’oriente tout naturellement vers une position contraire. 

Voici une présentation rationnelle de cette expérience. Tout d’abord, vous avez bien compris que le chamanisme nous amène à entrer en contact avec des Esprits de diverses natures. Les plus éloignés de nous sont les Esprits des roches que les Islandais nomment elfes ou trolls. Or ces contacts, issus de sensations subtiles mais profondes et que j’ai appelées visions, ne  peuvent pas prendre place sans un respect sincère pour les Esprits et ceux qui les portent, roches, arbres ou animaux. Il semble très naturel que cette sensibilité soit étendue aux êtres qui nous sont chers, quelque soit leur sexe. On peut alors parler de contact d’âme à âme et, dans ce cas,  pourquoi ne serait-il pas possible d’acquérir au moins en partie  ce qu’on admire chez l’autre ? C’est bien pourquoi, à mon avis, le chamanisme conduit nécessairement à une intégration du Féminin chez les hommes et du Masculin chez les femmes. Il est aussi évident que ceci n’a rien à voir avec sa propre libido sauf pour favoriser le contact avec ceux que votre libido vous pousse à apprécier. 

Tout ceci, en y ajoutant le statut social des chamans, explique de façon très simple les observations des ethnologues. C’est ainsi qu’un chaman sibérien peut porter des robes et rester viril : il affiche alors le fait qu’il est un aussi bon chaman que les femmes. De la même façon, dans la mesure où le statut social des hommes est supérieur à celui des femmes, les chamanes ont la possibilité de s’affirmer en tant qu’appartenant au genre social masculin. Quant à ceux/celles qui ont une libido homosexuelle, ils/elles peuvent l’assumer sans crainte, ce qu’ils/elles ne se gênent pas pour faire. 

La mort

Il m’est impossible de vous décrire en détail ce qu’est la mort d’un point de vue chamanique pour deux raisons. D’une part c’est une vision et son contenu n’est pas transmissible par la parole à toute personne qui n’a pas déjà partagé cette vision. D’autre part, c’est un but de travail dans la formation chamanique. Ma vision de la mort est personnelle, et je ne souhaite pas influencer quiconque en troublant sa propre vision de la mort. Je peux quand même vous dire que ce que j’ai vécu reflète assez bien le comportement éthique des morts durant leur vie. En fin de compte, les religions qui ont suivi et bâti sur le images (9)chamanisme, ne l’ont rejeté qu’en apparence. Elles ont seulement rajouté des notions de récompense ou de punition à une croyance bien plus ancienne qu’elles, celle que notre sort dans la mort reflète, dans une certaine mesure, notre comportement dans la vie. Depuis notre jeunesse, chaque jour, nous faisons des choix dans la façon de mener notre vie. Ces choix, conditionnent notre vieillesse et influencent notre sort après la mort. Mais c’est bien sûr à chacun d’acquérir cette connaissance et  de faire au mieux avec ! 

Conclusion

En guise de conclusion, voici de petits aphorismes qui résument l’ensemble de cet article bien qu’ils isolent des idées qui sont en réalité dépendantes les unes des autres.

Texte issu du Magazine « Païens d’aujourd’hui » 

Publié dans PENSEE MAGIQUE - LEITMOTIV et RITUELS, Philosophie de la VIE, TRANSFORMATION INTERIEURE, UNE TERRE D'ALLIANCE | Pas de Commentaires »

Mais… Où est Dieu ?

Posté par othoharmonie le 3 novembre 2013

Mais... Où est Dieu ? dans Channeling kryeona

Vous êtes là, en train de m’écouter ou me lire, et vous demandez, « Où est Dieu ? » Je vous réponds tout de suite, « Non. » Dieu est partout et nulle part. C’est impossible de répondre à cette question. Vous pourriez me dire, « Eh bien ! Il doit y avoir une réponse à cette question. L’on a souvent dit que Dieu habite dans le ciel. Là où les rues sont pavées d’or. Là où il y a plein de manoirs.

Vous pensez peut-être – d’une manière ésotérique – que Dieu vit dans ce que vous appelez « le grand soleil central ». Rien de tout ceci n’est réel, car c’est tout simplement une réplique de la cité idéale, selon votre perception 3-D. Le grand soleil central est une métaphore qui illustre un endroit. C’est l’illustration du centre de tous les atomes individuels qui existent. Dieu n’est pas un endroit, puisque le concept d’un endroit ne peut pas exister dans un état quantique.

Voici un autre exemple de l’absence de « lieu ou endroit ». Les clairvoyants de votre planète vont entrer en transe et tenter de contacter les morts, car le cerveau humain dit qu’ils sont partis. C’est parce que la notion du temps linéaire dit que l’énergie humaine de l’âme cessé d’exister. Les humains croient que l’énergie de l’âme est allée quelque part… En un endroit ou un lieu. Par conséquent, le clairvoyant qui utilise sa perception 3-D va à cet endroit et il contacte « l’énergie de l’âme qui est partie ». Il revient avec un message, et là, tout le monde est excité et impressionné. Laissez-moi vous dire ce qui s’est réellement passé. Cette entité qui a quitté l’incarnation n’est pas allée nulle part ! L’énergie de son âme est dans un espace inter-dimensionnel – non pas un lieu ou un endroit. Dans cet espace, il n’y a pas de passé ni de futur. Le temps n’existe pas, de l’autre côté du voile. Comment pouvez-vous avoir un passé et un futur, dans une dimension où le temps n’existe pas ?

Nous avons déjà dit que chaque âme qui s’incarne ou se réincarne sur cette planète, laisse une trace de son passage sur Terre. C’est un peu complexe, mais je vais vous en dire davantage dans un moment. Prenons quelques instants d’éternité pour réfléchir à ceci. Dans votre vie actuelle, toute la sagesse des expériences que vous vivez est à jamais imprimée sur la grille cristalline de cette planète. Elle est là pour l’éternité ! Il doit en être ainsi, puisque la vibration de la Terre est une accumulation constante des expériences de toutes les entités qui sont venues jouer un rôle sur sa scène. Lorsque vous déposez votre corps physique, votre départ ne diminue pas la grille cristalline de la planète, car votre énergie est imprimée dans la grille. Lorsqu’un clairvoyant entre en transe, il contacte simplement l’énergie de cette entité. L’énergie qui est imprimée dans la grille cristalline. Il ne parle pas à une âme qui est partie quelque part ailleurs. Il parlent à l’énergie de l’âme qui est restée ici.

Cependant, le clairvoyant qui est immergé dans la 3-D va honnêtement penser qu’il est allé quelque part ailleurs. Le concept du futur ou du passé n’existe pas de l’autre côté du voile. Même l’expression « autre côté du voile » est incorrecte. Savez-vous où vous allez, quand vous méditez ? Vous touchez le treillis sacré qui est toujours présent. Vous voyagez ou séjournez dans le centre de la structure atomique. Vous êtes dans un état quantique avec l’Univers et vous touchez le visage de Dieu. C’est de l’information difficile à digérer, car elle défie la texture même de votre propre logique.

Certains se disent que Dieu se charge de tout ce qui se passe pour eux, et ils ne comprennent pas du tout le système. D’autres se disent que Dieu se charge de tout ce qui se passe sur la planète, et ils ne comprennent pas du tout le système. Permettez-moi de vous demander quelque chose. Avez-vous vraiment l’impression que Dieu se charge de tout ? Pour la plupart des Humains, le système de la réalité spirituelle doit nécessairement être une hiérarchie, et la puissance de Dieu doit être au sommet. En réalité, le vrai système est ceci ; Dieu n’est en charge de rien ! Ce sont les Êtres Humains qui font la différence. Ceux qui trouvent Dieu en eux-mêmes, qui s’éveillent à la lumière, qui laissent exhaler leur lumière divine à travers eux-mêmes. Par conséquent, c’est l’Être Humain qui est en charge de cette planète ! Plus vous ouvrez cette porte et comprenez le système, plus cette planète devient lumineuse.

La confusion dimensionnelle est partout. Si vous demandez une prophétie, le prophète va de l’autre côté du voile, afin de voir ce que le futur détient pour la Terre. Tout ce qu’il voit, c’est le chaos. Les choses changent sans cesse, selon les yeux 3-D qui regardent le vide inter-dimensionnel. La perception de la logique 3-D n’existe pas dans cette dimension, voilà pourquoi elle semble illogique, mais le prophète doit la rendre logique ou sensée, n’est-ce pas ? Ajoutons cette partie du puzzle à notre petite créature – la fourmi. Elle se retrouve soudainement sur la peinture géante, sauf qu’elle réalise que le visage de Dieu change constamment. Elle revient et dit aux autres, « C’est pire que ce que j’avais imaginé ! Pendant que je m’occupais tout bonnement de mes affaires, j’ai pris conscience que les couleurs commençaient à changer sous mes pieds ! » Les autres fourmis ne comprennent pas.

Maintenant, ajoutons une dimensionnalité à cette peinture du « visage de Dieu ». Changeons les deux dimensions de la peinture pour qu’elle soit en trois dimensions. La fourmi va commencer à parcourir des collines où les couleurs changent. Sa confusion n’en sera que plus accentuée. Elle va dire, « Il y a maintenant des montagnes qui changent de couleur, mais je ne vois toujours pas le visage de Dieu. » Quand vous allez dans un espace inter-dimensionnel, vous ne verrez rien de ce que vous pensiez voir ou de ce que vous avez été entraînés à voir dans vos expériences de vie humaine. La logique et la perception claire ne tiennent plus le coup. Donc, vous prenez des décisions qui sont basées sur votre 3-D et vos expériences de vie humaine. Ces décisions ne sont pas précises, car elles reflètent seulement votre réalité, alors que celle de Dieu est illimitée.

Le futur de la planète est dans un état inter-dimensionnel. Il est représenté par tous les potentiels qui existent. Imaginez le chaos ou le semblant de chaos causé par les potentiels créés par les décisions de chaque Être Humain sur la planète ? Tout ce que vous pouvez faire est réuni dans cet espace ou dimension. Je vous ai dit que cet enseignement sera un peu difficile à digérer. Je vous prépare à comprendre le fonctionnement et la beauté du système. Il est splendide, même si vous n’y voyez que le chaos. Il est entrelacé de magnifiques fibres bien ordonnés – selon nous. À noter que je n’ai pas encore commencé à parler de la partie complexe (rires).

Au fait, je pense que je devrais éclaircir certains points avant d’aller plus loin. Qui êtes-vous ? Tout d’abord, il y a une partie de vous qui existe en trois dimensions. Celle que vous appelez Être Humain. C’est seulement une partie de ce que vous êtes, même si – dans votre perception 3-D – vous pensez être complets. C’est cette partie qui se réveille le matin, qui se regarde dans le miroir et constate qu’elle a vieilli d’un jour. C’est cette partie qui cherche encore Dieu sur la peinture géante, tout comme la fourmi, mais qui ne parvient pas à avoir une vision globale de l’ensemble ou de sa raison d’être.

Permettez-moi de vous parler un peu de qui vous êtes, car je vais en parler davantage lors du prochain channelling. Quand vous venez sur cette planète, une énergie est déposée dans les Archives Akashiques. Du fait que cette énergie travaille conjointement avec la Grille Cristalline, tout ce que vous faites durant votre incarnation devient partie intégrante de Gaia. Il y a également une autre merveilleuse partie de vous, celle que vous appelez votre Soi -Supérieur. L’on pourrait dire que c’est le parent de votre âme ou de votre individualité. Je viens de décrire trois parties de vous, mais la seule dont vous êtes vraiment conscients est celle que vous voyez dans votre miroir. Lors de vos réincarnations, votre Soi -Supérieur ou Divinité -Intérieure ne change pas, même si vos corps physiques sont différents.

Je m’explique. Votre Soi -Supérieur sait et connaît tout ce que vous avez été. Il connaît toute l’histoire de votre planète, car c’est toujours cette même partie de vous qui était ici ! Voilà que ça se complique encore un peu plus. Dans ce système inter-dimensionnel de potentiels, il y a d’autres pièces ou fragments de vous qui sont de l’autre côté du voile et qui vous aident. Il ne peut en être autrement. Pensez-y. C’est l’explication du système de la co-création. Comment pouvez-vous co-créer sur cette planète, avec seulement une partie de vous ? Même si vous êtes une pièce du moteur de ce système, vous devez toutefois être les multiples pièces du moteur de votre propre réalité. Une pièce d’un moteur ne demande pas aux autres pièces de l’aider. Elle doit jouer son rôle dans ce système, sinon la co-création n’a pas lieu. Vos énergies multiples travaillent de concert, afin de créer la  » synchronicité « . Selon l’ancienne doctrine, vous ne pouvez rien co-créer.

Maintenant, appliquons cela à la fourmi. Pendant qu’elle se promène sur l’image, les couleurs et la topographie changent sans cesse, et elle est frustrée. Elle a laissé tomber, car elle a vu trop de choses insensées. Elle a fait sa propre rencontre ! Elle se dit, « En plus d’être inhabituel, ce visage de Dieu change et bouge tout le temps. Partout où j’allais je voyais mon visage. Peu importe où je vais et ce que je fais, je suis toujours sur le visage de Dieu ! » En effet, c’est le système.

Il y a vraiment un certain ordre dans ce système, mais je ne n’ai pas fini de vous parler des choses complexes. En plus des parties ou fragments de vous qui sont dans cette soupe inter-dimensionnelle et chaotique, il faut aussi tenir compte de qui vous avez été sur Terre. L’enregistrement de vos vies antérieures est ce que vous appelez « Archives Akashiques ». Ces archives sont en 3-D, tout comme vous. Il y a des Lémuriens qui sont ici, et ils savent de quoi je parle. Vous, les Lémuriens, combien de fois êtes -vous venus sur Terre ? Vous, les Shamans, qui vous retrouvez assis sur ces chaises en tant que guérisseurs… Vous qui êtes si intéressés à l’énergie de guérison du treillis… Il vous a fallu combien d’incarnations pour finalement arriver jusqu’ici ? Cinquante ? Cent ou plus ? Si je pouvais vous présenter toutes les personnes que vous avez été, comment vous sentiriez-vous ? Laquelle de ces personnes « de ce que vous pensez être votre passé » souhaitez-vous être ?

Depuis quelques années, nous enseignons que les vies passées ou vies antérieures n’existent pas. Il y a seulement les vies du moment présent, car elles sont toutes dans la Grille Cristalline. Cela signifie que lorsque vous arrivez sur cette planète, peu importe qui vous êtes dans votre état inter-dimensionnel, toutes ces vies sont en activité sur la grille. Dès que vous revenez ici, le fonctionnement du système les réintroduit dans votre ADN ! Tous les rôles que vous avez joués se retrouvent en vous. Voilà pourquoi vous êtes si différents les uns des autres, dès votre naissance.

Béni soit l’Être Humain qui ouvre son coeur et qui permet à l’Akash de se déverser en lui, car il peut voir le travail accompli conjointement par ces vies et par sa vie actuelle. Il voit les anciennes âmes et le lignage de leur passé. Il voit les âmes sœurs ou flammes-jumelles [NDT : plusieurs noms peuvent être attribués à l'expression anglaise "soul mates"], car leurs empreintes sont « gravées » à jamais dans la Grille Cristalline. Le système est d’une grande beauté, mais il vous semble déconcertant.

Notre message de demain aura pour but de dissiper la complexité de cet enseignement, afin de le rendre plus sensé ou moins insensé, selon votre préférence. Par conséquent, ces deux channellings doivent êtres considérés comme une paire. Je viens de vous dire que chaque fois que vous venez ici, vous laissez votre marque personnelle avant de repartir. Je vous ai dit qu’il y a des multiples parties de vous qui sont de l’autre côté du voile, ce que vous appelez « inter-dimensionnalité ». Vous êtes magnifiques, sur cette planète.

Des parties de vous ressentent intensément cet enseignement, et elles disent, « Ces autres parties sont mes guides quand je suis en incarnation. » Vous avez raison ! D’autres sont sur la même longueur d’onde, et ils disent, « Les anges sont avec moi. » Vous avez encore raison ! En réalité, vos guides et vos anges sont vous. C’est vous qui êtes avec vous. Voilà pourquoi le contact avec l’Esprit vous semble si exquis. C’est une sorte de réunification. Toutefois, quelques-uns vont dire, « Je n’aime pas ça. Je n’aime pas cette idée de « moi avec moi ». Je veux quelque chose de plus grand. Je veux être avec quelqu’un qui est très important et très grand. » Cet autre vous est important, car il est également une partie de Dieu. C’est l’être éternel que vous êtes. C’est la créature évoluée du Dieu que vous êtes. Cette énergie demande que vous compreniez une bonne partie de ces choses embrouillantes qui composent la multiplicité de votre Être Magnifique.

Vous n’êtes plus aux temps où pouviez entrer candidement dans un édifice comme celui-ci et espérer que Dieu fasse quelque chose pour vous. Vous avez évolué ! Vous venez dans cet endroit pour trouver votre propre maîtrise, pour comprendre votre famille, pour réaliser que c’est vous qui créez les manifestations, et pour commencer à développer votre divinité intérieure. Le système est magnifique. Il est conçu pour vous, et il est rempli de chansons, de mélodies ou suites harmonieuses. Ce sont les seuls mots que je peux utiliser pour tenter de définir cet aspect du système. La plupart du temps, la musique adoucit les moeurs et comble votre coeur de joie. Vous pensez qu’elle existe seulement de votre côté, n’est-ce pas ? Pensez-y deux fois. Ah ! J’ai de la musique pour vous. Quand nous nous reverrons, il y aura de la musique et des choeurs de chant. Vous allez bondir en avant, dans la lumière, et chanter devant le visage du Dieu dont vous faites partie. Ce sera plus fort que vous, vous ne pourrez pas vous en empêcher. Le saviez-vous ? Vous serez emplis de joie et vous chanterez la joie. L’amour de Dieu n’a aucune loi. C’est le message de Kryeon. L’amour de Dieu est rempli d’unité et de compassion.

Je suis Kryeon, et je vous parle par l’entremise de mon partenaire depuis 18 années. Je n’ai jamais au grand jamais dit que je suis la seule source valable, la seule que les Humains devraient écouter, car il y a des parties de Dieu qui sont partout. Ce sont les Êtres Humains qui canalisent des entités qui délivrent un enseignement profond. Utilisez votre discernement et votre ressenti. Unifiez ces messages dans le but d’élargir votre perception et compréhension. Ne placez pas de mur autour d’un enseignement particulier, en disant, « Ne lis par untel ou unetelle. » Soyez attentifs. Si un channelling vous dit d’agir ainsi, soyez à l’écoute de ce que vous dit votre coeur. Demandez-vous si c’est vraiment Dieu qui parle de cette façon. Dieu est vous et la famille. Il est ouvert à tous et chacun, puisque vous êtes tous inter-reliés. Le sens de mes messages n’a jamais changé, et jamais il ne changera.

Ce moment est propice pour parler de guérison. Combien parmi vous commencent à comprendre QUI ils sont ? Que diriez-vous de vous guérir par vous-mêmes, ce soir ? Est -ce trop demander ? Le permettriez-vous ? Avez -vous vraiment besoin de demander à Dieu de le faire pour vous ? Préféreriez-vous demander à Kryeon de le faire pour vous ? Je n’ai pas votre pouvoir de guérison, mais j’ai la réponse. Vous comprenez ? Pouvez-vous entrer en vous-mêmes et commencer à voir votre majesté ?

« Kryeon, c’est trop difficile, vraiment trop difficile. Je préfère aller voir un guérisseur, m’asseoir là, et être guéri par une puissance supérieure à la mienne. » En effet, c’est ce que vous préférez ! C’est une bonne réponse, car l’humanité ne comprend pas sa puissance. La guérison fait partie du système de Dieu qui a été créé par les Humains. Ce système sacré fait partie de vous, et il est prêt à vous apporter la guérison que vous êtes venus chercher. Il vous suffit seulement de réclamer votre maîtrise… De comprendre que vous faites partie de cette Terre et de ce système. (pause)

La seule chose que je puisse faire est de vous inviter à voir cette lumière. Je ne peux pas toucher personnellement votre coeur. Je ne peux pas amener votre cerveau à penser différemment.

N’oubliez pas que vous êtes dans un endroit sûr, en ce moment. Oui, il y a des anges magnifiques qui sont ici. Ils n’ont pas de peau et des ailes comme vous, mais ils ont des noms qui sont chantés dans la lumière. Ils sont des morceaux ou des parties de ce que vous appelez votre lignage. Quelques-uns représentent des êtres chers qui ont quitté cette planète. Ils sont ici. Doutez-vous de ce fait ? Pouvez-vous sentir leur présence ? Vous les connaissez, puisque vous avez passé plusieurs années avec eux. Vous connaissez leur essence. Permettez que leur essence flotte autour de vous. Permettez que votre amour entende l’émotion de leurs coeurs. Si ce que je vous ai dit aujourd’hui est vrai, alors vous marchez avec eux chaque jour, dans un espace inter-dimensionnel. Me croyez-vous ?

Permettez-leur de vous regarder et vous dire, « Vous avez bien agi, et nous sommes fiers de vous. » Est -ce trop grandiose pour vous ? Eh bien, il y a plus à venir ! À demain.

Et c’est ainsi.

Kryeon

Canalisation SOURCE : http://www.kryon.com/menuKryon/menuKryon.html

 

Publié dans Channeling, DIEU | Pas de Commentaires »

Communiquer avec le divin

Posté par othoharmonie le 20 septembre 2013

 

par Claude Traks

 Communiquer avec le divin dans DIEU telechargement-32

  1/ Depuis la nuit des temps, les hommes veulent communiquer avec le Divin et nombreux sont ceux qui prétendent avoir LA connexion ! 

Mais comment savoir si on entend, reçoit, perçoit des messages qui proviennent bien du Divin ? Et puis qu’est-ce que c’est que le Divin ? En effet, même si les hommes modernes l’ont oublié, le but même de la vie pour une âme, c’est d’apprendre à communiquer avec les différentes dimensions (visibles ou invisibles) avec bien sûr une préférence pour les Mondes Divins. 

Les religions, les prêtres, médiums et autres shamans prétendent chacun « être connecté » au Divin, mais peuvent-ils le prouver ? 

  2/ Cette question est plus importante que vous le croyez, car le jour où l’on meurt (même si on appelle ça sortir de son corps physique), si on ne sait pas définir ce que sont les mondes divins, comment pourrez-vous le savoir quand vous serez rentré « à la maison » ? 

Certaines traditions bouddhistes nous disent que le but de la vie c’est d’apprendre à mourir afin de se libérer des cycles de réincarnation. 
Cela sous-entend bien qu’on va quelque part en « mourant » et que si on ne trouve pas ce « quelque chose » on va rester enfermé dans « quelque chose d’autre » ! Donc, je te conseille de bien lire ce qui suit, car un jour ou l’autre, tu en auras grand besoin ! Mais accroche-toi bien, car il va falloir remettre en question à peu près tout ce que tu as appris. 

En effet, si « après ta mort » tu pars à la recherche d’un barbu dans un nuage, d’un paradis et d’un enfer comme t’en parle la Bible, d’une hiérarchie bien structurée d’Anges et d’Archanges qui jouent de la trompette, ton âme risque de se perdre dans l’astral qui est une espèce de faux monde Divin où toutes les pensées des hommes prennent forme. La plupart des chercheurs de vérité ne dépassent pas vraiment le stade de l’astral ! 

  3/ Tu vas tomber de haut car j’affirme que la quasi totalité des prêtres, shamans, médiums et autres investigateurs de l’invisible, ne se connectent absolument pas aux mondes Divins, mais bien à de « faux mondes Divins »… Et la preuve que j’en donne, c’est qu’ils ne sont pas porteurs des valeurs/piliers Divins qui remettent en question les valeurs/piliers du patriarcat ! Et donc, j’affirme que le travail de la quasi totalité des enseignants et autres guérisseurs ne sont pas là pour libérer l’humanité mais bien pour peindre la prison en rose… Même s’ils sont persuadés du contraire

  4/ J’affirme que ces infos ne pouvaient pas être divulguées avant 2012, car il s’agit ni plus ni moins des conclusions auxquelles chaque âme qui veut se reconnecter à son Esprit devrait arriver un jour. Si elles sont divulguées aujourd’hui, c’est car il n’y a pas assez d’humains « guéris » (des virus patriarcaux) que pour reprendre cette planète en mains… Alors comme il y a urgence pour certains, la décision a été prise de lâcher cette clef, même si cela reviendrait un peu à donner les réponses d’un examen de manière prématurée… De toute façon, la majorité a été tellement conditionnée par la culture patriarcale qu’elle sera incapable de comprendre l’importance de cette clef. 

  5/ Ce message pourrait se résumer en quelques lignes : les modes de vies, valeurs, et logiques de pensée des mondes divins sont quasi exactement à l’opposé des valeurs, logiques et croyances des cultures dites « patriarcales ». 

Donc, lorsque vous voulez savoir si un être est proche du Divin, parlez lui de sa culture afin d’essayer de jauger sur quels piliers elle repose. Ceci peut avoir de nombreuses implications. L’une des plus importantes d’entre elles c’est que tout shaman, prêtres, guérisseur, médium qui ne dénonce pas le caractère anti naturel et pervers des modes de vie patriarcaux, ne peut pas aider une âme à vraiment se libérer, vu que le but c’est de se guérir des virus mentaux et émotionnels de ces mêmes cultures patriarcales. 

  6/A la lueur de la psychologie, analysons en quoi les piliers des cultures patriarcales sont bien là pour faire souffrir et diriger l’Humanité vers le Chaos. 

Dans les 2 articles qui suivent (Soleil Levant d’avril et de mai) je prendrais quelques exemples parmi les mensonges sur : la manière de se nourrir, de manger, de procréer, de donner naissance, d’élever, de dormir, de se guérir, de prier, de donner naissance, d’élever des enfants en famille nucléaire et de se marier… 

  7/ Une fois que vous aurez compris les mécanismes psychologiques qui font que la culture patriarcale nous enseigne exactement l’opposé des lois de la vie, de l’Amour et de l’évolution, alors vous aurez commencé à remettre des bases éternelles dans votre psyché afin que votre âme retrouve des piliers plus sains pour fonctionner. 

« Et la vérité vous libérera » ! Sache aussi que ce n’est pas trop grave (qui t’amène dans des fréquences plus basses, plus graves) si tu n’arrives pas à vivre tout à fait en harmonie avec les Lois de la Vie. Bien sûr, il est essentiel de « tendre vers » un maximum, pour justement se rapprocher de « l’essence du ciel », mais le plus important c’est que tu sois le plus en accord possible avec elles à l’intérieur de toi-même, que tu sois au moins d’accord en théorie ! Il est non seulement acceptable qu’il y ait des différences entre ce que tu ES et ce que tu voudrais être, mais c’est aussi extrêmement sain ! 

  8/ Il est possible que ton âme reconnecte son État d’Esprit originel éternel ici et maintenant ! 

Pour cela, elle doit tendre vers le fait d’enlever tout ce qui en elle soutient les piliers des cultures patriarcales. 
Lorsque l’âme rejoint son Esprit, on appelle cela une ascension, ou une descente de l’Esprit dans les corps, question de point de vue ! Cette connexion amène la Conscience à ce que la culture chrétienne appelle le niveau christique. On devient donc un christ. Nous expérimentons tous des instants de niveau christique au cours de notre vie. On devient un christ lorsque cette connexion se stabilise ! Comme il est difficile de développer cela en si peu de mots, lis mon livre « 2012 n’est pas une blague… ». Si t’a peu ou pas d’argent tu peux même proposer ce que tu veux sur claudetraks.com 

  9/ Un autre point de vue sur LA vérité c’est que nous vivons dans une sorte de jeu vidéo interactif qui est fait pour nous dégoûter à tout jamais des modes de vies éloignés des Lois de l’Amour. 
Lorsqu’une âme a vraiment compris et intégré cela, elle retrouve ses pouvoirs Divins qui ne peuvent pas se développer tant qu’un être ne vit pas en harmonie suffisante avec les Lois de l’Amour. Aucun de nous ne sera jamais puni, nous sommes tous immortels, mais tant que nous ne sommes pas en réelle Harmonie avec les Lois de l’Amour, « notre personnalité » re-mourra le nombre de fois nécessaire à ce que la graine prenne la bonne direction et la tienne ! 

Si l’ascension (reconnexion) de l’Humanité survient le 21 décembre 2012, tout ce qui dans ce monde n’est pas en harmonie avec les Lois de l’Amour (l’opposé des valeurs et modes de vie patriarcales) sera ramené de force dans la nature éternelle de la vie. D’ici là, comme depuis la nuit des temps, des âmes se reconnectent (ascensionnent) à leur Esprit et retrouvent l’immortalité tous les jours. 

  10/ Et si tout cela vous choque alors dites-moi ce qui définit pour vous le mieux un monde Divin ? Est-ce un monde où le but est de souffrir le plus possible ? Car n’oubliez jamais que notre culture judéo-musulmo-chrétienne repose sur le concept « au plus tu souffriras dans cette vie-ci au plus tu auras de chance d’aller au paradis ». 

Un jour un ET (un Extra-terrestre, t’as bien lu !) m‘a dit qu’il fallait vraiment être très « loin » pour laisser des êtres qui disent « au plus tu souffres dans cette vie-ci, au plus tu as de chance d’aller au paradis », nous dire comment élever nos enfants, comment s’aimer, comment se nourrir… C’est vrai mais je n’y avais jamais pensé avant ! C’est pourtant tellement simple et évident à comprendre ! Mais pour finir, peut-être que la manière de comprendre cette apologie de la souffrance c’est : « au plus tu souffriras à cause de cette culture patriarcale et au plus tu auras de chance d’en être tellement dégouté que tu ne voudras plus t’éloigner des Lois de l’Amour. » 

  11/ Mais ce n’est qu’en te souvenant d’où tu viens et pourquoi tu es venu ici que tu comprendras et que tu réaliseras les raisons mère veilleuses qui t’ont poussé à vivre cette expérience. Car non seulement le travail que tu fais sur Terre Gaïa est très important, mais en plus, que tu es un être unique, irremplaçable et la création t’aime et t’accompagne dune manière profonde et éternelle. 

  12/ Quasi toutes les traditions nous disent qu’on attend un message qui va libérer l’Humanité 

(LA CONNAISSANCE TE LIBÉRERA !). J’affirme que j’apporte une partie de ce message. Bien sur il faut l’étudier en profondeur afin de bien comprendre comment la culture dite patriarcale PROVOQUE DES SOUFRANCES INUTILES. En tout cas sachez que si vous n’êtes pas prêt au moins intellectuellement à accepter que des concepts comme le mariage, l’exclusivité dans le couple, le non apprentissage du sexe, l’élévation des enfants dans une famille nucléaire (papa, maman et les enfants) sont des modes de vie sados masos à éviter, alors comprenez que votre âme (dans le sens personnalité) devra être recyclée tôt ou tard. Ce n’est pas grave car ton Esprit est immortel, mais vous devrez un jour recommencer cette aventure jusqu’à ce que vous soyez prêt à mourir plutôt qu’à soutenir un système avec de telles valeurs qui hypothèquent l’avenir des enfants (petits et grands). Car comprenez bien la logique de l’école Terre Gaïa. Si on veut se rapprocher du paradis, comprenez bien que des modes de vies aussi éloignés de la nature des choses ne pourront plus exister. On ne peut plus accepter l’élévation des enfants dans un cadre où ils seront en manque d’attention car sinon, ils courront toute leur vie après l’amour des autres et les possessions matérielles, quitte à faire des guerres et à détruire la planète ! 

  13/ Mais ne négativisons pas, car la vie est bien faite, nous sommes tous immortels et nous évoluerons toujours. 

Tu es une partie unique et irremplaçable de la création. Chacun de nous est une Divinité dont les pouvoirs n’ont de limites que leur imagination. Pour de nombreuses raisons, notre Conscience a choisi de faire cette expérience de se « mettre en congé de sa Divinité intérieur ». Et c’est pour nous couper de ces pouvoirs que le Vatican (et leurs religions partenaires) nous offrent cet enseignement qui est fait pour empêcher notre être de Lumière de vraiment s’incarner. Donc, merci aux religions ! D’ailleurs ces religions ne sont pas « le mal » non plus… Elles font partie de l’école, même si la vraie Vie (dans le sens éternelle) est ailleurs. Donc, si tu choisis de suivre leurs conseils et de voir où ça te mène, c’est que c’est ta voie ! 

Cela n’empêche que nous visons une période extrêmement rare et précieuse (CF. mon interview dans Soleil Levant Février) Plus que jamais OSE vivre tes priorités là, tout de suite ! Je te jure sur la tête de mon âme – Même si je ne sais pas si ça existe, mais soit… – t’es un Dieu, t’es une Déesse… Vas-y, plonge, mets toi en danger si nécessaire, deviens le super héros que t’a toujours été ! 

C’est maintenant que ça se passe ! Il n’y a pas à avoir peur de tes peurs ! Si tu savais à quel point tout est mis en œuvre pour t’aider et que cette aide est démultipliée à l’infinie dès que tu fais tes premiers pas ! 
D’ailleurs, il paraît que lorsqu’on sait tout sur tout, le résultat est un immense fou rire. 

« Comment des piliers du patriarcat comme mariage et la famille nucléaire servent-ils la logique des religions qui disent : « au plus tu souffres dans cette vie-ci, au plus tu as de la chance d’aller au paradis ensuite… » 
  www.claudetraks.com

Publié dans DIEU | Pas de Commentaires »

LIVRE VI – page 184

Posté par othoharmonie le 25 juin 2010

 LIVRE VI – page 184 dans A et B Franchir_Seuil

KRYEON  - aux éditions ARIANE par Lee Caroll 

Franchir le seuil du millénaire 

 Les systèmes de croyances spirituelles  Les systèmes de croyances répartis sur l’ensemble de la planète seront déchirés par le changement. Ô, ils survivront, mais il n’y aura plus d’hésitation en ce qui concerne les anciennes voies qui ne fonctionneront plus. Ceux qui ont toujours l’amour de Dieu à la bouche mais qui ne le pratiquent pas jouent un double jeu, n’est-ce pas ? Ceux qui tentent désespérément de respecter les lois de Dieu mais qui, en réalité, suivent les lois humaines, sont assis entre deux chaises, n’est-ce pas ? En outre, le monde commence à leur demander des comptes à propos de leurs enseignements. Comme l’ensemble de la population de la Terre peut l’observer (grâce aux techniques modernes de communication telles qu’Internet), certains systèmes apparaîtront comme déséquilibrés, et les gens qui ne furent jamais attirés par la spiritualité deviendront les premiers critiques de doctrines qui ne suivent pas les enseignements qu’elle professent. Par conséquent, le résultat sera le suivant : il y aura de moins en moins de jeunes gens dans leurs ranges et de nombreuses organisations péricliteront à cause du manque de respect de leur adeptes.   

Ce qui doit se passer ensuite sera une recherche de la divinité au sein des croyances doctrinales fondamentales – un retour aux principes de l’amour. Vous constaterez cela tout d’abord dans les systèmes de croyances de la planète, et si vous êtes attentifs aux événements mondiaux, vous pouvez d’ores et déjà le constater (voir page 198). Les plus grands leaders spirituels qui sont en quête du divin sur votre planète en conviennent en cet instant même. Nous avons déjà parlé de cela avec vous. Voici venue la fin du temps où l’on pouvait s’asseoir entre deux chaises. Voici le retour de la quête de l’intégrité, de la moralité dans la recherche de l’amour de Dieu et de l’essence même de la famille.   

Dans cette nouvelle énergie, vous allez éprouver certaines difficultés à professer une chose et à agir différemment. Si c’est le cas, vous êtes entre deux chaises. Ceux qui disent : « je vais me contenter de ne pas bouger d’ici. Je sais ce que Kryeon a dit, néanmoins, je vais rester ici » vont se retrouver dans une situation extrêmement inconfortable. Vous apercevrez chaque jour davantage cette « rage  spirituelle » – ceux qui sont si en colère. Peut-être sont-ils en colère contre Dieu, ou contre eux-mêmes ; en réalité, ils l’ignorent. Ils savent simplement qu’ils sont sur le point d’être éjectés de la place confortable qu’ils occupaient. Ainsi, il ne faut plus hésiter !   

Les systèmes spirituels de notre planète vont être dépoussiérés. La plupart survivront, et au cours de ce processus, ils s’approcheront davantage de l’intention originelle de ceux qui les créèrent ; célébrer l’amour de Dieu d’une façon qui honore l’humanité au lieu de la détruire.   

 Un recul de l’énergie ? 

Vous allez assister à ce phénomène dans d’autres secteurs, mais laissez-moi vous préciser une autre chose à laquelle vous devez être attentifs – un autre genre de rage. Ce phénomène a déjà commencé. Nous le désignerons par « ceux qui ne peuvent croire que les prophéties ne se sont pas réalisées ». Très chers, au cours des prochaines années, vous allez assister à certains revirements. Il se peut que vous en soyez les témoins et déclariez : « Vous savez, notre Terre semblait allez tout à fait bien jusqu’à ce que  nous arrivions ici. Il semblerait maintenant que certaines des choses positives qui se déroulaient jusqu’à présent soient en train de s’inverser« . Combien de promesses de paix sont en train de s’évanouir ? Combien de problèmes politiques et tribaux ont abouti à une impasse ? Avez-vous eu connaissance de récents accords qui ont été tout simplement rompus ? Que se passe-t-il donc ? Est-ce cela, la nouvelle énergie ? 

Vous constaterez également que certaines initiatives seront prises à propos de problèmes laissés sans solution depuis bien longtemps. Les choses qui semblaient figées se résoudront d’elles-mêmes, alors que d’autres donneront l’impression de retourner au chaos. Permettez-moi de vous dire quelques mots à ce sujet. Sur cette planète, il y a ceux qui vénèrent la vieille énergie – ceux qui se sentent mal à l’aise avec la nouvelle et qui sont furieux devant le nouveau langage qui s’installe ici. Ces gens-là tenteront jusqu’à leur dernier souffle de faire en sorte que les anciennes prophéties se réalisent et cela durera un certain temps. 

Ils sont convaincus que les prophéties auraient dû se concrétiser, mais que d’une façon ou d’une autre, ce ne fut pas le cas. Ils se demanderont si, par hasard, ils ne se sont pas écarté du plan divin et tenteront de vous attirer à nouveau de l’autre côté de l’abîme qui s’élargit, de manière à obtenir leur propre rédemption. La seule choses qui surviendra est pourtant la suivant : ils tomberont dans le gouffre ! Au cours de ce processus, nous voulons que vous observiez attentivement et que vous vous souveniez que nous aimons ces gens-là autant que nous vous aimons. Comme vous, ce sont des membres de la famille. Il s’agit de leur choix et de leur décision sur cette planète du libre arbitre. Ce que je veux vous dire, en somme, c’est que certains membres de la famille tenteront de vous retirer ce qui a été acquis – le dernier halètement d’une Terre dans la vieille énergie. Vous apercevrez certains renversements apparents, jusqu’à ce qu’ils abandonnent. Certains ne changeront jamais et d’autres recevront une révélation dans la mesure de la promesse qui leur est offerte maintenant dans leur vie. Il appartient à chaque individu d’accepter ou de refuser la réalité de son nouveau train personnel. 

La tolérance 

Savez-vous quel est l’un des grands problèmes que cette Terre ne tolérera plus ? L’intolérance ! (rire). Vous ne l’accepterez pas. Vous commencez d’ailleurs à vous en rendre compte. Certains systèmes de croyances ont senti une certaine pression s’exercer sur eux, due au fait qu’ils n’étaient plus tolérés par ceux qui les entouraient. Il se peut qu’ils imaginent que leur boîte a été harcelée (allusion aux différentes religions). Cependant, ce n’est pas le cas. C’est leur intolérance et non leur doctrine, qui est surveillée. L’intolérance apparaître à tous. De nombreuses personnes diront : « Je reconnais cet acte ambigu et je ne l’accepte pas« . Il est étrange, n’est-ce pas, que tant de personnes qui ne se souciaient pas de moral auparavant se transforment soudainement en gardiens de la spiritualité ? Les non-spirituels devenant les accusateurs ? Que se passe-t-il ? Cela s’appelle « cesser de jouer un double jeu ». Cela ne concerne pas la religion. Il s’agit réellement de divinité non enfermée dans une boîte (la spiritualité libérée de toutes les doctrines et organisations qui l’accompagnent) ! Nous qualifierons ce phénomène de nouvelle spiritualité personnelle.

Les transformations personnelles chez soi 

Certains se trouveront dans une position neutre à titre personnel. Je ne fais pas allusion ici aux nations, ni aux religions, ni à toutes les autres boîtes, mais je me réfère à l’individu, c’est-à-dire je le répète, à une spiritualité personnelle. Très chers, vous allez devoir prendre position ! Certains ont interprété ceci en me posant la question suivante : « O Kryeon, cela signifie-t-il que je vais perdre les hésitants de ma famille ? Vont-ils disparaître dans le wagon de la vieille énergie qui se détache ? » Pas du tout.  Souvenez-vous qu’ils sont tout aussi capables de suivre votre voie que de s’en éloigner ! Ne plus être entre deux chaises ne veut pas dire tomber entre les deux. Cela sous-entend introspection et prise de conscience. Il y aura des changements – la fin de la neutralité, car vous ne pouvez demeurer dans la nouvelle énergie et prétendre que rien ne s’est passé. Dans le cas contraire, vous niez l’évidence, et cela provoque déséquilibre et colère… une rage spirituelle. Cela signifie simplement que nombreux seront ceux qui vont se poser des questions à propos de leur véritable personnalité.   

  

Changement personnel sur le plan professionnel 

Travailleurs de la lumière, ces dernières années, quelque chose d’unique s’est produit. Vous êtes nombreux à vous être réveillés à trois ou quatre heures du matin. Vous vous sentiez mal à l’aise. Vous avez tenté d’ouvrir des portes qui refusaient de céder (une métaphore représentant les choses ne semblant pas fonctionner). Des tas d’événements désagréables ont eu lieu alors que nous nous dirigions vers le seuil du nouveau millénaire. Se trouver au cœur même d’un changement important n’est jamais plaisant. Dorénavant, l’énergie que vous aviez réclamée se répond – cette énergie que vous avez créé. C’est désormais à votre tour ! Mais soyez très attentifs à sa véritable signification. 

Certains ont dit : « Je suis impatient de pénétrer au sein de cette nouvelle énergie, car je vais finalement pouvoir me débarrasser de cette personne, à mon bureau. Dieu m’en délivrera« . Il n’en est pas ainsi. Ces personnes, comme vous le savez, avaient parfois le don d’agir d’une façon frustrante pour vous, mais soyez maintenant attentifs au fait que ces « boutons » qu’elles pressaient si allègrement au cours de leur interaction avec vous se déconnecteront. Vous êtes au sein de la nouvelle énergie. Peu importe ce qu’elles feront : tout ce que vous aurez à faire consistera à les aimer. Cela sera de moins en moins difficile et vous trouverez dorénavant l’énergie d’amour beaucoup plus facile d’accès. Ainsi, vivre dans le maintenant et échapper de ce fait à leur drame personnel ne sera pas aussi ardu et l’énergie d’aujourd’hui vous aidera durant cette épreuve. 

Là où il y avait « du sable dans vos huitres », il n’existe plus d’huitres aujourd’hui ! Elles se trouvaient dans le wagon de l’ancienne énergie qui est resté derrière. Très chers, vous repartez présentement sur de bonnes bases. Lorsque quelqu’un vous irrite et tente « d’appuyer sur les boutons » de votre personnalité, vous comprenez maintenant la sagesse de leur voie, qui est cette personne et la raison de sa présence dans votre milieu. Vous vous transformez en êtres sereins ! La sagesse et l’amour métamorphosent l’irritation, et cela est extrêmement intéressant. Que peuvent faire les autres lorsque vous ne réagissez plus ? Que peuvent ils faire quand vous n’éprouvez plus aucune crainte ? Soyez attentifs. Certains abandonneront leur attitude passée et deviendront vos meilleurs amis. Certains commenceront à vous poser des questions. Certains commenceront même à maintenir une certaine lumière,  chose que vous n’auriez jamais cru possible de leur part. Ils ont quitté leur place entre les chaises et ont décidé de se joindre à vous ! 

 

 Cuirassage 

A propos d’expansion, nous allons maintenant revoir quelque chose de très important pour plusieurs d’entre vous. Certains se souviendront peut-être du dernier channeling. Du fait de la limitation de leur champ à un mètre seulement depuis des éons, beaucoup d’entre vous ont ressenti une inconsistance spirituelle au niveau cellulaire. Les guérisseurs et les travailleurs de la lumière « savaient » qu’ils étaient plus grands que cela. Ils le sentaient. Pour pouvoir à la fois obtenir la protection de l’ancienne énergie et tenter de développer dans le giron d’une énergie qu’ils percevaient intuitivement comme leur essence propre, ils l’on dénommé l’action entreprise par les êtres humains qui accumulent les protections sur leur corps afin de parvenir à l’expansion du JE SUIS apparemment absent. 

En définitive, ce que j’essaie de vous dire, c’est ceci : travailleurs de la lumière, pour la seconde fois, j’annonce que c’est la raison pour laquelle vous êtes si nombreux à souffrir d’une surcharge pondérale. Ce qui était approprié pour vous lorsque vous êtes venus ici peut désormais changer. Lorsque vous vous contemplez dans un miroir, lequel apercevez-vous ? Celui resté dans le wagon de l’ancienne énergie et qui tente de survivre, ou l’autre qui se tient dans le nouveau wagon ? Les moyens que vous avez utilisés auparavant pour perdre du poids peuvent fonctionner aujourd’hui. Penchez vous aussi sur les nouvelles techniques plus intuitives, certaines ayant à voir avec l’eau. Vous n’avez plus besoin de diverses couches de protection, de vous entourer d’une cuirasse. Au cours des prochaines années, vous aurez enfin la permission de réduire votre poids selon votre désir afin d’être un être humain en parfaite santé. Ceci est nouveau et fait partie de la coopération existant entre les travailleurs de la lumière et la nouvelle énergie. 

Certains restent sceptiques quant à ce que je viens de dire. « J’ai tout essayé. Rien ne marche. Je suis condamné à vivre avec mon obésité« . Non. Certains ne changeront pas, car ils s’aiment tels qu’ils sont. En fait, cela est très bien également. Cependant, ceux qui souhaitent un changement auront à leur portée les moyens d’y parvenir. Le « cuirassage » n’est plus nécessaire dans votre existence il ne favorise pas votre spiritualité et peut même écourter votre espérance de vie. L’invitation qui vous est faite de vous développer spirituellement tient toujours. Cette information a maintenant été délivrée à deux reprises, car il est fondamental que vous la compreniez parfaitement. 

Extrait du channeling de Lee Carroll avec Kryeon 

A Kansas City, Missouri en mars 2000.

LIRE LA SUITE ICI : http://othoharmonie.unblog.fr/kryeon-livre-vi/

van-cleef-arpels-millenium-clip-with-mystery-setting-rubies-and-diamonds dans A et B

Publié dans | Pas de Commentaires »

LIVRE III – page 104….

Posté par othoharmonie le 5 juin 2010

LIVRE III - page 104.... 410JX2VN27L._SL500_AA300_LIVRE III – page 104…. 

KRYEON  - aux éditions ARIANE par Lee Caroll

 Alchimie de l’esprit humain 

L’énergie du cosmos est constante et uniforme, et lorsqu’elle est utilisée dans un autre endroit, elle diminue dans la zone d’où elle a été puisée. Il s’ensuit que, bien que vous disposiez sur la planète en ce moment d’une biologie qui est conçue pour se rajeunir complètement d’elle-même, elle ne peut le faire à 100 % sur une longue période de temps. La raison en est que la faiblesse de l’énergie cosmique ne le permet pas. Votre corps a été conçu à l’origine pour se régénérer complètement de lui-même. Ce n’est pas une erreur de l’Esprit si cette baisse de l’énergie existe car, mes chers, cela rend possible l’interruption de la vie et le changement. Du fait de cette situation, vous avez pu ainsi, vie après vie, travailler à épurer votre karma et connaître des changements vibratoires. Mais nous vous disons maintenant que ces choses sont en voie de changer et , comme nous l’avons channelé auparavant, c’est l’Esprit et Kryeon qui disent que nous souhaitons maintenant que vous restiez. Nous désirons que vous demeuriez là. Nous voudrions que vous soyez libérés de vos leçons karmiques et que vous puissiez maintenant vous consacrer à ce pour quoi vous êtes venus – ce pour quoi vous avez fait la queue. Il n’y a aucune guérison qui soit trop difficile pour l’Esprit ! Les remèdes à base d’essence vivante sont ceux qui rajoutent de l’énergie dans votre corps pour réaliser l’équilibre à 100 %. Ils doivent être vivants, car leur vie est de l’énergie. Les remèdes faits d’essence vivante dont nous parlons se concentrent directement dans le thymus. Ils vont permettre que cette glande fonctionne aussi parfaitement qu’à votre naissance. C’est véritablement du rajeunissement de la biologie humaine dont il s’agit ici. A 100 % … pouvez-vous imaginer une telle chose ? Soyez à l’affût de ces remèdes à base d’essence vivante. 

 

0002024A

 A présent, nous aimerions revenir aux questions et y répondre dans l’ordre où elles ont été posées. Et la première est celle-ci : « Comment puis-je savoir si je suis censé être un guérisseur ? » 

Cela vous surprendra peut-être, mes chers, de savoir que les personnes posant ces questions ce soir font partie de deux groupes distincts. Le premier groupe est composé des gens qui viennent tout juste de prendre conscience du but de leur existence. Ah, comme nous vous honorons ! Car vous êtes venus précisément dans le but de faire ce changement intérieur au cours de cette vie. Avez-vous la moindre idée de ce que ressentent vos guides lorsque cela se produit ? Ils sont transportés d’amour et éprouvent un profond respect pour vous ! Même ceux qui partent et qui rencontrent les nouveaux ont peine à attendre pour vous parler. C’est le temps de vous dire que nous vous aimons tendrement pour ce que vous avez fait, car ce changement est d’une importance cruciale pour toute votre vie. Vous pouvez donc vous demander : « Peut-être dois-je devenir un guérisseur ? » Les autres personnes posant cette question croyez-le ou non, sont des guérisseurs depuis toujours. Mais voyez-vous, les choses changent pour ces gens. Ils se sentent mal à l’aise. Les humains qui viennent les voir pour être guéris peuvent ne pas obtenir les mêmes résultats et repartent sans se sentir aussi bien qu’avant. Ils se posent donc des questions et se demandent s’ils devraient même continuer à exercer le métier de guérisseur. 

Nous disons à ces deux groupes : quelle est votre passion ? 

Car la passion qui vous anime et le résidu karmique que vous amenez dans cette vie pour guérir les autres sont réels. Tel est bien votre but dans l’existence. Oui, vous êtes censés être guérisseurs si ce métier vous passionne. Si vous n’éprouvez pas une telle passion et que vous vous contentez passivement d’y réfléchir, alors non, vous ne l’êtes pas. Nous vous disons donc une fois de plus de suivre votre passion, car tel est votre contrat de vie ; c’est votre intuition qui doit vous guider. Pour ceux parmi vous qui se demandent s’ils doivent continuer à faire ce qu’ils font déjà, nous disons : « Rien n’a changé dans votre contrat ». Apprenez les nouvelles façons de procéder. Comprenez le nouveau savoir. Habituez-vous à la nouvelle énergie et faites les changements qui s’imposent. En d’autres termes, les anciennes méthodes ne fonctionnent plus. Alors faites un arrêt momentané, puis relancez votre pratique thérapeutique sur la base de l’intuition qui vous guidait, combinée au nouveau savoir. 

0002024A

La seconde question était la suivante : « Quels sont les mécanismes de guérison ? Que se passe-t-il réellement lorsque quelqu’un s’assied devant moi et que je lui transmets de l’énergie, ou lorsqu’un humain est couché sur la table et que je le touche et fais un travail avec l’énergie ? Que se produit-il alors ? »   

Vous vous dites peut-être : « Je sais ce qu’on ma dit à ce sujet. Je sais ce qui est censé se produire au plan physiologique, mais que se passe-ti-l réellement au niveau spirituel ? » 

Pour certains des humains ici présents ce soir, ce qui suit pourrait être une révélation, mais les autres diront : « Oui, je sais tout cela. » 

Même si on vous appelle un guérisseur, ça prend deux personnes pour qu’une guérison survienne. Car votre rôle comme guérisseur se résume essentiellement à créer un équilibre neutre servant de « catalyseur de guérison ». Imaginez-vous une route avec de gros rochers bloquant le passage. Un humain s’y trouve en train de dire : « Je dois continuer ma route. Si je ne peux plus avancer, je ne trouverai pas à manger. Si je ne trouve rien à manger, je vais sûrement mourir. S’il vous plaît, aidez-moi à continuer en enlevant les rochers de sur ma voie ». Vous avez donc recours à vos méthodes de guérison pour enlever les pierres et dégager le chemin. Vous quittez la scène pour n’y revenir qu’une semaine plus tard et y revoir le même humain, au même endroit, en train de dire : « Il y a encore des rochers. Aidez-moi s’il vous plaît ». Vous n’avez alors qu’une seule envie et c’est de dire avec fermeté à votre patient :  « Lorsque les pierres ont été dégagées la première fois, pourquoi ne t’es-tu pas levé pour continuer ton chemin ? » Avez-vous pris sur vous la responsabilité d’une « non-guérison » ? … ou bien avez-vous comme il se doit attribué la responsabilité de l’échec à votre patient ? 

Ah, mes chers, de votre point de vue, les processus de guérison ne représentent réellement que la moitié du problème. Aucun d’entre vous, même ceux qui prescrivent des plantes médicinales et qui en connaissent parfaitement les effets sur l’organisme, ne parviendront à obtenir une guérison mesurable si la personne demandant à être guérie se refuse à donner la permission qu’il en soit ainsi. Le processus, aussi intéressant puisse-t-il être, est que tous les guérisseurs sont des « neutralisateurs ». 

 

0002024A

Alors la prochaine question logique serait la troisième question, et c’est la suivante : « En ce cas, que peut faire l’humain désireux d’être guéri pour coopérer avec ce que je fais comme guérisseur ?«  

La réponse devrait être évidente. Il doit coopérer afin de permettre à la guérison de se faire ! Or, il s’agit là d’une chose complexe, mes chers, car cela concerne le contrat de vie et le karma de cette personne, ce qui n’est pas le problème du guérisseur. Cela a un rapport avec ce qu’elle désire faire au cours de cette vie, et avec sa volonté de bien vouloir le faire. Peut-être vous assoirez-vous alors devant cette personne, et vous dégagerez les rochers, mais elle n’a pas la moindre idée de ce qu’elle est censé faire. Peut-être est-il alors temps de lui demander de coopérer ? 

Il y a de nombreuses choses qu’elle peut faire pour se préparer, mais la principale est la suivante : Avant même de se rendre vous rencontrer, elle pourrait verbaliser à haute voix à l’intention de l’Esprit son désir de se donner la permission d’une transformation dans cette nouvelle énergie – non pas pour une guérison, mais pour une transformation. Exprimer le désir d’une transformation, c’est demander à aller de l’avant dans la nouvelle énergie. C’est un puissant catalyseur d’auto-guérison ! Cette personne ne peut s’en remettre entièrement à vous et vous demander de tout faire. Elle doit se rendre compte qu’il lui faut changer, et donner à son corps la permission de recevoir l’influx d’énergie. Elle doit permettre que la plante médicinale produise son effet. Telle est la tâche de l’humain qui vient vous rendre visite pour être guéri. Il faut être deux pour que ça marche. 

0002024A

 

La quatrième question posées est celle-ci : « Comment puis-je évaluer la réussite de mon traitement ? «  

A présent, certains d’entre vous pensent que la réponse devrait être évidence. Combien de guérisons avez-vous effectuées ? Combien de personnes sont reparties guéries ? Mais ce n’est pas la réponse.

Pour faire suite aux deux dernières questions, mes chers, la réponse est que le guérisseur dont le travail est couronné de succès est celui qui est en paix avec lui-même. Car il comprend parfaitement le processus en jeu au plan spirituel. Lorsque la personne qui est censée être guérie se relève de la table et s’en va, le guérisseur a pleinement joué son rôle et là se limite sa responsabilité à l’égard de la personne qui vient tout juste de quitter son cabinet. La réponse est donc : la paix, la paix qui vient de la sagesse et du savoir, la paix qui jaillit de la compréhension de la façon dont les choses fonctionnent dans le parfait amour. 

Nous nous adressons à celles et ceux d’entre vous ce soir qui se posent peut-être la question : « Devrais-je réellement être un guérisseur, car je vois tellement de souffrance autour de moi ? » Nous disons que vous n’êtes pas responsables de cette souffrance. Votre responsabilité réside dans votre passion et votre science. Nous vous disons de vous en servir à 100 %. Découvrez ce qu’est la fusion et servez-vous en à 100 %. Laissez le soin aux humains qui viennent à vous de faire le reste, et ensuite soyez en paix face à ce que vous avez fait. Aimez-les pleinement, mais ne prenez pas la responsabilité de ce qu’il leur revient de faire. Cette paix aura pour effet d’accroître votre pouvoir. Un guérisseur ne peut à la fois travailler à 100 % de ses capacités et être troublé intérieurement. 

0002024A

 

Certains demandent : « Kryeon, dois-je être célibataire pour être guérisseur ? »

Une question amusante, pourrait-on penser, et pourtant lorsque vous jetez un coup d’œil autour de vous, regardez combien parmi vous sont effectivement célibataires ! (rires). 

Vous vous demandez peut-être pourquoi c’est ainsi ? cet attribut est un reliquat de l’ancienne énergie, mes chers. Ce que je vais maintenant vous dire sera rempli d’amour, et plein d’un profond respect pour vous. Nous vous disons que l’énergie qui remplit votre esprit et vos mains lorsque vous facilitez la guérison d’une personne et fait avancer les choses vers le Nouvel âge, est la même énergie dont disposent les chamans sur la planète ! C’est un sacerdoce que vous célébrez ! Et nous vous disons que dans l’ancienne énergie, les chamans et les prêtres étaient toujours célibataires. C’est donc là un reliquat ou un résidu du passé. C’est une affectation de la conscience qui peut maintenant changer. Car  au niveau cellulaire, il y a une partie de votre corps qui dit : « je ne peux disposer d’un tel pouvoir et en même temps être avec un(e) partenaire ». A présent, nous disons que cela est faux. 

Accordez-vous la permission d’avoir un(e) partenaire. Annoncez-vous verbalement que la règle de l’ancienne énergie ne s’applique plus. Dites : « Je cocrée au nom de l’Esprit le ou la partenaire qui me convient dans ma vie. » Puis n’y repensez plus. Surtout n’allez pas dire à l’Esprit qui cette personne devrait être ! (rires).  

0002024A

 

La sixième question est : « Kreyon, comment puis-je savoir quelle est ma voie ?«  

Il y a tant d’options qui s’offrent à moi que je ne sais plus quelle voie suivre. Je sais que je suis appelé à être guérisseur, mais ne sais pas où je dois aller ni avec qui je dois être. Que devrais-je faire ? »

Mes chers, nous ne vous demandons pas de devenir tout à coup des magiciens dans ce Nouvel âge, car voilà justement le genre de questions que se poserait un magicien. Ce que nous disons, c’est tout simplement de demander à ce que votre voie vous soit montrée. Avez-vous la moindre idée du pouvoir de vos verbalisations et de vos demandes ? Dites : « Esprit, je demande et je cocrée une vision claire de ce que ma voie devrait être. Fais-moi voir les poteaux indicateurs afin qu’il n’y ait aucune erreur possible« . Puis n’y repensez plus. Ne dites pas à l’Esprit où vous voulez aller. C’est simple ? Oui. Trop simple ? Non. Car certains d’entre vous réalisent et comprennent déjà le pouvoir de cette communication. Totalement – complètement – puissant. 

Soyez sensibles au changement et alertes aux nouvelles choses qui se présentent à vous. Si vous cocréer ceci et foncer aveuglément dans la vie, en n’étant pas conscients des nouvelles opportunités subtiles qui s’offrent à vous, alors vous demeurerez dans l’ignorance tout comme dans le cas de l’humain qui ne savait pas quand se lever et avancer une fois les rochers enlevés. Lorsque vous coréer une telle chose, soyez extrêmement vigilants pour discerner les signes ! Ces signes sont ordinairement les suivants : (1) De nouvelles occasions favorables que vous n’auriez pas pensé vous être destinées auparavant. (2) De nouveaux humains vous contactant, que vous ne connaissiez pas du tout auparavant. (3) Un événement apparemment négatif dans votre vie qui vous force en réalité à changer quelque chose d’important. Ce sont toutes des réponses. Prenez l’habitude de les considérer comme telles et d’explorer où elles vous mènent. 

0002024A

 

La septième question est : « Kryeon, quelle est la clé pour devenir un formidable guérisseur ? » Et nous vous disons que c’est étonnement simple. La réponse à cette question sera sous la forme d’une histoire. Kryeon vous a déjà raconté cette parabole, mais elle est à nouveau de circonstance ce soir. 

[…]

Lire la suite ICI : http://othoharmonie.unblog.fr/kryeon-livre-3/

                          

Publié dans | 1 Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...